Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/02/20 | La Région investit: Bientôt des alambics charentais thermodynamiques ?

    Lire

    Chalvignac Process Distillation, spécialisée dans la fabrication et l'installation d'alambic pour la production de spiritueux, porte un projet R&D qui s'inscrit dans une démarche environnementale forte et innovante : installer une pompe à chaleur comme moyen de chauffe de ses alambics au lieu du gaz. Ainsi l'entreprise rompt avec l'utilisation d'énergie fossile, diminue sa consommation énergétique, réduit les émissions de gaz à effet de serre du procédé de chauffe de l'alambic et l'empreinte carbone de la filière Cognac. Un projet (et un défi organoleptique...) à 489 000 € soutenu par la Région pour 122 300 €.

  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Poitiers : un campus et une plateforme technique pour viser plus haut

10/09/2019 | Ce jeudi 5 septembre, sur la technopole du Futuroscope, le lancement d'un campus aéronautique et transport et de la plateforme Prometée 2 ont été actés.

Le 5 septembre 2019, l'université de Poitiers, l'ISAE-ENSMA, le CNRS est la région Nouvelle-Aquitaine ont lancé le campus aéronautique et transport et la plateforme Prometée 2

Lancement officiel du campus aéronautique et transport et de la plateforme de recherche Prometée 2 ce jeudi 5 septembre par l’université de Poitiers, l’ISAE-ENSMA et le CNRS. Dans ce cadre, une formation par apprentissage devrait bientôt voir le jour ainsi qu’une école universitaire de recherche qui s’organisera autour de master et de doctorat. Au niveau de la recherche, de gros investissements sont programmés avec la création de Prométée 2 (mise en route prévue à l’horizon 2021), qui sera dotée de bancs d’essais de pointe dans les domaines de l’aéronautique et de l’aérospatial. 

Sur le site du Futuroscope, le bâtiment de Prometée (Programmes et moyens d'essais pour les transports, l'énergie et l'environnement) ne passe pas inaperçu. Une architecture cubiste assez futuriste, un peu esseulée pour le moment. Logique, puisque le site est en pleine expansion. Prométée est un plateau technique qui regroupe une quinzaine d’installations d’essais. Il est rattaché à l’institut Pprime, unité de recherche du CNRS, avec université de Poitiers et l’ISAE-ENSM, qui travaille dans les domaines de l’aérodynamique haute vitesse ; (l’aéroacoustique ; l’aérothermique ; le contrôle des écoulements ; l’endommagement et durabilité des matériaux en conditions extrêmes (haute température, gaz sous pression) ;  la tribologie et la lubrification ; la combustion turbulente et la détonique (l’étude des explosifs).

La visite des différents bancs d'essais que l'on trouve à Prometée. Ici le banc MAATRE, unique en France voire même en Europe, qui sert pour la recherche sur la combustion d'ergols

Prométée : un site à la pointe

Inaugurée en 2016, cette plateforme est opérationnelle depuis la fin 2018. Le lancement du campus aéronautique et transport et de la plateforme Prometée 2 a débuté par une visite des lieux. Tout au bout d’une allée, un bâtiment isolé, il s’agit de Pergola, la première installation inaugurée sur le site en 2014. Ici est testée la combustion d'ergols innovants pour la propulsion spatiale. « Nous travaillons notamment sur les ergols liquides d’Ariane 6. Nous essayons de mettre au point des ergole moins toxiques, une sorte d’ergol vert », explique Marc Bellemoue, professeur à l’institut Pprime. Ce banc d’essai est unique en France et même en Europe. La visite a permis de découvrir trois autres bancs d’essais utiles également pour les domaines de l’aéronautique ou de l’aérospatial.
Puis, Yves Gervais, directeur de l’institut Pprime, nous amène dans une salle particulière. Au mur, de la mousse pour isoler du son et éviter les échos, une structure métallique avec des antennes comportant des micros, un bout de moteur d’avion qui sert à reproduire le son. Ce qui frappe, c’est le manque d’écho, le son est étouffé. Cette soufflerie est appelée bruit et vent. « Cette soufflerie peut reproduire les jets propulsifs des réacteurs d’avion. Nous essayons de contrôler ce bruit au décollage. L’idée est de trouver des solutions pour réduire le bruit, l’écoulement. Nous menons des collaborations industrielles avec SAFRAN ou Airbus. Nos découvertes peuvent également avec un impact sur le CNES (Centre national d'études spatiales), car il y a les mêmes types de problématiques sur les fusées. » En France, il existe une autre soufflerie semblable à celle-ci à Lyon.

Pprime en leader

Avec tous ces équipements et ces bancs d’essais, uniques en France voire en Europe, Prometée, dont les missions sont définies par la direction du laboratoire en coordination avec le CNRS, l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et Aérotechnique (ISAE-ENSMA) et l’Université de Poitiers, apparaît comme un leader dans son domaine de recherche. « Il faut que Pprime le reste, explique Roland Fortunier, directeur de l’ISAE-ENSMA. Pour cela, nous devons évoluer dans nos modèles de formation avec la mise en place d’un apprentissage et nous allons devoir développer nos relations avec les ETI (NDLR : Entreprises de taille intermédiaire) et permettre aux PME (NDLR Petites et Moyennes Entreprises) d’accéder et de développer les innovations ». Ce sont les objectifs de ce campus aéronautique et transport. Dans ce cadre deux formations vont voir le jour : une formation d’ingénieur par apprentissage en lien avec les métiers de l’aérotechnique (elle est portée par l’ISAE-ENSMA ; et une école universitaire de recherche appuyée sur deux campus « aéronautique et transport » avec l’ISAE-ENSMA et « énergie et environnement » avec l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSI). Les écoles universitaires de recherche associent des organismes de recherche et rassemblent des formations de master et de doctorat. Enfin, un lieu de travail collaboratif sera ouvert pour soutenir l’expérimentation et l’innovation des étudiants. 

Une extension de 2000m2

Le domaine de la recherche ne sera pas en reste  avec Prometée 2. L’extension de plus de 2 000m2 du bâtiment existant dont la mise en route est prévue en 2021. La région Nouvelle-Aquitaine prend en charge la totalité des coûts de construction de la nouvelle infrastructure, soit huit millions d’euros. L’Université de Poitiers, l’ISAE-ENSMA, le CNRS et les partenaires industriels financent les équipements scientifiques à hauteur de 4 millions d’euros. « Je suis heureux que la région participe à ce projet. Cette participation est révélatrice des relations que nous entretenons avec les services de la région », confie Yves Jean, le président de l’université de Poitiers. Il rappelle d’ailleurs que cette dernière se positionne dans le classement de Shanghai depuis la troisième année consécutive. « Ce genre d’investissement permet à l’université de tenir son rang », explique-t-il. 

L'actuel bâtiment de Prometée est entré en fonction fin 2018. Le nouveau reprendra la même architecture. Les 2000m2 en plus devraient être opérationnels en 2021

Yves Gervais, directeur de l’institut Pprime a décidé de nous dévoiler le nouveau bâtiment avec des plans 3D. Les bancs MAATRE et Hycomat situés sur un ancien site militaire à proximité de l’aéroport de Poitiers vont être déménagés sur la technopole du Futuroscope. Ils permettent de tester des matériaux (utilisés notamment dans les moteurs) à de très hautes températures et pressions. Une autre partie sera dédiée à la sécurité incendie, puisqu’elle pourra reproduire la propagation du feu dans des espaces clos. Enfin il y aura une nouvelle version du banc MARTEL (Moyen Aéroacoustique de Recherche et Technologie sur l’Environnement des Lanceurs). « Nous allons reproduire un pas de tir au 1/40e. Il y a une forte concurrence dans ce domaine, MARTEL sera plus moderne et plus précis », explique Yves Gervais. 

Le lancement à la fois, du campus « aéronautique et transport » et de la plateforme Prometée 2, permet à Grand Poitiers de rayonner dans la région. « Vous êtes en train de construire un pôle d’excellence essentiel à la communauté urbaine », commente Alain Claeys, président de Grand Poitiers. Du côté de la région, Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine pense qu’il faut encore développer la formation. « J’ai besoin de 1 000 ingénieurs en aéronautique de plus par an. » Ce lancement arrive donc à point nommé pour répondre à une demande dans un secteur sans cesse en évolution et qui semble attractif.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4385
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !