12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Saft fait de Poitiers une capitale mondiale de l’électrolyte

22/10/2020 | Saft investit 9 millions d'euros sur son site de Poitiers pour doubler la capacité de production de l'électrolyte. Dès 2021, elle devrait passer à 1 000 tonnes par an.

1

Saft a inauguré ce 7 octobre un bâtiment de production d’électrolyte. Ce liquide qui permet au courant de passer entre les électrodes d’une pile ou d’un accumulateur. Un investissement conséquent de 9 millions d’euros qui permet à la filiale de Total de répondre à une forte demande d’un marché en plein essor : celui de l’Internet des Objets. Avec ce nouveau bâtiment, la capacité de production devrait doubler dès 2021. Un lieu de haute technologie automatisé où la fabrication de ce précieux liquide reste top secret.

Un bâtiment qui a poussé en à peine plus d’un an sur le site poitevin de Saft. La première pierre avait été posée en juillet 2019, annonçant déjà, à l’époque, un investissement important qui répond à une forte demande d’un marché en plein essor. Celui de l’Internet des Objets (en anglais Internet of Things qu’on retrouve souvent sous le sigle IoT). Il s’agit de la matérialisation d’Internet dans le monde réel. Cela concerne donc tous les objets, des voitures à ceux de la vie quotidienne, reliés à un réseau d’Internet. Ce qui leur permet de communiquer entre eux, de collecter et d’échanger des données. En résumé, c’est ce qu’on appelle les objets connectés.  

La production d’électrolyte va doubler

Retour à Poitiers, où un bâtiment de 1 900m2 a été inauguré le 7 octobre dernier. 9 millions d’euros d’investissement. Pour une ligne entièrement automatisée de fabrication d’électrolyte. Un composant situé dans le coeur même des batteries. « Une batterie, c’est très simple, il y a deux électrodes. Au milieu, il y a un liquide qu’on appelle l’électrolyte. Les ions vont d’une électrode à l’autre. La durée de vie, la puissance de la batterie, le nombre de fois où on la recharge, tout ça est déterminé par l’électrolyte », explique Ghislain Lescuyer, directeur général de Saft. L’électrolyte fait de Saft un leader technologique dans le domaine de la batterie et de la pile. Ce savoir-faire se fera uniquement à Poitiers. « La construction de cette usine va nous permettre d’augmenter la capacité de fabrication de l’électrolyte », confie Lenny Cypel, directeur du site de Poitiers. Actuellement, à Poitiers, sont produites chaque année 500 tonnes d’électrolyte. Dès 2021, l’usine devrait être mise en service dès janvier, ce chiffre va doubler afin d’atteindre les 1 000 tonnes. « Dans ce bâtiment-là on fabriquera et mélangera des produits chimiques dans certaines conditions de température et de pression, de manière à donner toute la qualité à notre produit », poursuit-il.  

Saft Poitiers et l’électrolyte, c’est une vieille histoire. « Un savoir-faire depuis plus de cinquante ans, précise Lenny Cypel. Cette technologie a été inventée à Poitiers dans les années 1970 et elle est industrialisée depuis les années 1990 ». Aujourd’hui, cinq docteurs-ingénieurs poitevins travaillent sur le sujet. « Ce sont les plus compétents dans le domaine », enchérit le directeur du site Saft. Finalement, ce bâtiment a été construit en terre poitevine pour une seule et bonne raison : conserver cette avantage technologique. « Pour s’assurer que ce secret de fabrication restait bien dans nos mains, on a décidé de localiser complètement à Poitiers, de le développer. Perspective de croissance », poursuit le DG de Saft, Ghislain Lescuyer. « L'avantage technologique vient de cette fabrication. On a tenu chez Saft à faire cet investissement en France car on n’a pas voulu s’exposer à d’éventuelles fuites technologiques ou fuites de savoirs », continue Lenny Cypel. Car Saft doit faire face à une féroce concurrence venant de Chine et des pays asiatiques très présents dans ce domaine.

Découpe de ruban devant le bâtiment de 1 900 m2 avec de g. à d. Lenny Cypel (directeur du site de Poitiers), Ghislain Lescuyer (dg de Saft), Alain Rousset (président de la Nouvelle-Aquitaine), Chantal Castelnot (préfère de la Vienne), Léonore Moncond'huy Découpe de ruban devant le nouveau bâtiment de production d'électrolyte avec de g. à d. Lenny Cypel (directeur du site de Poitiers), Ghislain Lescuyer (directeur général de Saft), Alain Rousset (président de la Nouvelle-Aquitaine), Chantal Castelnot (préfère de la Vienne), Léonore Moncond'huy (maire de Poitiers), Sacha Houlié (député de la Vienne) et Florence Jardin (présidente de Grand Poitiers)

Le premier employeur privé de Poitiers

Le fait de conserver cet avantage technologique permet de grossir et d’accompagner la croissance dans les métiers Internet des objets, mais aussi dans les activités traditionnelles comme le spatial, le militaire ou encore le médical. Des secteurs que l’on retrouve sur le site de Poitiers, du côté des ateliers de fabrication. Ici sortent chaque année 30 millions de piles. Le site tourne en 7/7, 24h sur 24. « Nous avons des machines qui tournent à plus de 100 coups à la minute, c’est-à-dire qu’elle fabrique plus d’une pile à la seconde. Nous continuons d’investir dans toutes nos technologies, ce qui nous permet de créer de l’emploi malgré tout. » Car Saft est le premier employeur privé de la ville de Poitiers. Aujourd’hui, le site compte plus de 660 collaborateurs et une centaine d’intérimaires. En 2019, 63 personnes ont été embauchées. Preuve d’une croissance de l’activité.  

D’ailleurs c’est à se demander où on trouve ces piles et batteries Saft. « Notre ADN est de les vendre à des industriels », répond le directeur du site de Poitiers ». Ces piles sont pourtant présentes dans notre quotidien : dans les systèmes de domotique, d’alerte, notamment pour les alarmes, mais aussi dans les compteurs dit connectés. « Désormais, les gens qui relèvent les compteurs passent dans la rue avec leur camion. Ils n’en descendent même pas. Quand ils passent, la pile réveille le compteur pour envoyer l’information. Le reste du temps, elle ne travaille pas et est en sommeil. Lorsqu’on a besoin de relever ces informations, elle doit se réveiller et ce qu'elles que soient les conditions parfois particulières, comme le gel et les fortes chaleurs, qu’elle a subies », précise Lenny Cypel.  

 

La Saft est le premier employeur privé de Poitiers avec 660 collaborateurs et une centaine d'intérimaires.

La Saft est le premier employeur privé de Poitiers avec 660 collaborateurs et une centaine d'intérimaires.

Très présent en Nouvelle-Aquitaine 

Saft est une entreprise très présente dans la région Nouvelle-Aquitaine. Un site à Bordeaux (Gironde), un autre à Nersac (Charente) puis à Poitiers. Elle a choisi de rapatrier en Europe une technologie maîtrisée par les asiatiques : le coeur des batteries, les cellules. « Beaucoup d’entreprises affirment fabriquer des batteries. Effectivement, elles font un assemblage, mais finalement le coeur de la batterie, les cellules, sont souvent importées de Chine ou de pays voisins », précise Ghislain Lescuyer. Et si l’entreprise, filiale du groupe Total depuis mai 2016, a choisi de rapatrier cette activité en Europe, il y a une raison. Un projet ambitieux. Un accord a été signé début septembre entre le groupe PSA-Opel et Saft pour la création d’une coentreprise : Automotive Cells Company (ACC). « On a l’objectif de fournir les batteries d’un million de véhicules d’ici 2030 ». Le laboratoire de R&D est situé à Bordeaux et la ligne pilote à Nersac (dans une usine inaugurée par le président de la République, Emmanuel Macron en personne, le 30 janvier 2020). « Une fois que nous aurons développé les prototypes d’ici le second semestre 2021, on pourra passer à une étape industrielle avec une usine ouverte dans le Nord de la France sur le site d’une ancienne usine de PSA à Douvrin (Pas-de-Calais, NDLR). Une dernière est de développer ensuite une usine en Allemagne à Kaiserslautern », ajoute le directeur général de Saft. Saft et PSA-Opel semblent complémentaires dans ce projet. « Saft maîtrise le process industriel de la batterie quand PSA-Opel maîtrise l’industrie de grande série. Nous sommes plus habitués à fabriquer des batteries pour l’espace. Ce sont des petites séries. C’est presque du fait main ». Découverte donc d’une production en grande série. L’enjeu va même plus loin que les batteries selon Ghislain Lescuyer. « C’est l'enjeu d’une maîtrise industrielle d’une profession, d’une activité qui est absolument clé dans la vie de tous les Français et de tous les Européens… ». Tout cela représente tout de même 5 milliards d’euros d’investissement, avec un soutien public franco-allemand d’1,3 milliard.

Aujourd’hui tous les fabricants de batterie travaillent à l’amélioration de l’électrolyte. Saft ne manque pas à l’appel. « On travaille sur l’évolution des batteries actuelles lithium-ion avec une certaine chimie NMC (Nickel, Manganèse, Cobalt). L’objectif est que ces batteries utilisent moins de matériaux rares. Les projets de recherche sur de l’électrolyte solide est l’une des voies des solutions probables pour améliorer la performance et le coût des batteries dans les années à venir », pense Ghislain Lescuyer. La batterie ne semble donc pas encore en fin de vie et risque de connaître du renouveau. 

En tout cas, à Poitiers, piles et batteries permettent à l’entreprise Saft d’avoir le vent en poupe. Un plan d’investissement de 20 millions d’euros est prévu entre 2018 et 2021. Un peu moins de la moitié est consacrée d’ailleurs au développement de l’électrolyte. Un savoir faire qui va s’exporter très largement sur d’autres sites de Saft à travers le monde, notamment en Chine et en Angleterre. Cela fait de Poitiers, la capitale de l’électrolyte. « C’est ce qu’on a voulu et ce qu’on va faire », conclut, tout sourire, Lenny Cypel.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
14488
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !