Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Poitiers : un campus et une plateforme technique pour viser plus haut

10/09/2019 | Ce jeudi 5 septembre, sur la technopole du Futuroscope, le lancement d'un campus aéronautique et transport et de la plateforme Prometée 2 ont été actés.

Le 5 septembre 2019, l'université de Poitiers, l'ISAE-ENSMA, le CNRS est la région Nouvelle-Aquitaine ont lancé le campus aéronautique et transport et la plateforme Prometée 2

Lancement officiel du campus aéronautique et transport et de la plateforme de recherche Prometée 2 ce jeudi 5 septembre par l’université de Poitiers, l’ISAE-ENSMA et le CNRS. Dans ce cadre, une formation par apprentissage devrait bientôt voir le jour ainsi qu’une école universitaire de recherche qui s’organisera autour de master et de doctorat. Au niveau de la recherche, de gros investissements sont programmés avec la création de Prométée 2 (mise en route prévue à l’horizon 2021), qui sera dotée de bancs d’essais de pointe dans les domaines de l’aéronautique et de l’aérospatial. 

Sur le site du Futuroscope, le bâtiment de Prometée (Programmes et moyens d'essais pour les transports, l'énergie et l'environnement) ne passe pas inaperçu. Une architecture cubiste assez futuriste, un peu esseulée pour le moment. Logique, puisque le site est en pleine expansion. Prométée est un plateau technique qui regroupe une quinzaine d’installations d’essais. Il est rattaché à l’institut Pprime, unité de recherche du CNRS, avec université de Poitiers et l’ISAE-ENSM, qui travaille dans les domaines de l’aérodynamique haute vitesse ; (l’aéroacoustique ; l’aérothermique ; le contrôle des écoulements ; l’endommagement et durabilité des matériaux en conditions extrêmes (haute température, gaz sous pression) ;  la tribologie et la lubrification ; la combustion turbulente et la détonique (l’étude des explosifs).

La visite des différents bancs d'essais que l'on trouve à Prometée. Ici le banc MAATRE, unique en France voire même en Europe, qui sert pour la recherche sur la combustion d'ergols

Prométée : un site à la pointe

Inaugurée en 2016, cette plateforme est opérationnelle depuis la fin 2018. Le lancement du campus aéronautique et transport et de la plateforme Prometée 2 a débuté par une visite des lieux. Tout au bout d’une allée, un bâtiment isolé, il s’agit de Pergola, la première installation inaugurée sur le site en 2014. Ici est testée la combustion d'ergols innovants pour la propulsion spatiale. « Nous travaillons notamment sur les ergols liquides d’Ariane 6. Nous essayons de mettre au point des ergole moins toxiques, une sorte d’ergol vert », explique Marc Bellemoue, professeur à l’institut Pprime. Ce banc d’essai est unique en France et même en Europe. La visite a permis de découvrir trois autres bancs d’essais utiles également pour les domaines de l’aéronautique ou de l’aérospatial.
Puis, Yves Gervais, directeur de l’institut Pprime, nous amène dans une salle particulière. Au mur, de la mousse pour isoler du son et éviter les échos, une structure métallique avec des antennes comportant des micros, un bout de moteur d’avion qui sert à reproduire le son. Ce qui frappe, c’est le manque d’écho, le son est étouffé. Cette soufflerie est appelée bruit et vent. « Cette soufflerie peut reproduire les jets propulsifs des réacteurs d’avion. Nous essayons de contrôler ce bruit au décollage. L’idée est de trouver des solutions pour réduire le bruit, l’écoulement. Nous menons des collaborations industrielles avec SAFRAN ou Airbus. Nos découvertes peuvent également avec un impact sur le CNES (Centre national d'études spatiales), car il y a les mêmes types de problématiques sur les fusées. » En France, il existe une autre soufflerie semblable à celle-ci à Lyon.

Pprime en leader

Avec tous ces équipements et ces bancs d’essais, uniques en France voire en Europe, Prometée, dont les missions sont définies par la direction du laboratoire en coordination avec le CNRS, l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et Aérotechnique (ISAE-ENSMA) et l’Université de Poitiers, apparaît comme un leader dans son domaine de recherche. « Il faut que Pprime le reste, explique Roland Fortunier, directeur de l’ISAE-ENSMA. Pour cela, nous devons évoluer dans nos modèles de formation avec la mise en place d’un apprentissage et nous allons devoir développer nos relations avec les ETI (NDLR : Entreprises de taille intermédiaire) et permettre aux PME (NDLR Petites et Moyennes Entreprises) d’accéder et de développer les innovations ». Ce sont les objectifs de ce campus aéronautique et transport. Dans ce cadre deux formations vont voir le jour : une formation d’ingénieur par apprentissage en lien avec les métiers de l’aérotechnique (elle est portée par l’ISAE-ENSMA ; et une école universitaire de recherche appuyée sur deux campus « aéronautique et transport » avec l’ISAE-ENSMA et « énergie et environnement » avec l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSI). Les écoles universitaires de recherche associent des organismes de recherche et rassemblent des formations de master et de doctorat. Enfin, un lieu de travail collaboratif sera ouvert pour soutenir l’expérimentation et l’innovation des étudiants. 

Une extension de 2000m2

Le domaine de la recherche ne sera pas en reste  avec Prometée 2. L’extension de plus de 2 000m2 du bâtiment existant dont la mise en route est prévue en 2021. La région Nouvelle-Aquitaine prend en charge la totalité des coûts de construction de la nouvelle infrastructure, soit huit millions d’euros. L’Université de Poitiers, l’ISAE-ENSMA, le CNRS et les partenaires industriels financent les équipements scientifiques à hauteur de 4 millions d’euros. « Je suis heureux que la région participe à ce projet. Cette participation est révélatrice des relations que nous entretenons avec les services de la région », confie Yves Jean, le président de l’université de Poitiers. Il rappelle d’ailleurs que cette dernière se positionne dans le classement de Shanghai depuis la troisième année consécutive. « Ce genre d’investissement permet à l’université de tenir son rang », explique-t-il. 

L'actuel bâtiment de Prometée est entré en fonction fin 2018. Le nouveau reprendra la même architecture. Les 2000m2 en plus devraient être opérationnels en 2021

Yves Gervais, directeur de l’institut Pprime a décidé de nous dévoiler le nouveau bâtiment avec des plans 3D. Les bancs MAATRE et Hycomat situés sur un ancien site militaire à proximité de l’aéroport de Poitiers vont être déménagés sur la technopole du Futuroscope. Ils permettent de tester des matériaux (utilisés notamment dans les moteurs) à de très hautes températures et pressions. Une autre partie sera dédiée à la sécurité incendie, puisqu’elle pourra reproduire la propagation du feu dans des espaces clos. Enfin il y aura une nouvelle version du banc MARTEL (Moyen Aéroacoustique de Recherche et Technologie sur l’Environnement des Lanceurs). « Nous allons reproduire un pas de tir au 1/40e. Il y a une forte concurrence dans ce domaine, MARTEL sera plus moderne et plus précis », explique Yves Gervais. 

Le lancement à la fois, du campus « aéronautique et transport » et de la plateforme Prometée 2, permet à Grand Poitiers de rayonner dans la région. « Vous êtes en train de construire un pôle d’excellence essentiel à la communauté urbaine », commente Alain Claeys, président de Grand Poitiers. Du côté de la région, Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine pense qu’il faut encore développer la formation. « J’ai besoin de 1 000 ingénieurs en aéronautique de plus par an. » Ce lancement arrive donc à point nommé pour répondre à une demande dans un secteur sans cesse en évolution et qui semble attractif.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5878
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !