Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Forum 33: Les entreprises coopératives, le modèle de demain?

04/04/2013 | Une communauté de doux hurluberlus ou une solution de sauvegarde d’entreprises en faillite via sa reprise par ses salariés, voilà deux images qui collent à tort à la peau des SCOP.

 1er Forum des coopératives  «De coop en SCOP... Comment les coopératives font-elles la différence ?»

Delpeyrat, Candia, Daucy, Soignon, Krys, la Banque Populaire, Buzet, Beghin Say ou encore système U, ou les Chèques déjeuners ne sont ni des entreprises (ou marques) tenues par des groupes de hippies anti système, ni forcément des entreprises sauvées de la faillite... Pourtant, tous ces noms connus et bien d’autres, sont des entreprises de formes coopératives. Avec un chiffre d’affaire cumulé de 5,8 Mds € sur la seule région Aquitaine, les entreprises coopératives dans toute leur diversité méritaient bien une journée d’échange pour les mettre en valeur. Un forum organisé par le Conseil général de la Gironde ce jeudi 4 avril 2013.

Les coopératives, c’est tout un monde. Cela dit qu’elles soient des coopératives d’entreprises comme le sont les coopératives agricoles, d’artisans ou de commerçants ou des coopératives de productions comme les SCOP (Sociétés Coopératives et Participatives), les SCIC (Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif) ou les SCAE (Sociétés Coopératives d’Activités et d’Emploi), elles ont toutes pour points communs les différenciant des autres entreprises, une gouvernance basée sur le principe démocratique: «une personne, une voix».
Autres particularités de ces entités relevées par Caroline Noett, secrétaire générale de Coop FR, «les coopératives permettent de répondre à un besoin collectif des coopérateurs», et sont conçues de par leur statut juridique dans «un esprit de pérennité de la structure grâce à l’obligation de la création de réserves impartageables». En d’autres termes les coopérateurs peuvent se succéder sans remettre en cause l’existence de l’entreprise coopérative elle-même.
Trois principes de base qui ont un certain succès puisque en France les entreprises coopératives ce sont 21000 entreprises représentant un million de salariés et près de 288 milliards d’euros de chiffre d’affaire cumulé.

"L'humain avant tout"Concernant plus précisément les sociétés de coopératives de production (les scop), leur spécificité demeure dans le fait «qu’elles sont majoritairement détenues par les salariés eux-mêmes, sans qu’aucun ne puisse être à lui seul actionnaire majoritaire», explique Patrick Lenancker, le Président de la Confédération générale des SCOP. En France, elles sont environ 2050 SA ou SARL à avoir opté pour une forme coopérative.
Parmi elles, plusieurs entrepreneurs girondins sont venus témoigner de leurs expériences et de leur choix d’opter pour le statut de SCOP, faisant ainsi leur entrée du côté social et solidaire de l’économie. De ces témoignages, ce sont des valeurs fortes qui ressortent: démocratie, transparence, participation, décision collective, échange. Bref "l’humain avant tout"... sans pour autant empêcher le développement de ces sociétés. La société Aquabio le démontre fort bien: devenue SCOP en 2004 avec huit salariés, elle en compte aujourd’hui une cinquantaine.

Pérénisation des entreprisesAutre atout des SCOP: même si elles ne sont pas épargnées par la crise, elles y sont statistiquement plus résistantes. Pour Patrick Lenancker, trois critères intrinsèques au statut de SCOP expliquent cette résilience. D’abord, «la confiance des salariés» du fait de l’existence d’un réel collectif au sein de l’entreprise; ensuite, une «transparence» de longue durée sur la situation de la société et enfin «la cohérence» des actions puisque décidées de manière stratégique collective et partagée.
Trois qualités auquelles il ajoute, également,  «l’obligation légale de réserves impartageables qui permet de mieux passer les moments difficiles». Et d’autant plus, que là où la loi impose une mise en réserve impartageable de 16% des résultats, la réalité démontre que les coopérateurs font en moyenne des réserves à hauteur de 40% de leur résultat.

Efficacité économique, exemplarité sociale, atout pour la pérennisation des entreprises sur le sol français, les SCOP et plus globalement les coopératives, collectionnent les bons points. De quoi justifier la prochaine proposition de loi sur l’Economie sociale et solidaire qui envisage de faciliter la reprise d’une entreprise saine en SCOP par ses salariés. Un enjeu de la transmission important au regard des 50 000 PME et PMI dont les dirigeants ont plus de 55 ans et sont sans certitude sur l’avenir de leur entreprise.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
662
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !