aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/08/16 : le 72° anniversaire de la Libération de Bordeaux présidé par le préfet Dartout sera célébré lundi 29 août à partir de 10h30 au Mémorial de l'Armée des Ombres Esplanade Charles de Gaulle puis suivi d'une cérémonie dans la cour de l'Hôtel de Ville.

26/08/16 : Eric SUZANNE nommé sous-préfet de Langon, auparavant sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), prendra officiellement ses nouvelles fonctions le 5 septembre en remplacement de Frédéric CARRE, nommé sous-préfet de Saint-Paul (la Réunion).

26/08/16 : Hamel-Francis MEKACHERA, précédemment secrétaire général de la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence a été nommé sous-préfet de Libourne en remplacement d’Eric de WISPELAERE, nommé secrétaire général de la préfecture de Mayotte.

26/08/16 : Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ouvrira les Entretiens d’Inxauseta à Bunus, au Pays basque, ce vendredi 26 août à 13h30 et participera à la table ronde « les enjeux du logement pour le prochain quinquennat ».

25/08/16 : Guillaume Duval rédacteur en chef d'"Alternatives économiques" traitera du TAFTA lors des Escapades républicaines organisées par "les Ateliers de Marianne" le 3 septembre à partir de 9h à Saint-Symphorien lors du compte rendu de mandat de G. Savary

25/08/16 : Le préfet de la Gironde préfet de la Nouvelle Aquitaine a placé jusqu'à dimanche 28 août le département en "alerte canicule orange". Sont également concernés les Landes, la Charente, la Creuse, la Haute-Vienne.

09/08/16 : Parure estivale pour Saint-Émilion. Jusqu'au 28 août, la Maison du vin organise des initiations à la dégustation (en français et en anglais), et vous en apprendrons un peu plus sur les spécificités du microclimat local. Inscriptions au 05 57 55 50 55

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/08/16 | La Fête de l'Arbre : 26 et 27 novembre

    Lire

    Trois mois, encore trois mois, avant la Fête de l'Arbre et des fruits d'antan : le grand rendez vous automnal que le Conservatoire végétal régional de Montesquieu en Lot-et-Garonne donne aux amoureux de la diversité fruitière -7000 visiteurs l'an passé- aura lieu en effet les samedi 26 et dimanche 27 novembre. L'occasion d'y découvrir quelques 500 variétés de fruits, d'en déguster et acquérir quelques uns et de repartir de ce rendez vous avec les arbres issus des pépinières du Conservatoire... de s'informer aussi des techniques de greffage, de plantation, de taille...» (www.conservatoirevegetal.com)

  • 24/08/16 | Luc Grislain nouveau président du GIPSO

    Lire

    Luc Grislain qui succède à Alexandrine Roubière est depuis 1993 Directeur de l'Institut de Pharmacie Industrielle à l'Université de Bordeaux. Son laboratoire spécialisé dans le développement pharmaceutique gère de nombreux projets dans le domaine de la mise au point de médicaments pour des maladies tropicales.Il est également co-fondateur avec le Groupe Bertin Technologies de Bertin Pharma, une spin off de l'Université de Bordeaux, société de R&D dans le domaine Pharmaceutique créée en 1999 et qui emploie à ce jour plus de 130 collaborateurs, dont la moitié est basée en Aquitaine.

  • 24/08/16 | Dernier concert des « Mercredis de la Cale » 2016 à Villeneuve/Lot

    Lire

    Soirée « Beatles » pour le dernier Mercredi de la Cale, le 24 août à 21h, à la Cale de la Marine à Villeneuve-sur-Lot. Rejoints par le chanteur-guitariste Michaël Jones, les Get Back ont conçu ce spectacle unique spécialement pour cet événement. En 1ère partie, les finalistes locaux du concours « Ma Ville a du Talent » se produiront sur scène. Aussi, So Sosax, grand gagnant de la catégorie « danse » de ce même concours fera une démonstration de hiphop. Soirée gratuite et en plein air.

  • 23/08/16 | A Anglet, les agriculteurs jouent la transparence

    Lire

    Pour la 9ème année, la FDSEA 64 et les Jeunes agriculteurs transforment, ce mercredi 23 août dès 10 h, une partie du parking de la Barre en vaste ferme. Éleveurs et producteurs présentent leurs animaux et leur savoir-faire. "Une opération vérité" revendique le syndicat qui d'ailleurs attire la foule des touristes et les locaux d'une ville qui a une longue tradition maraichère. Fabrication de fromage, expositions, démonstration de chiens de troupeaux sur le parking herbeux d'Izadia et déjeuner sur place sont au menu. Une opération de relations publiques bien utile

  • 23/08/16 | 180 panneaux de signalisation vandalisés en Béarn

    Lire

    Pour une raison inconnue, près de 180 panneaux de signalisation ont été recouverts de peinture noire dans les vallées d'Ossau et de l'Ouzom, dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces dégradations qui n'ont pas été revendiquées se sont produites au cours de la nuit du jeudi 18 au vendredi 19 août. La remise en état des panneaux est évaluée à plusieurs centaines de milliers d'euros par le Conseil départemental. Son président et le préfet ont dénoncé des "actes irresponsables", préjudiciables à l'économie locale ainsi qu'à la sécurité routière. Un numéro d'appel à témoins a été diffusé (05 59 05 49 87)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Les drones prennent leur envol à Pau

28/03/2016 | Les drones font un tabac en France. Exemple en Béarn où une PME spécialisée a reçu la visite du Secrétaire d’Etat aux transports

Alain Vidalies, aux côtés de Philippe Barthomeuf, fondateur de Xamen Technologies, devant un drone équipé d'un radar

« Nous apportons de la sécurité là où, tous les jours, des hommes risquent leur vie » expliquent les responsables de Xamen Technologies. Installée à Pau sur la technopole Helioparc, cette PME employant six salariés s’est spécialisée dans la fabrication de drones à usage professionnel. En particulier ceux utilisés pour contrôler et surveiller les installations chimiques ou pétrolières sensibles et difficiles d’accès. Qu’il s’agisse de vérifier à l’aide de caméras ou de détecteurs de gaz l’état de certaines installations ou encore de prévenir d’éventuelles fuites de produits dangereux. Un usage parmi beaucoup d’autres. Car l’entreprise béarnaise, qui vient de recevoir la visite d’Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des transports, fait partie de l’armada sans cesse croissante de jeunes sociétés créées en France dans ce domaine d’activité en plein essor.

Pour les « start-up », les drones représentent un nouvel El Dorado. « Notre pays a été l’un des premiers au monde à se doter d’une règlementation spécifique permettant l’usage d’appareils civils à des fins commerciales et industrielles » rappelle-t-on au ministère de l’Ecologie et du développement durable.

Une initiative qui a porté ses fruits. Fin 2012, une cinquantaine d’entreprises s’étaient positionnées en France sur ce créneau. Trois ans plus tard, elles étaient plus de 2 300, le plus souvent de petite taille. C’est-à-dire de moins de dix salariés.
Par contre, elles mettaient en oeuvre plus de 4 200 types de drones et fournissaient du travail à 6 500 personnes. Tout cela pour un chiffre d’affaires estimé à 85 millions d’euros. Les choses ne font que commencer. A l'horizon 2020, ce secteur pourrait représenter 10 000 à 15 000 emplois.

Torchères, méthaniers et sites sensiblesDans la majorité des cas, les appareils mis en service au-dessus de nos têtes sont utilisés pour des activités de prise de vues. Que ce soit par les médias, pour les besoins du cinéma ou encore à des fins publicitaires.
Mais d’autres usages se développent : 20% des drones en service servent par exemple à inspecter des infrastructures et des chantiers. Les appareils réalisés par Xamen Technologies en fournissent un exemple à Pau.

« De grands groupes comme Total, Engie, ou l’armateur danois Maersk utilisent déjà notre technologie pour des missions diverses telles que l’inspection de torchères, de cuves et de réservoirs ou des surveillances de pollution (identification et concentration de gaz) »  indique Philippe Barthomeuf, le fondateur de l’entreprise. Tout évoquant le test réalisé dernièrement par Maersk pour livrer un colis sur un navire méthanier à l’aide d’un drone capable de voler dans un environnement difficile.

Un essai particulièrement intéressant lorsque l’on sait que l’affrètement d’une barge utilisée pour livrer par exemple des pièces détachées à bord d’un bateau se trouvant en mer coûte au bas mot entre 1 000 et 3 000 dollar. Et que, mises bout à bout, ces économies peuvent s’avérer conséquentes.

Pour une règlementation « intelligente »D’autres exemples de taches pouvant être réalisées rapidement et en toutes sécurité dans des zones difficiles d’accès sont évoqués par la PME paloise. Comme le recours aux drones pour réaliser un diagnostic thermique de bâtiments de grande taille : hôpitaux, groupes scolaires, lotissements etc. Ou encore l’inspection de panneaux solaires.Plus de 2 300 entreprises opérateurs de drones existent aujourd'hui en France

Alors que les drones sont également utilisés dans notre pays pour surveiller des carrières et qu'ils commencent modestement à être employés pour des usages  agricoles (5% des cas), les pistes sont en fait nombreuses. Même si bien des interlocuteurs sont encore à convaincre, en particulier chez les grands donneurs d’ordre industriels. C’est ce qu’a rappelé à Pau à Alain Vidalies l’un des représentants de la Fédération professionnelle du drone civil.
Un point de vue qui n’empêche pas le Secrétaire d’Etat de souligner les progrès accomplis dans notre pays, ni le souhait des pouvoirs publics de mettre en place une règlementation « tolérante et intelligente ».

Cette volonté s’exprime notamment par la mise en place depuis juin 2015 d’un Conseil pour les drones civils dans lequel on retrouve aussi bien les constructeurs et les exploitants, que les industriels, les gestionnaires de réseaux et divers utilisateurs aux côtés des services de l’Etat. Son but étant de repérer les « verrous » qui s’opposent à l’usage des drones, examiner l’ensemble des questions liées à la sécurité de ces appareils, et promouvoir la filière.

Le défi des longues distancesCar les chantiers ne manquent pas. « La filière doit répondre aujourd’hui à un besoin identifié, commun chez les grands donneurs d’ordre tels que la SNCF, ERDF, RTE, GRTgaz, ou encore Engie  » expliquent ainsi les pouvoirs publics. «  Il s’agit de la capacité à surveiller sur de grandes distance des réseaux linéaires, telles des lignes à haute tension ou des voies ferrées. Cet enjeu présente une complexité jamais abordée jusqu’alors : survol de zones peuplées, maintien du contrôle à distance, besoin de vol autonome, insertion dans les basses couches du transport aérien etc. »

Dans le même temps, depuis décembre 2015, deux arrêtés ont assoupli la règlementation s’appliquant aux drones professionnels civils, en particulier en ce qui concerne le survol des zones peuplées.
Enfin, une campagne vient tout juste d’être lancée sur les réseaux sociaux pour sensibiliser le grand public aux règles d’usage des drones de loisir : « Je ne survole pas les autres personnes… Je ne perds jamais mon drone de vue et je ne l’utilise pas la nuit… Je ne survole pas de site sensible ou protégé… Je n’utilise pas mon drone à proximité d’un aéroport… ».

De simples questions de bon sens. Comme la route, le ciel se partage.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
7478
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !