18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bayonne: un président de la Chambre de commerce à l'offensive

02/02/2016 | Le président Garetta a défini des objectifs lucides, ambitieux mais aussi très politiques comme sa prise de position sur l'EPCI unique Pays basque et le développement de l'usine Celsa

André Garetta CCI

Lors de ces vœux 2016, le président André Garreta a mis l'accent sur quatre objectifs: renforcer l’appui de proximité afin d’avoir une CCI active sur son territoire; favoriser la création d’entreprise pour contribuer à la vitalité du bassin d’activités; relever les défis de l’innovation et du développement durable pour qu’ils deviennent des leviers de compétitivité concrets. Au-delà de ces projets, le bouillant président n'a pas caché un sentiment plutôt prononcé pour un EPCI unique au Pays basque qui, dans sa forme actuelle ne fait pas l'unanimité. Mais entreprendre, n'est-ce pas être aussi audacieux?

Le ciel économique du Pays Basque semble se dégager un peu pour l'année qui vient, comme l'a souligné en préambule d'un discours très offensif en présence des responsables d'entreprises et élus, le président Garreta qui s'est déjà positionné pour un nouveau mandat, l'an prochain. "En 2016, notre volonté est de poursuivre, de concentrer nos efforts sur un appui de proximité, at-il dit. Nous voulons agir au plus près des besoins des entreprises, conditions pour progresser dans leur marché, pour embaucher, pour saisir de nouvelles opportunités. Améliorer les marges, c'est la condition pour durer, pour investir, pour s'adapter aux évolutions techniques, au concurrents. Notre deuxième objectif est de favoriser, soutenir la création d'enreprises. Pour chaque créafeur d'entreprise, une palette lui est proposée". C'est par ce credo qu'il a entamé ses voeux

"2015 a été une année charnière, poursuit-il, où nous avons dû expliquer encore et encore l’importance de soutenir la compétitivité de nos entreprises et la pertinence du rôle et des missions de notre Chambre de Commerce et d’industrie auprès des instances de l’Etat qui nous imposent une réduction drastique de nos moyens dans un contexte en perpétuel changement : mise en place de la nouvelle grande Région, nouvelle répartition des compétences confiées aux différentes collectivités, nouveau projet pour notre territoire avec la proposition d’un EPCI unique Pays Basque. Le tout dans un contexte international difficile et troublé par des actes de terrorisme. C’est en pleine conscience de ce contexte que nous devons rester déterminés face à l’adversité pour retrouver la confiance, afin que nos entreprises poursuivent leur développement et que de nouvelles structures se créent. La vie doit être maintenue et développée dans tout le Pays Basque, dans ses dimensions rurales et urbaines et dans ses secteurs d’activités clés : les services, le commerce, la construction, l’agriculture et la pêche, le tourisme et l’industrie. Nous avons ce devoir. Pour cela, une évidence s’impose : la mise en commun de toutes les compétences, de toutes les bonnes idées, de toutes les énergies, de tous les moyens, avec un seul objectif : la vitalité de notre territoire, de ses entreprises et de ses habitants."

L'habile agent immobilier dont la voix porte au sein de 17175 entreprises ressortissantes du Pays basque, qui se sont reconnues en la CCI de Bayonne (19 300 interventions en entreprises, 1321 créateurs d'entreprises reçus, 1023 personnes en formation continue), est aussi un politique qui ne cache son dévolu pour cet EPCI, 'Etablissement public de coopération unique Pays basque), qu'il couvre de toutes les vertus. "Le monde économique, à une très large majorité, s'est prononcé pour cet EPCI. Nous devons saisir cette opportunité que certains réclament depuis si longtemps. Une simplification de de l'orgnisation institutionelle va nous permettre de peser dans la nouvelle Région. Uni, le Pays basque comptera....".

L'Estia, la fierté des formations...Puis d'évoquer l'Ecole supérieure des technologies industrielles avancées (Estia) de Bidart, classée par l'Usine nouvelle fin 2015, première école d'ingénieurs pour le double diplôme à l'étranger et qui forme des éléments trilingues polyvalents et sans frontières grâce à des partenariats avec des universités anglaises et avec l'école d'ingénieurs de Bilbao. "En 15 ans, l'Estia s'est hissée à la 30e place sur 240 écoles d'ingénieurs en France, se réjouit le président. Une des clés se situe dans sa capacité à créer du lien dans le mode de l'entreprise par l'intermédiaire de stages de ses étudiants, mais aussi de ses enseignants-chercheurs et de ses ingénieurs. En 15 ans l'effectif est passé de 200 étudiants à 750 et les projets ne manquent pas comme la signature d'un partenariat avec l'université de Bordeaux, lancement d'un Bachelor technologie Estia en  partenariat avec les Arts et Métiers et le développement de start-up innovantes dans le cadre des incubateurs et pépinières d'entreprises, telle que la Tecnocité de Bayonne."

... Le Celsa bis, l'espoir du portEnfin, dernier chapitre important de ces vœux  2016, les ports de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure et de Bayonne, le premier étant voué à la pêche et le second au commerce. "Le premier, cinquième port de pêche de France, avec 10 000 tonnes de poisson débarqué représente un volume de vente qui représente 30 millions d'euros, insiste André Garetta, son développement a été constant pendant des années, c'est un atout pour notre territoire. En parallèle, nous développerons de nouvelles stratégies pour faire face aux lourds investissements qui doivent être constamment réalisés. Pour ce qui concerne le port de Bayonne en 2016,  la priorité tient à un mot: le trafic. En effet, le développement et l'inversion sensible de la courbe du trafic en fait une nécessité qui nous guidera toute l'année. (NDLR. le port de Bayonne a perdu près d'un million de tonnes en cinq ans) Pour cela, nous nous appuierons sur une action commerciale poussée et un service performant pour accompagner et soutenir les industriels présents sur le port pour pérenniser et développer leur activité. Accompagner de nouveaux projets et voir aboutir deux dossiers phare dans le secteur sidérurgique, laminoir des Landes, 350 000 tonnes et 100 emplois directs et aussi le laminoir du Celsa, nouvelle usine qui vient se greffer à l'actuelle et permettra de développer le groupe avec 1.150.000 tonnes de trafic attendu contre 750 000 aujourd'hui soit +53% et 300 000 tonnes de barres de fer que nous espérons capter via l'opérateur ferroviaire de proximité."
Enfin, le président Garreta sur ce chapitre, souligna le développement des services du port indispensables à son attractivité avec l'arrivée de la drague Hondarra "Elle est arrivée depuis quelques mois et nous permettra d'obtenir toute l'année des fonds plus importants pour accueillir de plus gros bateaux tout en assurant une meilleure efficacité du rendement du clapage côtier. Celui-ci permettra cette année de renflouer les plages d'Anglet avec 400 000m3 de sable, ce qui au passage est une grande réussite d'intégration du port et de coopération exemplaire entre les services de la région Aquitaine (NDLR, propriétaire du port dont la gestion est assurée par la CCI), la Ville d'Anglet et l'agglomération de Bayonne-Côte basque. Oui, nous avons de l'ambition pour le port de Bayonne, oui nous encouragerons l'arrivée de projets durables et respectueux de l'environnement. Oui ce port est stratégique pur l'avenir du Pays basque et de ses emplois" Et de conclure: "Nous avons de l'ambition, oui nous sommes optimistes, notre détermination renforce notre espoir."

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photos F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
5723
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !