Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

  • 24/09/21 | Agen et les « Rendez-vous du Pin »

    Lire

    Samedi 25 septembre à partir de 15h le square du Pin à Agen accueille « Les Rendez-vous du Pin ». Organisé par l'association Au Fil des Séounes, cette manifestation propose des animations pour les petits et les grands comme un atelier photo décalé, des parcours sport ou une sensibilisation à la réduction du gaspillage alimentaire tout l'après-midi et un banquet "populaire, bio et végétarien" le soir, avec un concert du duo Akdeniz.

  • 24/09/21 | Landes : La médiathèque du Marsan fait sa braderie

    Lire

    Ce samedi 25 septembre, à Mont-de-Marsan, la médiathèque du Marsan organise une journée braderie, de 10h à 17h. Romans, bandes dessinées, livres documentaires, albums jeunesse ou encore revues, tout sera proposé entre 1 et 3 €. Issus du tri effectué régulièrement dans les collections, les amateurs de lecture vont ainsi pouvoir bénéficier d'une offre actualisée. Le paiement s'effectuera uniquement en espèces ou par chèque.

  • 24/09/21 | Talence : Une journée pour le sport adapté

    Lire

    Le 25 septembre à partir de 10h, le Comité Départemental du Sport Adapté de la Gironde, en partenariat avec la Ligue Nouvelle-Aquitaine de Tennis, organise une journée compétitive para tennis adapté adultes à Talence. Une quarantaine de sportifs en situation de handicap sont attendus pour une journée de partage, de solidarité, de plaisir et de convivialité. L'objectif également de cette journée est d'orienter les sportifs vers les clubs de proximité mais aussi de travailler sur le respects des règles, des autres et de l'acceptation des résultats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Nautisme : AG+SPARS investit dans les mats carbones

02/09/2021 | Spécialisée dans la confection de mâts pour voiliers, l'entreprise AG+Spars développe son activité de mâts en carbone

1

A Saint-Laurent de la Prée, près de Rochefort, le chantier navale AG+Spars est spécialisée dans la construction de mâts de voiliers de course. Créée dans les années 1980 en région parisienne, l’entreprise a déménagée dans les années 2000 en Charente-Maritime, suite au rachat de la boîte par un de ses salariés, Jean-François Nevo. Cet ancien sportif de haut niveau, ingénieur de formation, a développé la confection de mâts en aluminium. Les voiliers de compétition évoluant très vite, il compte aujourd’hui développer sa production de mâts en carbone, qui représente aujourd’hui 30% de son chiffre d’affaires.

AG+Spars fait partie des 8 fabricants mondiaux de mâts de voiliers de course. Pour rester compétitif sur ce marché de niche, Jean-François Nevo a décidé d’automatiser la fabrication de ses mâts en carbone, lancé il y a quelques années en complément de la confection des mâts en alu. « Pour garder le marché du sport de haut niveau, on s’est dit qu’il fallait faire du haut de gamme. Et on avait une forte demande sur le carbone », explique le patron. Aujourd’hui, le procédé de confection de l’entreprise reste très artisanale. « On reçoit des bandes de carbones que l’on appose à la main sur des moules en forme de mâts. Ensuite, ils passent dans une étuve spéciale de 25 mètres de long. La chaleur permet la polymérisation. Ensuite on enlève le moule », explique le dirigeant.

Ses mâts en carbone vont équiper principalement les grands catamarans de course, les monocoques classe 40 et les IRC. « L’avantage du carbone sur l’alu, c’est sa densité supérieure, et donc sa résistance. La durée de vie d’un mât carbone est d’une vingtaine d’années, et cette limite est plutôt due à celle de la colle que du matériau ! », assure Jean-François Nevo. Plus résistant, le carbone est également « 3 à 5 fois plus cher que l’alu ». Le dirigeant d’AG+Spars cherche donc à réduire ses coûts de fabrication, pour rester attractif face à la concurrence étrangère. Il a besoin d’un robot pour appliquer les films carbone sur les moules, d’un nouveau four et d’une cabine de contrôle. Pour ce faire, il a demandé et obtenu une enveloppe de 240 000€ aux services de l’Etat dans le cadre du plan France Relance.

Des commandes à la hausse

Son entreprise n’a pourtant pas souffert de la crise sanitaire. « On n’a jamais arrêté l’activité durant les confinements. Les commandes ont même explosé l’an dernier » raconte Jean-François Nevo. Développer l’activité des mats carbone était « un projet de longue date. Les devis étaient prêts avant la crise […] Les bateaux de course évoluent constamment, ils prennent de plus en plus de puissance, et nous, nous sommes obligés d’adapter sans cesse nos produits ». L’entreprise tourne avec 25 modèles de base, adaptables sur-mesure en carbone ou en alu, de l’optimiste au monocoque de 35 pieds. AG+Spars reçoit des rouleaux d’alu tout prêt, auxquels les salariés donnent ensuite une forme et ajoutent les élingues. Résultat : « on brasse beaucoup de volume, on a beaucoup d’usages et de personnels sur place », explique le dirigeant, qui envisage de délocaliser les locaux dédiés au carbone du côté de Rochefort. Malgré ses intentions d’automatiser encore des étapes de production, il compte doubler ses effectifs d’ici cinq ans. Les salariés sont au nombre de dix aujourd’hui, sans compter les deux stagiaires.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
2583
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !