Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | En Nouvelle-Aquitaine, la filière cuir s'engage pour des peaux de qualité

16/10/2020 | Les professionnels de la filière cuir et les collectivités se sont unis pour améliorer la qualité et le travail des peaux et relocaliser la production.

Neuf abattoirs dont celui de Thiviers est partenaire du projet

Une convention a été signée jeudi à Thiviers entre les départements de la Corrèze, de la Dordogne, de Haute-Vienne, le Conseil régional Nouvelle Aquitaine et son président Alain Rousset, Résocuir, et la filière des veaux sous la mère. Les objectifs sont d'améliorer la qualité et le travail des peaux, notamment celles des veaux sous la mère, qui sont d’une qualité exceptionnelle; fournir une peau locale avec une traçabilité exigeante provenant d’élevages d’excellence pour répondre à la demande de l’industrie du luxe ; permettre une meilleure rémunération des éleveurs en fonction de la qualité des peaux.

Le  projet était en discussion depuis plus de dix ans. Il  a abouti ce jeudi 15 octobre avec la signature d'une convention entre les acteurs de la filière cuir en Nouvelle-Aquitaine, la région et les départements de la Dordogne, la Haute-Vienne et la Corrèze. Ce projet appelé Filière Excellence Cuir Nouvelle-Aquitaine (FECNA) a pour objectif d'améliorer la qualité des cuirs produits en Nouvelle-Aquitaine, avec un engagement de tous les acteurs de la filière, de l'élevage à la tannerie, en passant par l'abattage. Il s'agit à la fois de fournir une peau locale avec une traçabilité exigeante provenant d'élevages vertueux dans leurs pratiques pour répondre à la demande de l'industrie du luxe ;  de permettre aux agriculteurs d'obtenir une meilleure rémunération de leur production en fonction  de la qualité des peaux et de répondre aux enjeux de bien être animal. Nous avons des élevages avec des qualités de fibres qui permettent de produire des cuirs merveilleux", analyse Laurent Duray, président du label RésoCUIR, un des initiateurs du dossier. "Mais jusqu'à présent ces cuirs pouvaient présenter des défauts de surface, comme des cicatrices ou des traces". Des défauts qui poussent les fabricants à jeter beaucoup de peaux dans les ateliers de transformation. "Dans la région nous travaillons beaucoup avec des entreprises  du luxe qui sont à la recherche de cuirs sans le moindre défaut, sans tâches", poursuit Laurent Duray. L'émergence de cette filière Excellence cuir Nouvelle-Aquitaine s'inscrit dans la continuité du Pôle d'excellence rurale de la filière cuir en Périgord, créé en 2012,  qui a travaillé depuis 2014 à sensibiliser les éleveurs pour fournir des cuirs de premier choix aux entreprises du luxe du territoire. Une démarche semblable a été menée en Corrèze avec la production de veau sous la mère. L'objectif de la FECNA est donc de travailler à la qualité de la peau dès l'élevage, puis à chaque étape de la production du cuir. Cela passe par plusieurs mesures qui vont être mises en place par les différents acteurs. Les éleveurs doivent par exemple faire en sorte de supprimer les barbelés, qui peuvent écorcher la peau des bêtes, ou de traiter les animaux contre les parasites.  Même vigilance au moment du transport des bêtes et de leur abattage. Le projet  repose potentiellement sur plus de 1 500 éleveurs, dont les peaux sont traitées d'abord dans neuf abattoirs locaux, comme par exemple à Thiviers. 

Un système d'information partagé

Le partenariat inédit entre partenaires privés et publics marque la naissance du projet filière d'excellence cuir en Nouvelle Aquitaine

Parmi les mesure qui vont être mises en place, un véritable système d'information avec une base de données spécifique à Réso Cuir va être mise en place. Il va ainsi permettre de mettre en place une tracabilité des peaux et de réaliser un retour d'information automatisé sur la qualité des peaux pour l'abbatoir et pour l'éleveur. C'est ainsi qu'au sein de l'atelier peaux de l'abattoir de Thiviers, 80 peaux de bovins et 60 peaux de veaux sont traitées chaque jour. Une bandelette est accrochée à la peau de l'animal pour les phases de salage (pour la conservation) de pliage et d'expédition avant d'être vendue aux tanneries. Chez le tanneur, la peau est marquée au laser sur le collet et celle ci doit restée lisible. L'entreprise qui utilisera la peau sera en mesure d'établir un retour qualité au tanneur, à l'abattoir et à l'éleveur. Les données ainsi collectées permettent d'améliorer le protocole d'information sur l'ensemble de la chaîne de production. Ces démarches et ces mesures ont un coût : La Région Nouvelle Aquitaine, et les départements de la Dordogne, de la Haute-Vienne vont prendre en charge ces nouvelles dépenses, notamment au niveau de la formation dans les organismes de production et dans les abbattoirs. Les différents partenaires, privés et publics ont salué "une occasion unique de faire travailler en commun la filière élevage et la filière cuir, à travers un projet  orienté autour de qualité, de la tracabilité, du retour de la valeur ajoutée générée au secteur de l'élevage. "

 

 



Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
6225
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !