Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

  • 24/09/21 | Agen et les « Rendez-vous du Pin »

    Lire

    Samedi 25 septembre à partir de 15h le square du Pin à Agen accueille « Les Rendez-vous du Pin ». Organisé par l'association Au Fil des Séounes, cette manifestation propose des animations pour les petits et les grands comme un atelier photo décalé, des parcours sport ou une sensibilisation à la réduction du gaspillage alimentaire tout l'après-midi et un banquet "populaire, bio et végétarien" le soir, avec un concert du duo Akdeniz.

  • 24/09/21 | Landes : La médiathèque du Marsan fait sa braderie

    Lire

    Ce samedi 25 septembre, à Mont-de-Marsan, la médiathèque du Marsan organise une journée braderie, de 10h à 17h. Romans, bandes dessinées, livres documentaires, albums jeunesse ou encore revues, tout sera proposé entre 1 et 3 €. Issus du tri effectué régulièrement dans les collections, les amateurs de lecture vont ainsi pouvoir bénéficier d'une offre actualisée. Le paiement s'effectuera uniquement en espèces ou par chèque.

  • 24/09/21 | Talence : Une journée pour le sport adapté

    Lire

    Le 25 septembre à partir de 10h, le Comité Départemental du Sport Adapté de la Gironde, en partenariat avec la Ligue Nouvelle-Aquitaine de Tennis, organise une journée compétitive para tennis adapté adultes à Talence. Une quarantaine de sportifs en situation de handicap sont attendus pour une journée de partage, de solidarité, de plaisir et de convivialité. L'objectif également de cette journée est d'orienter les sportifs vers les clubs de proximité mais aussi de travailler sur le respects des règles, des autres et de l'acceptation des résultats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Ostréiculture : le concombre de mer envisagé comme complément d’activité

25/08/2021 | Le centre pour l’aquaculture, la pêche et l’environnement de Nouvelle-Aquitaine étudie les potentiels d’élevage des concombres de mer en claires

1

Le centre pour l’aquaculture, la pêche et l’environnement de Nouvelle-Aquitaine a pour mission de trouver des moyens de diversifier la production conchylicole en marais. Depuis quelques mois, Pierrick Barbier, écologue spécialisé en biologie marine, étudie la possibilité d’élever des concombres de mer dans les claires ostréicoles. Des tests sont en cours dans deux bassins au Château d’Oléron.

« L’idée de départ, c’était de trouver deux espèces qui puissent co-habiter et dont l’association permette de réduire l’impact environnemental de l’élevage », explique Pierrick Barbier. Dans les élevages traditionnels en pleine mer, les sols marins finissent par être asphyxiés par les excréments des poissons. L’idée de Pierrick Barbier était donc de trouver une espèce qui se nourrit des déjections et autres matières organiques générées par la faune et la flore marines. Objectif : l’associer à des huîtres. Avec les oursins, le concombre de mer est le seul à répondre à ce critère. La culture de l’oursin avait déjà été tentée, notamment sur l’île de Ré, mais les débouchés économiques se sont révélés insuffisants.

Proche parent des oursins, l’holothurie semble avoir un potentiel marchand plus prometteur. Cet animal au corps mou et cylindrique est très consommé en Asie. La surpêche menaçant les espèces asiatiques, des programmes d’élevage ont vu le jour. En France, des recherches ont lieu depuis 2019 à Palavas-les-Flots et à Concarneau sur les concombres de mer d’Atlantique et de Méditerranée. L’objectif à terme est de permettre aux professionnels de la mer de se positionner avec ce produit sur le marché asiatique. Reste à savoir si l’holothurie occidental remportera le même succès auprès des consommateurs asiatiques que ses cousins orientaux.

Si la production alimentaire n’est pour l’instant qu’un marché de niche, un deuxième débouché semble plus engageant : la pharmacie. Les holothuries produisent des molécules, dans leurs cellules, dont la Science a identifié des vertus anti-cancéreuses, anti-tumorales et anti-inflammatoires. Produit en quantité suffisante, l’holothurie pourrait alimenter la production pharmaceutique.

Tester la survie en claires

Mais avant d’en arriver là, plusieurs questions de faisabilité se posent. « La première étape, c’est de voir si l’holothurie survit dans des claires. A l’état sauvage, c’est un animal qui vit dans des milieux stables en termes de température et de salinité. Or dans les claires, ces paramètres peuvent varier entre le printemps et la fin de l’été », explique Pierrick Barbier. Le prélèvement en octobre des holothuries en test dans les claires d’Oléron permettra d’établir un taux de survie de l’espèce en claires. Si la mortalité est trop importante, le projet sera abandonné. Mais si cette première phase de test est concluante, l’étude sera étendue sur les trois à cinq prochaines années. A terme, l’objectif est de tester l’élevage de concombre de mer sur différents sites conchylicoles hors claires, notamment dans des enclos en pleine mer ou sur l’estran.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : 4111111111111111

Partager sur Facebook
Vu par vous
6058
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !