24/10/17 : Charente-Maritime : les élus du Département ont voté une motion contre les dernières mesures envisagées par l'Etat concernant la baisse des APL, hier lors de la session d'automne.

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Les intempéries, désastre économique pour le Pays basque

09/07/2014 | Le déluge qui s'est abattu pendant quelques heures sur trois des provinces basques a laissé des plaies, qu'il sera dur de panser.

Route fermée à Meharin

Cette horrible nuit, quand les vannes célestes se sont ouvertes sur ses verdoyantes provinces en quelques heures la carte postale traditionnelle du Pays basque a été transformée en paysages apocalyptiques: champs de boue, des routes, des ponts et 20% du vignoble d'Irouleguy détruits. Heureusement la solidarité spontanée unit ce pays. L'heure est à la reconstruction. Par ricochet, un panache de pollution s'est dessiné à l'embouchure de l'Adour conduisant à la fermeture temporaire des plages. Ce mercredi, le Conseil des ministres a validé la procédure d'urgence pour 102 communes des Pyrénées Atlantiques.

L'eau s'est retirée aussi vite qu'elle est arrivée. Provoquant un véritable choc visuel pour les habitants des vallées de Baigorri (Saint-Etienne-de-Baigorry), de Garazi (Saint-Jean-Pied-de-Port), et d'Amikuze (Saint-Palais) jusqu'à la station thermale de Cambo-Les-Bains, rendue célèbre par Edmond Rostand. Un paysage  digne du passage d'un tsunami : rives embourbées, ponts et routes détruits. De villes en villages, un inventaire de catastrophes à la Prevert. Des rivières en folie comme la Bidouze à Saint-Palais, ont renversé des voitures et des camions, anéanti des installations sportives et des équipements collectifs. C'est à proximité, à Ostabat-Asme, que Pierre Salles passionné de moulins bien connu dans la région a trouvé la mort. Toujours dans le secteur à Bergouey-Viellenave, la Bidouze, toujours elle a détruit le pont médiéval reliant les villages de Bergouey et Viellenave. A Meharin, (notre photo) entre Saint-Palais et Hasparren, l'eau a creusé un trou de 4 mètres et les autmobilistes du village sont obligés de prendre une déviation de 20 minutes pour se rendre à Saint Palais, selon le côté de la route où  ils se trouve. A Cambo, ce sont des établissement thermaux qui ont été obligés de fermer leurs portes. La saison est compromise dans la station. 

Dès le samedi matin, Jean-René Etchegaray, le président de la Communauté de communes Adour-Côte basque regroupant les villes de Bayonne, Anglet, Biarritz, Bidart, Boucau, se rendait sur place et mettait au point, avec la collaboration des cinq communes de la Côte, un plan d'urgence pour "aider" à effacer le plus vite possible les stigmates de ce drame. La Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne organisait lundi une permanence d'information à Saint-Palais, afin que les victimes entreprennent au plus vite auprès de leur assurance les démarches pour une indemnisation.

Une session extraordinaire du Conseil généralGeorges Labazée, président du Conseil général des Pyrénées Atlantiques, s’est rendu vendredi dans plusieurs communes afin d’y rencontrer les élus locaux et des habitants du Pays basque et de la Soule pour faire un point sur l’ampleur des dégâts. Tout comme seront pris en compte les graves dégâts en Béarn (Salies, Gan-Jurançonais, Nord-Est, secteur de Nay et de la périphérie paloise).
Une Session exceptionnelle du Conseil général est programmée ce vendredi 11 juillet à 11 heures à Bayonne. L’Assemblée départementale sera amenée à se prononcer sur une ouverture d’autorisation de programme à hauteur de 10M€ permettant d’intervenir rapidement. Le Département mènera en effet diverses actions en solidarité avec les personnes, le monde économique et les collectivités territoriales. Des travaux concernant les ouvrages d’art et les routes départementales devront également être envisagés : de nombreuses routes et ouvrages d’art ont été fragilisés par les intempéries ou emportés par les eaux. Un effort de reconstruction sera effectué par le Département.

Pour les personnes, les agents du Département apportent leur aide aux habitants, en partenariat avec les services municipaux du territoire et les pompiers. Au niveau de l’action sociale, le personnel des MSD (Maison de solidarité départementale) vient en aide aux populations sinistrées.  Plusieurs entreprises ont été; elles aussi, sinistrées. Le Conseil général se tient à la disposition de la CCI Bayonne Pays-Basque, de la Chambre des métiers et de la Chambre d’agriculture pour examiner les situations des commerçants, artisans, agriculteurs et entreprises en difficultés.

nappe au large de l'adourLa Côte basque aussi... par ricochetsCes tonnes d'eau et de boue qui se sont déversées dans la Nive, qui vient grossir l'Adour à Bayonne ont évidemment des conséquences à l'embouchure de l'Adour où le débit est passé de 800 à 1000 m3 seconde. Depuis le week-end dernier elle offre l'aspect de l'Amazonie. Des eaux jaunasses qui, entre Anglet et Tarnos, dessinent un large arc de cercle le long de la Côte basque jusqu'à Hendaye, ce qui est plutôt rare. Conséquence, dès dimanche, toutes les plages du littoral basque étaient fermées et des compétitions de surf annulées.
Mardi matin, avec des résultats d'analyse bien meilleurs, la Grande plage de Biarritz et Hendaye ont été réouvertes. Anglet attend encore. Selon le maire, Claude Olive : "Nos plages sont évidemment, les plus exposées. J'ai pris le parti de réagir lorqu'il y a un risque bactériologique pour mieux protéger les usagers en fermant systématiquement les plages. Cela est de ma seule reponsabilité". En début d'après-midi de mercredi, des contre-expertises permettaient d'ouvrir 4 des 8 plages surveillées. Celles situées au sud de la ville, entre le Corsaires et la Petite Chambre d'amour, au pied de la falaise du Cap Martin où se trouve le phare de Biarritz. 
Problème, la saison touristique a commencé, et les soucis économiques après ce déluge en Pays basque profond pourraient bien altérer quelque temps l'été sur la Côte basque.

 

Photo Bertrand Lapegue et photo aérienne Camille Massé

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photo Bertrand lapegue

Partager sur Facebook
Vu par vous
1311
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !