Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Les drones prennent leur envol à Pau

28/03/2016 | Les drones font un tabac en France. Exemple en Béarn où une PME spécialisée a reçu la visite du Secrétaire d’Etat aux transports

Alain Vidalies, aux côtés de Philippe Barthomeuf, fondateur de Xamen Technologies, devant un drone équipé d'un radar

« Nous apportons de la sécurité là où, tous les jours, des hommes risquent leur vie » expliquent les responsables de Xamen Technologies. Installée à Pau sur la technopole Helioparc, cette PME employant six salariés s’est spécialisée dans la fabrication de drones à usage professionnel. En particulier ceux utilisés pour contrôler et surveiller les installations chimiques ou pétrolières sensibles et difficiles d’accès. Qu’il s’agisse de vérifier à l’aide de caméras ou de détecteurs de gaz l’état de certaines installations ou encore de prévenir d’éventuelles fuites de produits dangereux. Un usage parmi beaucoup d’autres. Car l’entreprise béarnaise, qui vient de recevoir la visite d’Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des transports, fait partie de l’armada sans cesse croissante de jeunes sociétés créées en France dans ce domaine d’activité en plein essor.

Pour les « start-up », les drones représentent un nouvel El Dorado. « Notre pays a été l’un des premiers au monde à se doter d’une règlementation spécifique permettant l’usage d’appareils civils à des fins commerciales et industrielles » rappelle-t-on au ministère de l’Ecologie et du développement durable.

Une initiative qui a porté ses fruits. Fin 2012, une cinquantaine d’entreprises s’étaient positionnées en France sur ce créneau. Trois ans plus tard, elles étaient plus de 2 300, le plus souvent de petite taille. C’est-à-dire de moins de dix salariés.
Par contre, elles mettaient en oeuvre plus de 4 200 types de drones et fournissaient du travail à 6 500 personnes. Tout cela pour un chiffre d’affaires estimé à 85 millions d’euros. Les choses ne font que commencer. A l'horizon 2020, ce secteur pourrait représenter 10 000 à 15 000 emplois.

Torchères, méthaniers et sites sensiblesDans la majorité des cas, les appareils mis en service au-dessus de nos têtes sont utilisés pour des activités de prise de vues. Que ce soit par les médias, pour les besoins du cinéma ou encore à des fins publicitaires.
Mais d’autres usages se développent : 20% des drones en service servent par exemple à inspecter des infrastructures et des chantiers. Les appareils réalisés par Xamen Technologies en fournissent un exemple à Pau.

« De grands groupes comme Total, Engie, ou l’armateur danois Maersk utilisent déjà notre technologie pour des missions diverses telles que l’inspection de torchères, de cuves et de réservoirs ou des surveillances de pollution (identification et concentration de gaz) »  indique Philippe Barthomeuf, le fondateur de l’entreprise. Tout évoquant le test réalisé dernièrement par Maersk pour livrer un colis sur un navire méthanier à l’aide d’un drone capable de voler dans un environnement difficile.

Un essai particulièrement intéressant lorsque l’on sait que l’affrètement d’une barge utilisée pour livrer par exemple des pièces détachées à bord d’un bateau se trouvant en mer coûte au bas mot entre 1 000 et 3 000 dollar. Et que, mises bout à bout, ces économies peuvent s’avérer conséquentes.

Pour une règlementation « intelligente »D’autres exemples de taches pouvant être réalisées rapidement et en toutes sécurité dans des zones difficiles d’accès sont évoqués par la PME paloise. Comme le recours aux drones pour réaliser un diagnostic thermique de bâtiments de grande taille : hôpitaux, groupes scolaires, lotissements etc. Ou encore l’inspection de panneaux solaires.Plus de 2 300 entreprises opérateurs de drones existent aujourd'hui en France

Alors que les drones sont également utilisés dans notre pays pour surveiller des carrières et qu'ils commencent modestement à être employés pour des usages  agricoles (5% des cas), les pistes sont en fait nombreuses. Même si bien des interlocuteurs sont encore à convaincre, en particulier chez les grands donneurs d’ordre industriels. C’est ce qu’a rappelé à Pau à Alain Vidalies l’un des représentants de la Fédération professionnelle du drone civil.
Un point de vue qui n’empêche pas le Secrétaire d’Etat de souligner les progrès accomplis dans notre pays, ni le souhait des pouvoirs publics de mettre en place une règlementation « tolérante et intelligente ».

Cette volonté s’exprime notamment par la mise en place depuis juin 2015 d’un Conseil pour les drones civils dans lequel on retrouve aussi bien les constructeurs et les exploitants, que les industriels, les gestionnaires de réseaux et divers utilisateurs aux côtés des services de l’Etat. Son but étant de repérer les « verrous » qui s’opposent à l’usage des drones, examiner l’ensemble des questions liées à la sécurité de ces appareils, et promouvoir la filière.

Le défi des longues distancesCar les chantiers ne manquent pas. « La filière doit répondre aujourd’hui à un besoin identifié, commun chez les grands donneurs d’ordre tels que la SNCF, ERDF, RTE, GRTgaz, ou encore Engie  » expliquent ainsi les pouvoirs publics. «  Il s’agit de la capacité à surveiller sur de grandes distance des réseaux linéaires, telles des lignes à haute tension ou des voies ferrées. Cet enjeu présente une complexité jamais abordée jusqu’alors : survol de zones peuplées, maintien du contrôle à distance, besoin de vol autonome, insertion dans les basses couches du transport aérien etc. »

Dans le même temps, depuis décembre 2015, deux arrêtés ont assoupli la règlementation s’appliquant aux drones professionnels civils, en particulier en ce qui concerne le survol des zones peuplées.
Enfin, une campagne vient tout juste d’être lancée sur les réseaux sociaux pour sensibiliser le grand public aux règles d’usage des drones de loisir : « Je ne survole pas les autres personnes… Je ne perds jamais mon drone de vue et je ne l’utilise pas la nuit… Je ne survole pas de site sensible ou protégé… Je n’utilise pas mon drone à proximité d’un aéroport… ».

De simples questions de bon sens. Comme la route, le ciel se partage.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
10290
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !