Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

  • 09/07/20 | Airbus : Mérignac manifeste

    Lire

    La CGT a appelé les salariés de la filière aéronautique à la mobilisation, ce jeudi matin au rond-point de Dassault à Mérignac, en Gironde. La raison ? Manifester contre les 5000 suppressions de postes annoncées chez Airbus. Parmi ses filiales, l'un des sites de Stélia est basé sur la commune, employant 203 postes dont environ 80 sont menacés en plus des 95 autres sur le site de Rochefort en Charente-Maritime. Les négociations entre Airbus et les syndicats, qui viennent de commencer, doivent s'achever en octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Mérignac : Sabena Technics poursuit son développement

22/01/2020 | L'antenne mérignacaise du groupe de maintenance aéronautique civile et militaire Sabena Technics a inauguré ce mardi 21 janvier un nouveau hangar de 10 000 mètres carrés.

Sabena Technics 2020

Ce mardi 21 janvier a marqué une nouvelle étape pour Sabena Technics, groupe français spécialisé dans la maintenance aéronautique civile et militaire. L'antenne de Mérignac, a en effet inauguré un nouveau hangar de 10 000 mètres carrés, baptisé HH, capable d'accueillir en maintenance un avion gros-porteur A350-1000, trois A400 M ou 6 avions de type A320 simultanément. Ce hangar représente un investissement total de 25 millions d'euros, mais aussi un investissement "pour les cent prochaines années" selon le président exécutif du groupe, Philippe Rochet.

Ancien site de la Sogerma situé aujourd'hui au cœur de l'Aéroparc, à deux pas de Dassault, Sabena Technics s'est depuis déployée au travers de six hangars sur 32 hectares et emploie aujourd'hui 1000 salariés dont environ 10% en alternance, avec le concours d'un certain Aérocampus. Il faut dire que le secteur, très concurrentiel, a sans cesse besoin de bras. Dans un baromètre Adecco paru en juin 2019, la fabrication de matériel de transport, notamment l'aéronautique, prévoyait 5245 recrutements l'an dernier.

Changement d'échelle

Selon les responsables de Sabena Technics, le développement exponentiel de l'activité et des embauches ne s'arrêtera pas aux portes de 2019. "Quand on a fait notre plan stratégique, on a vu les tendances qui s'offraient à nous. On avait un boulevard, mais pour le prendre il fallait du monde. Notre programme en alternance représente un emploi sur dix, on le décline sur nos différents sites. Sans l'Aérocampus, ça aurait été beaucoup plus compliqué parce qu'il fallait une proximité géographique entre l'école et la société qui accueille. On s'est posés la question d'avoir notre propre organisme de formation, mais aujourd'hui nous avons de bons partenaires à proximité de chacun de nos sites. Aujourd'hui, avec Aérocampus, on recrute par promos complètes", a ainsi commenté Philippe Rochet. Ce dernier a dévoilé de grandes ambitions pour le site inauguré mardi devant environ 1000 personnes : 200 000 heures de travail par an, quasiment 300 recrutements en 2019 dans le groupe en France dont environ la moitié à Mérignac, et "le même rythme pour 2020 et 2021", la grande majorité étant embauchés en CDI. En dix ans, Sabena affirme avoir doublé son effectif initial.

Les perspectives d'évolution de ce marché mondialisé de la maintenance sont en effet propices au développement : selon le groupe Airbus, la flotte mondiale d'avions de ligne devrait doubler d'ici 20 ans, et 640 000 nouveaux techniciens seraient nécessaires pour faire face à cette hausse. Le trafic aérien, lui, continue aussi à progresser de 4% en 2019, même si la DGAC a récemment prévu un coup de frein. En 2020, le groupe Sabena prévoit un chiffre d'affaire de 520 millions d'euros, et de 600 millions en 2021. "On a un rythme de croissance de 5 à 10% par an depuis plus de cinq ans, ça se confirme encore dans les chiffres de 2020. Il nous faut des actionnaires capables de soutenir ce développement organique. Avec le tour de table qu'on a effectué, je pense qu'on les a", a continué Philippe Rochet. En juin dernier, le groupe TAT a en effet signé la mise en vente de Sabena Technics (tout en restant actionnaire minoritaire) à un consortium d'investisseurs (Sagard, Bpi France et TowerBrook).

Sabena Technics 2020

Carnets remplis

En décembre dernier, le groupe a inauguré l'extension de son site dans la région toulousaine dédié à la mise en peinture d'avions long courrier Airbus (A350 et A330). Début 2019, la société a fait l'acquisition de la société New EAS à Perpignan pour y installer un nouveau centre de maintenance. Pour ce qui est du nouveau hangar basé à Mérignac, Sabena a obtenu une AOT (Autorisation d'Occupation Temporaire) d'une durée de 35 ans. La stratégie dédiée à la maintenance à la fois civile et militaire n'est pas le seul atout de Sabena, selon ses principaux pilotes. "Notre activité de maintenance est basée à 75% sur de l'airframe (maintenance de cellules d'avion). Cette complémentarité transforme nos concurrents en clients", a ainsi lancé Philippe Rochet. Parmi les clients de Sabena, on retrouve en effet des poids lourds : Airbus, Lufthansa ou encore IAG, groupe gérant notamment la compagnie British Airways. Sabena s'est notamment spécialisée dans le remodelage de cabines. "Aujourd'hui, sur un avion de compagnie aérienne, on refait presque plus souvent la cabine que la peinture, pour des raisons d'adaptation à la concurrence". Confort, insonorisation, connectivité, système vidéo… autant de travaux qui risquent d'occuper l'entreprise encore un moment. "Nous avons un carnet d'avions en modification de cabine rempli jusqu'à mi-2022 et on a déjà des projets au-delà".

Enfin, le groupe a misé plus récemment sur la maintenance digitale. En novembre dernier, la société a réussi un premier test : une opération de maintenance complète sur un A330 Corsair… sans aucune feuille de papier. "Au lieu d'avoir 10 000 pages A4, les techniciens disposent d'une tablette sur laquelle se trouve l'intégralité des opérations à effectuer. Les défauts remontent en temps réel aux équipes de pilotage et à celle responsables du planning. Le client est informé d'un défaut en quelques heures, là ou avant ça prenait bien plus de temps. On gagne en réactivité. Cette méthode va être déployée sur tout le site de Mérignac en 2020. Pour nous, c'est une réalité. Dans la modification, la réalité virtuelle est aussi devenue une brique complète de notre processus de développement", a ainsi précisé François Doré, directeur stratégie et innovation. "On répare également environ 10 000 pièces d'équipement par an. Pour faire parler ces pièces, on y associe des tags qui servent d'outils digitaux aux mécaniciens". Le boulevard semble donc s'agrandir pour Sabena, dont les dirigeants ont assuré "ne pas vouloir s'arrêter à ce hangar". Ce n'est d'ailleurs pas les défis qui manquent. 

Croissance et impact

Au cours de cette cérémonie d'inauguration, Philippe Rochet s'est arrêté un instant sur l'impact environnemental d'une telle croissance du trafic aérien. La culpabilité écologique du voyage en avion est en effet sujette au "flight shame". Selon les chiffres fournis par l'Ademe au niveau national, les avions, qui représentent 1,8% des déplacements, polluent davantage que les voitures (77% des déplacements) : 144,5 grammes de CO2 par kilomètre contre 85,5. Selon une enquête réalisée par Toluna pour Easyvoyages, plus de 60% des français seraient prêts à dépenser plus pour un vol plus écoresponsable, jusqu'à 200 euros sur l'ensemble du voyage. La taxe carbone sur les billets d'avion, entrée en application en début d'année, devrait rapporter environ 180 millions d'euros par an pour un coût supplémentaire au billet compris entre 1,50 et 18 euros, reversés à l'Agence de Financement des Infrastructures de Transport en France (AFITF), dont le budget pour 2020 est de 3 milliards d'euros. En attendant une potentielle taxe sur la kérosène au niveau européen, l'augmentation de la TSBA divise. Pour le président exécutif de Sabena, l'impact environnemental "ne réduit pas la croissance du transport aérien, il n'y a aucune tendance qui dit le contraire. S'il y a bien un secteur qui a fait des progrès en matière de réduction des émissions de CO2, c'est l'aéronautique. Les nouveaux avions type A350 ou Boeing 787 consomment 20 à 30% de moins que les vieux avions de type DC-10. Suivre l'évolution de ces avions, c'est notre première contribution. Le service de proximité que l'on propose à nos clients leur permet d'aller moins loin pour assurer leur maintenance".

Les promesses sont nombreuses : biomimétisme pour Airbus, multiplication des objectifs de réduction sur les vols intérieurs pour Air France… Autant de pistes qui pourraient inverser la tendance d'une industrie qui pourrait peser 16% des émissions mondiales de carbone d'ici à 2050. La digitalisation étant déjà en marche chez Sabena, l'avenir devrait aussi être… électrique. "On sait aujourd'hui mettre en électrique le roulage des avions, qui représente entre 20 et 25% de la consommation. Il faut qu'on s'y prépare", a souligné le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset. La démocratisation n'est cependant pas encore en marche : en décembre, on apprenait le refus d'Airbus pour l'installation d'un nouveau système de roulage électrique fabriqué par Safran sur les nouveaux A320 Neo. Pour Sabena, en revanche, les carnets de commande ne devraient pas désemplir : avec 45 000 appareils prévus en vol en 2035, le marché des services aéronautiques devrait, selon une étude du journal Les Échos, "connaître une croissance enviable de 4% à 5% par an durant les deux prochaines décennies". Largement de quoi rentabiliser l'investissement.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5030
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
fanuel gabriel | 27/01/2020

enfin de bonnes perspectives et des meilleures bravo T MERCI

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Emmanuel Bassot, secrétaire général de l’UMIH Haute-Vienne Economie | 09/07/2020

Limousin : plus de 150 offres d’apprentissage dans l’hôtellerie restauration

Régis Braun, le directeur délégué de Fybots, a présenté le robot au préfet Economie | 02/07/2020

A Brantôme, Fybots fabrique le premier robot autonome de désinfection par voie aérienne

Foie gras entier Economie | 26/06/2020

Le groupe alimentaire MVVH annonce un plan de restructuration et des licenciements

Domofrance Economie | 24/06/2020

Nouvelle-Aquitaine : Domofrance poursuit sa conquête régionale

Jérôme Verschave Economie | 22/06/2020

Aéronautique et apprentissage : pour Jérôme Verschave, directeur d'Aérocampus, "la vague va passer"

ATIS Economie | 19/06/2020

ATIS : une association qui cultive les idées d’innovation sociale

Lancement de la campagne de financement participatif à la Maire de Billères qui compte parmi les partenaires et soutiens de l'association ''De main en main'' Economie | 19/06/2020

Grippée par le Covid, la monnaie locale béarnaise vise plus que jamais le "monde d'après"

Les présidents du Département de la Haute-Vienne et de la CCI Economie | 18/06/2020

La Haute-Vienne veut attirer des citadins en manque de campagne

Alain Rousset et Frédéric Dittmar (à droite) lors de la visite de l’usine Arts Energy à Nersac (16) Economie | 17/06/2020

Technologie : Alain Rousset lance la charge contre la Chine

Xavier Fortinon, Président du Département des Landes et Sandy Causse, directrice du CDT 40 Economie | 16/06/2020

Landes : 3000 bons vacances "pour sauvegarder la saison touristique"

Timothée Duverger Economie | 15/06/2020

Que se cache t-il vraiment derrière le sigle ESS aujourd'hui ?

Florence Parly Ministre des Armées en visite à Safran Helicopter Engines (Bordes - 64) le 11 juin 2020 Economie | 12/06/2020

40 moteurs d'hélicoptères commandés à Safran Helicopter Engines pour soutenir la filière

Les membres fondateurs de Tousbassin.fr Economie | 11/06/2020

Tousbassin.fr, le projet solidaire du bassin d'Arcachon ne s'arrêtera pas avec le déconfinement

Rue commerçante de la vieille ville, Angoulême, Charente Economie | 11/06/2020

Entreprises : Grand Angoulême poursuit le déploiement de son plan de soutien

Jean-Luc Algay et Jean-François Fountaine Economie | 10/06/2020

La Rochelle : premières conséquences et réponses à la crise