Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Maïsadour, un modèle économique toujours gagnant

05/12/2012 | Avec un chiffre d’affaires de 1,370 Md€ sur l’année 2011-2012, le groupe Maïsadour affiche une croissance remarquable de 14% en pleine crise économique.

Thierry Blandinières et Michel Prugue lors de l'assemblée générale Maïsadour

Ce 4 décembre, l’assemblée générale de Maïsadour, était l’occasion de la traditionnelle rencontre entre la presse et Michel Prugue, le Président du Groupe coopératif et Thierry Blandinières, son Directeur général. L’occasion pour eux de mettre en avant «la croissance soutenue et durable» du groupe, grâce à des relais de croissance efficaces malgré la crise. Au total, le bilan 2011-2012 est assez similaire à l’an passé : un chiffre d’affaires en hausse mais un résultat qui n’est pas au niveau attendu. Un regret identique dû à une même cause: «la trop longue inertie des GMS» pour répercuter la hausse des cours sur les consommateurs.

Pour Michel Prugue, la particularité du groupe, c’est «son modèle économique fondé sur l’équilibre entre l’amont et l’aval, et entre végétal et animal». Un équilibre parfait cette année, puisque chaque secteur pèse 50% du chiffre d’affaires du groupe. Selon le Président du Groupe, c’est bien ce modèle qui permet «une grande résistance dans un contexte économique difficile» cette année encore une croissance à deux chiffres. Si le chiffre d’affaires est conforme aux attentes des dirigeants, le résultat qui affiche de tout de même 12,3 M€, déçoit un peu. «Dans l’idéal on devrait approcher les 18 M€», souligne Thierry Blandinières. Un écart que le Directeur général vit cependant «sereinement» puisque «les 6M€ qui manquent sont dus à l’indexation des coûts de la filière de production animale». Un système qui protège les éleveurs de l’augmentation des céréales, mais que la grande distribution met environ 3 mois à répercuter sur le consommateur.  

Bonne santé des métiers de l'amontUne hausse des cours que par ailleurs Michel Prugue, Président d’ «une coopérative polyvalente et dans laquelle la majorité des adhérents pratiquent la polyculture», ne trouve pas «choquante». Et pour cause, c’est cette hausse qui explique, en partie, la bonne santé des métiers de l’amont du groupe. Une bonne santé qui perdure grâce aussi aux relais de croissance mis en place. Thierry Blandinières cite en exemple l’installation il y a 2 ans d’une usine de semence en Ukraine. Déjà saturée, le groupe s’interroge sur un possible agrandissement.  
Autre métier stratégique pour le groupe : l’aliment. Celui-ci fait l’objet d’une mutualisation des moyens de collecte avec d’autres coopératives. Cinq usines en font déjà partie pour une collecte totale de 650 000 t. Pour le directeur général, l’objectif de ce grand pôle est de réduire les coûts logistiques pour la collecte et le séchage du maïs, et limiter les trajets de liaison pour les agriculteurs. «Une manière de compenser en partie la volatilité des coûts. »  

Gastronomie: la montée en gammeQuant à l’aval les relais de croissance sont eux aussi placés ou en prévision pour les années à venir. Delpeyrat, qui a gagné ses galons de référent de la gastronomie du Sud Ouest vise désormais la gastronomie française en s’ouvrant, pour l’heure, au saumon fumé et au caviar. Une manière aussi de «monter en gamme et de tirer vers le haut le Foie gras et le Jambon de Bayonne», souligne Thierry Blandinières, également PDG de Delpeyrat.  
Autre projet en cours sur le foie gras : la création d’une salle blanche sur le site de transformation de Saint Pierre du Mont afin de conserver les volumes tout en fabriquant «un produit extra frais, avec des DLC de 18 mois voire 3 ans. Là encore c’est une montée en gamme» souligne Thierry Blandinières. Mise en route au second semestre 2013.

Capter les opportunitésRelais de croissance encore sur la volaille. Avec Fermiers du Sud Ouest là encore l’idée est de créer un grand pôle recentré sur le sud-ouest qui organise la filière de l’amont aux abattoirs tout en développant la marque Saint Sever auprès des consommateurs de la grande distibution.  Dans ce cadre, Maïsadour s’est lancé dans la structuration de Fermiers du Périgord, avec la reprise, début 2012, d’une entreprise en grandes difficultés à Terrasson. Le projet de relance de la production, un peu ralenti par la crise, s’accompagnera de la création d’un abattoir d’ici 2015.

Enfin, le groupe qui promettait l’an dernier de «muscler l’international» vient de mettre en place une direction transversale spécifique, chargée « d’être les yeux et les oreilles» de la coopérative pour capter d’éventuelles opportunités sur les marchés étrangers, tant sur l’amont que sur l’aval. De l’Amérique du Nord à l’Europe de l’Est en passant par l’Afrique, le groupe coopératif continue de placer ses pions pour les années à venir.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1139
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !