Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Rochefort : l'Arsenal se fait centre de formation aux métiers du nautisme

22/03/2019 | L’Arsenal de Rochefort forme désormais aux métiers du nautisme. Objectif : former de la main d'oeuvre pour les chantiers navals de la région.

Le chantier naval de l'Arsenal propose désormais des formations de maintenance en marine de plaisance

Depuis deux semaines, l’Arsenal de Rochefort accueille 12 personnes en formation professionnelle sur sa partie chantier naval, qui servi autrefois pour la conception de L’Hermione. « Ce n’est pas un chantier d’insertion, mais bien une formation débouchant sur un titre professionnel et un métier », précise Catherine Veyssy, la vice-présidente de la Région en charge de la formation professionnelle et de l’emploi. La Nouvelle-Aquitaine a investi un peu plus de 198 000€ pour financer ce dispositif, appelé à être reconduit.

Cette toute nouvelle formation sur l’ancien chantier naval de L’Hermione répond à deux problématiques locales : continuer à employer le lieu, les outils et les compétences humaines déployées durant deux décennies pour concevoir la frégate ; transmettre ces savoir-faire dans la construction navale à des demandeurs d’emploi ou des personnes en reconversion pour pallier le manque de main d’œuvre dans la filière (lire ci-dessous).

Les 12 premiers stagiaires ont été pris en charge par l’Afpa en décembre dernier. Après une première formation au centre Afpa de Périgny, les apprentis complètent leur apprentissage des bases sur le chantier de l’Arsenal durant 6 semaines. Puis ils partiront sur un autre chantier à la Rochelle, pour la réfection d’un bateau contemporain en composite. A la fin de la formation, en juin, ils seront titulaires d’un titre professionnel « agent de maintenance en marine de plaisance », soit un niveau CAP. Ils pourront intégrer une entreprise ou poursuivre sur une autre formation, pour devenir notamment menuisier de marine.

En attendant, ils devront faire leurs preuves sur la restauration du Cupidon Fou, un vieux sloop en bois de 1929. Classée aux Monuments historiques, cette ancienne embarcation de course ayant appartenu à la famille Rotschild a été confié au chantier de l’Arsenal par son nouveau propriétaire, le fondateur du musée de la mer et de la marine de Bordeaux Norbert Fradin. « C’est en discutant avec la déléguée générale Emilie Beau que j’ai eu envie d’associer la nécessaire réfection de ce bateau chargé d’histoire à un projet à caractère social », explique-t-il. L’association Hermione-La Fayette s’est ensuite rapprochée du chantier Despierres, à La Rochelle, pour bénéficier de l’expertise et du suivi de cette entreprise spécialisée dans la réfection des vieux gréements en bois. Son patron Nicolas Chanteloup supervise l’avancée du chantier de concert avec le formateur de l’Afpa.

Norbert Fradin (à droite) a confié son Cupidon fou à l'équipe de Nicolas Chateloup. Coût global du projet : 300 000 €. Norbert Fradin (à droite) a confié son Cupidon fou à l'équipe de Nicolas Chateloup (à gauche). Coût global du projet : 300 000 €.

« Pour eux, c’est une première approche de la restauration d’un bateau de ce type, qui va leur permettre de mettre en pratique ce qu’ils ont appris », explique Nicolas Chanteloup, « Par exemple, on leur fait faire des relevés de charpente pour estimer la quantité de bois nécessaire à remplacer, puis ils vont créer des renforts pour mettre en sécurité le bateau et des gabarits de formes pour redonner une symétrie à la coque ». Une fois cette partie « gros œuvre » effectuée, le Cupidou fou passera dans les mains expertes des menuisiers de marine du chantier Despierres pour achever sa rénovation. « L’idée, c’est que les jeunes aient vu toutes les bases de la fabrication de la structure, qu’ils maîtrisent les noms des pièces, des techniques ainsi que le tracé de charpente », poursuit Cédric, le formateur de l’Afpa qui les accompagne, « à l’issue de leur formation, ils ne seront pas totalement autonomes, mais ils pourront trouver du travail s’ils le souhaitent. La motivation, c’est 80% du boulot ! »

Des candidats aux profils variés

Deux jeunes en formation avec Cédric, le formateur de l'AfpaCédric avec ses apprentis : "La motivation, c'est 80% du boulot!"

Parmi les stagiaires, les profils et les parcours sont très divers. Il y a Anthony (au centre sur la photo), qui, après de longues études et un travail dans l’informatique, a voulu changer de vie en y associant sa passion pour le nautisme. Bastien, qui  a quitté la marque à la pomme en espérant trouver dans la filière un métier qui fasse sens. Ou encore Joseph, passé sans succès par la filière aéronautique avant de découvrir la formation de l’Arsenal à la mission locale. Tous considèrent ce nouveau départ comme une chance. Cette nouvelle formation suscite également beaucoup d'espoir dans la profession : "C'est difficile de trouver du personnel qualifié", témoigne Nicolas Chanteloup, "il existe encore trop peu de formations à ces métiers par rapport à la demande de la filière. Dans la région, le seul autre centre à proposer une formation équivalente est au lycée de Gujan-Mestras, en Gironde." 

 

Huit des douze jeunes en formation avec les formateurs, autour du Cupidon fou

 

Une formation du "Campus des industries navales"

Ce chantier de formation « qualification nouvelle chance » de l’Arsenal fait partie du « Campus des industries navales ». Cette association nationale créée en décembre dernier a pour vocation de développer la sensibilisation et la formation aux métiers de l’industrie navale. La filière manque en effet de bras alors qu’elle embauche, en particulier des ouvriers et des techniciens spécialisés. Pour pallier à ce manque, les régions Nouvelle-Aquitaine, Normandie, Bretagne et Pays de la Loire se sont fédérées avec les industriels des chantiers de l’Atlantique, Constructions mécaniques de Normandie (CMN Group), Naval Group, Piriou, ainsi que les ministères de l’Education nationale, des Armées, du Travail et des Transports, pour constituer cette association. Le Campus de l’industries aura bientôt son siège à Brest. Sa mission : satisfaire le besoin en volume de recrutement des bassins d’emploi des 4 régions concernées.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
8817
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !