18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Les investissements publics en temps de crise, une priorité pour le CESER Aquitaine

27/06/2013 | Dans son rapport sur les investissements publics, le CESER Aquitaine s'inscrit dans la droite ligne du CESE national et de la Cour des Compte

Philippe Cruège, Luc Paboeuf, Michel Fourcade, Présdent de la Commission Finance au CESER Aquitaine

Dans un rapport présenté ce 27 juin, le Conseil économique, social et environnemental régional (CESER) d'Aquitaine a abordé la question des investissements publics. Un sujet de circonstance puisque quelques heures plus tard le Rapport Commission 21 qui avait pour mission de prioriser les grands chantiers du SNIT, parmi lesquels la LGV GPSO, devait être rendu publique. Une stratégie tendant à l'amoindrissement de l'investissement public mise en place par l'Etat en réponse au contexte de crise. Pour le CESER d'Aquitaine à l'inverse, «l'investissement public doit rester une priorité», tout en concédant quelques garde-fous pour une bonne gestion de l'argent public.

Les investissements des collectivités locales représentent plus de 70% de l'investissement public, et un peu plus de 2% du PIB, explique Philippe Cruège rapporteur. Des chiffres qui face à la crise pourraient se voir diminuer par leur prescripteur. Une crainte pour les membres du CESER, qui voient à travers les investissements publics la facilitations de nombreux enjeux, qu'ils soient économiques, territoriaux, environnementaux, etc... Et de citer en exemple quelques investissements structurants d'Aquitaine: le projet Euratlantique, la LGV GPSO, la Route des Lasers, le pôle santé d'Arcachon ou encore le Centre d'art pariétal de Lascaux IV.

"Risque de destabilisation des finances"Pour autant, le rapport relève de nombreux "risques de déstabilisation des finances des acteurs publics" qui pourraient diminuer voire mettre en péril cet accompagnement public au développement. Au nombre de ces risques, le rapport souligne et s'inquiète notamment de la diminution de la dotation de l'Etat de 3,750 Mds € sur 2 ans, d'une réforme territoriale qui peine à se faire jour, d'une autonomie fiscale réduite notamment pour la Région, d'un difficile accès aux crédits bancaires,etc... «Autant d'incertitudes qui risquent d'empêcher les élus d'être en capacité d'anticiper les besoins», déplore le rapporteur.
Reste tout de même plusieurs pistes relatives à l'emprunt. Parmis elles, les sociétés de financement locales, en liaison avec la Caisse des dépôts et la Banque Postale, ou encore l'accès au marché obligataire, nécessitant l'obtention d'une note par une agence de notation. Option prise par le Conseil régional début 2012 à hauteur de 10 M€. Autres pistes rappelées par le CESER, la délégation de service public, quelle que soit sa forme: concession ou partenariat public privé.

Evaluation prélable indispensablePour autant si ce rapport du CESER, dans le même sens que le Comité national Economique, Social et Environnemental, réaffirme le besoin de poursuivre les investissements publics, ceux-ci plus que jamais, doivent induire une connaissance et une définition précise des besoins de la collectivité.
Autrement dit, même si elle n'est pas précisée dans les textes, tout investissement public devrait faire l'objet non seulement d'une évaluation de suivi mais aussi d'une évaluation préalable dans un souci de bonne gestion de l'argent public. Idées d'ailleurs régulièrement suggérée par la Cour des comptes. A ces aspects économiques, Luc Paboeuf, Président du CESER Aquitaine ajoute une dimension politique: «le 21ème siècle doit aller vers une construction délibérative de l'investissement public». Autrement dit selon lui, il faudrait pouvoir intégrer davantage la parole la société civile dans ces procédures. Une manière démocratique d'affiner plus encore la prise en compte des besoins de ceux à qui, au final, ces investissements publics sont destinés: les citoyens.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
719
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !