aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Projet Transline : beau projet ou chimère ferroviaire ?

04/02/2013 | Relier Bordeaux à Nantes en moins de 2 heures, Lyon à Bordeaux en moins de 2h30, voilà les belles ambitions du projet Transline porté par l’association Altro et la Cub

Les dynamiques portées par le projet Transline

«Bordeaux-Nantes : 350 km, 4 heures en train. Bordeaux-Lyon : 540 km, 7 heures ». Un «drôle» de constat dressé par Michel Caignaux délégué général de l’association Altro et Michel Héritié Vice-Président de la CUB en charge des infrastructures ferrées et routières, à l’heure où l’on parle de placer Bordeaux, a à peine plus de 2 heures de Paris, malgré leurs 600km de distance.. La question se pose alors : en dehors de Paris, et la verticalité du réseau ferré qu’elle impose, point de salut ferroviaire pour traverser la France d’ouest en est ? Altro en défend un avec le soutien de la Cub : la Transline.

Equiper le massif central de lignes ferroviaires de jonction entre l’ouest et l’est de la France, et donc permettre ainsi une plus grande fluidité nationale et européenne du fret et des personnes, tel est rapidement décrit, le projet Transline porté par l’association Altro. Un projet plus qu’alléchant pour ceux qui ont déjà vécu les plaisirs d’une traversée de la France à « l’horizontale ». L’idée de la Transline : une branche Bordeaux-Lyon, envisagée via Clermont-Ferrand et Limoges avec raccordement à la LGV Sud Europe Atlantique au niveau d'Angoulême, une liaison Lyon-Nantes ainsi qu’une branche Bordeaux-Nantes via Angoulême et Poitiers par l’emprunt de la LGV SEA entre Bordeaux et Poitiers. La Transline ou un Y aplati sur le centre de la France…

"S'inscrire dans un noeud ferroviaire européen"Un projet qui a su séduire un grand nombre de collectivités désormais membres de l’association, en ce qu’il pose le rail comme structure et support de l’aménagement du territoire pour un massif central aujourd’hui déserté et qui pourrait ainsi retrouver un peu de vigueur démographique et industrielle. Mais aussi, à plus large échelle, cette Transline permettrait selon ses concepteurs d’ouvrir de nouvelles perspectives au fret et ainsi, par exemple, soutenir une relance des ports de la façade atlantiques ou encore inscrire le réseau ferroviaire français (fret et voyageur) dans une logique de liaisons ferroviaires européennes.
Concernant l’agglomération bordelaise, la CUB soutient ce projet, et fait partie des 38 membres de l’association. Pour Michel Héritié, ce soutien au projet s’explique par « la volonté de l’agglo à la fois de s’inscrire dans un nœud ferroviaire européen déjà en partie portée par le GPSO et de jouer un rôle centrale par rapport à l’arc Atlantique, en développant notamment des rapports encore plus renforcés avec la Bretagne. » D’une manière plus globale pour lui, « on ne peut pas imaginer dans les prochaines décennies que toutes ces grandes métropoles ne puissent pas bénéficier d’un réseau de communication ferroviaire entre elles ».

"Une ambition qui doit être phasable"Pour autant, si le projet paraît idyllique sur le papier, reste d’une part la question de la motivation des responsables politiques "parisiens" à se lancer dans un tel pari, les transports transversaux étant souvent considérés dans les Ministères comme «manquant de potentiel» et d’autre part, plus délicate encore, la question du financement, surtout en temps de crise. Si certains des morceaux de cette Transline, sont certes inscrits au Schéma national, le SNIT, mais sans réelle certitude pour certains des dates de réalisation effective, d’autres n’y sont tout simplement pas, comme la liaison entre Angoulême et Montluçon, pourtant indispensable, par exemple, à une liaison Bordeaux-Lyon.
Le coût total serait de 20 à 22 Mds € en incluant les projets inscrits au SNIT, soit 7 à 10 Mds €, si on ne les prend pas en compte…  Autant dire de sacrés financements. Mais l’association Altro veut rester optimiste. Considérant que les projets «se nourrissent entre eux», «il ne faut pas renoncer à l’ambition d’un aménagement équilibré du territoire ». « Les finances publiques étant ce qu’elles sont, cette ambition doit juste être phasable; se rabattre sur des petits projets c’est céder à l’illusion d’économies pour de plus grandes dépenses ultérieures», soutient Michel Caignaux.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
585
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roland | 06/02/2013

Le rêve, la croyance, font que la mémoire en est atteinte. La liaison Bordeaux Lyon, comme Nantes Lyon existait dans le temps. Je les ai beaucoup fréquentées. Elles avaient un confort à toute épreuve. Certaines nuits, en semaine, nous avions un wagon par personne. Il n'y avait que les jours de vacances scolaires où les trains étaient bondés. Avant de rêver Messieurs les politiques penchez vous sur le passé. Qu'avez vous fait pour défendre ces liaisons aujourd'hui disparues, et qu'aujourd'hui vous pleurez.

Jean-Jacques MARCHI | 08/02/2013

Un grand projet de plus, alors que nous ne sommes même plus capables d'entretenir le réseau classique et d'y proposer un offre de transport correcte ! Qui ne peut le moins ne peut pas le plus. Arrêtons avec les projets électoralistes qui n'auront pour conséquence que d'augmenter fortement le prix payé par les usagers (le trajet sera plus long et il faudra payer les dettes). Aujourd'hui sur nombre de liaisons les temps de parcours ont largement augmenté depuis 30 ans. Les lignes ferroviaires existent, il suffit de les moderniser. Et on regagnera du temps (très vite 30 minutes sur Bordeaux-Nantes, et bientôt une heure). Ce fera peut-être moins sexy dans les plaquettes de communication imprimées au frais des contribuables, mais cela améliorera la vie réelle: celle des voyageurs qui prennent le train.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !