aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/16 | Fête des voisins à Cenon le 6 octobre

    Lire

    Fidaquitaine, cabinet d'expertise comptable organise lee 6 octobre la 3ème édition de la «Fête des Voisins du Travail » à Cenon (33). Son principe, basé sur la rencontre et l’échange professionnel, réunit salariés et chefs d'entreprises situés à proximité autour d’un midi festif. Cette année, la Ville présentera le portail des commerçants , qui recense les commerçants et artisans exerçant dans la commune en quelques clics! Les inscriptions pour les commandes des menus sont ouvertes jusqu'au 04 octobre. Rens: Fidaquitaine (Rémi Houbion, responsable marketing) au 05 56 40 54 74

  • 30/09/16 | Salon Horizon Vert, les 1er et 2 octobre au Parc des expos de Villeneuve/Lot

    Lire

    Ce rendez-vous dédié à l'écologie fait la part belle cette année à la biodiversité dans tous ses aspects. L'occasion de découvrir, à travers conférences, ateliers et autres animations, quelques exemples de tout ce qui peut être fait au quotidien pour protéger la biodiversité. L'inauguration se déroulera le samedi 1er octobre à 11h. Ce salon est ouvert de 10h à 19h, et le samedi jusqu'à 23h pour l'espace restauration/spectacle. Tarifs : 2,50 €/adulte - Gratuit pour les moins de 20 ans.

  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Pierre Gattaz : "on a l'impression que les entreprises sont un mal nécessaire"

22/04/2015 | Le patron du Medef était à Bordeaux ce mercredi pour visiter des entreprises et se rendre à l'assemblée générale girondine de l'organisation patronale.

Pierre Gattaz était en visite aujourd'hui au sein d'entreprises à Mérignac

Pierre Gattaz était ce mercredi l'invité d'honneur de l'assemblée générale du Medef en Gironde. Une visite stratégique, alors même que le conseil des ministres accueille le même jour la présentation du texte du projet de loi relatif au dialogue social. Après l'échec au mois de janvier dernier, des négociations entre le patronat et les syndicats, le président du Medef n'a pas hésité à dénoncer une "multiplication des freins à l'embauche" et a évoqué des pistes pour redonner confiance aux entrepreneurs et lever ce qu'il considère comme des verrous à l'économie française.

Réhabiliter l'entreprise, tel est l'axe et le message clair de Pierre Gattaz depuis quelques semaines. Il était en visite à Bordeaux ce mercredi dans le cadre de l'assemblée générale girondine du Medef. "Il faut faire ce travail, réhabiliter l'entreprise et le monde du travail. Nous ne sommes pas contre les aides et les subventions : on n'embauche pas des gens parce qu'on veut les licencier. Ce qu'on a envie de dire à l'Etat, c'est qu'il doit libérer l'emploi, faire confiance aux entrepreneurs. C'est compliqué d'embaucher aujourd'hui, c'est risqué. Mais le moteur français est sur la table et il fonctionne au ralenti, alors qu'il pourrait être une Formule 1", a déploré le Président du Medef. Le hasard fait apparemment bien les choses, puisque c'est ce même jour qu'était discuté en conseil des ministres le projet de loi sur le dialogue social, présenté par François Rebsamen, le ministre du travail, dans un contexte qui a vu l'échec d'un consensus entre les syndicats et le patronat en janvier dernier. Le texte, qui vise à simplifier des règles dites "trop formelles", présente certaines réformes importantes comme la création en 2017 d'un compte personnel d'activité (qui fera l'objet d'une nouvelle loi l'an prochain) ou encore une "prime d'activité" qui fusionnerait le RSA et la prime pour l'emploi (cela concernerait plus de 5,6 millions d'actifs). 

Le dialogue social ? Quel dialogue social ? Pour Pierre Gattaz, le problème du dialogue social français ne date en effet pas d'hier : "Le dialogue social, c’est une force, un facteur de compétitivité. Celui que nous avons inventé en France depuis 30 ans, c’est l’inverse. Il s’est hyper-complexifié, il est devenu bureaucratisé, technocratisé. Il y a plus de freins que d’avancées fondamentales, dans un monde qui, en plus, bouge à toute vitesse. Nous souhaitons un dialogue social d’agilité et de rapidité, soit le contraire de ce que nous avons mis en place avec un code du travail de 3500 pages, avec 10 couches… tout ça est trop compliqué, et c’est ce qui induit le fait qu’il y ait cette peur d’embaucher en France. Il faut redonner à l’accord d’entreprise la compétence sur tout". 

"Une semi-réforme"Ce serait un euphémisme que de dire que la réforme présentée par François Rebsamen ne plait pas au patron du Medef, qui évoque "une semi réforme". "Les vraies avancées se situent sur des entreprises qui comptent entre 50 et 300 personnes. Nous avions imaginé quelque chose de beaucoup plus ambitieux, comme la création d’une instance unique qui permettait de fusionner les Comités d’entreprises, CHSCT, Délégués du Personnel et Délégués syndicaux. Ca aurait simplifié drastiquement la vie des syndicats et de ce fameux dialogue social. Ce projet est très loin de ce qu’on aurait pu imaginer". Un constat également renforcé par quelques exigences de la part du Medef, notamment basée sur une "flexi-sécurité", avec la création d'un CDI sécurisé aux conditions de séparation clairement identifiées, une baisse de la fiscalité et des charges "qui représentent aujourd'hui 58% des dépenses publiques dans le PIB soit presque 10% de plus qu'aun niveau européen", et enfin lutter contre la complexité administrative, à cause de laquelle l'économie serait "asphyxiée, avec une différence de charges de 132 millions d'euros avec l'Allemagne". Une ou deux avancées ont tout de même été soulignées par Pierre Gattaz, comme la réduction du nombre de consultations par an (elles passeraient de 17 à 3), là aussi dans un souci de simplification. 

Un échec commun ? Mais le "patron des patrons" ne remet pourtant pas tout sur le dos du gouvernement : "nous sommes aussi responsables de l’échec, puisque nous n’avons pas abouti et nous l’avons beaucoup regretté car nous étions très proches de l’arrivée", confie-t-il. "Nous avions réussi après 4 mois de discussion, à un projet intéressant qui était équilibré et même assez audacieux. On n’a pas réussi à signer, mais on s’attendait à ce qu’un gouvernement puisse reprendre la totalité du puzzle qu’on avait imaginé, mais il a pris quelques pièces dont celle des Comités Paritaires régionaux pour les petites entreprises, qui est une inquiétude supplémentaire : c’est là où il y a un gisement d’emploi, ou l’on trouve le meilleur dialogue social. J’ai peur que cette pièce là effraie encore plus les petites entreprises, qui risquent de se renfermer encore un peu plus dans leur coquille". 

"Restaurer la confiance" Pierre Gattaz a largement appellé de ses voeux un hypothétiques retour au plein emploi en 2020, affirmant que la France avait "tous les atouts et les capacités nécessaires". "Nous devons construire le futur, y intégrer la révolution numérique, la transition énergétique, alors que la politique actuelle est de dénoncer les entreprises qui polluent trop. La pollution, c'est aussi très important pour les chefs d'entreprise mais elles ont tous les chercheurs, tous les scientifiques nécessaire pour trouver des solutions !", souligne le chef des entreprises. "Même chose pour le tourisme : la France est la première destination mondiale, mais elle n'occupe que la 7ème place en termes de dépenses par touriste. Nous devons redonner confiance à la France en ses atouts qui pourraient remettre notre économie dans le top 3 mondial". Pas sûr que cela soit pour tout de suite. En attendant, la réforme du dialogue social est loin de contenter tous le monde, chez le patronnat comme chez les syndicats. Interrogé par Europe 1, Phillippe Martinez, nouveau patron de la CGT, a déclaré que cette loi "n'était pas bonne". "Le parlement va légiférer sur une loi qui prévoit déjà des dérogations pour ne pas appliquer la loi", a-t-il ajouté. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7562
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !