Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Royan, nouvelle escale des croisières de l’estuaire

11/02/2019 | A partir de 2020, Royan va accueillir une escale des croisières CroisiEurope au départ de Bordeaux.

Le port de plaisance de Royan

C’est une ambition portée de longue date par la communauté d’agglomération Royan Atlantique (CARA) : faire du port principal de la Côte de Beauté une escale des croisières qui sillonnent l’estuaire de la Gironde. Le projet est en passe de se réaliser : la compagnie CroisiEurope va intégrer la destination à son catalogue de 2020. Le port de Royan pourrait dès lors accueillir des navires de 110 mètres de long sur une période d’avril à octobre. Cette escale de 48h s’intégrera dans une croisière de 6 à 8 jours au départ de Bordeaux, avec des arrêts à Libourne, Pauillac et Blaye.

Avec une fréquence estimée de 25 à 35 escales par saison, le port de Royan devrait voir débarquer jusqu’à 5000 croisiéristes par an. Une véritable aubaine économique pour la ville et les communes alentour. Au-delà de la redevance portuaire et de la taxe de séjour encaissée pour les deux nuitées, le pays royannais mise sur les visites à terre, le panier moyen de dépenses du croisiériste en escale étant de 50 à 70€ par jour. L’office de tourisme communautaire (OTC) planche actuellement sur une offre de parcours touristiques clés en main, au départ du port du Royan, pour faire découvrir à ces touristes particulier l’intérieur des terres.

De nouveaux aménagements portuaires

Pour accueillir les bateaux de CroisiEurope dans de bonnes conditions, quelques aménagements vont devoir être réalisés. Le quai des sabliers (photo), dans le port de pêche, va être refait pour pouvoir stationner deux navires à couple représentant 2000 T de déplacement. Le système d’amarrage et d’accostage va être refondu. « Il est prévu 4 pilotis, de type ducs d’Albe, sur lesquels seront positionnés des bollards flottants. D’un diamètre de 1,22, ces pieux seront eux-mêmes équipés de défenses en bois ou en caoutchouc dans leur partie immergé », explique Bruno Samzun, le directeur du syndicat mixte portuaire de Royan-Bonne Anse. Les 168 m de linéaire du quai des sabliers accueilleront également huit nouvelles bites d’amarrage. Un nouveau ponton de desserte de 54 m viendra doubler l’existant dans l’extrémité sud ouest du quai. Une nouvelle passerelle d’accès à la zone d’accostage des bateaux fluviaux est également prévue, afin de permettre un embarquement et un débarquement des passagers en toute sécurité.

Le quai des sabliers va accueillir les bateaux de 110x12 m de CroisiEurope dès avril 2020

 Le quai des sabliers va accueillir les bateaux de 110x12 m de CroisiEurope dès avril 2020. 

Autre aménagement d’importance : l’installation de bornes de distribution d’eau potable et la création d’un poste électrique de 1000 Kva, qui alimentera trois bornes de distribution sur le quai. « L’objectif est d’éviter aux bateaux d’avoir à utiliser leurs groupes électrogènes, ce qui engendre à la fois de la pollution et des nuisances sonores », explique le président de la CARA Jean-Pierre Tallieu, avant de préciser qu’à sa connaissance, aucun équipement similaire n’existe ailleurs dans les ports de la Gironde. La CARA planche également sur la gestion des eaux noires.

Une entrée dans le port soumise à conditions

Conformément à la nouvelle réglementation, le port va s’équiper d’un houlographe, placé au nord ouest, à l’entrée de la baie de la Grande Conche. Fournissant des données de houles 24h/24h, son rôle sera déterminant dans l’entrée des navires de croisières à Royan. Car l’emplacement du port ne permet pas d’accueillir de telles embarcations dans n’importe quelle condition. Selon la réglementation, un navire ne peut tenter l’entrée dans le port de Royan si la hauteur de vague est supérieur ou égal à 1m ; si la force du vent est supérieure à 5 sur l’échelle de Beaufort ; si la visibilité dans l’atmosphère est inferieure à 0,2 miles. Le syndicat mixte estime à 10% les probabilités qu’un ou plusieurs de ces scenarii se produisent durant les sept mois de la saison des croisières. Dans ce cas de figure, le navire devra attendre au large de meilleures conditions ou passer sa route et filer vers sa prochaine destination.

Le plan d'aménagement du quai des sabliers

Le plan d'aménagement du quai des sabliers. 

Coût total de l’opération : 1,32 millions d’euros TTC, dont 990 000 € HT de travaux, financés à 40% par la ville de Royan, la CARA et 20% par le syndicat mixte. Les appels d’offres devraient être lancés mi-février pour démarrer les travaux en avril, en vue d’une remise de chantier fin juin. CroisiEurope fera un premier test d’accostage entre le 5 et le 9 mars, avec le navire « Cyrano de Bergerac ». La compagnie devrait envoyer trois ou quatre autres bateaux à Royan durant l’été, pour essais, avant la commercialisation en 2020.

 

Les dates clés du projet

2012 : première démarche du président de la CARA Jean-Pierre Tallieu auprès des dirigeants de CroisiEurope.

2016 : études de faisabilité technique, financées par la CARA

2017 : étude de marché.

2018 : entrée en vigueur de l’arrêté autorisant les bateaux de croisières fluviales à naviguer audelà de la limite des eaux de l’estuaire de la Gironde. Création du Syndicat mixte des ports de Royan et de Bonne Anse, qui prend en charge la maîtrise d’ouvrage du projet.

2019 : lancement du chantier et premiers tests d’accostage en mars

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
13289
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !