Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/04/21 | Elections départementales et régionales : les maires ont dit non au report

    Lire

    Si la consultation auprès des maires organisée ce week-end en urgence par le Gouvernement sur le maintien des élections régionales et départementales en juin prochain avait soulevé quelques réactions épidermiques de nombreux élus _ « consultations rocambolesque » pointait l'association des Maires de France _ les retours de cette consultations pèsent pour le maintien des élections : sur les 24 000 maires qui ont répondu, 56% se sont positionnés en ce sens. La balle est désormais dans le camp des parlementaires.

  • 13/04/21 | Un concours photo « En Contraste »

    Lire

    Depuis le 17 mars, Talence Evènements a lancé un concours photo amateur ouvert à tous les habitants de la métropole. La photo « En Contraste » devra être prise à Talence ou faire un clin d’oeil à la Ville. Les 22 photos sélectionnés par le public du 1er au 30 juin seront exposées durant l’été sur les grilles du parc Peixotto et les 3 gagnants se verront remettre un prix en juillet. Les participants ont jusqu’au 9 mai pour déposer leur photo. Plus d’infos sur le site de Talence Evènements".

  • 13/04/21 | Les huiles se développe au GAEC ferme Dana

    Lire

    Dans la Vienne, le GAEC ferme DANA produit des oléagineux transformés en huiles pour l’alimentation. Depuis 2012, cette activité est passée de 800 litres par an à plus de 7000, commercialisées grâce à un réseau de boutiques de proximité. Pour continuer, le GAEC va adapter ces installations en automatisant certaines tâches en aménagement un hangar notamment. Pour ce projet, il a bénéficié d’une aide de l’Union Européenne de 24 961 €.

  • 13/04/21 | Périgueux valorise son patrimoine antique

    Lire

    Depuis quelques années, Périgueux a engagé un programme de valorisation de son patrimoine gallo-romain au travers notamment d’une déambulation douce dans les vestiges. Le Musée Vésunna de Jean Nouvel va être rattaché à ce parcours pour permettre à l’ensemble de ce parcours piéton de mettre en perspective et en interprétation le patrimoine du quartier de la Cité.

  • 12/04/21 | A Sare, le boucher ouvre... des gîtes !

    Lire

    Les propriétaires d'une boucherie charcuterie traiteur dans le centre bourg de Sare (64) ont acquis en 2020 une maison située à proximité directe de leur magasin. Leur objectif : rénover la maison pour créer 3 types d'activités différentes! Au rez-de-chaussée un point de vente complémentaire, au 1er étage, un gîte d'étape de grande capacité et au 2ème étage, 2 logements pour saisonniers. Outre l'audace et l'originalité du projet porté par la SARL Larrun Lodge, il répondra au besoin d'accueil des saisonniers, nombreux sur le territoire du fait de la proximité de la côte et de l'attractivité touristique du village.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Luz Environnement : des bouteilles à l'infini

31/03/2021 | Annie Le Deunff a fondé Luz Environnement. L'usine verra le jour en septembre ou octobre prochain. Une première en France.

Annie Le Deunff, fondatrice de Luz Environnement

Annie Le Deunff est la fondatrice de Luz Environnement. L'objectif est d'aller de la collecte, au réemploi de bouteilles de vin, en passant par le nettoyage et la préparation des bouteilles. Le tout en respectant évidemment les principes d’économie circulaire et d’Écologie Industrielle de Territoire (EIT). L'usine sortira donc de terre en Gironde, à Bordeaux, une première en France. Annie Le Deunff a reçu une subvention de 210 000€ de la Région, pour un projet d'une valeur de 1,9 million d'euros.

Au coeur du château le Sartre, nous retrouvons Annie Le Deunff, fondatrice de Luz Environnement, soutenue par l’incubateur Bernard Magrez. Mais alors, qu’est-ce que c’est? Simplement, la mise en place de la filière de la consigne et du réemploi des bouteilles de vin. « C’est à la fois très ambitieux et très compliqué », exprime-t-elle. Partir du verrier et aller jusqu’au citoyen, voilà le but de l’entreprise. Une première en France. La première usine sortira de terre en Gironde. Un projet estimé à 1,9 million d’euros. Pour l’heure, Annie Le Deunff a déjà reçu une subvention de 210 000€ de la Région. D’autres financements sont en cours auprès d’autres collectivités. « Ces subventions vont permettre d’avoir un niveau de prix de vente de la bouteille acceptable et garantir de l’emploi. » Un prix de bouteille légèrement moins cher que celui d'une bouteille neuve. Le lancement est prévu en septembre ou octobre prochain. 

À l’étage du château, au milieu d’oeuvres d’art, dans sa robe fleurie, elle nous raconte cette histoire. Une histoire sortie d’un livre. Alors qu’elle était en voiture avec sa fille Marianne, elle lui demande de lui raconter le dernier livre qu’elle a lu. « C’était un monsieur un peu fou. Il a nettoyé un terrain vague où il y avait plein de bouteilles de verres. Il a rendu le terrain propre et a fait un château avec les bouteilles. À ce moment-là, on passe devant un container de verre qui dégueulait de bouteilles de vins et là, banco » dit-elle en tapant dans ses mains. Après avoir testé plusieurs jobs dans lesquels elle n’était pas épanouie, elle décide de mener son propre projet. 

Un projet bien ficelé 

Cela fait maintenant deux ans qu’Annie est sur ce projet qui est ni plus ni moins qu’ « une succession de rencontres et de questionnements ». Elle est seule et porte plusieurs casquettes : présidente, directrice commerciale, directrice financière, administrative… Et pourtant, elle a su s’entourer d’une « équipe de soutien » constituée d’experts. Deux années de recherches, d’interrogations, de discussion… pour construire des idées de modèles économiques propices à l’impact environnemental et porteur de ses valeurs. Aujourd’hui, tout est prêt, il ne manque que les financements pour que le projet arrive à maturation ! « Pour les machines, on se fournit en France, en Italie et en Allemagne. On a demandé à ces fournisseurs de faire de la recherche et de calibrer leurs machines pour qu’elles s’adaptent à mon besoin », raconte la fondatrice, avec un dynamisme sans faille.

« L’idée c’est vraiment de réemployer plutôt que de recycler ». Près de huit machines seront en place pour y parvenir. Il y a une phase de lavage, avec de l’eau et de la soude. Alors, on peut se dire qu’utiliser de l’eau potable pour nettoyer des bouteilles, niveau impact écolo… C’est pas fou ! Mais vous l’aurez compris, Annie et son énergie n’ont rien laissé au hasard ! Une étude de faisabilité a été faite pour que le projet tienne la route. Cette eau sera réutilisée pour nettoyer les palettes. Le reste du processus, « c’est du contrôle. C’est pas un lave vaisselle. Le lavage, c’est presque rien à coté du process de contrôle et de vérification » tient à préciser la fondatrice. Tout est donc vérifié, mesuré et contrôlé. « Tu peux mettre une fourmis, tout ce que tu veux dans la bouteille, je le trouverais », dit-elle en riant.

Mais alors, est-ce ça vaut le coup de faire tout ça? Entre impact économique et environnemental? « On a créé un algorithme qui nous permet de vérifier l’équilibre entre ces deux éléments. Je vais être en contrariété permanente ». Luz Environnement, c’est aussi et surtout une entreprise ESS ( économie sociale et solidaire ). Pour faciliter les postes de travail, tout est mis en oeuvre pour que ce soit le plus ergonomique possible pour les employés. « L’humain est surtout là pour veiller à la santé des machines ». En Nouvelle-Aquitaine, c’est 700 millions de bouteilles qui sont embouteillées en Gironde. L’objectif d’Annie et de Luz, c’est de vendre 5 millions de bouteilles, soit 2% de la part du marché. « On est dans un contexte où on parle beaucoup de la consigne, donc il y a un risque d’emballement ». Évidemment, Annie Le Deunff est pleine d’ambition et a déjà une idée derrière la tête : produire une deuxième usine en Gironde, quand tout sera lancé. 

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5107
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !