Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/07/19 : Plan canicule, une cellule de crise a été mise en place à l'Hôtel de ville de Poitiers pour porter secours aux personnes en détresse inscrites sur le registre canicule. Pour s'y inscrire et bénéficier de conseils adaptés, un numéro : 0549308075

23/07/19 : En raison de la canicule, la Ville de Bayonne a installé un brumisateur, place de la Liberté, pour rafraichir les promeneurs en ce lieu même où demain mercredi à 22 h sera donné le coup d'envoi de ses célèbres fêtes depuis le balcon de la mairie.

23/07/19 : Vigilance canicule à Agen. La piscine Aquasud est ouverte non-stop tous les jours de 11h à 19h. Des salles rafraîchies sont également ouvertes notamment dans la médiathèque, la résidence La Salève ou encore la Salle des Illustres de la mairie.

23/07/19 : Mémoires & Partages lance un appel à un rassemblement à la mémoire de Mamoudou Barry, ce chercheur en droit à Rouen battu à mort vendredi soir. Ce rassemblement se tiendra jeudi 25 juillet à 18 h 30 sur le Parvis des droits de l'homme à Bordeaux.

23/07/19 : Canicule. EDF a décidé d'arrêter les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne car l'eau de la Garonne qui sert à refroidir les réacteurs est trop chaude.

23/07/19 : Depuis le 19 juillet, au vu des conditions climatiques et de la hausse des températures, les maraudes du SAMU social ont été adaptées dans les rues de Bordeaux et de la métropole pour venir en aide aux personnes sans domicile.

21/07/19 : Canicule:Le département de Gironde active dès ce lundi 22 juillet une cellule de crise et un numéro d'information et d'orientation [05 56 99 66 99] afin d’apporter un soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées, ainsi qu’aux professionnels.

21/07/19 : La Gironde en alerte canicule ORANGE - niveau 3 - à compter de ce lundi 22 juillet à 6h00 et ce jusqu’à nouvel ordre. Les températures devraient dépasser les 35°C dès demain, les 40°C la journée de mardi et ne pas descendre en dessous de 21°C la nuit

19/07/19 : Un nouveau cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne suite au retour d’une personne ayant séjourné sur l’île de la Réunion. Le traitement de démoustication interviendra dans la nuit du 22 au 23 juillet à Bajamont, Foulayronnes et Castelculier.

19/07/19 : Épisode de fortes chaleurs ce week-end dans le 47. Le risque de feux de forêt devrait basculer en niveau sévère dès lundi, avec un renforcement des effectifs et des moyens sapeurs-pompiers. Le SDIS active dés à présent sa vidéosurveillance.

19/07/19 : Le Château de Bonaguil en Lot-et-Garonne vient de recevoir le label « Sécuri-Site ». Délivré par la Préfète du Département, ce label certifie la mise en place d’un dispositif de sécurité complet, à l’intérieur comme aux abords d’un site touristique.

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/07/19 | Canicule : le niveau 3 du plan déclenché en Dordogne

    Lire

    La Dordogne est en vigilance orange "canicule. Les températures maximales devraient dépasser les 40°C, les températures nocturnes elles, pouvant dépasser les 20° C pendant 3 jours. Entre le mardi 23 et jeudi 25 juillet, les minimales seront de 22° et les maximales de 41,6°. Le préfet a déclenché le niveau 3 alerte canicule qui se traduit par des mesures pour les sans abri avec l'ouverture de places en hébergement d'urgence et des maraudes. Les activités sportives entre 12 h et 20 h sont déconseillées.

  • 23/07/19 | Municipales à Périgueux : Patrick Palem désigné par laRem Dordogne

    Lire

    Patrick Palem, ancien PDG de la Socra, société spécialisée dans la restauration du patrimoine, et désormais conseiller a été désigné par les instances départementales de la République en Marche comme chef de file du parti présidentiel pour les municipales à Périgueux. Patrick Palem bénéficie du soutien Philippe Chassaing, député LaREM et du sénateur Bernard Cazeau, du Modem et de Jérôme Gabuteau, chef d'entreprise et référent local de laREM, qui devrait être numéro 2 sur la future liste. ^

  • 23/07/19 | Candidatures ouvertes pour "Les trophées de l'accueil"

    Lire

    Les candidatures sont ouvertes pour la 2ème édition des « Trophées de l’accueil », un concours qui récompense les professionnels du tourisme et les commerçants girondins qui accordent de l'importance à la qualité du traitement réservé aux touristes. Les participants peuvent s'inscrire dans l'une des quatre catégories proposées : commerce, hébergement, restauration ou loisirs. A la clé, 12 lauréats seront mis à l'honneur dans le guide annuel Bordeaux Shopping. Candidatures ouvertes jusqu'au 20 août. Inscriptions en ligne ici

  • 23/07/19 | Collège et lycée du Barp (33), les choses se précisent!

    Lire

    L'équipe Atelier des architectes Mazières associé à Nicolas Ragueneau, Antoine Roux Architectes, et Patrick Arotcharen a été sélectionnée pour la construction du futur lycée et collège du Barp. Le futur établissement accueillera, sur 22 000 m², un lycée de 1 200 élèves et un collège de 800 élèves. Au menu : construction en bois, espaces mutualisés, création d'un Centre de Connaissances et de Culture, salles de classes modulables et informatisées, certification HQE et démarche de bâtiments à énergie positive et bas carbone. Budget total estimé 60 M€, début du chantier au 2ème semestre 2020 et mise en service à la rentrée 2022.

  • 23/07/19 | Ouverture d'une Première année commune aux études de santé à Agen en sept. 2019

    Lire

    En septembre prochain, la PACES, cette année d’enseignement qui prépare aux concours des cursus des médecins, pharmaciens, dentistes et sages-femmes, verra le jour à Agen. L’enseignement sera assuré à distance par les enseignants du collège des sciences et santé nourris de cours magistraux audio et vidéo en différé, d’enseignements dirigés dispensés par visioconférence interactive. Une aide régionale de 800 000 euros a été accordée pour l'ouverture de cette année d'enseignement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Plan Maryse Bastié : une force coopérative

19/06/2019 | Lancement officiel du Plan Maryse Bastié véritable feuille de route de la filière Aéronautique Spatiale Défense de la Région Nouvelle-Aquitaine…

Alain Rousset entouré des acteurs clés de la filière aéronautique

70 000 emplois directs, 900 établissements industriels, 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont 60 % à l’export, 20 milliards d’aides votées pour le développement de la filière, 2ème région d’implantation des forces armées et 3ème région d’implantation des industriels de la Défense. Tels sont les chiffres clés de la filière Aéronautique Spatiale Défense qui placent la Région Nouvelle-Aquitaine au 3ème rang des régions ASD de France. Mais aujourd’hui, « cette filière fait face à de nouveaux défis auxquels nous devons répondre notamment en consolidant les acteurs et les nouveaux acteurs qui disruptent les technologies mais aussi les modèles économiques », souligne Alain Rousset, le président de Région, le 18 juin au matin, au sein du Chalet Nouvelle-Aquitaine érigé au cœur du 53ème Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace (SIAE) de Paris-Le Bourget…

C’est donc unie avec tous les acteurs du territoire que « la Région Nouvelle-Aquitaine va affronter les nombreux défis de la filière Aéronautique et Spatiale de demain allant de la production industrielle à une redéfinition globale de la mobilité ». Tels sont les mots introducteurs du chef de file de l’exécutif régional, Alain Rousset, en ce mardi 18 juin, au sein du Salon du Bourget. Entouré de Yann Barbaux, président d’Aerospace Valley, de Patrick Corbeau, membre du GIFAS -Groupement des Industries françaises Aéronautiques et Spatiales -, des représentants de BAAS -Bordeaux Aquitaine Aéronautique et Spatial-, de l’UIMM -Union des Industries et Métiers de la Métallurgie-, de Cap Métiers Nouvelle-Aquitaine et d’écoles d’ingénieurs, Alain Rousset a rappelé les grandes lignes du Plan Maryse Bastié, véritable feuille de route de la filière pour les années à venir.

Coopération
Un plan présenté à plusieurs voix afin de montrer « la coopération indispensable » pour atteindre les objectifs fixés. Quatre axes prioritaires se dégagent de ce plan : ‘Succès’ pour la croissance, la consolidation des entreprises et de la chaîne de valeur ; ‘Excellence’ dans son positionnement national, européen et international ; ‘Talents’ pour attirer, ancrer les talents et s’ouvrir à de nouveaux profils et enfin, ‘Dynamisme’ dans l’animation de son écosystème d’innovation pour favoriser l’ouverture de la filière. Pour chacun de ces axes, la Région a bien l’intention de s’appuyer sur les forces vives du territoire, d’où la présence de tous ces acteurs autour d’elle en ce 18 juin. Mais, aujourd’hui, l’un des grands défis immédiats du secteur est celui du recrutement de main d’œuvre hautement qualifiée. D’après le GIFAS, les profils recherchés sont principalement des ingénieurs de production, de gestion industrielle, des ingénieurs électroniques de puissance, de conversion d’énergie, de batteries ou encore des ingénieurs dans le domaine de la digitalisation, des systèmes embarqués… « Chaque année, la filière a besoin de recruter 15 000 nouveaux professionnels », selon le représentant de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie. L’Union s’est donc engagée à suivre deux lignes directrices : l’accompagnement des PMI sur le développement industriel et la formation pour travailler sur les compétences. « Notre objectif est véritablement de faire progresser le tissu industriel de notre territoire » assure l’UIMM. Même son de cloche du côté de BAAS, « nous répondons pleinement aux axes ‘Succès’ et ‘Talents’ de ce plan Maryse Bastié, précise Bordeaux Aquitaine Aéronautique et Spatial, car notre dessein est bien celui d’attirer les jeunes vers la filière pour pallier au manque de main d’œuvre. »

Des formations pour répondre aux besoins
Lors du lancement officiel de cette feuille de route, trois écoles d’ingénieurs avaient fait le déplacement. Ludovic Busson, président d’ESTACA assure que 85 % de ses étudiants sont placés avant l’obtention de leur diplôme. « Aussi, en 2 ans 1/2 nous sommes passés de 250 à 300 diplômés. » En 2021, une extension des locaux sortira de terre afin d’accueillir 500 étudiants. Une école qui s’intègre pleinement dans les projets de la Région grâce notamment à ses pôles de recherche qui répondent aux besoins de l’usine du futur 4.0. « La formation ingénieur aéronautique prépare les étudiants aux challenges actuels et futurs de la filière aéronautique. Allègement des appareils, réduction des émissions polluantes, augmentation des capacités des avions, développement et intégration des commandes électriques : l’innovation est permanente pour les ingénieurs qui œuvrent dans le secteur aéronautique afin de concilier performances économiques et techniques en toute sécurité ».
Autre école présente, l’ENSMA de Poitiers. Longtemps décriées à tort, des formations en apprentissage vont fleurir au sein de l’école. « Nous avons décidé d’ouvrir l’école aux postbac afin de répondre à un besoin très fort. » Même discours pour Jean-Luc Berard DRH du Groupe Safran et membre du GIFAS, qui « reste convaincu que l’apprentissage est le meilleur moyen de connaître l’entreprise et ses métiers pour s’y intégrer. Cela manque beaucoup au système éducatif français en général. » Enfin, une 6ème école d’ingénieurs va voir le jour en septembre prochain à Bordeaux sur le site même de l’INP, il s’agit de l’ENSPIMA, spécialisée dans le domaine de l’aéronautique, du spatial et de la défense. Pour Marc Phalippou, directeur général de Bordeaux INP, « aujourd’hui il est indispensable d’optimiser le fonctionnement opérationnel de la production et de la maintenance en tirant parti des méthodes agiles et des technologies numériques : robotique collaborative, intelligence artificielle, réalité augmentée, internet des objets… Formé à ces nouvelles technologies, l’ingénieur ENSPIMA saura les intégrer aux activités de maintenance aéronautique qui constituent son cœur de métier ». En septembre prochain, 24 étudiants composeront la première promotion de l’ENSPIMA. Grâce à ces trois nouvelles entités, « 300 ingénieurs supplémentaires par an devraient sortir de ces écoles », assure Alain Rousset. Et de conclure en martelant que « tout le monde est embarqué dans ce projet commun afin d’établir un écosystème de confiance avec les industriels. »

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Sybille Rousseau

Partager sur Facebook
Vu par vous
2274
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !