30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

  • 30/09/22 | Des ateliers pour orienter les entreprises vers la silver-économie

    Lire

    L’Agence de Développement et d’Innovation et le Gérontopôle impulse des opportunités de développement des entreprises et des territoires en lien avec le bien-vieillir. Plusieurs événements sont organisés. Un atelier à Angoulême, pour présenter les opportunités offertes par la silver économie et les clefs d’accès à ce marché. Quatre ateliers d’exploration des projets et financements européens à Limoges le 13 octobre, Ustaritz le 10 novembre, Bordeaux le 22 novembre et Poitiers le 6 décembre. gerontopole-na.fr

  • 30/09/22 | Le tourisme fluvial se développe le long du fleuve Charente

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Charente-Maritime développe le tourisme fluvial et fluvestre du fleuve Charente. La politique fluviale du Département est en lien direct avec la Flow Vélo afin de développer une destination « Vallée de la Charente ». D'ici 2026, il va donc reconstruire ou réhabiliter les appontements anciens. Au total, 5 pontons fixes vont être construits ou réhabilités ainsi que 4 pontons flottants.

  • 29/09/22 | Emmanuel Macron attendu à Pau pour inaugurer le Foirail

    Lire

    Le Président de la République sera à Pau ce vendredi 30 septembre, pour l’inauguration du Foirail, centre culturel dédié au cinéma Art et Essai, à la musique et au spectacle vivant. La rénovation de l'ancien marché des années soixante s’inscrit dans le plan « Action Cœur de Ville », qui renforce l’attractivité des villes moyennes. Doté de 5 milliards d’euros, ce plan accompagne 6 000 actions en faveur du développement économique, de la culture, de la mobilité et également la rénovation de 80 000 logements dans 234 communes.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Limoges : L'Université et les collectivités alliées pour l’entrepreneuriat et l'attractivité

21/09/2022 | L’Université de Limoges a signé une convention tripartite avec la Ville de Limoges et la Communauté urbaine. Isabelle Klock-Fontanille, sa présidente revient sur le contenu de ce partenariat

L’Université de Limoges a signé une convention tripartite avec la Ville de Limoges et la Communauté urbaine

L’Université de Limoges a renouvelé et enrichi sa convention qui la lie avec la Ville de Limoges. Cependant, elle a associé Limoges Métropole à différentes actions après une première charte signée voilà cinq ans. Suite au passage en Communauté urbaine en 2019, Limoges Métropole dispose de nouvelles compétences en matière de soutien et d’aide aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche et aux programmes de recherche. Isabelle Klock-Fontanille, président de l'Université nous éclaire sur ce partenariat.

@qui! : Dans quels domaines les compétences de Limoges Métropole ont elles été renforcées ?

Isabelle Klock-Fontanille : Il s’agit de la première convention tripartite que nous avons signée depuis que Limoges Métropole est devenue communauté urbaine le 1er janvier 2019 avec de nouvelles compétences. Nous menons, chaque année un programme d’actions chiffré à 180 000 euros pour 2022 avec un soutien fort à l'entrepreunariat. Limoges Métropole va, par exemple, participer au financement d’un séminaire pour des doctorants « Esprit d’entreprendre » afin de les sensibiliser au monde l’entreprise, aux potentialités de créer et développer un projet. La Communauté urbaine va financer la création d’une bourse pour accompagner cette démarche entrepreneuriale. Le prix de thèse Jean-Claude Cassaing a été reconduit avec une dotation de 3 000 € ciblée sur l’innovation. Limoges Métropole soutient le financement de colloques organisés par l‘Université. En plus de l’innovation, elle cible des filières prioritaires, le traitement de surface, l’électronique, la photonique et la cybersécurité avec une collaboration étroite dans le but de soutenir les entreprises du territoire.

 

@! : La recherche et à l’attractivité sont des axes importants, comment se traduisent-il ?

I. K-F. : La communauté urbaine apporte son soutien à la recherche appliquée et au développement des entreprises. Il y a, par exemple, un projet de structuration d’une filière viandes locales, l’Université est chargée de compléter les analyses. Deux projets de recherche et de développement vont également être soutenus. La convention comprend un volet attractivité afin d’attirer des étudiants car c’est aussi l’une des problématiques de Limoges Métropole, attirer certes, mais surtout donner envie de rester. Elle soutient des actions pour rendre notre territoire attractif pour les étudiants internationaux avec des écoles d’été. Cette année, des entreprises comme Weston, Legrand, Sothys, la ganterie de Saint-Junien se sont associées à ce programme. Cela permet de leur faire connaître ces entreprises. Limoges Métropole finance la création d’un portail de l’innovation opérationnel en fin d’année. L’idée est de faciliter les collaborations entre l’Université, le monde socio-économique et les collectivités par une mise en réseau.

"Les étudiants rendent la ville attractive et sont au coeur de la cité"

@! : La culture scientifique est un challenge à relever, que proposez-vous ?

I. K-F. : La culture scientifique, technique et industrielle est un axe de travail transversal important car, l’un des objectifs, est d’attirer des lycéens vers la science. Au travers du « scientibus » et de diverses actions, nous sensibilisons les jeunes au sein des lycées.  Limoges Métropole s’y associe d’autant plus que l’Université a obtenu le label ministériel SAPS, science avec et pour la société. Au-delà des actions menées ou à venir, la convention cadre 2021-2024 a prévu différents axes, en l’occurrence, augmenter les synergies entre recherche d’excellence, entreprises ou acteurs du territoire ; accompagner le développement des filières déjà structurées ; soutenir et coordonner les actions de valorisation et de transfert de la recherche, en étroite collaboration avec la Technopole ESTER et enfin insérer les projets d’innovation et de recherche dans des réseaux internationaux.

 

Une programme d’actions chiffré à 180 000 euros est en cours cette annéeUn programme d’actions chiffré à 180 000 euros est en cours cette année - Crédit : Philippe Laurençon

 

@! : La Ville de Limoges a toujours été un partenaire historique, de quelle manière cela se traduit-il ?

I. K-F. : Cette année, la Ville soutient comme elle l’a toujours fait des actions qui accompagnent la vie étudiante. Pendant la crise sanitaire, elle a été très réactive pour permettre à nos étudiants d’avoir accès à des paniers repas. Le maire est très sensible à la présence des étudiants qui rendent la ville attractive et sont au coeur de la vie de la cité. Le Centre communal d’action sociale propose, avec le dispositif job action étudiants, une mission rémunérée à ceux qui rencontrent des difficultés financières. Une allocation logement temporaire peut être accordée pour l’accueil ponctuel d’étudiants sans ressources. Les étudiants peuvent accéder à l’épicerie sociale et éducative pour des colis alimentaires. En outre, la Ville aide les associations étudiantes dans le cadre de projets et beaucoup sont aussi soutenus par la CVEC, la contribution de vie étudiante. Les étudiants utilisent des équipements sportifs, des salles et du matériel que la ville met à leur disposition, cela vaut aussi pour l’Université.

 

@! : L’accueil d’étudiants internationaux pourrait évoluer avec les droits d’inscription différenciés exorbitants qu’ils doivent acquitter...

I. K-F. : Nous avons une réflexion commune sur les difficultés d’accueil et d’insertion des étudiants internationaux. Suite à la fin des droits différenciés, appliqués pour la première fois cette rentrée, cela risque d’avoir une incidence sur le nombre d’étudiants. Pour les pays avec lesquels nous n’avons pas de convention, ils ne viendront plus car ils ne pourront pas payer plus de 3 000 euros par an. Nous n’avions pas le choix, nous avons fini par le faire car c’est obligatoire depuis 2018 même si nous avons traîné les pieds pendant des années.

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Université de Limoges

Partager sur Facebook
Vu par vous
3782
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !