30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

  • 30/09/22 | Des ateliers pour orienter les entreprises vers la silver-économie

    Lire

    L’Agence de Développement et d’Innovation et le Gérontopôle impulse des opportunités de développement des entreprises et des territoires en lien avec le bien-vieillir. Plusieurs événements sont organisés. Un atelier à Angoulême, pour présenter les opportunités offertes par la silver économie et les clefs d’accès à ce marché. Quatre ateliers d’exploration des projets et financements européens à Limoges le 13 octobre, Ustaritz le 10 novembre, Bordeaux le 22 novembre et Poitiers le 6 décembre. gerontopole-na.fr

  • 30/09/22 | Le tourisme fluvial se développe le long du fleuve Charente

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Charente-Maritime développe le tourisme fluvial et fluvestre du fleuve Charente. La politique fluviale du Département est en lien direct avec la Flow Vélo afin de développer une destination « Vallée de la Charente ». D'ici 2026, il va donc reconstruire ou réhabiliter les appontements anciens. Au total, 5 pontons fixes vont être construits ou réhabilités ainsi que 4 pontons flottants.

  • 29/09/22 | Emmanuel Macron attendu à Pau pour inaugurer le Foirail

    Lire

    Le Président de la République sera à Pau ce vendredi 30 septembre, pour l’inauguration du Foirail, centre culturel dédié au cinéma Art et Essai, à la musique et au spectacle vivant. La rénovation de l'ancien marché des années soixante s’inscrit dans le plan « Action Cœur de Ville », qui renforce l’attractivité des villes moyennes. Doté de 5 milliards d’euros, ce plan accompagne 6 000 actions en faveur du développement économique, de la culture, de la mobilité et également la rénovation de 80 000 logements dans 234 communes.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Limousin : « Il manque une quarantaine de conducteurs scolaires »

01/09/2022 | A la RRTHV, il manque 5 à 8 conducteurs de bus scolaires et à la LDT Limoges, c’est 3 conducteurs qui sont recherchés.

A la RRTHV, il manque 5 à 8 conducteurs de bus scolaires et à la LDT Limoges, c’est 3 conducteurs qui sont recherchés.

En France, tous les écoliers ne pourront peut-être pas prendre le bus le jour de la rentrée, 7.000 à 8.000 postes de conducteurs de bus scolaire n’ont pas été pourvus. La Haute-Vienne n’échappe pas au phénomène malgré des dispositifs de formation incitatifs et une revalorisation salariale.

Poids lourd du transport en Haute-Vienne, la Régie régionale des transports de la Haute-Vienne (RRTHV) dispose d’une flotte de 240 autocars dont 220 vont tourner dès le 1er septembre. La situation est à flux tendu puisque des conducteurs sont encore recherchés. « Pour avoir discuté avec des collègues, il manque une quarantaine de conducteurs en Limousin et chez nous, il faudrait cinq personnes de plus au minimum. Huit ce serait mieux pour avoir une petite réserve, annonce Stéphane Cordonnier, le directeur. On a décidé de faire rouler des personnels administratifs et de l’atelier qui ont le permis. La situation est récurrente, la Région qui gère les transports scolaires, a été prévenue des difficultés pour recruter et former. »

Même si les job-dating apportent des candidats, il faut six mois pour passer le permis, la FIMO (Formation initiale minimum obligatoire) et la FCO (Formation obligatoire continue). Il ajoute que la Fédération nationale des transports de voyageurs est intervenue au niveau national pour une revalorisation salariale : « presque 5 % pour les contrats circuits scolaires de 3 h par jour et la FNTV a aussi rehaussé le quota annuel de 550 h à 600 h. Les temps partiels scolaires sont passés à l’indice 140, équivalent à un conducteur de ligne, une revalorisation importante.»

« Dénicher les personnes intéressées par ce métier »

A la société LDT qui assure les circuits scolaires sur la première couronne de Limoges, les recrutements sont ouverts pour la rentrée. « Il manque au moins trois conducteurs pour notre quinzaine de cars signale Patrick Mole, chargé de recrutement. Pour notre deuxième société Mignaton en Creuse, il manque six à huit conducteurs pour nos 80 cars. On va se débrouiller pour honorer tous les services même si la situation est de plus en plus tendue chaque année. »

Ces deux sociétés forment, grâce à la Région, 30 à 40 conducteurs par an qui décrochent un titre professionnel. Le secteur est en tension depuis des années. « Il faut avoir une politique managériale pour limiter le turnover et savoir dénicher les personnes intéressées par ce métier, car 100 % des personnes qui viennent sur cette formation ne savaient pas qu’elles le feraient. Elles font 20 à 25 heures par semaine avec, en plus, des lignes régulières et des primes. C’est un complément d’activité pour des autoentrepreneurs ou un complément de retraite. Pour des personnes de 56 ou 58 ans qui ont eu un accident de la vie ou un problème de santé, c’est le moyen d’aller jusqu’à la retraite .» Les salaires suivent le tarif conventionnel fixé à 11,14 euros brut de l’heure et revalorisé à nouveau en octobre. 

Quid pour attirer de nouveaux profils ? « Ces métiers ne sont pas valorisés, une politique de communication est à mettre en place avec l’appui de Pôle Emploi, Cap emploi et des organismes professionnels, estime-t-il. Pourtant ils permettent d’avoir de vrais débouchés avec une évolution vers un temps plein, sur des lignes régulières, pour faire du tourisme avec des voyages à la journée ou du grand tourisme sur plusieurs jours. » Des formations complémentaires peuvent être mises en place par Pôle Emploi pour passer le permis, la FIMO ou la FCO à repasser tous les cinq ans. « Elles permettent un retour à l’emploi constate-t-il, c’est intéressant pour ceux qui ont passé leur permis durant le service militaire s’il leur manque un bout de formation.»

 A la LDT Limoges, c’est 3 conducteurs qui sont recherchés A la LDT Limoges, trois conducteurs sont recherchés

« Cinq embauches en CDI pour la rentrée »

Chez ce transporteur du nord de la Haute-Vienne qui compte une soixantaine d’autocars, on assure que « normalement, il y aura un conducteur derrière chaque volant, cinq personnes qui ont suivi la formation payée par la Région ont signé leur CDI pour la rentrée mais il ne faudrait pas d’arrêts maladie ou de démissions. C’est pourquoi nous recherchons deux ou trois conducteurs de bus scolaires supplémentaires pour démarrer plus sereinement ou pour faire du périscolaire » annonce une responsable.

Le salaire peut augmenter si le conducteur opte pour du transport périscolaire. Pour que le conducteur reste en poste plusieurs années, l’entreprise a déployé une stratégie. « Pour suivre cette formation, nous ciblons les personnes qui ont déjà un emploi temps partiel car ce poste est un complément de salaire précise-t-elle, parmi ces nouveaux contrats, certains s’occupent déjà de personnes âgées. Nous avons aussi des jeunes qui ont la vocation pour ce métier et qu’un temps partiel satisfait. »

Les professionnels du transport réclamaient un abaissement de l’âge légal pour passer le permis D, c’est désormais possible dès 18 ans contre 21 ans auparavant. Pour attirer des jeunes, la prochaine étape pourrait être la création d’un CAP permettant d’entrer dans le métier par choix, dans le cadre de la formation initiale, et plus après une reconversion. « Ce serait une bonne chose d’avoir une filière de recrutements plus tôt » espère Stéphane Cordonnier.

Deux formations pour deux jobs

A la RRTHV, il manque 5 à 8 conducteurs de bus scolairesA la RRTHV, il manque 5 à 8 conducteurs de bus scolaires

 

Une expérimentation inédite en Nouvelle-Aquitaine s’est achevée en juin dernier à Limoges. Sur la base du volontariat, des demandeurs d’emploi longue durée ont bénéficié d’une double formation apprenant le métier de conducteur de transport en commun et celui d’assistant de vie aux familles. L’objectif était d’occuper un emploi à temps complet avec un CDI à la clé en cumulant deux postes à temps partiel dans des secteurs où la main d’oeuvre manque cruellement.

Durant huit mois, six demandeurs d’emploi ont suivi ce parcours original dispensée à l’Aftral et au Gréta dans l’objectif de décrocher un double titre professionnel. Inspirée d’une initiative bretonne, cette expérimentation devait répondre à un besoin identifié de 25 postes de conducteurs de bus scolaires et d’aide à la personne. « Sur les six personnes, cinq sont allées au bout de la formation, la dernière a arrêté un mois avant car elle a trouvé un emploi, annonce Annick Fougeras de la délégation régionale Limousin AFT. La moitié des candidats a réussi au moins l'un des titres et une seule candidate a obtenu le double titre. Deux stagiaires se sont orientés vers l’aide à la personne et deux messieurs vers le transport de voyageurs. La difficulté majeure est le nombre d’échecs, les gens étaient éloignés de l’emploi et la formation est longue et complexe. » Pour autant, d'autres territoires ont pris contact, intéressés par cette formation subventionnée à hauteur de 70% par le Fonds Social Européen, complétée par la Région Nouvelle-Aquitaine et l'AFT.

La stagiaire doublement titrée a été recrutée la semaine dernière par la RRTHV, première entreprise à expérimenter ce cursus.

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : RRTHV et LDT

Partager sur Facebook
Vu par vous
3374
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !