Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

  • 28/02/20 | Exposition "Espace Nature" à Rochefort Océan (17)

    Lire

    Du 25 février au 28 mars 2020, l’Expo Espace Nature aura lieu à Rochefort Océan, pour le plaisir des visiteurs qui découvriront au fil des photographies un périple de 18 mois sur le thème de l’écohabitat. L’occasion de découvrir d’autres modes et matériaux de construction en accord avec l’environnement. A travers ces images, l’exposition tend à ouvrir le champ des possibles dans l’esprit des visiteurs, en encourageant l’émergence de nouvelles pratiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Lever de rideau sur les 13 nouvelles start-up du Village by CA Aquitaine

24/01/2020 | Santé, environnement, gastronomie, services… Les 13 nouvelles pépites du Village représentent des secteurs d'activité variés…

Dévoilement des 13 nouvelles start-up au Village by CA Aquitaine

En ce jeudi 23 janvier, Florent Merit, le maire du Village by CA Aquitaine situé aux Quinconces à Bordeaux, n’est pas peu fier de présenter les 13 nouvelles structures sélectionnées pour bénéficier de l’accompagnement de cet accélérateur ainsi que de son écosystème. « La sélection fut rude, précise-t-il car sur les 33 dossiers en course tous étaient pourvus d’un chiffre d’affaires non négligeable ainsi que d’une clientèle bien définie ». De la santé à l’environnement en passant par le cadre de vie, la gastronomie et les services, ces 13 entreprises balayent des secteurs d’activité bien divers…

« C'est une promotion riche et variée ! » Tels ont été les qualificatifs usités par Guy Rolland, le directeur général du Village by CA Aquitaine, en ce jeudi 23 janvier à l’annonce des noms des 13 nouvelles structures que l’accélérateur va abriter et accompagner. « La sélection parmi les 33 dossiers fut ardue du fait de la qualité des entreprises », souligne Florent Merit, le maire. Afin de départager toutes les candidatures, le comité de sélection a regardé avec attention si ces start-up n'étaient pas concurrentes, si elles répondaient à un besoin économique du terrain et si, enfin, leur innovation servirait aux partenaires du Village. Et justement en parlant de partenaires, avant de dévoiler les noms de ces nouvelles pépites, trois partenaires ont pris la parole pour donner des exemples concrets sur l’utilité d’un tel accélérateur. Parmi eux, Philippe Bourgeard, chargé de projet EDF Commerce Sud-Ouest. Ce dernier a précisé que « grâce à ce partenariat nous avons pu tester pendant quelques mois un nouvel outil de gestion du personnel mis au point par l'entreprise Je pilote mon entreprise. Les start-up sont ainsi accompagnées au sein de ce Village accélérateur et peuvent tester dans une entreprise leur innovation et pour nous c’est un vrai plus. »
La soirée s’est poursuivie avec une présentation par start-up. Antoine Crehalet d’ADN.AI commença le bal des pitchs. « Nous sommes la première entreprise française à avoir créé des applications vocales. Nous vocalisons par exemple des sites internet. Aujourd’hui, nous comptons huit salariés et notre croissance va très vite. Ce qui est complètement dingue c’est que notre activité touche beaucoup plus de monde qu’Amazon et Google ». Pierre Cosson d’Arsenal Chirurgical prit ensuite la parole pour parler de sa structure qui abrite aujourd’hui trois salariés. « Nous sommes une interface, une plateforme entre les fabricants de dispositifs médicaux et les établissements de santé. » Montée il y a deux ans de cela et n’ayant pas de concurrent sur le marché, Arsenal Chirurgical travaille avec 50 établissements de santé français dont les CHU de Lyon, Nantes et Amiens.

L’innovation et l’environnement main dans la main
Quittons la santé pour la mobilité avec Bee.Cycle et Jean-Christophe Melay. Le point de départ de cette petite entreprise fut la question suivante : « Nous devons changer nos habitudes de déplacement pour des questions environnementales, mais comment motiver et inciter les entreprises à proposer un véhicule de fonction alternatif ? » C’est alors que l’idée d’un vélo électrique de fonction a germé. Mais l’achat de ce type de véhicule coûte cher. Alors Jean-Christophe Melay et son équipe ont pensé à une location longue durée. Le coût est pris en charge par l’entreprise, le collaborateur et l’Etat grâce à une incitation fiscale. « Ainsi, le salarié ne paye en fin de compte que 25 % du prix d’achat et il peut en disposer quand bon lui semble. » Toujours sur cette thématique environnementale, Mon Petit Seau propose une collecte ainsi qu’une valorisation des biodéchets des particuliers et des professionnels, « une solution clé en main », souligne Léo Passieu. Cette petite entreprise met en place également la distribution de paniers de fruits et légumes locaux et des journées de sensibilisation auprès des scolaires. Et alors que le gasoil est montré du doigt par tous les défenseurs de l’environnement, Davy Choumille et son équipe ont créé Transeco2 qui propose aux gros utilisateurs de gasoil une machine en location full service connectée à leur cuve de stockage carburant pour permettre de contrôler le volume, la température et la qualité du carburant livré. « Cette machine se revendique comme écoresponsable, précise ce dernier car elle implante un traceur d’identification et détermine les qualités du gasoil pour le rendre plus efficient et moins polluant ».

Le numérique au service du consommateur
Philippe Gaudin d’Edmond se présenta ensuite devant un public attentif composé de chefs d’entreprise et de partenaires. Sa structure propose « l’unique solution d’avance sur honoraires dédiée aux agences immobilières ». Ainsi, les agents gagnent entre 45 et 100 jours sur leur trésorerie. Il a également conçu un outil de pilotage pour anticiper cette même trésorerie. Du côté de la gastronomie, Ertus Group et Vincent Corbery ont mis au point une suite logicielle pour la traçabilité, la planification et la gestion de l’ensemble des travaux de la vigne au chai ainsi qu’un accompagnement sur-mesure à la mise en œuvre de la transition numérique. « Nous avons réalisé pas mal de levées de fonds pour avancer dans ce marché assez complexe. Nous attendons donc du Village une véritable mise en réseau avec les partenaires ». Toujours dans le monde du vin et des spiritueux Mickaël Alborghetti a monté en 2019 EthicDrinks. « Les consommateurs aujourd’hui épousent une démarche écoresponsable. Dans cet esprit, nous avons décidé de créer des packagings éco-conçus contenant des vins bios ou en agriculture raisonnée ». Gastronomie toujours avec Miap, une plateforme numérique pour bars et restaurants permettant aux clients de commander, payer et bénéficier d’un programme de fidélité. Après de nombreux tests au sein d’une dizaine de restaurants, Ryadh Saadaoui de Miap en est convaincu « notre solution permet un gain de productivité. Et là où nous avons testé notre plateforme les commandes ont augmenté de 25 %, car à peine arrivé, le client smartphone à la main peut commander. Et le serveur est plus disponible donc plus réactif pour apporter la commande. » Restons dans le domaine culinaire avec Crackers Résurrection qui a inventé la valorisation culinaire de co-produits tels que de l’orge de brasserie et du marc de pomme. Made in Dordogne et certifiés AB les crackers conçus à partir de ces co-produits sont référencés aujourd’hui dans 300 points de vente en France.

L’IA omniprésente
Autre start-up à prendre la parole ensuite, Jenji avec Baptiste Bloch. Cette entreprise propose une solution de gestion entièrement numérique des dépenses professionnelles telles que des notes de frais, fondée sur l’Intelligence Artificielle. En 2019, cette jeune pousse a fait une levée de fonds de 6 millions d’euros. « Et, aujourd’hui, nous attendons du Village un accompagnement pour nous lancer à l’internationale ». En matière d’emploi, Qapa a créé la première plate-forme essentiellement dédiée au travail en intérim. « Née en 2011, notre ambition était véritablement de tuer le chômage », explique Stéphanie Delestre. Grâce aux algorithmes cet outil met en contact employeurs et demandeurs d’emploi. « Entre le dépôt de l’offre d’emploi et le salarié trouvé qui est déjà en poste avec son tablier autour de la taille, parfois il ne s’écoule que trente minutes ! » assure cette entrepreneure. Enfin, dernière startup à être présentée TP Qube dans le secteur des prix de transfert. Jugeant les techniques trop archaïques pour définir des études autour des prix de transfert quatre économistes dont Thibaut Roques ont réfléchi à un nouveau process. « Notre structure permet de produire des études plus rapides, moins chères et de meilleure qualité ».
Huit de ces start-up sont déjà hébergées par le Village et accompagnées depuis quelques mois. Les six autres sont attendues d’ici quelques semaines. « Notre accélérateur sera ainsi bien fourni et comptera donc 25 pépites en son sein », conclut Florent Merit.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
3648
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !