Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/06/21 | Tonneins : le pôle de santé parie sur la télémédecine

    Lire

    L’association du pôle de santé du tonneinquais en Lot-et-Garonne regroupe une équipe de médecins, infirmiers, sages-femmes, orthophonistes et psychologues. Afin d’apporter aux patients une réponse médicale rapide et efficace, l’association souhaite développer la télémédecine grâce notamment à un partenariat avec la clinique Saint-Hilaire Esquirol. Pour cela, elle va acquérir du matériel connecté comme des stéthoscopes, échographes ou encore ECG.

  • 11/06/21 | Sport et tourisme: des parcours audioguidés à Limoges

    Lire

    En partenariat avec l’application Runnin’City, la Ville de Limoges propose 3 parcours de running touristique gratuits et audioguidés. Le coureur pourra choisir entre 3 parcours, deux de 7km (Centre-Ville et Bords de Vienne) et un de 10km (Uzurat/La Bastide), et sera guidé par le GPS vocal qui lui livrera des anecdotes sur les lieux croisés en chemin. L’application gratuite est disponible en 7 langues.

  • 10/06/21 | Vrai+Local développe le circuit-court

    Lire

    A Périgny en Charente-Maritime, la société Néos est en train de développer le projet Vrai+Local. Né du constat qu’il était plus facile d’acheter un produit provenant de l’autre bout du monde que localement, Vrai+Local apporte une solution logistique afin que les citoyens puissent faire leurs courses en « bio et local » au travers d’une plateforme, d’une collecte et d’une livraison de proximité. Ces livraisons s’effectueront avec des remorques brevetées « Drive Mobile ».

  • 10/06/21 | Rochefort: Le festival Soeurs Jumelles recherche des bénévoles

    Lire

    Le première édition du festival Soeurs Jumelles aura lieu à Rochefort, hommage à la célèbre comédie musicale de Jacques Demy, du 23 au 26 juin 2021. Consacré à la musique et à l’image, tous secteurs confondus, le festival est à la recherche de bénévoles pour aider à l'accueil du public et des professionnels. Le choix des horaires est libre et seules les personnes majeures sont en mesure de postuler. Dans la mesure du possible, des billets pour les séances de films seront offerts aux bénévoles. Le formulaire pour postuler.

  • 10/06/21 | L’Atelier du Vitrail poursuit son développement

    Lire

    A Limoges, L’Atelier du Vitrail conçoit, fabrique et restaure des vitraux sur toute la France. A l’heure actuelle, tous les process de conception, de création et de présentation sont informatisés. Afin de mieux maîtriser ces outils, les salariés doivent s’approprier le Brevet des Métiers d’Art. Objectif: augmenter leurs compétences en matière d’arts appliqués et de peinture sur verre. Pour aider l'entreprise dans son développement, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui attribuer une aide de 40 991,68 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Logement : Domofrance veut jouer ses cartes

28/02/2018 | Réunis autour d'une conférence de presse ce mercredi, la direction bicéphale de Domofrance est revenue sur les enjeux financiers imposés aux bailleurs par la future loi ELAN.

Domofrance 2018

C'est peu dire que la législation sur le logement en France est en plein bouleversement. Entre les mesures annoncées par l'article 126 du projet de loi de finances et la future loi logement, les différents acteurs du secteur ont eu maintes occasions de se montrer inquiets ces derniers mois. Ce mercredi 28 février, c'était au tour des deux nouveaux dirigeants de Domofrance, Philippe Rondot et Francis Stéphan, de se prêter au traditionnel jeu du "bilan et perspectives". Une occasion rêvée pour évoquer avec eux les nouveaux défis conjoncturels auxquels la profession risque d'être confrontée et de savoir comment ils comptent s'y adapter. Réponses.

Arrière-garde

Le 4 avril prochain, le projet de loi sur le logement, affectueusement surnommé ELAN (pour Évolution du Logement et Aménagement Numérique) sera présenté en Conseil des ministres, après avoir fait l'objet entre décembre et février d'une conférence de consensus au Sénat. Attendu au parlement pour l'été, il propose certaines mesures phares comme le regroupement des organismes HLM, la création d'un nouveau type de bail d'habitation ou encore une relecture de la règlementation des copropriétés. Cette échéance, qui vient en parallèle de l'article 126 de la loi de finance 2018 engageant la réduction du loyer de solidarité dans le parc du logement social, est censée faire office de compensation à la mesure de baisse des APL annoncée par le Gouvernement en octobre. Cette dernière, en théorie, doit permettre de diminuer les dépenses APL de l'État de 800 millions d'euros en 2018 et 2019 et 1,5 milliards d'euros en 2020. Récemment arrivés à la tête de Domofrance, Philippe Rondot et Francis Stéphan, respectivement Président et Directeur Général de ce bailleur gérant quelques 27 330 logements et 5380 lots principaux en co-propriété (pour un chiffre d'affaires cumulé de 215 millions d'euros), se sont livrés au jeu des questions réponses ce jeudi, leur entité étant l'une des 53 de Nouvelle Aquitaine particulièrement concernées par ces nouvelles mesures.

Pour Francis Stéphan, l'article 156 fait davantage partie d'une "loi dans une logique comptable, fiscale et financière" que d'une réelle action en faveur du logement. Avec les conséquences que l'on imagine : "Ça ébranle le modèle économique de tous les bailleurs sociaux de France, et ce nouveau modèle va remettre en cause de façon radicale au moins 200 à 250 d'entre eux". professe-t-il. Pour autant, le président du premier bailleur social d'Aquitaine (investi par le Medef) assure ne pas vouloir jouer la carte du bureau des pleurs sur la loi ELAN. "Nous considérons cette réforme comme positive. Nous sommes dans un pays qui a voulu des réformes, personne n'y échappe. Pas question de nous mettre dans un combat d'arrière-garde. Adaptons nous", concède Phillippe Rondot. Pour autant, pas question non plus d'échapper aux réalités. "Pour nous, cela représente neuf millions d'euros de moins par an dès 2018, et treize à quatorze millions pour la période 2019-2020". L'adaptation augure quelques efforts pour ce bailleur qui est aussi l'une des 17 filiales du groupe Action Logement, qui pèse à lui seul quelques 80 000 logements sociaux en Nouvelle Aquitaine. Elle a d'ailleurs visiblement déjà commencé : en janvier dernier, le Groupe Action Logement a signé une convention avec l'État, histoire de montrer patte blanche en précisant sa stratégie globale et en adoubant, par le même biais, les futures réformes.

La filiale, elle, compte la mettre en oeuvre par plusieurs biais qui vont augurer autant de changements présentés ce matin en quelques lignes. Mais par quoi va-t-elle passer ? "Une nouvelle logique d'adaptation, de nouvelles recettes à trouver et une baisse des coûts de gestion de l'ordre de cinq millions d'euros en trois ans". Le bailleur souhaite également "diminuer los interventions de logique d'entretien à court termes" : si la mésaventure de plusieurs locataires de Cenon en février en est un exemple plutôt malheureux, Francis Stéphan lui oppose les quelques 1500 logements concernés par un objectif de baisse des charges énergétiques rien que sur le secteur de Palmer. En face, il veut plutôt "privilégier les opérations de réhabilitation" comme aux Aubiers et dans 1600 logements en tout sur l'ensemble de la métropole. "Cela exige l'innovation. Si on perpétue le même modèle, on ira dans le mur", professe le responsable. Les fonds supplémentaires devront aussi venir de l'accentuation du volume de ventes de son patrimoine : de 0,7% de parc locatif vendu par Domofrance en 2017 (soit 182 logements et 24 millions d'euros en monnaie sonnante), le bailleur prévoit de passer à 1% en 2020. Malgré les craintes et les frilosités des bailleurs sociaux régionaux quant aux possibilités d'investissements censées être amputées par la loi de finances, Domofrance l'assure, "une vente pour nous, c'est les fonds propres pour une construction possible de deux à trois logements neufs derrière. C'est ce que le gouvernement nous engage à stimuler. Nous avons beaucoup d'actifs dormants, le fait d'en vendre 1% nous permettrait de faire plus". 

Force de proposition

Globalement, on peut dire qu'au niveau du logement locatif social, l'offre est plutôt répartie sur la Gironde, qui représente la plupart des 1143 logements sociaux livrés en 2017 en Nouvelle Aquitaine par Domofrance, dont 90% en résidence collective (T2 ou T3 dans 70% des cas) avec des loyers "moyens" compris entre 5,70 euros du mètre carré pour ceux financés en PLUS (Prêt locatif à usage social) et à 9 euros du mètre carré pour les PLS (Prêt locatif social), ce qui permet d'obtenir, dans le premier cas, un T3 de 65 mètres carrés pour 409 euros charges déduites. Visiblement, il n'est pas vraiment prévu, même dans l'incertitude du contexte politique actuel, d'y renoncer : le bailleur compte déposer 1200 demandes de financement de logements sociaux locatifs en 2018 et en lancer 200 en accession sociale. Le fait intéressant ici, c'est qu'elle ne le fait pas que sur la métropole bordelaise, dont les projets se construisent à flux tendus bien que la ville soit toujours en manque cruel de logements sociaux, d'ailleurs inégalement répartis en fonction des quartiers, comme le révélait en mai 2017 un atlas plutôt riche. C'est, dans le jargon immobilier, ce que Domofrance appelle un "soutien aux zones plus détendues". Concrètement, ça consiste à investir davantage dans des secteurs comme le Bassin d'Archacon, "territoire où la demande de logement social est importante" et où le foncier explose. Cela concerne 310 nouveaux logements neufs répartis entre Cazaux (17), Arcachon (97), Audenge (32 d'ici juillet) et La-Teste-de-Buch (164 logements dont une résidence). Pour Philippe Rondot, le défi de la construction de logements sociaux sur le secteur et la volonté de "fluidifier le parc social" préfigurée par la loi ELAN pose aussi d'autres défis. "De plus en plus de gens sont en mobilité professionnelle. La facilité des mutations dans le parcours de location doit aussi être posée, de même que celle du droit au maintien dans les lieux. Ça pose la question des exigences imposées par la mobilité sur l'économie". 

Mais les grandes agglomérations ne sont pas les seules concernées par la politique du bailleur. De l'aveu même de son directeur général, l'investissement devrait aussi concerner d'autres villes "moyennes" du territoire régional du côté de la Charente Maritime, de la Côte Basque où de Libourne à Langon en passant par Périgueux, commune au sein de laquelle viennent d'être livrées 220 places d'hébergement en foyer jeunes travailleurs et en résidence hôtelière à vocation sociale au sein du nouveau Campus des métiers de Boulazac, en Dordogne. Ces projets, visiblement censés être un gage de volonté, font même digresser un peu le président de Domofrance. "L'ONU prévoit qu'en 2050, deux tiers de la population mondiale habitera dans des villes. La Nouvelle Aquitaine et la métropole n'échappent pas à ce phénomène, dont le risque est d'accentuer la désertification rurale au profit de l'étalement de l'espace urbain et de provoquer une densification (largement souhaitée politiquement comme on l'a vu dernièrement) qui ouvrira à de grandes vulnérabilités". En redescendant un peu, on découvre que ce discours recoupe (sans jamais s'en cacher) un autre projet gouvernemental, celui de la revitalisation des villes moyennes, au sein duquel le bailleur affirme vouloir être force de proposition. Et ses dirigeants d'affirmer que les investissements dans les grands projets urbains (comme ils ont pu avoir lieu avec l'exemple du renouvellement urbain de Carriet, à Lormont ou de Génicart du côté de Bordeaux Saint-Jean) vont continuer. Ce dernier est en effet déjà engagé dans les projets de renouvellement urbain de Palmer et d'Henri Sellier à Cenon, de Saige à Pessac ou encore d'Yser et de Prada à Mérignac. "Les maires de toutes ces communes sont vigilants car ces projets ne sont pas sans incidence sur l'ensemble de l'urbanité". Sonnant moins comme une résignation à être dans les clous que comme un accord de principe, cette nouvelle "feuille de route" montre en tout cas assez bien avec quels défis la partition gouvernementale à venir va devoir s'accorder. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
16742
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !