Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Les vins de Bergerac en quête de notoriété et de compétitivité

30/01/2013 | Malgré une progression de ventes en GMS, des cours de vrac stables sur la dernière campagne, les vins de Bergerac souffrent d'un manque de compétitivité.

Parmi les appellations du vignoble Bergeracois, le Monbazillac, sur le marché des liquoreux poursuit sa croissance

Le bilan de la dernière campagne des vins de Bergerac présenté lors de l'assemblée du Conseil interprofessionnel des vins de la région de Bergerac (CIVRB) n'est pas mauvais : les stocks, récoltes et ventes s'équilibrent. Les cours du vrac ont bien résisté. Le Monbazillac, sur un marché porteur, poursuit sa progression. Pourtant, les installations sont rares et les reprises d'exploitation sont difficiles. Bon nombre d'entreprises ont du mal à atteindre un seuil de rentabilité. Une étude afin d'analyser et d'améliorer les performances des entreprises viticoles du Bergeracois va être lancée.

 Les vins de Bergerac, qui regroupent treize appellations, dont 8 en AOC (Appellations d'origine contrôlée) représentent 12 227 hectares en production. La filière fait travailler plus de 5000 personnes en Bergeracois. Ce 28 janvier, à l'occasion de l'assemblée générale du CIVRB (conseil interprofessionnel des vins de Bergerac), la situation économique de la dernière campagne (2011-2012) laisse apparaître un bilan en demi-teinte, avec une baisse des rendements et des surfaces. Le vignoble de Bergerac a perdu 13 % de sa surface sur les cinq dernières années.
Parmi les points positifs, on observe qu'après une baisse relativement importante sur la campagne 2010-2011, les ventes en bouteilles ont repris le chemin de la croissance sur l’ensemble des appellations . Le CIVRB note une diminution des ventes en vrac. Les cours du vrac ont plutôt bien résisté. Deux appellations, le bergerac rosé et surtout le monbazillac poursuivent leur croissance. Autre point positif : "les stocks, les récoltes et les ventes de vin s'équilibraient en 2012", a souligné Michel Delpon
Le marché français représente 89 % des ventes, contre 11 % à l’export. Dans un contexte général de stagnation du marché en grande distribution, les vins de Bergerac parviennent à conquérir des parts de marché +2,44 %. Cette progression en volume s’accompagne d’une progression en valeur de +5,80 %.
Le CIVRB entend poursuivre ses importantes campagnes de communication sur le marché français et à l'international : pour 100 euros de cotisation collectée, 70 euros sont consacrés aux actions de communication et de promotion. Le vignoble bergeracois souffre d'un déficit de notoriété. À l’international, la Belgique, le Royaume-Uni, et les Pays-Bas constituent le trio de tête. La Chine occupe la quatrième place depuis 2011, grâce à de vastes campagnes de promotion sur ce pays.

Assurer la rentabilité des entreprises. Au cours de l'assemblée générale du 29 janvier, Michel Delpon, président de l'Interprofession s'est inquiété que "la rentabilité des entreprises n'est pas atteinte dans de nombreux cas." Il a annoncé "la mise en place d'une étude d'envergure afin d'analyser sans le détail, l'activité et les performances des entreprises viticoles du Bergeracois." "Notre objectif est de mettre en évidence les schémas gagnants, les étudier, prendre en considération les évolutions réglementaires, environnementales et sociétales afin d'inventer la viticulture de demain en Bergeracois, une viticulture à même d'embaucher, d'investir, et de se développer." 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2234
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !