Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Minuit Sur Terre ou l’art d’innover dans le prêt-à-porter végan

09/06/2020 | Chaussures, sacs, ceintures, portefeuilles et bientôt pulls et manteaux… La petite entreprise bordelaise ne cesse d’innover dans le prêt-à-porter végan…

Marie Viard-Klein fondatrice de Minuit Sur Terre

Raisins, céréales, bouteilles en plastiques… Tels sont les composants des produits dessinés, confectionnés et vendus par l’entreprise bordelaise Minuit Sur Terre. « L’éthique a toujours été la valeur qui nous anime au quotidien, précise Marie Viard-Klein, la fondatrice de la marque. Nous avons à cœur de proposer des pièces fabriquées sans matières animales avec l’impact environnemental le plus faible possible, sans concession ni sur le style, ni sur la qualité ». Rencontre avec cette jeune créatrice…

@qui ! : Comment vous est venue l’idée de créer votre marque de prêt-à-porter végan ?
Marie Viard-Klein
 : Je suis végane depuis pas mal d’années déjà. Et durant l’été 2016, je me suis mise à chercher des chaussures sans cuir. Cela m’a pris un temps fou et encore je n’étais pas forcément ravie du résultat. En effet, ou elles étaient hors de prix ou elles venaient de l’autre bout du monde et donc en matière éco-responsable ce n’était pas l’idéal. Du coup, je me suis dit ‘pourquoi pas créer ma propre marque de chaussures véganes afin de me chausser comme je le souhaite !’ Telle est l’origine de mon idée !

@ ! : Et pour concrétiser votre idée, qu’avez-vous entrepris ?
M. V.-K. :
A cette époque-là, j’étais encore étudiante et j’amorçais ma dernière année à Sciences Po ainsi qu’à l’IAE en marketing et gestion des entreprises. Un jour, une amie m’a fait découvrir le statut d’étudiant-entrepreneur. Je me suis dit que c’était sans doute le bon moment pour lancer ma petite entreprise. En effet, avec ce statut, je peux bénéficier d’un accompagnement sur-mesure au sein d’un incubateur et en plus transformer mon stage de fin d’études en cette expérience professionnelle. C’était tout bénéf pour moi car je ne souhaitais pas forcément réaliser un énième stage. Là, c’était concret et c’était pour ma boîte. Aussi, possédant un chien, je voyais là un intérêt certain d’être mon propre patron, mon animal domestique pouvant rester à mes côtés.

Minuit Sur Terre
Minuit Sur Terre



@ ! : Quelle est la philosophie de votre entreprise ?
M. V.-K :
Depuis la création de Minuit Sur Terre en 2017, l’éthique a toujours été la valeur qui nous anime au quotidien. Nous avons à cœur de proposer des pièces fabriquées sans matières animales avec l’impact environnemental le plus faible possible, sans concession ni sur le style, ni sur la qualité. Du coup, nos matières premières viennent exclusivement d’Europe (Espagne, Italie et Portugal). Et nous travaillons avec cinq usines portugaises pour la conception de nos baskets, nos sacs, nos pulls, nos manteaux et nos chaussures. De ce fait, notre transporteur ne se rend qu’au Portugal pour venir chercher notre cargaison, ce qui limite l’empreinte carbone. Du côté du prix, nous avons fait en sorte qu’il soit attractif et accessible. Nous avons justifié notre choix, du reste, sur notre site avec l’onglet « Des prix justes » où nous détaillons le coût financier de toutes les étapes de confection de nos produits afin d’être le plus transparent possible. En effet, nous estimons que certains de nos clients n’ont pas pour habitude d’acheter une paire à ce montant-là. Ils répondent à une démarche écocitoyenne, donc nous nous devons d’être honnêtes avec eux. Aussi, nous proposons une boutique d’occasion de nos produits sur notre site internet baptisée « seconde main ». Et nous pouvons renvoyer des chaussures dont la bride s’est cassée par exemple à notre usine portugaise. Les clients apprécient beaucoup ce service après-vente et cela répond également à notre démarche écoresponsable.

@ ! : Comment avez-vous conçu vos premières pièces ?
M. V.-K. :
En mars 2017, j’avais déjà dessiné dix modèles. Je voulais vite les produire afin de les confronter au marché pour savoir s’ils rencontreraient ou non une clientèle. Pour concevoir mes premières chaussures, j’ai demandé les services d’un agent, avec qui je travaille, du reste, toujours aujourd’hui, pour trouver des usines de confection au Portugal. Dans le même temps, j’ai lancé une campagne de crowdfunding, étant donné qu’aucune banque ne voulait nous suivre. En seulement trois semaines, nous avons vendu 320 paires (40 000€ de vente). En amont, j’avais envoyé une vidéo présentant mes produits sur facebook. Grâce à ce réseau social, nous nous sommes fait connaître. Nous avons également pu recueillir plus de 3 000 mails de contacts à qui nous avons écrit pour faire connaître cette toute première collection. Le retour fut donc très positif. Nous étions très contents.

@ ! : Vos produits sont donc végans donc quelle est la composition de vos chaussures et de vos sacs par exemple ?
M. V.-K. :
Chaque chaussure détient une composition bien particulière. Je vais prendre l’exemple des sandales à talon, les Riad Noir Clous. La doublure et la semelle intérieure sont faites à base de viscose de céréales (non destinées à la consommation humaine) et de polyuréthane recyclé. La tige a été conçue à partir de fibres synthétiques certifiées Oeko-Tex garanties sans solvants (82% polyester, 18% polyuréthane) et la semelle extérieure est créée à base de Néolite. Les matières sont naturelles et écoresponsables de grande qualité et sont confectionnées dans le Nord de l'Italie. Du côté des sacs à présent, celui baptisé « Poésie noir » possède une doublure confectionnée à partir de bouteilles plastiques recyclées repêchées dans la Méditerranée. L’extérieur est en fibres synthétiques certifiées Oeko-Tex garanties sans solvants. La matière aspect grainé est une matière naturelle à base de raisin (65% déchet des vendanges et huile végétales, 35% water-pu) et la matière veloutée est à 82 % du polyester et à 18 % du polyuréthane.

Minuit Sur Terre



@ ! : Au début de votre aventure, vous produisiez exclusivement des chaussures. Votre activité s’est largement diversifiée. Pourquoi ?
M. V.-K. :
C’est vrai que j’ai commencé avec les chaussures pour femmes. Nous proposons aujourd’hui des sacs, des ceintures, des chaussures pour hommes ainsi que des portefeuilles. Et l’hiver prochain, si tout va bien, nous présenterons à notre clientèle une collection de pulls et de manteaux. La limite de la diversification viendra par le produit lui-même. Je ne vois pas l’intérêt de proposer des pulls en coton par exemple.

@ ! : Chaque année, vous sortez quatre collections, une par saison. Comment réussissez-vous à innover pour ne pas proposer le même style de produit ?
M. V.-K. :
C’est vrai que cela m’effrayait au début. J’avais peur de ne pas avoir de nouvelles idées de sacs, de chaussures par exemple. En fait, plus je dessine plus je suis inspirée. Mais dernièrement, étant donné que nous avons lancé de nouveaux produits, je n’ai pas eu trop de temps pour me poser. Du coup, j’ai fait appel à deux stylistes et ce n’est pas mal d’avoir du sang neuf ponctuellement !

@ ! : Quelle est votre clientèle ?
M. V.-K. :
Notre clientèle se compose principalement de femmes âgées de 25 à 35 ans et très citadines. 15 % d’entre elles sont parisiennes. Si, au début, elles étaient toutes des véganes convaincues, aujourd’hui, c’est moins la tendance. En effet, certains clients étant sensibles à la cause animale rencontrent des difficultés à entreprendre une démarche végane pour l’alimentaire. En revanche, pour le vestimentaire, c’est plus facile.

@ ! : Quel lien entretenez-vous avec votre clientèle ?
M. V.-K. :
Un lien très étroit ! En effet, de nombreux clients nous donnent leur avis. Certains désirent une certaine couleur, d’autres une forme particulière de chaussure par exemple. Du coup, nous faisons des sondages et nous en tenons compte pour les saisons à venir. Du reste, c’est très instructif, car certaines fois je développe des caractéristiques à certaines pièces auxquelles je n’avais jamais pensé !

@ ! : Après trois années de « vie » comment se porte votre entreprise aujourd’hui ?
M. V.-K. :
Et bien, très bien ! En effet, tous les ans, nous doublons quasiment notre chiffre d’affaires. En 2017, nous avons atteint 200 000€ de CA, en 2018, 400 000€ et en 2019, 900 000€. Cette année nous tablons sur une augmentation de 20 à 30%, malgré le Covid nous avons mieux vendu que l’an dernier. Et, en plus, si nous arrivons à sortir nos pulls et nos manteaux avant Noël nous pouvons augmenter de 200 à 300 000€ notre CA. Côté salarié, j’ai embauché Emma une de mes anciennes stagiaires en CDI en mars 2019 pour la partie marketing digital et Florine actuelle stagiaire intégrera l’équipe en CDI en septembre prochain. Enfin, si Minuit sur Terre a débuté son aventure en incubateur dans une Ecole, puis à continué sa route au sein de la pépinière d’entreprises à Darwin, aujourd’hui, elle vole de ses propres ailes au sein d’un bureau indépendant au Bouscat.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Minuit Sur Terre

Partager sur Facebook
Vu par vous
6161
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
La nouvelle équipe dirigeante du BNIC, de g. à d. : Raphaël Delpech, directeur ; Florent Morillon, représentant la Négoce ; Christophe Véral, président ; Alexandre Gabriel, vice-président ; Anthony Brun, représentant la Viticulture. Economie | 04/12/2020

La filière Cognac vise 300 millions de bouteilles vendues en 2035

Les travées du salon virtuel de la Semaine Digitale du Cheval Economie | 03/12/2020

Semaine Digitale du Cheval : la filière équine pose ses valises sur nos écrans

Nathalie Laporte, présidente de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat Interdépartementale Economie | 30/11/2020

Un jeu pour relancer les artisans périgourdins et girondins !

Le préfet de la Dordogne, Frédéric Perissat, attentif lors de sa visite aux technologies de l'usine SOCAT à Terrasson, filiale de Delmon Group Economie | 21/11/2020

La SOCAT, une entreprise tournée vers l'avenir lauréate de France Relance

Laurent Oudot, Alain Rousset et Éléna Poincet dans les bureaux de Tehtris Economie | 19/11/2020

Cybersécurité : Tehtris une PME française dans la cour des grands

La coopération agricole assure qu'il n'y aura pas de pénurie et appelle à consommer français - image d'illustration Economie | 05/11/2020

Re-confinement: la Coopération agricole en appelle à la solidarité des consommateurs, de la grande distribution et de l'Etat

manif des commerçants Bayonne Economie | 05/11/2020

Commerçants et restaurateurs ouvrent...leur amertume et leur angoisse à Bayonne

confinement acte 2 : l'agglomération de Pau réactie ses mesures de soutien aux entreprises et aux commerces Economie | 03/11/2020

L'agglo de Pau réactive ses mesures de soutien aux commerces et aux entreprises

Arnaud Montebourg, Emmanuel Grenier et Arnaud Leroy Economie | 30/10/2020

World Impact Summit : « La transition écologique n’est pas une punition » selon Arnaud Leroy (ADEME)

L'équipe du service RH de l'entreprise éphémère Créativ'Béarn à Mourenx Economie | 23/10/2020

Créativ'Béarn : "Un pour tous et tous pour un" sur la recherche d'emploi

Le site Saft de Poitiers a inauguré un nouveau bâtiment de production d'électrolyte ce 7 octobre 2020 Economie | 22/10/2020

Saft fait de Poitiers une capitale mondiale de l’électrolyte

Le hangar de la Maison du tri de Bordeaux, située dans les locaux de l'Atelier D'éco Solidaire Economie | 21/10/2020

Les Maisons du tri : de nouveaux lieux de collecte pour recycler ses meubles

Les nouvelles suites du Club Med de La Palmyre, sorties de terre l'hiver dernier Economie | 19/10/2020

Club Med Atlantique, un si cher projet inauguré en grande pompe

Forum de l'aéronautique Anglet Economie | 19/10/2020

Aéro & Industrie s'exposent à Anglet pour redonner le moral à l'aéronautique

Neuf abattoirs dont celui de Thiviers est partenaire du projet Economie | 16/10/2020

En Nouvelle-Aquitaine, la filière cuir s'engage pour des peaux de qualité