Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Projet de méga-golf landais à Tosse : une réunion pour se faire une idée

10/11/2015 | Environnement, emplois, argent du contribuable... tous les sujets ont été abordés autour du "resort" golfique

GolfTosse

Certains s'attendaient à de la tension et de chaudes invectives, mais le dialogue a été plutôt serein lundi soir pour cette première réunion publique de quelque 700 personnes sur le projet de complexe golfique et touristique de Tosse. Un genre de « resort » qui n'existe pas encore en France. Après cette nouvelle phase de concertation jusqu'à fin janvier, la décision de poursuivre ou non cette idée, soutenue dès le départ par la Fédération française de golf à la recherche de nouvelles infrastructures pour la Ryder Cup 2018 à Guyancourt (Yvelines), ne devrait intervenir qu'au printemps 2016.

Le sujet avait envenimé les débats lors de la session budgétaire au Conseil départemental le 2 novembre dernier à Mont-de-Marsan, les élus d'opposition souhaitant plutôt que les déjà nombreux golfs existants soient aidés, plutôt que de construire 51 trous de plus. Cette fois-ci mis à part quelques huées au fond de la salle polyvalente de Tosse et une banderole ironique « Bienvenue à Palm Springs » déployée par le collectif d'opposants NouTous, l'ambiance était à l'écoute. Beaucoup étaient là pour s'informer, sans avis totalement tranché sur le projet, à l'image d'Olivier Roumat. L'ancien rugbyman reconverti dans l'immobilier et l'hôtellerie s'est dit « un peu dubitatif » auprès d'Aqui: « on perd des nuitées chaque année sur Hossegor. Alors en créant du nouveau à côté, la part du gâteau peut se rétrécir même si ça peut aussi devenir une locomotive pour tout le monde... »
Tourisme de luxeAssis sur l'estrade, la tapant parfois de sa canne, Henri Emmanuelli qui s'est fait tour à tour applaudir et parfois conspuer, a tenté de rassurer et démonter les « faux arguments ». Au militant dont le chien « préfère chasser dans la forêt que jouer au golf », il a ainsi répondu : « il faut que ce chien se rassure, la forêt qui sera détruite sera compensée au double ». « Ouh Ouh, tu parles ! », s'écrient quelques-uns. « C'est la loi on ne peut pas faire autrement. Sans quoi il n'y aura pas d'autorisation de défricher ! », a rétorqué aussi sec le président du Conseil départemental.
GolfTosseFace à une membre du Mouvement alternatif citoyen de Côte Sud dénonçant « l'aberration écologique » d'un projet où le département et la communauté des communes (Macs) « jouent au promoteur bétonneur avec les deniers des Landais pour du tourisme de luxe sauce californienne », Henri Emmanuelli s'est emporté : « comment avons-nous créé la station de Moliets il y a 35 ans ? J'ai vu à l'époque se lever des gens dans la salle du Conseil général, en disant le golf c'est pour les riches ! Mais la notoriété de l'architecte et de son golf ont permis le développement de la station. Et ça n'a pas coûté un seul euro au contribuable landais, le solde est même positif ! ». Et d'expliquer le mécanisme qui sera le même pour Tosse : « on achète les terrains en faisant des prêts bancaires au taux du marché, on réalise les équipements, la voirie, l'électricité, la station d'épuration... et à la fin et même avant, on revend ces terrains et avec le prix de leur vente, et non pas avec l'argent du contribuable comme c'est dit depuis des mois, on finance, et la construction des golfs et les équipements publics ». Des subventions seront aussi cherchées du côté du nouveau fonds d'investissement national pour le tourisme. Après « est-ce qu'on peut affirmer d'emblée que ça marchera ! Non, on ne sait pas », a-t-il reconnu, rappelant sa « priorité à l'emploi et à des projets d'investissements » comme sur l'aciérie de Tarnos, tout en semblant enterrer la vague artificielle à Saint-Geours de Maremne.
Référendum ? D'après les chargés d'étude du projet, l'impact économique pendant les 5 à 7 ans de travaux serait de 200 millions d'euros avec 815 emplois. Une fois en place, l'exploitation devrait générer autour de 35 millions d'euros annuels de retombées et 495 emplois équivalent temps plein dont 150 emplois directement rattachés à ces équipements nouveaux. Sachant également que le niveau de dépenses quotidiennes d'un touriste golfeur est très supérieur à la moyenne, au-delà de 160€ contre 55€ pour un touriste lambda.
Avec 2 parcours de 18 trous, un de 9 trous, et une académie avec parcours d'initiation de 6 trous, combinés aux autres golfs régionaux, on atteindrait une « taille critique suffisante pour devenir une motivation de séjour à part entière et être en position de force sur le marché touristique national et international» quand 30% des 8 millions de joueurs en Europe voyagent pour golfer, a souligné Loïc Chateau, directeur du tourisme au département. Seraient aussi construits des résidences hôtelières, un hôtel-spa 4* de 80-100 chambres, 100 à 150 villas en bordure d'un des golfs et environ 500 logements permanents : afin de « répondre à un manque en matière de logements abordables », « on imposera aux investisseurs privés de 25 à 30% de logements sociaux car le projet doit servir aussi le territoire et la capacité à se loger chez soi », a souligné Eric Kerrouche, président de Macs. Apostrophé par deux fois pour organiser une référendum dans la communauté des communes, M. Kerrouche a jugé qu'une telle opportunité ne pourrait se poser qu'une fois la procédure validée ou pas. Décision au printemps 2016 après les dernières études de maîtrises d'oeuvres urbaines.

Pour en savoir plus : dialogue-territorial-tosse.fr/   et   www.noutous.fr/

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Partager sur Facebook
Vu par vous
6877
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roland | 16/11/2015

Une belle soirée de propagande, avec quelques beaux mensonges.

Tout d'abord sur l'écart entre l'emploi promis et le réalisable. Ici on nous prend pour des demeurés. Nous savons utiliser Internet, et le téléphone, et nous connaissons parfaitement le nombre d'emplois dans les trois autres resorts identiques existants en France.

Sur la capacité d'attraction de ces trois nouveaux golfs dont l'étude de marché laisse apparaitre quelques hypothèses assez, dirons nous, étonnantes. Globalement la Communauté des communes est sur équipée, il manque déjà 2 000 golfeurs pour arriver au remplissage du plus attractif, il en manquerait 5 000 avec ce machin. Le nouveau 18 trous de Dax n'est pas pris en compte, gageons que son impact ne sera pas négligeable.

En ce qui concerne la Ryder Cup, c'est un gros mensonge, la politique d'évolution de la fédération de golf est tournée vers de petites structures, proches des grandes villes c'est cela qui est mis en avant dans le dossier de candidature. La fédération cherche à développer des golfs accessibles au plus grand nombre, le temps du golf pour riche est révolu. Ce projet est arrivé après la décision, et ne figure pas au dossier figurant sur le site de la fédération.

Le logement est mis en avant, un golf a toujours été un moyen de faire de l'immobilier haut de gamme résidentiel et secondaire. Celui ci ne déroge pas à la règle. Mais ici on nous met l'arbre du logement social qui cache la forêt. On a pas besoin d'un golf pour faire un petit chantier de logements sociaux.

La compensation, affirmer que l'on compensera est un autre mensonge sur le fond. L'esprit de la loi est que l'on ne perde pas de surface. Or la compensation dans les Landes se fait en général hors département et sur des zones déjà forestières qui ont subi une tempête par exemple. Il y a donc une diminution sans compensation.

en ce qui concerne le financement, qui assurera la gestion financière de ces golfs obligatoirement déficitaires ?

jean michel | 16/11/2015

Quelle est la pertinence de ce projet vis à vis de la lutte contre les changements climatiques ? La question posée en séance n'a pas vraiment obtenue de réponse de la part de M Emanuelli, ni de M Kerrouche. Pourtant, revenir aux sources et utiliser toute la science humaine pour diversifier nos forêts, développer la petite agriculture biologique, relocaliser les productions, économiser les énergies et développer celles renouvelables, ... et sans doute bien autre chose encore seront nécessaires... Tout ceci est source d'avenir, d'adhésion sociale à une cause commune, LA VIE, et constitue en plus une opportunité économique reconnue: un centime dans la transition maintenant c'est des millions épargnés demain. Continuons dans la non action, en 2100, nos enfants et petits enfants auront quelques problèmes à affronter avec moins d'énergie: des températures plus fortes de 4°C en moyenne (oui toujours XXL chez nous), deux saisons (chaud sans pluie ou chaud avec des déluges), quelques sapins de noël (la surface du massif forestier est réduite tous les 10 ans par les tempêtes), l'océan avance dans les terres...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !