Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Logement social en Nouvelle-Aquitaine : l'incertitude demeure

05/02/2019 | Dans une note récente, l'Arosha, regroupant 31 organismes HLM en région, dévoile un recul pour la production neuve de logements sociaux en 2018.

logement social 2019

L'interprofession régionale des organismes HLM, l'Arosha, s'est montrée ces derniers jours particulièrement pessimiste à l'égard des perspectives sur la construction neuve de logements sociaux en Nouvelle-Aquitaine. Dans une note, chiffres à l'appui, elle dénonce les "mesures budgétaires du gouvernement" (loi Elan et loi de finances 2018 actant la baisse des APL) et prédit une année 2019 compliquée. La présidente de l'organisme, revient sur ce contexte, partagé entre craintes et espoirs, pour la production régionale de logements sociaux. Tour d'horizon d'enjeux dépassant (largement) nos seules frontières.

Des chiffres à la baisse

L'Arosha, association interprofessionnelle regroupant 31 organismes HLM dans cinq départements de la Nouvelle-Aquitaine a rédigé, à l'occasion de son premier conseil d'administration de l'année, une note de conjoncture sur la production neuve de logements sociaux au niveau régional. A l'intérieur, on y découvre quelques chiffres qui tendent à confirmer un recul des mises en chantiers de logements sociaux en 2018. En volume, 9765 logements sociaux neufs ont été programmés en 2018, soit une baisse de -7% de la programmation entre 2017 et 2018 lorsque la tendance était à la hausse de +2,4% entre 2016 et 2017 (avec des disparités fortes). Les logements à plus bas loyers sont privilégiés (+10% de PLAI ou prêts locatifs aidés d'intégration, soit 258 logements de plus), de même que les logments en location-accession à la propriété (612 au total). "58% de cette programmation concernent la métropole bordelaise et le littoral, le reste étant concentré sur les principales agglomérations puis réparti dans les territoires ruraux", écrit ainsi l'Arosha.

Pour les professionnels du secteur, c'est une tendance de fond (déjà dénoncée précédemment) provoquée, selon ces derniers, par les mesures de la loi de finances 2018 et de la loi Elan. En 2019, écrit l'Arosha, "les premières répercussions de ces réformes devraient apparaître et une tendance plutôt pessimiste semble se profiler". Pour Muriel Boulmier, président de l'Arosha et de l'Union Régionale HLM en Nouvelle-Aquitaine, "Le gouvernement a acté la baisse de l'APL, adoptée en guise de mesure budgétaire, mais a demandé au secteur du logement social de compenser cette dernière par une baisse des loyers. Or, les ressources des bailleurs sociaux proviennent en quasi totalité les recettes locatives. La baisse totale au niveau national est de 1,5 milliards d'euros par an. Cela représente une baisse de ressources de 4% des recettes locatives, ce qui est conséquent puisque le secteur investit beaucoup. L'immobilier est un temps long", poursuit la responsable, "il n'est pas rare qu'il faille deux ans et plus pour sortir une opération. Une opération lancée va quand même se faire, c'est pour ça que la baisse constatée en Nouvelle-Aquitaine n'est pas aussi critique qu'elle pourrait l'être. En revanche, la conséquence d'un temps long, c'est qu'au fur et à mesure, les choses s'adaptent entre elles : il y a une baisse de la ressource et donc une baisse des investissements, faute de moyens. La mesure budgétaire a eu un effet immédiat mais la réduction des investissements est un effet mécanique qui s'inscrit dans le temps. C'est pour ça que la tendance à la baisse en 2019 devrait être plus significative. Pour la première fois, Bordeaux Métropole envisage une baisse réelle de sa production, qui est pourtant un moteur dynamique pour la région toute entière". 

Chemin à suivre

La tendance locale est donc au pessimisme, et elle rejoint en cela les données nationales évoquées dernièrement par Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement : 109 000 logements sociaux produits contre 113 000 l'année d'avant et 124 000 il y a deux ans. Or, les économies demandées aux bailleurs (hausse de TVA sur certains travaux et la réduction des loyers évoquée plus haut) inquiète l'interprofession, qui a demandé il y a quelques jours à rencontrer le premier ministre Edouard Philippe à ce sujet, demande pour l'instant restée sans réponse. Pour l'USH (Union sociale pour l'habitat), "dans les hypothèses actuellement à l'étude à Bercy, il est clair que la production de logements sociaux, la rénovation urbaine, la rénovation énergétique et les capacités d'entretien du parc seraient gravement réduites". Un avis clairement partagé par Muriel Boulmier. "La tendance est pessimiste parce que le besoin demeure et nous n'avons plus les ressources suffisantes pour faire face aux besoins tels qu'ils sont exprimés. Le chemin va vers une baisse de 8% des charges locatives à partir de 2020. Il y aura une baisse de la production qui va se créer. On nous a dit que les ventes compenseraient les fonds propres, et il y a bien un mouvement de ventes qui s'est installé. Mais cela ne peut pas viser tout le patrimoine. Au niveau des prêts auprès de la Banque des Territoires, nous en sommes à avoir des financements sur les logements que nous construisons sur soixante ans, ce qui est énorme. A termes, là aussi, la question va se poser".

Quelles marges de manoeuvre reste-t-il et, surtout, quels chantiers s'annoncent pour les bailleurs sociaux afin de tenter d'inverser la tendance, alors qu'environ 10% des habitants de la région habitent dans un logement social et qu'environ 120 000 personnes sont toujours sur liste d'attente pour y accéder ? Au niveau national, une clause de revoyure, annoncée par le gouvernement lors d'un congrès à Marseille, est censée effectuer un bilan des mesures d'économies. Pour la responsable régionale, la question se pose : "est-ce que les organismes de logement social peuvent poursuivre l'investissement au même rythme ou est-ce qu'ils seront obligés de marquer le pas sur leurs capacités ? Je ne comprends pas que l'on passe à côté d'un enjeu comme celui-là. Au moment de la crise de 2008, des pays comme la Grande Bretagne, l'Allemagne, l'Autriche ou le Portugal s'étaient complètement désengagés du logement social en se disant que le marché allait être un régulateur. Dix ans plus tard, Vienne réinvestit dans le logement social. Le nouveau maire de Londres a mis deux milliards de livres, l'Allemagne doit faire face à une flambée des prix du loyer et met cinq milliards sur la table. Ce n'est pas un hasard si tous ces pays comparables aux nôtres par rapport au niveau de développement, investissent. On se demande pourquoi la France ne fait pas pareil". Au niveau régional ensuite, les regards sont tournés vers le Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Égalité des Territoires (SRADDET), toujours en cours d'élaboration. Sur le volet dédié à l'aménagement du territoire (et donc, au logement), la responsable de l'Arosha confie être "en train de travailler sur une politique en soutien de l'investissement du logement social dans les territoires détendus. On est en train de négocier les formes auprès de la région". Aux côtés de la stratégie de Bordeaux Métropole visant à la collaboration avec d'autres territoires, cet axe pourrait, selon la responsable, aller dans la bonne direction.

L'Europe dans la course

Enfin, le dernier volet, et pas des moindre, est européen. "Le budget européen est construit à partir des budgets nationaux. La sortie de l'Angleterre implique une baisse du budget. Un certain nombre de budgets vont diminuer, dont celui dédié à la politique de cohésion dans laquelle s'insèrent les fonds structurels. Ces derniers ont des piliers qui font office d'engagements de la commission européenne. La dotation devrait baisser de 5% en France et sera équivalente à 34 euros par habitant. Les crédits nationaux sont répartis entre les nouvelles régions, et la Nouvelle-Aquitaine, dont le budget n'est pour l'instant pas arrêté, rentre cette année dans les régions dites "en transition" parce qu'elle regroupe Limousin et Poitou-Charentes, alors qu'elle faisait partie, avec l'Aquitaine seule, des régions "développées". J'espère donc que nous aurons quelques euros en plus", explique Muriel Boulmier.

"Dans ce cadre là, les régions passent contrat avec la Commission Européenne au travers du Programme Opérationnel qui précise vers quoi seront orientés les fonds structurels de la politique de cohésion. Elle choisit, au regard des axes et du cadre fixé par l'Etat membre, ses propres axes stratégiques. De notre côté, nous commençons à travailler ces axes à partir du printemps, l'union régionale va faire des propositions et rentrer dans les négociations avec la région". Et pour elle, "Il ne faut pas avoir peur d'être audacieux. Dans les axes de la politique de cohésion, on retrouve la contribution à la transition énergétique. Ca, on le fait déjà depuis un certain temps. Mais on retrouve aussi un volet "innovation, recherche et numérique". Il faut entrevoir de travailler sur plusieurs champs à la fois, le logement social n'est exempt ni d'innovation ni de recherche". En attendant, la présidente de l'Arosha appelle les pouvoirs publics à "ne pas alourdir la note en 2020 à travers de nouvelles mesures budgétaires. Les organismes HLM néo-aquitains ont une réelle capacité d'adaptation mais pour leur permettre de mettre en place les dernières réformes, le gouvernement doit marquer une pause dans la ponction de leurs ressources". Les prochains mois au ministère du Logement risquent d'être animés...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5482
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !