Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Rencontres Nationales du Numérique : Fleur Pellerin parle financement des start-up

08/12/2017 | Fleur Pellerin, aujourd'hui à la tête d'un fonds d'investissement, est venue parler du financement des start-up lors des Rencontres Nationales du Numérique à Poitiers.

Fleur Pellerin et le maire de Poitiers, Alain Claeys, ont découvert de nombreuses start-up à forte compétitivité.

L’un des temps forts des Rencontres Nationales du Numérique organisées à Poitiers cette semaine est la venue de Fleur Pellerin. L’ancienne ministre, est à la tête d’un fonds d’investissement coréen qui finance des projets en France dans le domaine des nouvelles technologies. Une aubaine donc pour les start-up. Cette rencontre fut surtout l’occasion d’échanges de précieux conseils afin d’accompagner aux mieux ces entreprises qui doivent lever des fonds pour lancer pleinement leurs projets. Rencontre express et point sur la situation des investissements des start-up en France.

17 heures. Fleur Pellerin franchit les portes de Cobalt, tiers-lieu dédié au numérique en plein centre-ville de Poitiers. A l’intérieur, l’ancienne ministre a pu découvrir les 25 stands de start-up du numérique (objets connectés, applications, robots, réalités virtuelles sont à l’honneur). Inviter Fleur Pellerin pour les Rencontres Nationales du Numérique (RNN), quelque chose de logique selon les organisateurs car elle est certes l’ancienne ministre de la Culture mais surtout ancienne ministre déléguée aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), à l’Innovation et à l’Économie numérique puis secrétaire d’État chargée du commerce extérieur, du Développement du Tourisme et des Français de l’étranger. Surtout, en 2016, elle a créé un fonds d’investissement, Korelya Capital. Ce dernier accompagne les investissements coréens en France dans le domaine des nouvelles technologies et finance notamment les start-up françaises en leur donnant accès et visibilité sur les marchés asiatiques. Fleur Pellerin était donc présente ce jeudi soir à Poitiers pour prodiguer de précieux conseils lors d’une conférence sur le financement des start-up. 

Dès ses premiers pas, elle est accaparée pour discuter argent et levée de fonds avec les dirigeants de ces jeunes start-ups. « Les start-up ont besoin de rayonner sur l’ensemble de la France, voire plus loin. Pour cela, elles ont besoin d’accéder à des financements. C’est pour cette principale raison que nous vous avons sollicitée », explique Lisa Harel, directrice du réSeau des Professionnels du Numérique (SPN) qui organise les Rencontres Nationales du Numérique.

Une bonne dynamique

Après ces discussions d’une demi-heure, la presse peut l’approcher. L’occasion de rentrer dans le vif du sujet. Concernant la levée de fonds des starts-up en France, Fleur Pellerin rappelle que les voyants sont au vert. « Les chiffres sont positifs. Pour la levée de fonds, nous sommes passés devant l’Allemagne et nous talonnons le Royaume-Uni. La dynamique est vraiment bonne. » Début 2017, Clipperton, une société de conseil en placement financiers, a établi un classement où la France se démarque sur l’investissement dans les start-up avec la plus forte croissance. En 2016, le Royaume-Uni arrive en tête avec environ 3,6 milliards d’euros d’investissements (+ 9 %), suivi par la France avec 2,3 milliards (+ 22 %) et l’Allemagne (2,6 milliards, +5 %). 

Mais les 2/3 de ces levées de fonds le sont en Ile-de-France. « Nous avons conscience que c’est plus difficile en province. C’est pour cela que nous nous déplaçons parfois pour écouter les présentations des start-ups », poursuit Fleur Pellerin, lors de l’entretien. La directrice du SPN saute sur l’occasion pour lancer une invitation. « Le SPN aimerait bien vous recevoir ici », enchérit Lisa Harel.

De précieux conseils

Quant aux conseils que Fleur Pellerin donne aux entreprises dans leur démarche de levée de fonds, ils sont simples et précieux.  « J’en retiens trois. Tout d’abord je pense qu’il faut bien choisir le montant de la levée de fonds, bien calibrer les besoins, justifier à quoi va servir cet argent ; Il faut aussi se faire « mentoriser » en sollicitant des gens qui sont passés par là et qui partagent leur expérience ; après je dirais qu’il faut bien s’entourer, bien choisir ses associés car forcément quand on finance un projet, on regarde l’équipe qui vient nous solliciter et la cohésion au sein du groupe de cohésion. »

Le temps est compté pour Fleur Pellerin qui poursuit sa visite par un tour des stands de start-up accompagnée par Alain Claeys, maire de Poitiers et président de la communauté urbaine de Grand Poitiers. Elle découvre tous les travaux qui se font en Nouvelle-Aquitaine et fait preuve de curiosité, elle essaie des applications, demande comment ça fonctionne, sur quel modèle économique. Puis il est déjà l’heure pour elle de se préparer pour sa conférence sur le financement des start-up. 

En tout cas ce qui est encourageant, c’est l’intérêt que suscite ces start-up. Un nouveau modèle économique qui prend une place de plus en plus importante dans la société. Même s’il est difficile d’obtenir le chiffre exact du nombre de start-up en France pour se faire un ordre d’idée, on regarde les investissements. Parmi les principaux investisseurs, il y a la Banque Publique d’Investissement (BPI). En 2016, elle a financé 3 600 start-up contre 1 600 en 2013. Autre chiffre, la France compte aujourd’hui 200 fonds d’investissement pour les start-up, contre 100 en Allemagne. Preuve que la dynamique est bien lancée.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5778
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !