Devenez actionnaire d'aqui.fr

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

20/12/21 : En concertation avec les Maires, la préfète de Gironde rend obligatoire le port du masque dans les centres-villes des communes touristiques d’Arcachon et de Saint-Emilion durant les vacances scolaires de Noël, tous les jours de 12H00 à 19H00.

16/12/21 : Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se rend ce jeudi à Laruns, puis à Peyrehorade et Hastingues pour rencontrer les acteurs locaux, exprimer le soutien de la Région.

10/12/21 : Alors que l'alerte ROUGE vigilance crues et inondations est en cours à Bayonne, l’autoroute A63 est coupée entre les sorties 6 de Bayonne Nord et 5 de Bayonne Sud vers Espagne, et entre les sorties 5 Bayonne Sud et 7 d’Ondres, dans l'autre sens.

09/12/21 : Le département des Pyrénées-Atlantiques est placé en vigilance météo ORANGE pluie-inondation, à compter de ce jeudi 9 décembre 2021 à 15h00 jusqu’au vendredi 10 décembre 2021 à 10h00 au moins. La préfecture appelle à la vigilance.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/01/22 | H5N1 : L'épizootie se poursuit dans les Landes

    Lire

    L’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N1 continue de progresser à partir de foyers apparus dans la commune de Malaussanne (64) puis Mant (40). Au 14 janvier, 110 foyers ont été confirmés H5N1 et 33 suspicions d’influenza aviaire sont en attente de confirmation de leur caractère hautement pathogène par le Laboratoire National de Référence. À ce jour, près de 170 000 volailles et 115 000 palmipèdes ont été abattus au sein des exploitations, auxquels il faut ajouter 260 000 palmipèdes et 60 000 volailles euthanasiés au titre du dépeuplement préventif.

  • 14/01/22 | Dès le printemps, destinations soleil depuis Limoges

    Lire

    A partir du 27 mars et jusqu'au 26 octobre, Ryanair va desservir au départ de l'Aéroport de Limoges les mercredis et dimanches Marrakech. En outre, l'Aéroport va proposer 2 vols par semaine à destination d'Ajaccio entre avril et octobre avec la compagnie Volotéa. Les billets pour ces destinations sont d'ores et déjà disponibles sur le site des compagnies.

  • 14/01/22 | Une nouvelle exposition au Musée d’Ethnographie de l’université de Bordeaux

    Lire

    À partir du 17 janvier, et jusqu'en mai 2023, « la Fabrique des Innovations, les coulisses de la recherche en santé » ouvre ses portes au sein du MEB, rue Élie Gintrac à Bordeaux. L’exposition se consacre aux mécanismes amenant à l’émergence des innovations médicales expliqués grâce à des vidéos, des objets scientifiques, des intervenants, des exemples concrets, des ouvrages et un jeu géant. Du lundi au jeudi de 14h à 18h et le vendredi de 10h à 12h. Renseignements et réservation : 05.57.57.31.61.

  • 14/01/22 | Le premier centre scolaire transfontalier inauguré à San Sebastian

    Lire

    Repoussée une première fois en raison de la pandémie liée au Covid-19, l’inauguration de Larrun, premier centre scolaire transfrontalier, se tient ce vendredi 14 janvier à Donostia-San Sebastian. Alain Rousset y participera au côté de Jean-Louis Nembrini, vice-président en charge de l'orientation, de l'éducation et de la jeunesse. Ouverte en septembre 2020, l’école basée sur les 3 langues officielles du Pays Basque - le Français, le Basque et le Castillan - compte actuellement 77 élèves. Plus d’infos : www.larrun.org.

  • 13/01/22 | Disparition de Gilles Delluc, l'un des plus grands connaisseurs de Lascaux

    Lire

    C'était peut être le plus grand spécialiste de la grotte de Lascaux, le préhistorien Gilles Delluc est décédé mardi 7 janvier à l'âge de 87 ans. Médecin de profession, c’est pour sa passion de la préhistoire et de l’art paléolithique qu’il était particulièrement connu. Il a étudié avec son épouse Brigitte de façon approfondie les trésors de Lascaux. Il est ainsi devenu, depuis les années 1970, l’un des tout meilleurs connaisseurs de la grotte. Cette expertise l’avait conduit à être sollicité pour accompagner la réalisation des fac-similés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Santé : Synapse Medicine, un leader en expansion

08/04/2021 | La start-up bordelaise Synapse medicine a mené plusieurs actions dans le cadre de la crise sanitaire.

1

Synapse medicine est une start-up issue du CHU de Bordeaux, leader sur l’aide à la prescription en télémédecine en France. Née il y a un peu plus de trois ans et demi, elle est dédiée au bon usage des médicaments. Concrètement, cela signifie qu’avec l’aide de l’intelligence artificielle, elle essaie d’aider les médecins dans leur activité de prescription. Mais aussi les pharmaciens dans leur activité de délivrance et les patients à la prise des médicaments. Alors que le Covid est entré dans nos vie depuis plus d’un an, Synapse medicine a mis plusieurs actions en place afin d’aider les différents acteurs du système de santé, mais aussi le grand public. Rencontre avec Clément Goehrs, cofondateur et dirigeant de la start-up, docteur en santé publique.

@qui! : Synapse medicine, concrètement, c’est quoi? 

Clément Goehrs : Avant tout, on est une société technologique dans le domaine de l’intelligence artificielle. Ce que l’on fait en terme de technologie, c’est qu’on a développé des algorithmes qui font ce qu’on appelle du « traitement automatique du langage ». C’est-à-dire qu’ils traitent le langage naturel, du texte. Des textes qui, globalement, décrivent comment on doit se servir des médicaments. En général, ce sont de très très gros documents PDF de plusieurs centaines de pages. Nos algorithmes vont aller lire constamment ces documents jours et nuits, afin de les comprendre, les structurer, pour avoir une base de connaissances du médicament qui soit toujours à jour et fiable. C’est vraiment la base de ce que l’on fait. Au dessus de cette connaissance sur le médicament, on édite des solutions pour les médecins et pharmaciens. On a aussi une application pour les patients, qui se comporte un petit peu comme le Yuka des médicaments. On s’adresse autant aux professionnels de santé qu’au grand public, avec des solutions qui sont différentes.

 

@! : En mars 2020, vous avez mis en ligne une plateforme, covid19-medicaments.com, qui a reçu le prix de l’Intelligence artificielle (IA), décerné par l’Agence du numérique en Santé. En quoi consiste-t-elle ?

C.G. : Effectivement, dans le cadre de la crise sanitaire, on a fait un certain nombre d’actions dédiées et celle-ci en fait partie. Elle s’appuie sur le fait qu’en mars dernier, au tout début du confinement, le ministre de la santé, Olivier Véran a commencé à relayer des informations disant que les corticoïdes et anti-inflammatoires ne pouvaient pas être pris quand on avait des symptômes de Covid ou qu’on était Covid positif. Parce que ces médicaments pouvaient aggraver les symptômes. Avec notre connaissance, on a identifié deux dangers : le premier c’est que pour une grande partie de la population, corticoïdes et anti-inflammatoires, ça ne veut rien dire. Et à contrario, pour une partie de la population qui prend ces médicaments d’une manière chronique, ils vont forcément se poser la question de « qu’est-ce que je fais? » Donc en moins de 72 heures, en collaboration avec plusieurs partenaires publics, on a mis en place cette plate-forme. Elle permet, en renseignant le nom du médicament et en répondant à deux questions, de savoir comment agir avec ce médicament. 

 

@! : Quelles autres actions avez-vous menées pendant cette crise sanitaire ?  

C.G. : La première, c’est que l’on a accompagné le CHU de Bordeaux dans un très gros essai clinique qui s’appelle Coverage, qui est toujours en cours. Il vise à essayer de trouver des médicaments pour traiter le Covid. On leur a fourni une plateforme leur permettant de les aider dans le cas de cette étude clinique. Ensuite, on continue de faire une très grosse action en collaboration avec l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), puisqu’aujourd’hui c’est nous qui équipons l’ANSM et l’ensemble des centres régionaux de pharmacovigilance. Avec une plateforme, Medication Shield qui permet de faciliter la gestion des déclarations des effets indésirables liés à la campagne de vaccination Covid 19.

 À l'international

@! : Pouvez-vous nous en dire plus sur cette plateforme Medication Shield, qui retrace les effets secondaires des vaccins ?

C.G. : Depuis le début de la campagne de vaccination, il y a eu et il continue à y avoir, des questions sur la sécurité de ses vaccins, sur les effets indésirables etc. Donc on doit de surveiller de très près la sécurité de ces vaccins, surveiller si d’éventuels effets indésirables non connus, apparaissent dans la population. Comment ça se passe ? Tout un chacun peut déclarer un effet indésirable sur le portail national qui est mis à disposition par le ministère de la Santé. Derrière, ce signalement est examiné par un médecin ou un pharmacien. Mais la difficulté, c’est lorsqu’il y a un énorme volume de déclarations, ça devient très difficile pour eux de suivre le rythme. C’est là qu’intervient notre technologie, qui permet de pré-traiter toutes les déclarations et de les filtrer par gravité. C’est donc une aide qui leur fait à la fois gagner du temps, mais surtout qui leur indique en amont, quelles sont les déclarations qu’ils doivent regarder en premier. On fait donc gagner beaucoup de temps au système de pharmacovigilance. 

 

@! : Souvent, la crainte est que l’intelligence artificielle remplace l’homme, mais là on plutôt sur une collaboration, une aide? 

C.G. : Exactement. Et ça me tient à cœur d’insister là-dessus. La santé et le métier des différents professionnels de santé sont tellement complexes qu’on n'est jamais dans le remplacement de quiconque. L’intelligence artificielle est là pour faire gagner du temps aux professionnels de santé, leur permettre d’optimiser une partie de leur travail pour qu’eux, puissent concentrer leurs efforts là où leur expertise est la plus précieuse.

@! : Les projets ne s’arrêtent pas là, puisque vous avez aussi noué un partenariat avec la Mutuelle Ociane Matmut. Quel est l’objectif ? 

C.G. : Là c’est tout simplement notre application pour le grand public. Il y a une version gratuite, qui peut être utilisée par tout le monde , et il y a une version avec quelques fonctionnalités de confort supplémentaires qui est sur un modèle Premium. Et donc aujourd’hui Ociane Matmut finance et met à disposition cette version Premium de l’application à tous ses adhérents de plus de 55 ans.

@! : Tout ce travail et ces investissements ont été récompensés début 2021 en recevant le prix 2020 de l’intelligence artificielle, qu’est-ce que ça représente pour vous?

C.G. : C’est une reconnaissance. Dans le domaine de la santé, la confiance est toujours quelque chose de très important.  C’est quelque chose qui est signé par Olivier Véran et qui est remis par le ministère, donc c’est une belle reconnaissance des efforts de l’équipe en cette année 2020. Chez Synapse, on essaie de faire des actions qui ont un impact de santé publique.

 

@! : Comment vos plans ont été perturbés par le Covid-19? 

C.G. : Il s’est trouvé qu’on avait les ressources nécessaires pour pouvoir aider dans cette crise sanitaire. Mais nos projets ont été impactés, surtout sur l’internationalisation. Quand le Covid a frappé, on était notamment en train d’expandre fortement nos opérations aux États-Unis. Nous n'avons pas remis tout ça en cause, nous avons simplement adapé nos plans. On s’est d’ailleurs davantage focalisé sur l’Europe, alors qu’on n’avait pas prévu ça. Aujourd’hui, nousnous déployons en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Royaume-Un. On a un petit peu temporisé sur les États-Unis, mais depuis la fin 2020, on se redéploie là-bas.

 

@! : Quels sont les projets futurs de Synapse Medicine? 

C.G. : Comme je l’ai dit, nous sommes surtout sur l’internationalisation aujourd’hui. On est en train de se déployer en Europe, aux États-Unis et au Japon. Nous avons une très belle et très forte présence dans les différents hôpitaux français, on se déploie dans les plus grands CHU français. Donc sur 2021 les objectifs, c’est vraiment continuer à accompagner nos partenaires hospitaliers et de commencer notre déploiement dans les différents pays, ce qui n’est pas une mince affaire. Ça fait déjà deux beaux défis!

 

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Synapse medicine

Partager sur Facebook
Vu par vous
6765
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !