Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Philippe Chassaing : "Dans cette crise sanitaire et économique, les banques doivent faire preuve de responsabilité."

23/04/2020 | Philippe Chassaing, député LREM de Dordogne appelle les banques à faire preuve de responsabilité vis à vis des TPE et des particuliers fragilisés par le Covid.

Philippe Chassaing, député de la première circonscription de la Dordogne

Philippe Chassaing, député la République en Marche de la Dordogne, estime que les mesures prises par le gouvernement pour soutenir les entreprises fragilisées par le coronavirus et les salariés en chômage partiel fonctionnent plutôt bien dans le département. Pourtant les responsables d'entreprises des communes de sa circonscription contactées lui font part de leur inquiétude. Une large majorité estime que leur situation s'est dégradée depuis la mi-mars. Le député estime que les banques doivent faire preuve de responsabilité vis à vis des entreprises en difficulté et des particuliers les plus fragiles.

@qui.fr  : De nombreuses entreprises, notamment les plus petites, de votre circonscription, vous ont fait part de leur inquiétude face à cette crise sanitaire doublée d'une crise économique. Les mesures de soutien économique portent elles leurs fruits ?

Philippe Chassaing, député de Dordogne 
: Avec mon équipe, j'ai pris l'initiative d'appeler toutes les entreprises de la vallée de l'Isle en dehors de Périgueux, pour à la fois aller au devant d'elles pour connaître le ressenti et être à leur écoute face à une situation inédite. Il s'agissait de leur transmettre les informations sur les mesures mises en place par le gouvernement, pour soutenir l'économie et éviter au maximum des faillites. C'est important pour nous d'avoir ces remontées de terrain. Ce sont des petites entreprises, des artisans, des commerces, pour la plupart. Beaucoup ont fait part de leur inquiétude à la fois sur le court terme et à plus long terme. Dans l'immédiat, elles s'interrogent sur les conditions de reprise d'activité et à plus long terme, elles se demandent si la clientèle et les consommateurs répondront présents. Globalement, elles ont fait appel aux différents dispositifs de soutien. Dans le département cela fonctionne plutôt bien. A la date du 22 avril , 5 560 entreprises de Dordogne ont déposé une demande de chômage partiel auprès des services de l’État. 37 000 salariés sont concernés. La plupart des dossiers ont été acceptés sans difficulté, il y a eu un gros travail des chambres consulaires en appui. Les dossiers en instance résultent davantage d'un problème technique.  Au 16 avril, 3 814 très petites entreprises, micro-entrepreneurs, travailleurs indépendants et professions libérales ont déjà demandé à bénéficier du Fonds de solidarité. 4,9 millions d’euros ont déjà été attribués aux petites entreprises de Dordogne pour une aide d’un montant moyen de 1 281 euros. Il existe aussi la possibilité du report de charges. 

 @qui.fr  : Sur le sujet du report de charges, certaines organisations professionnelles, notamment dans les secteurs de l'artisanat, de l'hôtellerie restauration, ou du tourisme qui représente une bonne part de l'activité du département, demandent une annulation pure et simple. Y seriez-vous favorable ?
Philippe Chassaing : Le report des charges sociales dépasse actuellement pour la Dordogne les 8 millions d'euros. Cela représente un effort considérable. A mes yeux, cela ne peut pas être une annulation systématique. Il faudra étudier au cas par cas, notamment sur des entreprises qui n'ont aucune activité en ce moment, dans les secteurs du tourisme et de la restauration. Surtout qu'il existe aussi le prêt garanti par l'Etat, dont la première vocation de prêt est de permettre aux entrepreneurs de bénéficier d'une avance de trésorie, pour faire face à des charges immédiates, loyers, factures, fournisseurs.  

@qui.fr  : Justement, il y a plusieurs témoignages de responsables d'entreprises qui ne parviennent pas à obtenir ce prêt auprès de leurs organismes bancaires, qui constituerait une bouffée d'oxygène pour eux. Que leur répondez vous ?  
Philippe Chassaing : En Dordogne, concernant le nombre d'entreprises ayant obtenu le prêt garanti par l'Etat, il  progresse localement et nationalement. A titre d'exemple, 1500 dossiers de PGE ont été "validés" par la caisse régionale du Crédit agricole Charente Périgord, le taux de refus s’établissant à 1,5%.  Au niveau national, le taux de refus est estimé à 5 %. Cependant, il faut que l'on regarde par secteur d'activité s'il n'y a pas des trous dans la raquette. Par exemple, il faut qu'on soit attentif sur le fait que tous les secteurs puissent y avoir accès. Nous devons être vigilants sur ce point. Nous devons également nous interroger si certaines banques ne seraient plus réticentes à proposer ce dispositif . Nous n'avons pas un bilan précis de la situation. Cela dépend aussi des situations antérieures des entreprises demandeuses, il est certain que celles qui étaient déjà en situation fragiles auront plus de difficulté à l'obtenir. En cas de difficulté, l'entrepreneur ne doit pas hésiter à saisir le médiateur du crédit ou le député de sa circonscription. Dans cette crise sanitaire et économique inédite, les banques doivent aussi faire preuve de responsabilité. 

@qui.fr  : Nous avons évoqué les mesures de soutien économique pour les entreprises, qu 'en est il des dispositifs de soutien pour les particuliers et les familles fragilisées par la crise ?

Philippe Chassaing : Pour les foyers modestes, le gouvernement a pris des mesures pour les bénéficiaires du RSA, avec des majorations pour les enfants. Ces aides seront versées à partir de la mi mai. Cela représente 4 millions de personnes. Ce coup de pouce financier accordé aux plus modestes doit servir à améliorer leur quotidien, pas à rembourser d'éventuels frais bancaires. Depuis fin 2018, les banques ont pris l'engagement d'instaurer un plafond de 25 euros par mois des frais. Le dispositif fonctionne mais il n'est valable qu'à condition d'avoir enregistré des incidents pendant trois mois consécutifs. Aujourd'hui, la crise met en difficulté les plus modestes, ceux qui sont en chômage partiel, ou ceux où il n'y a plus d'emploi. J'appelle les banques à faire preuve de responsabilité en limitant rapidement les frais d'incidents bancaires des personnes victimes de la crise due au coronavirus. Je milite pour que les banques soient vigilantes avec ces foyers fragilisés et qu'elles déclenchent cette protection sur le plafonnement dès le premier mois. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
5009
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !