Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/19 : Dans le cadre du grand débat national, la quasi-totalité des mairies de Charente-Maritime ont ouvert des cahiers citoyens. Ces cahiers se clôturent ce soir, 20 février. Ils seront transmis à la préfecture, au plus tard pour la fin de la semaine.

20/02/19 : La Rochelle : Le prochain forum Objectif Emploi (rencontres entreprises et demandeurs d'emploi) aura lieu à La Jarrie mardi 5 mars de 14h à 17h, Gymnase du collège Jacky Héraud, 43 rue du chemin vert. Rencontres ouvertes à tous sans inscription.

19/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du PS de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux. Ce rassemblement est devenu au fil des heures un "Front républicain"

19/02/19 : Concert du pianiste Fazil Say à l'Auditorium de l'Opéra de Bordeaux les 21 et 22 février. Au programme : le Concerto n° 21 de Mozart mais aussi sous la direction musicale de Paul Daniel, l'ONBA jouera la nouvelle symphonie du pianiste baptisée "Hope"

18/02/19 : Dans la nuit de samedi et dimanche 500 hectares sont partis en fumées au dessus des vallées de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Saint-Etienne de Baigorry, premiers résultats récurrents des écobuages traditionnels. Ils ont été interdits jusqu'à ce jour.

18/02/19 : La ville de Poitiers appelle à un rassemblement contre l'antisémitisme et le racisme le mardi 19 février à 19h place Leclerc.

18/02/19 : Charente-Maritime : Saint-Jean-d'Angély organise son grand débat national le vendredi 1er mars à 18h, salle Aliénor-d’Aquitaine. Cette réunion d’initiative locale aura pour thème « Vers une nouvelle ruralité », en présence du député J-P Ardouin.

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/19 | P-A : attention maximale au ski

    Lire

    Alors que la saison de ski bat son plein, les services de l'État se mobilisent. Ainsi, ces derniers lancent la campagne "Pour que la montagne reste un plaisir", dédiée à la sécurité sur les pistes et les règles de bonne conduite à respecter sur les domaines skiables. La Préfecture des Pyrénées Atlantiques organise dans ce cadre deux journées de prévention les 20 et 21 février sur le domaine skiable de Gourette. Les journées sont ouvertes aux skieurs de tous âges.

  • 20/02/19 | Convention entre les Deux-Sèvres et Ciments Calcia SAS

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres et la société Ciments Calcia SAS viennent de signer une convention pour l'aménagement d'accès à une future carrière d'argile, la carrière d'Amailloux sur la RN 149. La société Ciments Calcia SAS est ainsi chargée des travaux qui consistent en l'aménagement d'un giratoire et d'une route d'accès à la carrière, au niveau de la RD 327 et de la RN 149.

  • 20/02/19 | EDF simplifie la vie

    Lire

    EDF lance IZY by EDF, une plateforme permettant d’accéder aux services du quotidien. Que ce soit pour des petits travaux ou des projets de rénovation plus importants, IZY by EDF s’adresse à tous, particuliers comme professionnels. Présent dans 8 agglomérations en France, ce service arrive à Bordeaux et dans ses alentours. Un accompagnement gratuit à chaque étape du projet est proposé par IZY au travers de ses conseillers spécialisés. Plus d'infos

  • 20/02/19 | BMQ : deux porte-paroles nommés

    Lire

    L'association Bordeaux Métropole des Quartiers s'est réunie le vendredi 15 février dernier. Le séminaire était organisé dans le but de définir la marche à suivre pour les semaines à venir. BMQ a ainsi décidé d'amplifier son travail de fond, annonçant l'arrivée cet été d'un ouvrage sur les grands enjeux de la métropole. L'association a également nommé deux nouveaux porte paroles. Il s'agit de l'avocate Anne Cadiot-Feidt, et de Marc Langlois, fondateur du cabinet de conseil DOO.

  • 20/02/19 | 2ème édition du mois de la reliure à Pau

    Lire

    La Bibliothèque Patrimoniale de Pau propose 4 rendez-vous en mars à l'Usine des Tramways pour faire découvrir à tous l'art de la reliure. Après le succès de la 1ère édition, cette année le but est de découvrir les étapes de fabrication d'un livre et les techniques de réparation des œuvres abîmées. Les samedis 2, 9, 16 et 23 mars dès 15 h, des activités et visites seront ainsi organisées. Inscriptions au 05 59 98 78 23 ou par mail à patrimoines@agglo-pau.fr. Places limitées à 15 par séance, 10 pour le 23 mars.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Maïsadour parie sur les produits de la mer pour poursuivre son développement

04/12/2013 | Lors de sa dernière assemblée générale en tant que Directeur Général de Maïsadour, Thierry Blandinières a annoncé la création d'un nouveau relai de croissance:les produits de la mer

Thierry Blandinières, DG Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe Coopératif

Ce 3 décembre, Maïsadour tenait son assemblée générale à Hagetmau. L'occasion pour le groupe coopératif de présenter une fois encore un chiffre d'affaire en hausse frôlant les 1,5Md € malgré un résultat en baisse, mais toujours positif. L'occasion aussi de présenter un nouveau relais de croissance à travers la création d'un pôle dédié aux produits de la mer. Cette grand-messe annuelle n'a pas échappé cette année à une pointe d'émotion, puisqu'elle marquait la dernière AG de Thierry Blandinières en tant que Directeur général du Groupe, auquel Michel Prugue, son Président et Henri Emmanuelli, Président du Conseil général des Landes ont rendu hommage.

«Au 30 juin, le chiffre d'affaire voit le milliard et demi en approche. Le groupe continue sa croissance», annonce Thierry Blandinières. «1,5Mds€, ce n'est pas rien sur nos métiers. Nous l'obtenons en continuant à travailler sur un modèle économique équilibré entre amont et aval». Mais derrière la satisfaction, un point noir, le résultat net affiche une baisse relativement importante: 2,5M€ contre 12 M€ sur l'exercice précédent.
L'explication se trouve en grande partie dans l'absorption par le groupe du prix historiquement haut du maïs. «Nous avons payé le maïs au plus haut, jusqu'à 213€/t, pour préserver la marge des éleveurs.» Et Michel Prugue de compléter: «le modèle économique de la coopérative a joué à plein, on a joué la carte des producteurs, en permettant de lisser les revenus». Un mécanisme qui a mis les abattoirs sous pression puisque la totalité de la hausse ne peut pas être répercutée sur la Grande Distribution reconnaît Thierry Blandinières.

"Un double niveau de valeur ajoutée"Mais à l'heure actuelle, les cours sont de nouveaux à la baisse, ce qui devrait libérer un peu d'air sur le pôle agroalimentaire. Dans le même sens « et poussé par la crise », le groupe coopératif a procédé à une restructuration de ses abattoirs landais afin de recentrer les activités du Pôle "Fermier landais" sur le site de Saint-Sever. Bilan de l'opération: deux abattoirs fermés cet été sans heurts ni drames, en raison d'un accompagnement social bien mené se félicite le DG du Groupe. Une opération à 6M€ qui devrait garantir un gain de productivité visible lors de l'assemblée générale 2014.
Sur la volaille encore, le groupe veut également développer le Label rouge Poulet Liberté, qui nécessite la construction de 150 cabanes de 400m2. Pour l'heure 70 bâtiments ont été construits par les adhérents de la coopérative. Objectif: pouvoir répondre à la croissance de l'activité Grande et Moyenne Surface de Fermier du Sud Ouest, tout en conservant une valorisation, via le label. La production à partir de cabane mobile (IGP Landes), également en développement, est quant à elle destinée aux circuits traditionnels. La raison de cette segmentation selon Michel Prugue: «un prix de revient de ces volailles IGP qui n'est pas compatible avec celui de la GMS».
La segmentation des circuits de distribution est donc une des clés du développement du groupe coopératif. Une segmentation portée à la fois par «un double niveau de valeur ajoutée: la différenciation par le territoire (IGP ou Label) mais aussi par des marques».

"Il faut pousser les marques"Coté Foie gras et terroir, le groupe a mis en place la désignation 100% Sud ouest qui selon le Directeur général, «va plus loin que l'IGP» origine sud ouest des canards, et des canetons eux même issus de parents sud ouest. «Ici on relocalise sur le territoire les métiers traditionnels des fermes de reproduction et des couvoirs et 100% de nos canetons seront 100% sud ouest d'ici un an!» Là encore, un investissement de l'ordre de 10 M€ pour le groupe et la création d'une cinquantaine d'emplois à la clé.
Coté marque, Thierry Blandinières persiste et signe sur le bien-fondé de la stratégie menée depuis le «renouveau» de Depeyrat: «il faut pousser les marques!» et de ce côté là les lignes bougent au sein de la Holding MVVH (Maïsadour-Vivadour, Val de sèvre Holding) qui regroupe les marques du pôle gastronomique. Thierry Blandinières annonce en effet la disparition de la marque Excel au profit de Sarrade, qui visera plus particulièrement les professionnels et l'export. Comtesse du Barry est un peu «reliftée» avec la mise en place de boutiques haut de gamme proposant foie gras, caviar, saumon, vin et produits sucrés tels que cannelés et macarons, et enfin et surtout, la marque Delmas, s'installe et permet le développement d'un pôle «Produits de la mer», auquel Thierry Blandinières croit beaucoup.

Produits de la mer, une perspective de 200M€

Thierry Blandinière, Directeur Général de Maïsadour, ''Même si ça n'est pas dans l'ADN des coopératives, il faut pousser les marques''a

Une entrée remarquée dans le monde de la poissonerie libre service initiée par l'acquisition de Pêcheurs d’Islande (saumon fumé), pour 1 euro symbolique, et celle de la petite saumonerie de Brioude dans les mêmes conditions et concrétisée ce lundi 2 décembre par l'achat de la société Viviers de France au novégien Norway Seefood pour 4 M€. Avec une perspective de 150 M€ de chiffre d'affaires dès l'an prochain puis 200M€ à 5 ans, Maïsadour crée un relais de croissance à moindre coût même si bien sûr «derrière il faudra réinvestir pour relancer» concède Thierry Blandinières. «Mais si on y arrive, au total ça ne nous aura pas coûté grand chose». D'autant que dans le secteur le groupe «entre par le haut», en créant notamment une gamme «Le Saumon supérieur», là où dans ce secteur aucune norme de qualité supérieure n'existe. Pour Thierry Blandinières «forcément ça dérange, mais ça n'est pas très grave puisqu'on apporte de la valeur ajoutée à la filière».

Quant à la succession de Thierry Blandinières, si aucun nom n'a été dévoilé, l'heureux élu a renvoyé son contrat de travail signé en début de semaine confirme Michel Prugue. Seuls éléments d'information qu'il concède, le futur DG du groupe coopératif landais «est issu de la filière agroalimentaire, a une expérience des produits sous signes de qualité et a déjà croisé la route de Maïsadour». Il prendra ses fonctions de Directeur général de Maïsadour et de Directeur général de la Holding MVVH dans le courant du premier semestre 2014.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Studio Ernest

Partager sur Facebook
Vu par vous
3798
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
festnoz | 05/12/2013

2,13€/T j'achète:!!!! mdr

coquille...? de maïs certainement!

Solène Méric | 05/12/2013

Merci de votre lecture attentive!
La virgule était de trop... L'erreur est corrigée.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !