28/06/22 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la section de rocade A630 sera fermée dans les 2 sens entre l’échangeur 2 et l’échangeur 4, de 21 h à 6h, les nuits du 29 au 30 juin et 30 juin au 1er juillet.

17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/06/22 | Le centre de vaccination de Pau ferme ses portes

    Lire

    Ce 29 juin marque le dernier jour d’activité du Centre de Vaccination de Pau, qui fermera ses portes à 18h. Si depuis le début de l’année 2022, la Ministère de la Santé a réorienté la stratégie vaccinale vers la médecine de ville, il a été décidé en lien avec l’ARS et la Préfecture, que la Ville de Pau poursuivrait son activité jusqu’à la fin du mois de juin pour finaliser les parcours vaccinaux des patients. Même si une accélération des contaminations est en cours, la baisse de la demande y est notable depuis plusieurs semaines. Ouvert depuis le 18 janvier 2021, 258 630 actes de vaccination y ont été réalisés.

  • 29/06/22 | L'édition 2022 du Festival du film ornithologique se prépare

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, Ménigoute Animation Internationale Nature Environnement porte un projet fédérateur autour de la protection de l'environnement notamment au travers du Festival International du Film Ornithologique (FIFO). Pour l'édition 2022, le FIFO revient sous une forme classique avec notamment la diffusion de la trentaine de films en compétition. Elle verra également la reconduction de deux appels à projets en partenariat avec France 3 Nouvelle-Aquitaine et Ushuaia TV à destination de réalisateurs de films documentaires animaliers.

  • 29/06/22 | Agriculture : 80 M€ débloqués par l'Etat suite au gel 2021

    Lire

    Le Conseil de bassin viticole «Bordeaux-Aquitaine», avec Fabienne Buccio, préfète de la région, des représentants des vignobles de Bordeaux, de la Dordogne et d’une partie du Lot-et-Garonne, vient d'activer plusieurs dispositifs d’accompagnement des agriculteurs, dont les viticulteurs touchés par les épisodes de gel de la campagne 2021. Sur la région, l’État a débloqué près de 80 M€: 60M€ pour l’activation exceptionnelle du régime de calamités agricoles en viticulture, 12M€ en soutien à l’aval, 2M€ pour un fonds d’urgence, 4,1 M€ pour un dégrèvement de Taxe Foncière sur les propriétés non bâties en Gironde.

  • 28/06/22 | Le Festival et Académie Maurice Ravel se renouvellent

    Lire

    En septembre 2020, l'Association Musique en Côte-Basque et l'Académie Maurice Ravel ont fusionné pour devenir l'Académie Internationale de Musique Maurice Ravel. A Saint-Jean-de-Luz, l'Académie a pour projet de conjuguer la formation et la mise en réseau de jeunes interprètes et compositeurs avec la programmation de concerts et la mise en œuvre d'actions de médiation auprès des jeunes publics et des publics éloignés de l'offre culturelle. L’édition 2022 du Festival et Académie Ravel qui s’inscrit dans ce nouveau projet aura lieu du 19 août au 11 septembre à Biarritz.

  • 28/06/22 | Budget participatif de Bordeaux : derniers jours pour déposer des projets

    Lire

    Plus que quelques jours pour proposer, dans le cadre du budget participatif de la ville de Bordeaux, un projet en lien avec la thématique « Ensemble et solidaires », sur la plateforme participation.bordeaux.fr, ou dans les urnes dédiées dans les mairies de quartier. Toute personne à partir de 7 ans, en collectif (associatif ou non), est invitée à proposer ses idées sur participation.bordeaux.fr, avant le 10 juillet. Le montant total affecté au budget participatif 2022/2023 est de 2 millions d’euros HT avec un montant maximum de 150 000 € par projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Nouvelle-Aquitaine : les ambitions de Ferrocampus à Saintes

12/04/2020 | Le projet de Ferrocampus à Saintes est revenu s'inviter dans la dernière plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. On vous résume ce qu'on en sait.

1

Réunis ce vendredi lors de la première plénière depuis le début de l'épidémie de Covid-19, la région Nouvelle-Aquitaine, en plus de la présentation et du vote de son "Plan d'Urgence", a également lancé officiellement la phase de mise en œuvre du projet de création d'un vaste projet de nouveau campus spécialisé à Saintes, destiné à la filière ferroviaire. Ferrocampus, conçu comme un pendant de l'Aérocampus de Latresnes pour les trains, devrait s'installer sur un ancien site en friches de 27 000 mètres carrés et se concentrer dans un premier temps sur la formation, notamment dans la maintenance. Rappel des derniers éléments avant premier le coup de pioche.

Réunis ce vendredi lors de la première plénière depuis le début de l'épidémie de Covid-19, la région Nouvelle-Aquitaine, en plus de la présentation et du vote de son "Plan d'Urgence", a également lancé officiellement la phase de mise en œuvre du projet de création d'un vaste projet de nouveau campus spécialisé à Saintes. Dénommé Ferrocampus, il a vocation à être, à l'image de l'Aérocampus de Latresne, un campus régional de formation entièrement dédié à la filière ferroviaire, dont les perpectives de développement (terrain miné selon la Cour des Comptes) et de verdissement est hautement stratégique pour la région, qui a signé en mai dernier avec la SNCF une nouvelle convention d'exploitation courant jusqu'en 2024. "L'idée, c'est de faire de l'ancien site ferroviaire de l'étoile de Saintes un lieu de recherche sur la réhabilitation des lignes, de formation à l'industrie ferroviaire et aussi de pouvoir remotoriser les TER qui sont à mi-vie pour les dédiésiliser", a ainsi précisé le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, qui avait officiellement signé le protocole d'accord en janvier dernier. "Il y a un enjeu de recherche et développement : réhabiliter les voies pour moins cher si les régions prennent plus de responsabilités en matière de gestion du réseau, pour réfléchir à comment je conçois en tant qu'autorité organisatrice le réaménagement et la réhabilitation de ces voies (Limoges-Angoulême, Limoges-Brive, étoile de Saintes, ect)". 

Le campus doit s'installer sur des espaces libérés par la SNCF, 27 000 mètres carrés de foncier libérés  (dont 14 000 mètres carrés de foncier bâti) sur le Technicentre de Saintes, et y accueillir de la formation, de la recherche ou encore du transfert technologique autour des "trains du futur". Ferrocampus est déjà inscrit dans le contrat de territoire passé avec la Saintonge Romane. il faut dire que le secteur a connu plusieurs coups durs, qui ont visiblement incité la région Nouvelle-Aquitaine à s'y pencher de près, comme elle l'avait fait lors du rachat du site de Latresnes en 2011 pour y ouvrir un important pôle de formation dédié à l'aéronautique. Liquidation judiciaire de Saintronic et nouveau projet qui ne fait pas l'unanimité, transfert de la caisse locale du Crédit Agricole à La Rochelle ou, dernièrement, l'annonce d'un plan social au sein de la Coop Atlantique : autant d'indicateurs qui permettaient au contrat de dynamisation passé avec la région et validé par la communauté de communes de Haute Saintonge en juillet 2019, d'inscrire l'emploi et le marché du travail comme l'une des "vulnérabilités" de ce territoire composé de 129 communes. Ce même contrat préfigurait déjà de ce que voulait être Ferrocampus : un moyen parmi d'autres de "développer des filières bien identifiées et attachées aux caractéristiques socio-économiques du territoire", et une "démarche expérimentale visant à la redynamisation de sites abandonnés ou en reconversion". 

Pour la SCNF, propriétaire du foncier, ce projet est une manière de participer à l’évolution économique du territoire. Tout en offrant une complémentarité de formation avec le site de Bègles.  Trois emprises de part d’autres des voies vont être dédiées au projet : "il y a des bâtiments vides au sud de la gare de Saintes suite au changement d’activités du Technicentre", explique Véronique Lajoie, la directrice de SNCF immobilier du territoire sud-ouest, "entre les voies et le Technicentre, il y a également un petit château qui peut servir de local, ainsi que la halle Sernam, juste à côté de la gare, qui est inoccupée". Les trois emprises seront rachetées par la Région, sur un prix estimé par France Domaine et encore en cours de négociation. 

Ferrocampus

Les travaux de préfiguration, engagés avec l'aide de Xavier Mallardeau-Castanet, responsable en charge des grands projets à la DATAR (Délégation à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale), ont ainsi identifié des thématiques précises pour les futurs travaux de Ferrocampus, notamment la maintenance prédictive via l'analyse de données, l'énergie et l'environnement (le verdissement des matériels roulants), l'intermodalité ou encore la sécurité. Dans une note rédigée pour les besoins de la séance plénière de ce vendredi 10 avril, la région indique que Ferrocampus serait à la fois "un lieu de formation initiale, continue et en alternance" (jusqu'à Bac+5), et que le projet compte "se porter candidat à l'obtention des labels Talents et territoires de Nouvelle-Aquitaine et Campus des Métiers et de qualification et d'Excellence et à l'appel à manifestation d'intérêt du futur PIA 4 (Projet d'Avenir Innovation) qui vise à soutenir des entreprises dans des projets innovants. Ferrocampus a aussi l'ambition de développer plusieurs plateaux techniques pour permettre des expérimentations des opérateurs de transports, industriels et équipementiers ferroviaires (notamment dans des opérations de maintenance industrielles). Il compte enfin accueillir de nouvelles entreprises complémentaires à la restructuration du Technicentre SNCF (maintenance des TER, démantèlement des anciens matériels roulants, logistique et supply-chain). Le tout devrait se dérouler en trois phases : développer la formation, notamment à la maintenance et à la remotorisation; travailler sur "l'automatisation des opérations ferroviaires" et, enfin, en faire un "centre d'expertise national pour la revitalisation des voies régionales". La région prévoit d'inscrire le financement des études techniques (en vue de la réhabilitation du site) au budget supplémentaire 2020. En plénière, le président de la région Nouvelle-Aquitaine a annoncé que l'école d'ingénieurs Estaca, qui prévoit toujours d'ouvrir un campus de 700 étudiants à Bordeaux en 2021, "ouvrirait une formation d'ingénieur ferroviaire par apprentissage sur le site de Ferrocampus" ce qui ferait de l'école le premier établissement extérieur à le faire. Si l'effectivité de sa création dans les prochains mois devrait affiner ces contours encore théoriques, le budget de ce futur complexe de formation serait établi à environ 20 millions d'euros.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : région Nouvelle-Aquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
17235
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !