Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Métallurgie : Recrutement et attractivité toujours à cœur pour l'UIMM Adour Atlantique

28/06/2019 | Ce 27 juin, les industriels de l'UIMM Adour Atlantique (de Tarbes à la côte basque) se sont réunis pour leur assemblée générale à Mauléon.

AG UIMM Adour Atlantique 27/06/2019 à Mauléon

C'est à Mauléon-Licharre que l'UIMM Adour Atlantique a tenu jeudi 27 juin son assemblée générale. La petite cité ayant au nombre de ses atouts de se situer à mi-chemin entre capitale béarnaise et côte basque, et d'offrir un caractère industriel fort et diversifié, ne pouvant pas déplaire aux membres de l'UIMM. Une assemblée générale qui outre la présentation du rapport d'activité 2018 et les projets 2019, avait pour maître mot le recrutement, et avant lui, la capacité du secteur à attirer jeunes et moins jeunes pour travailler dans ses rangs. Deux axes évoqués à la fois par Ary Plagnol, Président de l'UIMM Adour Atlantique (et Dirigeant de Dassault Aviation à Anglet), et les différents intervenants de la matinée au cours de tables rondes et allocutions à l'image de celle d'Hubert Mongon, le délégué général de l'UIMM au niveau national.

Les choses ont été clairement annoncées par Ary Plagnol, le Président de l'UIMM Adour Atlantic, dès les premiers mots de son discours introductif. La question du recrutement des industriels de la métallurgie dont le département est particulièrement bien dotés (772 entreprises en 2018 pour 19 5252 salariés, soit 50% de l'emploi salarié industriel de l'Adour...) est « un enjeu majeur ». Trois raisons à cela, détaille le Président qui cédera son mandat en octobre prochain. D'abord « l'anticipation des départs en retraites des enfants du babyoom des années 70, ensuite la belle nouvelle de la reprise de marchés à nos grands concurrents que sont les pays low cost, et enfin une activité mondiale globalement en hausse ». Il faut donc des bras et des têtes, pour répondre à ce triple défi. En ce sens d'ailleurs Aruy Plagnol annonce la création « dès septembre » d'un pole emploi/recrutement au sein de l'UIMM locale « pour mieux répondre aux besoins des partenaires. Il faut que l'on se structure sur le sujet ». Un défi d'autant plus important au regard de la société et de l'économie qu' « 1 emploi industriel c'est 3 emplois induits » a-t-on rappelé à plusieurs reprises au cours de la matinée.

Président Ary Plagnol - AG UIMM Adour Atlantique 2019

"Nous n'avons plus le temps de perdre du temps!"

Un enjeu de taille qui doit être résolu « au plus vite », souligne à son tour Joël Mendez, délégué général UIMM Adour, lors d'une table ronde dédiée à cette question du recrutement. Et pour cause, les chiffres du Besoin en Main d'Oeuvre 2019 livrés par l'INSEE sont éloquents. « Au niveau de l'ex Aquitaine, on relève 3947 projets de recrutement dont près de 1000 dans les Pyrénées-Atlantiques, c'est 120 intentions de plus qu'en 2018 », détaille le responsable. Or le secteur qui s'est doté d'outils de formation performants sur l'ensemble de son territoire (dont dernièrement les sites de formation DEFI et DITECH inaugurés fin 2018 et début 2019 à Tarnos et à Lanne, près de Tarbes), fait face au paradoxe des secteurs en tension. « Nous cherchons des salariés, quand des chômeurs cherchent des emplois »... sans vraiment se trouver. Un paradoxe d'autant plus douloureux que « nous avons les plateaux techniques, nous avons les financements, et nous avons les formateurs... ne manque que les candidats à l'entrée », résume Joël Mendez.

Mais l'UIMM Adour atlantique, ne reste pas les bras croisés : une convention de partenariat vient d'être signée avec Pôle emploi pour une meilleure coordination entre l'expression et l'entente des besoins des entreprises et les capacités d'action de la structure. Globalement, l'élan de l'UIMM est de travailler en réseau autour de cette question du recrutement. « Nous n'avons plus le temps de perdre du temps, il faut travailler la main dans la main et oublier le travail en chapelles ! », encourage Joël Mendez. « Mais il faut aussi, même s'ils en sont de plus en plus conscients, que les chefs d'entreprises soient ouverts dans leur recrutement plus qu'aux compétences techniques, aux compétences "transférables", comme le travail en équipe, l'autonomie, la motivation, etc.. », prévient Thierry Lescure, Directeur de Pôle emploi Pyrénées-Atlantiques, qui rappelle par ailleurs que « 4 demandeurs d'emploi sur 10 vont aller sur des métiers qui n'ont rien à voir avec leur expérience passée, ni avec leur projet initial d'emploi ». « Ouvrir le champ des recrutements au-delà des diplômes et de l'expérience », c'est aussi le pari que retient Gisèle Lesca, directrice du GEIQ industrie « A lundi ! ». Un outil aussi au service des industriels puisque sa mission est de sélectionner, recruter, accompagner des candidats en formation, qui sont mis à la disposition des entreprises adhérentes.

Table ronde sur le recrutement - Ag UIMM 27/06/2019 à Mauléon-Licharre

Intensifier la communication sur l'attractivité
Mais au-delà du recrutement, c'est aussi sur l'orientation qu'il faut agir estime-telle. « Il faut se rapprocher des parents, faire découvrir les métiers aux famille, présenter les perspectives professionnelles aux élèves mais aussi à leurs professeurs ». D'autant que « c'est de l'emploi à la fois local et dans lequel on peut évoluer horizontalement et verticalement », insite Ary Plagnol. « Il faut le faire savoir ». Un sujet de la communication et de l'attractivité que le syndicat professionnel n'ignore pas, ou plus, et va aussi chercher à intensifier selon son président 64. En effet au bilan 2019, il affiche l'édition d'octobre 2018 d'Aéroadour (à Pau) et son tout nouveau pendant basque Anglet Aéro Atlantic (novembre 2018). Deux événements au succès notable (1350 visiteurs au total) qui vont être renforcés. « Aéroadour qui avait lieu tous les 2 ans va devenir un rendez-vous annuel, et Anglet Aéro Atlantic 2019 est déjà fixé au 27 et 28 septembre 2019. Ce Salon va être densifier sur la partie recrutement et attractivité et un Rafale Solo Dispay et la Patrouille de France seront présents », annonce Ary Plagnol. De quoi en effet attirer du monde !

Mais ce sujet de l'attractivité des métiers reste un défi d'autant plus difficile que depuis la crise de 2008, « vécue douloureusement », la métallurgie, d'ici et d'ailleurs en France, a fait le dos rond. « Pendant 10 ans nous avons perdu l'habitude de recruter, de communiquer. S'y remettre, c'est d'une complexité totale pour nos chefs d'entreprise qui n'ont pas des profils à ''descendre dans la rue'' pour expliquer qui nous sommes et ce que nous faisons » reconnaît volontiers Hubert Mongon, délégué général de l'UIMM. Car la situation décrite au niveau local est partagée au national. « Il y a 30% de refus de commandes à cause de compétences que l'on a pas », pointe-t-il mettant particulièrement en cause l'éducation nationale et sa relation au monde du travail et à l'emploi.

Par ailleurs, « la formation des demandeurs d'emploi doit être une priorité 110 000 recrutements par an sont attendu d'ici 2025 dans la métallurgie et 230 000 par an sur l'ensemble de l'industrie. Heureusement, l'apprentissage et la formation professionnelle sont peu à peu en train d'être réhabilitées... » ajoute-t-il louant au passage la réforme de l'apprentissage en cours. A celà s'ajoute, à l'initiative de l'UIMM nationale, des campagnes de pub télé et de recrutement sur internet qui par leur large visibilité travaillent largement à "réintégrer" l'industire dans l'esprit des français". Une opération séduction qui dervait se poursuivre et s'affiner au cours du second semestre 2019 et l'année 2020, annonce le responsable, bien conscient de l'urgence de la situation dans les situations.

Hubert Mongon Délegué général UIMM


Le label Territoires d'industrie ou "le réveil de l'industrie"
Si au total, la situation est encore (très) tendue, les acteurs se veulent optimistes, reconnaissant un certain retour de l'industrie dans les discours et l'environnement social et économique tant au niveau national que dans les territoires. Un « réveil de l'industrie », dira le vice-président de la région, Bernard Utthury. A ce propos l'assemblée général de mercredi a également été l'occasion d'évoquer la labellisation de l'ensemble du territoire couvert par l'UIMM Adour Atlantique par le label national « Territoires d'Industrie » ; c'est à dire tant sur le bassin de Tarbes-Pau-Lacq, que sur le Pays Basque, labellisé dans un second temps. Un dispositif qui se lance, alliant élus régionaux et chefs d'entreprise dans un travail de terrain pour entendre la parole des industriels sur leurs besoins de développement, afin de flécher au mieux dans ce sens, une enveloppe nationale de 13 Mds €. Un signe favorable de plus pour l'optimiste auto-déclaré, Ary Plagnol, que « le vent est en train de tourner pour l'industrie française ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : UIMM Adour Atlantique

Partager sur Facebook
Vu par vous
4299
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !