Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

  • 28/02/20 | Exposition "Espace Nature" à Rochefort Océan (17)

    Lire

    Du 25 février au 28 mars 2020, l’Expo Espace Nature aura lieu à Rochefort Océan, pour le plaisir des visiteurs qui découvriront au fil des photographies un périple de 18 mois sur le thème de l’écohabitat. L’occasion de découvrir d’autres modes et matériaux de construction en accord avec l’environnement. A travers ces images, l’exposition tend à ouvrir le champ des possibles dans l’esprit des visiteurs, en encourageant l’émergence de nouvelles pratiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Municipales : Les propositions de la CCI de la Haute-Vienne aux candidats

12/02/2020 |

Pierre Massy, Président de la CCI Haute-Vienne

Pour prendre part pleinement à la campagne des élections municipales, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Limoges et la Haute-Vienne a planché, depuis le mois de septembre, sur des propositions économiques pour le développement de Limoges, de son agglomération et des principales villes du département à savoir, Bellac, Saint-Junien, Saint-Yrieix-la-Perche et Saint-Léonard-de-Noblat. Imprimé à 14 000 exemplaires, il a été envoyé voilà deux semaines à tous les candidats à l’élection municipale et communautaire ainsi qu’à l’ensemble des chefs d’entreprise haut-viennois. L’objectif de son président Pierre Massy, qui ne sera d’ailleurs présent sur aucune liste, et des décideurs économiques locaux est de prendre le pouls de ce qu’attendent les futurs élus de l’organisme consulaire.

Des propositions « concrètes et réalistes pour l’avenir et le développement de notre territoire », telle est l’ambition affichée par ce document élaboré par le bureau et validé par l’assemblée de chefs d’entreprises élus de la Haute-Vienne. Il décline trois axes principaux de travail, en l’occurrence, l’ouverture avec de meilleures dessertes routières et aériennes, l’aménagement pour anticiper les besoins en infrastructures et dynamiser les bassins de vie et enfin le développement économique, pour promouvoir les atouts et savoirs-faire locaux dans le but d’encourager l’implantation de nouvelles entreprises. Dans ce département qui compte 14 951 entreprises dirigées par 8 500 chefs d’entreprises qui emploient plus de 63 000 salariés, l’équipe de la CCI formule des propositions pour l’avenir d’un territoire que Pierre Massy espère voir changer. « Ce territoire a une marge de progression extrêmement importante constate-t-il mais les marches sont très hautes. Il est donc important de réfléchir à nos propositions économiques. On m’a déjà répondu que c’était un catalogue de travaux, j’ai la faiblesse de penser que, s’ils avaient été faits il y a 20 ou 25 ans comme ailleurs, on ne serait pas en 2020 à se poser ces questions. »

Désenclaver le nord du département

Sur le thème de l’ouverture, la mise à 2x2 voies de la N 147 Limoges-Poitiers semble la priorité pour Pierre Massy qui milite depuis plusieurs mois pour une autoroute concédée A 147 Grand-Ouest qui contribuerait au désenclavement du nord du département. « Cela concerne la sous-préfecture Bellac, les communes autour et Saint-Junien aussi car pour aller prendre un TGV, ce ne sera pas à Angoulême qu’on ira chercher la desserte mais à Poitiers estime-t-il calculs à l’appui, il faut 2h15 à 2h20 au mieux pour aller à Paris et une heure pour se rendre à Angoulême donc on ne gagne pas de temps. En revanche, pour un TGV Poitiers-Paris, c’est 1h15 plus 50 minutes pour aller en voiture à la gare de Poitiers donc bien plus rapide. » Sur cette autoroute concédée, il assure que la décision tombera « d’ici quelques semaines. » Au-delà de cette jonction avec le TGV, il voit dans ce projet autoroutier l’occasion de « relier nos territoires au Grand-Ouest, de relier l’A20, l’A10 et la Route Centre Europe Atlantique et de limiter le risque routier. »

Le développement des liaisons aériennes vers Paris et Lyon est aussi un sujet important pour booster le trafic et développer une activité économique autour de l’aéroport de Bellegarde. La CCI exploite l’aéroport et la Communauté Urbaine en est propriétaire à hauteur de 25 %. « Les futurs élus décideront de son avenir, nous voulons savoir si oui ou non ils veulent continuer de participer au financement des lignes Paris et Lyon s’interroge le président. Il est important de savoir s’ils sont sensibles au développement de l’aérien. » Si l’organisme consulaire n’a pas compétence en matière ferroviaire, il a assuré qu’il garderait un oeil sur la ligne POLT avec de nouvelles rames de trains dans trois ans, « un sujet qui roule mais il ne faut rien lâcher. »

Un nouveau centre routier

Concernant l’aménagement, le président ne mâche pas ses mots lorsqu’il évoque le centre routier de Limoges en zone nord. « Des commerçants hurlent, les camions se garent partout à proximité car le centre routier est plein et certains ne peuvent plus accéder à leur commerce. Et il y a un problème d’insalubrité publique. » Il demande que les camions soient redirigés vers les aires de services autoroutières car l’Agglo n’a pas la compétence pour gérer ce problème. La création d’un centre routier moderne est également souhaitée de même qu’un changement de nom de l’aire de services autoroutière de Beaune-les-Mines au profit de Limoges pour bien marquer l’entrée du territoire.

Du foncier pour implanter des entreprises

L’implantation d’entreprises figure parmi les priorités et Limoges et son agglomération doivent être en mesure de disposer immédiatement de terrains disponibles pour les candidates à l’installation. « Des entreprises veulent venir à Limoges comme ce projet de construction d’une usine d'un groupe aéronautique avec 200 salariés à la clé, un seul terrain a pu être proposé à Ester annonce-t-il, il faut anticiper les besoins afin de disposer en permanence de foncier nécessaire pour répondre rapidement.» Le réemploi de friches industrielles apparaît comme une opportunité à l’image de celle de la zone sud, secteur délaissé depuis la fermeture de la concession Peugeot et de plusieurs magasins. « L’établissement public foncier peut se substituer à la collectivité pour acheter des terrains et réinstaller des entreprises dans ces dents creuses, estime-t-il. Nous voulons l’avis des candidats aux municipales. »

Pour faciliter l’accès à la technopole Ester, il suggère de créer une bretelle de sortie sur l’A20 qui déboucherait sur un giratoire au niveau du parking du bois de la Bastide.

Autre sujet qui suscite la polémique, la construction d’une école d’enseignement supérieur au sein de l’ancienne caserne Marceau. Le but est de regrouper les deux écoles de la CCI 3 IL et l’ESCS installées dans des locaux vieillissants au nord et au sud de la ville. « Nous allons ramener mille jeunes en centre-ville en créant ce campus universitaire pour accompagner la transformation de ce quartier, les cahier des charges est bouclé, une proposition architecturale a été faite au maire de Limoges, mais nous voulons l’avis des candidats alors qu’un collectif de riverains s’est créé. »

Redynamiser le centre-ville

Le développement passera par la redynamisation du centre-ville de Limoges avec, par exemple, un schéma de piétonnisation de l’hyper centre pour reconquérir les consommateurs partis vers les zones commerciales périphériques. Il se dit favorable aux navettes électriques testées depuis Noël mais pas à la gratuité des transports. Quant à la vacance commerciale, il estime que la Société d’Equipement du Limousin (Séli) devrait jouer un rôle d’aménageur plus important en terme de « remembrement immobilier commercial. » La promotion touristique des métiers, des savoirs-faire locaux et des Entreprises du Patrimoine Vivant est aussi un enjeu économique avec l’ouverture envisagée d’un lieu dédié.

Des propositions ont également été formulées concernant les quatre villes principales du département. Pour Saint-Junien, l’enjeu est de conforter son rôle moteur au niveau du développement économique de l’ouest de la Haute-Vienne, notamment en poursuivant l’aménagement du centre-ville et en encourageant l’implantation de nouvelles activités.

A Bellac, l’ambition est de redynamiser le pays du Haut-Limousin par le désenclavement afin de susciter l’attractivité. A Saint-Yrieix-la-Perche, la stratégie est de desservir un large territoire autour du pays arédien et de conforter le développement socio-économique. A Saint-Léonard-de-Noblat, l’objectif est d’affirmer l’identité du territoire et de placer l’activité commerciale au coeur de l’attractivité économique. Pour répondre aux entrepreneurs, les candidats ont été invités aux réunions qui se dérouleront à 18 h, à savoir, le 18 février à Saint-Yrieix (salle Attane), le 19 à Saint-Léonard (salle des fêtes), le 24 à Saint-Junien (salle des fêtes), le 25 à Bellac (salle Jean Blanzat) et le 26 à Limoges (CCI).

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
2166
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !