Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/01/21 | Aéroport de Bordeaux : Décès de Pascal Personne

    Lire

    En poste depuis 2004, c’est pour "impératifs de santé" que Pascal Personne a démissioné de ses fonctions de Président du Directoire et de directeur de l'Aéroport de Bordeaux au 14 janvier. On apprend ce vendredi sa disparition. "Un homme de convictions et de dialogue qui par sa vision et son engagement aura marqué de son empreinte la plate-forme aéroportuaire pour la hisser dans le haut du tableau des aéroports français", lui rend hommage Patrick Seguin, Président de la CCI Bordeaux Gironde. Sous sa direction, l'aéroport sera passé de 3M de passagers à près de 8M et aura vu se créé le terminal Billi dédié au low cost.

  • 22/01/21 | Bayonne: accès au complexe sportif de la Floride éclairé dès 6h30!

    Lire

    La période de couvre-feu ne rend plus accessible les installations sportives municipales bayonnaises à partir de 17h30. Afin de permettre à ce public de pratiquer une activité sportive, en dehors des heures de travail, la Ville de Bayonne a décidé d'ouvrir et d'éclairer le terrain de rugby en synthétique et la piste d'athlétisme du complexe de la Floride, dès 6h30 le matin. Il sera donc possible aux adeptes de la course à pied de s'adonner à leur activité sur un site adapté et éclairé 7 jours sur 7 pendant toute la période du couvre-feu dès samedi 23 janvier.

  • 22/01/21 | Signature d'une convention entre la Région et la CCI

    Lire

    Ce jeudi, Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et Jean-François Clédel, président de la CCI Nouvelle-Aquitaine, ont signé une convention cadre de partenariat pour le développement économique des entreprises néo-aquitaines. Le but : anticiper et accompagner les transitions régionales numériques, écologiques et énergétiques. Mais aussi d’apporter un soutien aux entreprises qui souffrent de la crise, poursuivre le renforcement les filières régionales prioritaires ou encore améliorer la performance industrielle des entreprises régionales et déployer le dispositif "usine du futur".

  • 22/01/21 | Bayonne: malgré la crise le concours de l'affiche des fêtes 2021

    Lire

    Malgré la crise sanitaire actuelle, pour assurer le respect du calendrier de la création de l’affiche des Fêtes de Bayonne 2021, la Ville invite les auteurs graphiques professionnels ou étudiants, à participer au concours annuel. En effet, les Fêtes de Bayonne sont programmées du mercredi 28 juillet au dimanche 1er août 2021, sous réserve d’une évolution favorable de la situation. Les modalités du concours se trouvent sur le site: affichedesfetes.bayonne.fr Chaque dossier devra être transmis exclusivement par courriel à communication@bayonne.fr d'ici le 29janvier.

  • 22/01/21 | Hébergement d'urgence en Gironde: la préfète fait le point

    Lire

    Lors de ses vœux à la presse la Préfète Fabienne Buccio a voulu réagir aux critiques disant « ici ou là » que « l'Etat exerce mal ou pas assez sa compétence en la matière ». Elle a ainsi rappelé que la Gironde compte 4010 places d'hébergements ouvertes à l'année, « soit le double qu'il y a 5 ans », et 275 places temporaires « ouvertes au fil des besoins ». « Des places qui ne sont pas dans une tension particulière » a-t-elle souligner. Par ailleurs elle a aussi annoncer l'ouverture en avril d'un nouveau centre d'accueil pour la grande marginalité. Porté par l'association Le Prado 30 places y seront ouvertes.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Nouvelle-Aquitaine : pour Pâques, les chocolatiers s'adaptent

10/04/2020 | Nous avons interrogé trois chocolatiers entre la Gironde et la Charente pour évoquer avec eux la crise sanitaire actuelle et les changements qu'elle implique dans leur organisation.

Pâques 2020

Ce 12 avril, Pâques aura, c'est sûr, une saveur bien différente. Confinement oblige, les week-ends familiaux passent à la trappe et la traditionnelle chasse aux oeufs du dimanche suit le même chemin. Pourtant, un peu partout en France, les chocolatiers s'organisent pour tenter de s'adapter à ce contexte singulier. La Nouvelle-Aquitaine ne fait pas exception : pour ces artisans locaux, la période représente entre 25 et 30% du chiffre d'affaires annuel. Le secrétaire général de la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France l'avouait la semaine dernière : "on s'attend à faire seulement 70% du chiffre de l'an dernier". Si des pertes sont à prévoir, notamment pour les industriels qui fabriquent en grande quantité, on ne pourra pas reprocher aux artisans du chocolat de rester assis à couver leurs oeufs. Pour tenter de sauver la période, certains n'hésitent pas à innover. Récit de trois d'entre eux, entre Bordeaux et les Charentes.

La maison Darricau, fondée par un pâtissier landais et installée sur la place Gambetta à Bordeaux depuis 1913, a été repris par la famille Guarrigue en 1931. Habituée à faire quelques livraisons sporadiques dans le centre de Bordeaux, l'établissement s'est lancé dans un nouveau défi : la livraison gratuite sur la métropole bordelaise. Ce mercredi 8 avril dans sa boutique, Laurence Guarrigue avoue "ne pas avoir été consciente" des problèmes qu'allait engendrer le confinement prolongé, "comme beaucoup de monde. J'étais persuadée que j'allais continuer à ouvrir malgré tout. J'ai proposé à tous les gens qui travaillaient avec moi de ne plus le faire, quitte à ouvrir toute seule. A l'annonce du confinement, des amis médecins nous ont demandé de fermer la boutique, ce qu'on a fait. Pendant trois ou quatre jours, on était un peu anéantis parce qu'une grosse partie de notre stock de Pâques était déjà préparé. Après réflexion, j'ai décidé de proposer la livraison gratuite sur Bordeaux Métropole, chose que je n'avais jamais faite avant, à part de manière très occasionnelle. Je ne m'attendais pas du tout à la réaction des clients. On a beaucoup de gens qui nous appellent pour faire livrer leurs enfants".

Livraisons et suites 

Dans la boutique, ce mercredi, les pochettes de livraison s'entassent un peu partout. Juste à côté, dans l'atelier, de la musique raisonne. Clément, son fils, et un ouvrier, s'attèlent à fabriquer le chocolat, les gestes barrière en tête. De huit employés habituellement, la maison Darricau est aujourd'hui passé à quatre. Pendant que Laurence nous évoque "un métier qu'elle découvre, celui de chauffeur-livreur", les sonneries de téléphones s'enchaînent. "Ça ne ressemble plus à une boutique, on dirait un entrepôt ! (...) Je reçois peut-être 4 à 500 coups de fil et on livre entre 100 et 120 commandes par jour. Ce soir, on ferme les livraisons, on va essayer d'assurer les commandes et livraisons qu'on a prises. Les copains (qu'ils soient professeurs, gérants de bateaux sillonnant habituellement la Garonne ou dirigeants de restaurants) ont aussi mis la main à la pâte pour aider à assurer les livraisons dans les temps. Sur Bordeaux, Laurence livre en bi-porteur. "C'est génial le vélo en ce moment, on peut rouler tranquille !", rit-elle. "C'est une logistique d'enfer mais c'est aussi rassurant, on se sent soutenus par tous nos clients. On a eu beaucoup de messages d'encouragement et beaucoup d'indulgence". Le panier minimum est passé de 20 à 30 euros, histoire d'amortir. Mais les livraisons durent encore trois jours, pour honorer les dernières commandes, avant de s'arrêter. À la place, les gens pourront continuer à commander des chocolats sur le site internet et venir les chercher en boutique. La fenêtre passe-plat installée au départ pour servir des glaces en été s'est déjà trouvé une nouvelle utilité. Les expéditions UPS, elles, devraient continuer.

Pour autant, Laurence est réaliste : à l'entendre ce ne sont pas les livraisons qui vont compenser la perte de chiffre d'affaires de la boutique. "Je ne pense pas m'y retrouver. Dans une boutique à Pâques, d'ordinaire, ça défile. Ce sera mieux que ce qu'on pensait, mais je pense qu'on va faire la moitié du chiffre. Pour nous, ça représente 30% des ventes annuelles. Noël, c'est le plus gros, mais ça a aussi été perturbé l'an dernier avec les gilets jaunes. L'enchaînement est compliqué". Et l'incertitude est de mise : si Laurence avoue ne pas avoir encore "fait le point", elle a déjà contracté un emprunt à taux zéro à la banque, mis quatre employés au chômage partiel et démarché pour mettre en place un report de ses charges. Quand à ses produits "stars" de la boutique, la chocolatière affirme vendre "beaucoup de gros oeufs. Les gens ont envie de se faire plaisir". Laurence ne chôme donc pas : "le labo démarre à sept heures, moi à huit. On arrive à partir à 10h30 le soir en ce moment. Ça arrive des fois en période de Noël, mais là c'est exceptionnel". Le projet de bar à chocolat de la maison Darricau va prendre sûrement encore un peu de retard. Du côté des thèmes, qui changent chaque année, c'est les "pelages, carapaces et peaux" qui ont eu les faveurs de la maison, après le Vietnam, la mer et les masques africains les années précédentes. Même si elle doit renoncer aux livraisons, Laurence dit avoir tiré au moins un enseignement de cette crise : le boom des nouvelles habitudes de consommation des clients locaux et la percée nette des achats en ligne. "Jamais le site internet n'a marché comme ça. Il "marchotait", on va dire. Les livraisons gratuites, ça fait déjà 5 ou 6 ans que je les fais sur Bordeaux intra-muros en bi-porteur. Pour la suite, il faudra réfléchir à la géographie de la livraison, savoir si on refera sur la métropole ou non. Pour l'instant ce n'est pas tranché mais ce sera sûrement un service payant, je ne pourrais pas en faire cadeau tout le temps". Il faut dire que les français sont de gros consommateurs de chocolats pour Pâques : 45% des gens en achètent à cette période. 95% des ventes de chocolat à cette période sont réalisées en hyper et supermarchés.

"Les gens ont envie de gourmandises" 

Pour les artisans locaux, qu'ils soient historiques ou "tout n'oeuf", la période est pourtant essentielle. La chocolaterie de Xavier Lalère, ouverte depuis deux ans dans le quartier Fondaudège à Bordeaux, fait elle aussi l'expérience de la livraison à domicile. "On avait déjà la boutique en ligne mais on travaillait en expédition par colissimo, on ne faisait pas les courses nous-mêmes. Là, on a mis en place la livraison gratuite dès 20 euros d'achat, mais on va passer à 25, même si on gardera la livraison gratuite pendant tout le temps du confinement", confirme Xavier. Comme on ne s'improvise pas livreur du jour au lendemain, l'entreprise a demandé au jeune chocolatier basco-béarnais quelques ajustements. "Ça nous a obligé à tout changer. On a lancé ça en début de semaine, ça a énormément pris, on ne s'y attendait pas. Finalement, on a eu plus de 200 commandes. On n'a plus un seul moulage en magasin, on les reproduit au jour le jour. Toute l'organisation a été complètement modifiée : je fais les livraisons à la fermeture. En fait, j'en assure plus des trois quart, avec le coup de main bienvenue d'un ami". En termes de clientèle, c'est une certitude aussi pour Xavier, elle s'étoffe. "On a de tout : des gens de Bordeaux qui achètent pour eux mais aussi beaucoup de gens qui achètent partout en France pour faire livrer à leurs enfants ou petits-enfants qui sont confinés à Bordeaux. Nos habitués sont parfois dans la rue d'à côté, ils nous demandent aussi la livraison et on est content de le faire". À l'inverse de la maison Darricau qui a fermé ses portes quatre jours en début de confinement avant de mettre en place son système de livraison, Xavier Lalère a souhaité laisser sa boutique ouverte. "On a le droit en tant que commerce détaillant alimentaire. J'ai simplement mis tous mes employés au chômage partiel et je suis resté tout seul aux commandes. Je les ai rappelés pour la semaine de Pâques, ils sont revenus en fin de semaine dernière". À l'aide d'une apprentie en laboratoire et d'une vendeuse, Xavier assure que "Pâques est une période charnière, je ne peux pas me permettre de fermer". Économiquement, il affirme que "les livraisons ont l'air de rattraper, mais toute la question sera de savoir comment ça va se passer après Pâques, on est vraiment dans une incertitude complète. Est-ce qu'on ne va pas laisser le chocolat de côté ? Je pense qu'on a réussi à sauver notre Pâques avec la livraison. Pour la suite, ça dépend de combien de temps durera le confinement".

Avec une livraison close depuis mardi 7 avril au soir pour pouvoir assurer l'ensemble des commandes, la fabrication des chocolats devrait reprendre dans les prochains jours. "Suivant les quantités qu'on arrive à refaire, je pourrais remettre les articles de Pâques sur la boutique en ligne, mais pour l'instant on va garder ça pour la boutique physique. On vend beaucoup plus de chocolat au lait, notamment en tablettes. Habituellement, ce que je vends le moins c'est le chocolat blanc. Là, les ventes de chocolat blanc ont augmenté de 40%. Les gens ont envie de gourmandises dans cette situation inédite". L'un de ses produits "stars" de l'an dernier, des oeufs saupoudrés de noisettes caramelisées (le Crousti Piémont), est déjà en rupture de stock. "Même chose pour le lapin : en trois jours, on n'en avait plus. C'est le seul sujet qu'on ne pourra pas refaire". Et la suite ? Les livraisons vont-elles continuer même en dehors de la période de confinement ? Xavier y pense. "On commence à nous le demander. La question se pose mais je n'ai pas encore la réponse ferme et définitive. Des gens vont peut-être prendre des habitudes de consommation différentes. C'est possible qu'on garde le système, peut-être en augmentant le montant minimum de commandes. Je vais de toute façon développer la boutique en ligne, je vois que ça peut être un axe qui peut fonctionner". Après avoir lancé le premier bar à chocolats de Bordeaux, Xavier Lalère compte donc bien encore tirer son épingle du jeu ! 

Ces exemples ne sont évidemment pas représentatifs de tous les chocolatiers de Bordeaux. D'autres prennent aussi des initatives similaires. Hasnâa Fereira, par exemple (trois points de vente à Bordeaux), affirmait ce mercredi sur sa page Facebook que le seuil des mille commandes avait été dépassé pour son opération "Pâques Gironde Tour", répartie sur plusieurs zones du département. Les retardataires, eux, pourront toujours se rendre en boutique, rue Fondaudège. Les deux boutiques de Luc Dorin livrent elles aussi à domicile. Pour sortir un peu de Bordeaux, la maison Daranatz, qui livre également, reste ouverte jusqu'au 11 avril à Bayonne et ferme à Biarritz mais dépose ses chocolats dans deux boulangeries (Les Arênes à Bayonne et Les Templiers à Biarritz). La maison pratique aussi la vente en ligne avec livraison à domicile. Dernier petit détour du côté des Charentes où, de La Rochelle à Angoulême, les artisans chocolatiers ont également trouvé des solutions pour vendre leurs figurines. 

La Maison Letuffe a quatre boutiques à Cognac, Angoulême et Trois Palis

Détour charentais

Tous ouvrent leur magasin sur des horaires aménagés et organisent des livraisons dans le périmètre de leur bassin de vie. C’est le cas chez Letuffe, enseigne bien connue des Charentais pour ses François 1er, des chocolats fourrés au cognac.  En plus d’avoir maintenu la livraison et ré-ouvert trois de ses quatre boutiques depuis le 3 avril (à Angoulême, Cognac et Trois-Palis), la maison fournit les gourmands en œufs et autres cloches de Pâques par voie postale. "C’est un service que nous avions déjà auparavant, car nous avons une partie de notre clientèle d’origine charentaise qui vit à Paris", explique la vendeuse de la boutique des Trois-Palis, où se trouve aussi le laboratoire de l’entreprise. Les envois ont augmenté, "mais pas doublé pour autant. Ca reste de petites commandes, avec une ou deux pièces".

Même le système D a ses limites. "Avec le ralentissement du fonctionnement de La Poste, les colis mettent du temps à arriver. Aujourd’hui, on est obligé d’expliquer aux clients qui veulent commander en cette fin de semaine qu’ils n’auront pas leurs chocolats avant mardi ou mercredi prochain. Pâques sera passé, donc certains renoncent", explique le dirigeant Jean-Pierre Letuffe. Le personnel des boutiques passe beaucoup de temps au téléphone à décrire les figurines pour aider les clients à faire leur choix. "Mais sans visuel, c’est compliqué. Notre clientèle de Pâques, c’est souvent des mères de famille qui viennent acheter en boutique des œufs personnalisés. Le choix se fait au coup de cœur. Cette clientèle là n’est pas venue cette année", analyse le chocolatier.

Jean-Pierre Letuffe avait pourtant senti le coup venir : "On a stoppé toute la production dès le 16 mars, mais on avait déjà fait pas loin des deux-tiers de notre production : toute la friture et les petites pièces type poules et cloches en petits formats. Il ne sous restait plus qu’à faire les œufs fourrés à la praline et les grosses pièces. Du coup, ça limite aussi le choix de la clientèle, qui vient nous chercher aussi pour cet aspect". Malgré les efforts de l’entreprise, le consommateur n’est pas au rendez-vous. "Si on compare de date à date, l’an dernier à cette même époque de l’année, on avait 30 à 40 clients par jour à la boutique d’Angoulême. En ce moment, il en passe dix grand maximum par jour", relate le chocolatier que la situation laisse pessimiste, "ce sera déjà fort si on arrive à faire 10% de notre chiffre d’affaires habituel". En France, en 2018, le marché du chocolat lors des fêtes de Pâques représentait 14653 tonnes, un peu plus qu'en 2017 (14 500) mais un peu moins qu'en 2015 (15 200 tonnes). Nul doute que pour les trois artisans interrogés comme pour les autres, les chiffres de 2020 seront scrutés de près.

Romain Béteille, Anne-Lise Durif
Par Romain Béteille, Anne-Lise Durif

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5047
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !