Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | François Bayrou met le turbo sur les halles de Pau et le " bus haut de gamme "

16/10/2014 | Six équipes d’architectes ont été sélectionnées pour le projet de réhabilitation des halles. Quant à celui de bus à haut niveau de service, il va démarrer

Les halles et le complexe de la République, en centre ville

Deux dossiers brûlants ont alimenté la campagne des élections municipales à Pau : la réhabilitation des halles, qui constituent l’un des poumons commerçants du centre-ville, et le projet de bus à haut niveau de service. L’un comme l’autre avancent, explique le maire, François Bayrou, qui en profite pour renvoyer quelques ascenseurs à ses prédécesseurs.

Pour les halles, les architectes se sont bousculés. Sur 90 candidatures, 6 équipes ont été sélectionnées. « Nous avons voulu qu'elles soient locales, nationales et internationales" explique le maire. Des professionnels choisis pour leurs réalisations antérieures. Mais aussi pour leur connaissance du terrain, et le coût de leur projet. L’enveloppe prévue se situe entre 18 et 20 millions d’euros. Outre les halles, elle intègre la réfection de la tour du complexe de la République, située dans leur prolongement.

De Rotterdam à BiarritzParmi les nominés, on trouve des Néerlandais qui ont réalisé le marché central de Rotterdam, mais aussi des Palois ayant travaillé sur le Palais des sports, le siège d'Euralis, ou encore les halles de Biarritz, nouvelle formule. Sans oublier les Parisiens intervenus sur le marché de Marly-Le-Roi, ou encore l’architecte britannique Nasri Seraji, auteur du centre de formation EDF de Saclay, et partie prenante de la réflexion engagée à Pau sur l’aménagement des berges du gave.

L’heureux élu sera désigné en janvier. Les travaux débuteront en 2016. «Nous espérons aboutir en deux ans » dit François Bayrou, qui s’était engagé à faire vite et bien. C’est-à-dire à ne pas arrêter l’activité commerciale des halles pendant le chantier. Un « parti pris » qu’il veut tenir en déménageant les étaliers sur un week-end et, le temps que les travaux se déroulent, en aménageant un espace couvert à côté du bâtiment. « Quelque chose qui soit transparent, joli et attractif » dit-il. « Quant aux forains qui craignaient d’être virés aux abords des halles, hé bien ils ne le seront pas ! »

Un bus électrique, régulier et confortableLe bus à haut niveau de service, que le maire préfère appeler « bus haut de gamme », reprend  un projet initié par la précédente municipalité, avec le soutien de l’agglomération.  Mais il est modifié de manière notable dans son tracé. Celui-ci consiste à traverser la ville sur un axe nord-sud pour relier l’hôpital et la gare SNCF. Soit 18 minutes de parcours sur un itinéraire effectué dans sa grande majorité en site propre. Cela, afin d’assurer la régularité des passages.

Tracé des lignes de bus - Pau

Equipés de moteurs électriques, les véhicules circuleront sur « l’une des lignes les plus performantes et confortables que l’on puisse trouver » assure François Bayrou, aux côté de Nicolas Patriarche, maire de Lons et président du Syndicat mixte de transports urbains.

15 millions d’euros économisésLe circuit retenu sera présenté en octobre. « Il permettra de faire des économies importantes par rapport au projet lancé par l’équipe précédente. » Le coût total du chantier a en effet été ramené de 66,1 millions d’euros hors taxes à 51, 6 millions. Cette somme sera financée pour l’essentiel par le Syndicat mixte. La moitié sera consacrée à la réfection des chaussées. La participation financière de la ville de Pau, elle, passera de 14 à 1,4 million d’euros. Autant de moins que les contribuables auront à payer, commente François Bayrou.

Les travaux débuteront avant la fin décembre 2014, ajoute-t-il. La précision n’est pas anodine. Cet engagement rapide du chantier permettra en effet au projet  de bénéficier à temps du versement transport, payé par les employeurs locaux. « Si vous modifiez tout, vous allez prendre du retard, et vous ne pourrez plus obtenir cet argent » avaient estimé les adversaires du candidat Bayrou. Les délais ont finalement été tenus, et le nouveau maire de Pau jubile. « Tous les défis que nous nous étions fixés sont remplis ».

Des parkings relais aussiDernier point important : des parkings relais accompagneront l'itinéraire. « L’idée est d’amener un certain nombre de conducteurs qui arrivent par la rocade à poser leur véhicule, et à prendre les transports en commun ».

Dans une ville qui raisonne à l’horizon 2020-2025 et va voir augmenter son nombre de logements (plus de 1000 sont prévus sur la seule zone du boulevard de la Paix), le prolongement du réseau de bus à haut niveau de service est de même abordé. Car le futur parc des expositions doit aussi voir le jour au nord de la ville. « Il est impossible de ne pas y songer ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1920
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !