Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

  • 19/01/21 | Cognac : la filière attend des arbitrages de l'Etat

    Lire

    Ils ne lâcheront rien! C'est en substance ce qu'on fait savoir au gouvernement les représentants de l'interprofession du cognac, le BNIC, suite aux dernières annonces. D'une part, ils réitèrent leur demande que l'Etat négocie pour obtenir la suspension immédiate des nouveaux droits de douanes américains sur les vins et spiritueux. D'autre part, ils seront attentifs au "détail" des aides annoncées le 14 janvier à destination de la filière, "impactée par la pandémie", et pas seulement.

  • 18/01/21 | 11 centres de vaccinations autorisés dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Afin d'assurer le déploiement de la campagne de vaccination contre la COVID-19, les Pyrénées-Atlantiques comptent 11 centres de vaccination. Dans l’arrondissement de Pau sont concernées les communes de Pau, Lescar et Arzacq, dans l’arrondissement d’Oloron-Sainte-Marie: celles Mauléon et Arudy et dans l’arrondissement de Bayonne, celles de Bayonne, Biarritz, Anglet, Cambo-les-bains, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Jean-de-Luz. Réservations vaccinales, via le numéro vert national 0 800 009 110 ou sur les plateformes internet de Doctolib Vaccination, KelDoc de NEHS et Maiia et la plateforme nationale www.sante.fr,

  • 18/01/21 | Démarrage des vaccinations à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs communes de l’Agglomération se sont portées volontaires pour accompagner les vaccinations en créant des centres grand public. Un premier sera ouvert du 18 au 22 janvier au centre municipal de vaccination de La Rochelle, 2 rue de l’Abreuvoir. A partir du 25 janvier, deux centres seront installés à l’Espace Encan à La Rochelle et à l’hippodrome de Châtelaillon-Plage, 9 rue des Sulkys. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur rendez-vous.

  • 18/01/21 | Langues régionales : la Région épingle Jean-Michel Blanquer

    Lire

    Le 10 décembre, le ministre de l'Éducation Nationale affirmait que le système éducatif français "n'est pas hostile aux langues régionales". La Région Nouvelle-Aquitaine s'appuyant sur les chiffres du rectorat conteste : "La réforme des lycées a brutalement dévalorisé l'attractivité du basque et de l'occitan en option." Sur les rentrées 2019 et 2020, les effectifs en occitan ont fondu dans les académies de Bordeaux (-32%) et Limoges (-44%). Pour le basque la baisse est de 48%. Charline Claveau, élue en charge des langues régionales, appelle à ce qu'un amendement soit apporté à la réforme du baccalauréat "dès maintenant".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Samboat sort la tête de l'eau

02/02/2015 | Laurent Calando et Nicolas Cargou n'ont pas encore 30 ans. Leur rencontre a donné "Samboat", jeune société de location de bateaux en pleine expansion.

Les deux fondateurs de "Sam Boat" se sont rencontrés... par hasard.

Non, Samboat n'est pas que le nom d'une bande dessinée érotique italienne. C'est aussi celui d'une jeune start-up bordelaise née en 2014 et spécialisée dans la location de bateaux entre particuliers, qui surfe sur la vague du "Airbnb" (location de logements) pour s'incruster sur un nouveau marché. Cette idée originale est née de 2 jeunes entrepreneurs, Laurent et Nicolas, qui se sont rencontrés par hasard et ont décidé de se lancer dans ce pari. Installés au sein de l'Auberge Numérique, à Bordeaux, ils cultivent leur dynamisme et tentent de nager dans l'océan des start-ups bordelaises.

L'un est diplômé en ingénierie mécanique, spécialisé dans la communication et le marketing. L'autre est titulaire d'un DUT dans les métiers du web, et ex travailleur en alternance sur un site de petites annonces auto-moto. Laurent Calando et Nicolas Cargou, 51 ans à eux deux, n'étaient pas prédestinés à se recontrer. C'est arrivé par hasard, comme le confie le premier. "J'avais trouvé un job en alternance chez Total, je devais remplacer quelqu'un qui allait terminer son contrat. Cette personne, c'était Nicolas". Après 14 mois au sein de l'entreprise et fort de son statut de "chef de marché junior", Nicolas, le blond, fait la connaissance de Laurent, le brun et passionné de nautisme depuis son enfance. Nicolas est alors étudiant, pas vraiment riche et passionné de consommation collaborative (co-voiturage, airbnb, ect.). Il "drive" Nicolas sur le Airbnb. "J'avais un appart' à Paris, Nicolas m'a conseillé de le louer quand je partais en vacances. J'ai tout de suite vu que ça marchait bien". L'idée de combiner ces deux passions s'impose naturellement à eux. 

De la maison au bateauAvec ses parents, Laurent part faire du bateau sur le bassin d'Arcachon trois fois dans l'année. Nicolas, lui, n'a jamais fait de plaisance. "On s'est rendu compte qu'il n'y avait personne sur le marché de la location de bateaux entre particuliers et qu'il y avait un énorme besoin", confie Laurent Calando. Le premier frein : trouver une assurance dans leur secteur qui accepterait de couvrir leur société qui n'a pas encore de nom. Axa répond par l'affirmative, leur délivre un contrat sur mesure, et les deux compères se lancent. Au départ, chacun allait chez l'autre pour travailler pendant quelques semaines, un peu en mode "impro". Ils constatent qu'à Bordeaux, ça bouge. D'abord, ils sont sélectionnés pour un concours appellé "Les 101 projets" au sein de l'école parisienne 42 de Xavier Niel, fondateur de Free. Grâce à cette sélection, ils dessinent le gouvernail qui leur servira de logo et définissent la stratégie de leur future boîte. "Ce concours a permis de nous structurer", confie Nicolas, "on a reçu beaucoup de mails après ça, qui nous disaient que le concept était prometteur. On a reçu plein d'offres mais on avait besoin de prouver qu'on pouvait démarrer sans investisseurs". 

Leur but : tenir les rênes de leur société dès la première année. Le pari est risqué, mais ils se lancent. Au départ, l'entreprise s'appelle "OuiBoat", mais les deux fondateurs constatent que le nom est déjà déposé depuis une semaine. Alors ils pensent à "Samboat". "C'est un nom fédérateur, un nom qui paraît sympathique, qui rassemble. D'ailleurs, beaucoup de propriétaires ont nommé leur propre bateau Samboat". Dès leur première saison, ils mettent 250 bateaux de particuliers en location et mettent en avant de multiples avantages. "D'abord, ça permet aux locataires d'avoir le matériel sans payer trop cher, et puis les propriétaires de bateaux gagnent de l'argent grâce à notre plateforme", affirment-t-ils. En juillet dernier, Samboat est récompensé par Wizbii, réseau social professionnel pour les jeunes et le fonds de dotations étudiant "Jeunes pousses" par le prix "Espoir" et un chèque de 1000 euros. En octobre, la société girondine est la première à bénéficier du partenariat entre Happy Capital (société spécialisée dans le crowdfunding) et l'Auberge Numérique, un incubateur de start-ups locales. 10 jours plus tôt, ils lançaient leur première campagne de crowdfunding avec l'aide de Happy Capital. A 16 jours de la fin, les deux entrepreneurs font le bilan. 

Une campagne ambitieuseL'objectif de leur première campagne est ambitieux : 200 000 euros. Pour l'instant, ils ont levé un peu plus de 20%, soit environ 50 000 euros sécurisés. Ils sont en pleine négociation pour tenter de redonner un nouveau souffle à cette campagne qui a ralenti ces dernières semaines. "On est en discussion avec des business angels, c'est en bonne voie", confie Laurent. Les deux jeunes sont conscients qu'ils ont créé un concept qui pourrait bien exploser dès l'été prochain. "On a créé le airbnb du bateau, c'est un projet à fort potentiel". Pour soutenir leur bébé, ils ne comptent plus vraiment les heures. Le week-end, ils s'occupent même du service client. Chacun avec ses propres capacités, ils ont fusionné en une entité qui n'a qu'un seul objectif : réussir à créér de la valeur. D'ailleurs, Laurent l'avoue, il consacre le plus souvent son temps libre à... dormir, histoire de ne pas partir en dépression nerveuse. "Je suis en colocation avec le gérant et le créateur du site "Jelouemoncampingcar.com", alors je ne sors jamais vraiment du boulot !", avoue-t-il, hilare. "On s'accroche, on s'entraide. Le métier d'entrepreneur, c'est 15 crises par jour, mais c'est aussi 15 victoires". 

Leur objectif dans les prochains mois : étendre leur modèle sur le marché européen, et pourquoi pas faire un petit tour du monde des ports via des ambassadeurs déployés sur chaque destination incontournable de la plaisance. L'autre passion de Nicolas, c'est la mécanique, plus particulièrement sur les motos. Mais fonder une société de location de motos, ça n'est pas pour tout de suite : "les assurances ne nous suivront jamais. Déjà que pour les bateaux, elles ont été dures à convaincre, alors pour les motos...". En attendant de vivre leur second été et de voir leur bébé grandir, les deux compères continuent tranquillement de gérer leur affaire au sein de l'Auberge Numérique, située dans un petit bâtiment près des quais, à Bordeaux. Et quand on leur demande où ils se voient dans dix ans, Nicolas rêve d' "une petite maison sur pilotis en continuant à gérer la société à distance", quand Laurent se voit plutôt "sur un catamaran aux antilles. Loué par Samboat, évidemment !". Evidemment. 

Retrouvez la campagne de Samboat sur Happy Capital

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
17662
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !