Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/20 | Une coupure de courant géante à Poitiers revendiquée par la CGT

    Lire

    Ce jeudi 20 février, une partie de l'agglomération de Poitiers (centre-ville et l'ouest de l'agglomération) a été plongée dans le noir. La coupure d'électricité a duré un peu plus d'une heure de 9h30 à 10h30 dans certains quartiers de la ville. Selon Enedis, 30 000 personnes auraient été impactées. Cette action a été revendiquée dans un communiqué par l'Union départementale CGT de la Vienne et la CGT Energie mobilisées contre la réforme des retraites dont ils veulent le retrait pur et simple.

  • 20/02/20 | L 214 s'en prend à la Sobeval à Boulazac (24), la préfecture réagit

    Lire

    L214 a publié ce jeudi une nouvelle vidéo mettant en cause les abattoirs de la Sobeval à Boulazac. L'association va porter plainte pour cruauté sur les animaux. Elle affirme qu'il y a des manquements à la réglementation dans l'abattage des veaux et demande la fermeture administrative du site. Ces images ont été visionnées par les services de l'Etat. La préfecture réagit dans un communiqué : Elle affirme qu'après un premier visionnage, rien ne permet de dire qu'il y a des manquements au règlement.

  • 20/02/20 | La plateforme Océan Climat en séminaire à La Rochelle

    Lire

    Après avoir contribuée à l'élaboration de l'exposition Climat Océan au musée maritime, la Plateforme Océan et Climat vient faire son séminaire annuel à La Rochelle, les 24 et 25 février. Fondée en 2014, la POC rassemble la communauté scientifique, certains acteurs de la société civile et des décideurs politiques, dont la ville de La Rochelle, autour des questions liées à l'océan et au climat. Ce séminaire sera l'occasion d'élaborer sa feuille de route 2020-2021 et de rencontrer le grand public.

  • 20/02/20 | Les boulevards bordelais pensent aux vélos

    Lire

    La métropole bordelaise continue de déployer son deuxième "plan vélo" (70 millions d'euros sur la période 2017-2020). Elle a annoncé ce mardi l'engagement de travaux entre la barrière Saint Augustin et le carrefour de la rue Jules Ferry (environ deux kilomètres) pour sécuriser la circulation des cyclistes. Ils prévoient notamment un élargissement des bandes cyclables (jusqu'à deux mètres), l'arrivée de vingt feux et de nouveaux SAS vélos sur huit carrefours et soixante nouveaux arceaux. Les travaux devraient s'étaler "jusqu'au début de l'été" et comprendre aussi des reprises de chaussée.

  • 20/02/20 | La ville de Limoges s'engage avec la Garde nationale

    Lire

    Le maire Emile-Roger Lombertie et la secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq ont signé une convention de soutien à la Grade nationale. Cette réserve opérationnelle a été créée en 2016 suite aux attentats en France. La ville de Limoges s'engage pour que ses citoyens ayant rejoint volontairement la Garde nationale puissent s'y investir plus facilement. Ils pourront ainsi y consacrer jusqu'à 30 jours par an, contre 5 auparavant. De plus, cette mobilisation pourra se faire hors de leurs périodes de vacances. La Garde nationale compte 76 000 réservistes opérationnels en France.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Royan, nouvelle escale des croisières de l’estuaire

11/02/2019 | A partir de 2020, Royan va accueillir une escale des croisières CroisiEurope au départ de Bordeaux.

Le port de plaisance de Royan

C’est une ambition portée de longue date par la communauté d’agglomération Royan Atlantique (CARA) : faire du port principal de la Côte de Beauté une escale des croisières qui sillonnent l’estuaire de la Gironde. Le projet est en passe de se réaliser : la compagnie CroisiEurope va intégrer la destination à son catalogue de 2020. Le port de Royan pourrait dès lors accueillir des navires de 110 mètres de long sur une période d’avril à octobre. Cette escale de 48h s’intégrera dans une croisière de 6 à 8 jours au départ de Bordeaux, avec des arrêts à Libourne, Pauillac et Blaye.

Avec une fréquence estimée de 25 à 35 escales par saison, le port de Royan devrait voir débarquer jusqu’à 5000 croisiéristes par an. Une véritable aubaine économique pour la ville et les communes alentour. Au-delà de la redevance portuaire et de la taxe de séjour encaissée pour les deux nuitées, le pays royannais mise sur les visites à terre, le panier moyen de dépenses du croisiériste en escale étant de 50 à 70€ par jour. L’office de tourisme communautaire (OTC) planche actuellement sur une offre de parcours touristiques clés en main, au départ du port du Royan, pour faire découvrir à ces touristes particulier l’intérieur des terres.

De nouveaux aménagements portuaires

Pour accueillir les bateaux de CroisiEurope dans de bonnes conditions, quelques aménagements vont devoir être réalisés. Le quai des sabliers (photo), dans le port de pêche, va être refait pour pouvoir stationner deux navires à couple représentant 2000 T de déplacement. Le système d’amarrage et d’accostage va être refondu. « Il est prévu 4 pilotis, de type ducs d’Albe, sur lesquels seront positionnés des bollards flottants. D’un diamètre de 1,22, ces pieux seront eux-mêmes équipés de défenses en bois ou en caoutchouc dans leur partie immergé », explique Bruno Samzun, le directeur du syndicat mixte portuaire de Royan-Bonne Anse. Les 168 m de linéaire du quai des sabliers accueilleront également huit nouvelles bites d’amarrage. Un nouveau ponton de desserte de 54 m viendra doubler l’existant dans l’extrémité sud ouest du quai. Une nouvelle passerelle d’accès à la zone d’accostage des bateaux fluviaux est également prévue, afin de permettre un embarquement et un débarquement des passagers en toute sécurité.

Le quai des sabliers va accueillir les bateaux de 110x12 m de CroisiEurope dès avril 2020

 Le quai des sabliers va accueillir les bateaux de 110x12 m de CroisiEurope dès avril 2020. 

Autre aménagement d’importance : l’installation de bornes de distribution d’eau potable et la création d’un poste électrique de 1000 Kva, qui alimentera trois bornes de distribution sur le quai. « L’objectif est d’éviter aux bateaux d’avoir à utiliser leurs groupes électrogènes, ce qui engendre à la fois de la pollution et des nuisances sonores », explique le président de la CARA Jean-Pierre Tallieu, avant de préciser qu’à sa connaissance, aucun équipement similaire n’existe ailleurs dans les ports de la Gironde. La CARA planche également sur la gestion des eaux noires.

Une entrée dans le port soumise à conditions

Conformément à la nouvelle réglementation, le port va s’équiper d’un houlographe, placé au nord ouest, à l’entrée de la baie de la Grande Conche. Fournissant des données de houles 24h/24h, son rôle sera déterminant dans l’entrée des navires de croisières à Royan. Car l’emplacement du port ne permet pas d’accueillir de telles embarcations dans n’importe quelle condition. Selon la réglementation, un navire ne peut tenter l’entrée dans le port de Royan si la hauteur de vague est supérieur ou égal à 1m ; si la force du vent est supérieure à 5 sur l’échelle de Beaufort ; si la visibilité dans l’atmosphère est inferieure à 0,2 miles. Le syndicat mixte estime à 10% les probabilités qu’un ou plusieurs de ces scenarii se produisent durant les sept mois de la saison des croisières. Dans ce cas de figure, le navire devra attendre au large de meilleures conditions ou passer sa route et filer vers sa prochaine destination.

Le plan d'aménagement du quai des sabliers

Le plan d'aménagement du quai des sabliers. 

Coût total de l’opération : 1,32 millions d’euros TTC, dont 990 000 € HT de travaux, financés à 40% par la ville de Royan, la CARA et 20% par le syndicat mixte. Les appels d’offres devraient être lancés mi-février pour démarrer les travaux en avril, en vue d’une remise de chantier fin juin. CroisiEurope fera un premier test d’accostage entre le 5 et le 9 mars, avec le navire « Cyrano de Bergerac ». La compagnie devrait envoyer trois ou quatre autres bateaux à Royan durant l’été, pour essais, avant la commercialisation en 2020.

 

Les dates clés du projet

2012 : première démarche du président de la CARA Jean-Pierre Tallieu auprès des dirigeants de CroisiEurope.

2016 : études de faisabilité technique, financées par la CARA

2017 : étude de marché.

2018 : entrée en vigueur de l’arrêté autorisant les bateaux de croisières fluviales à naviguer audelà de la limite des eaux de l’estuaire de la Gironde. Création du Syndicat mixte des ports de Royan et de Bonne Anse, qui prend en charge la maîtrise d’ouvrage du projet.

2019 : lancement du chantier et premiers tests d’accostage en mars

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
11351
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !