Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Sarlat met ses finances en péril pour accueillir les touristes

20/08/2008 |

La cité médiévale de Sarlat

Pour la deuxième fois en cinq ans, la Chambre régionale des comptes d'Aquitaine tire le signal d'alarme sur la situation financière de la ville de Sarlat, en Périgord noir. La collectivité, dirigée par l'UMP Jean-Jacques de Peretti, ne parvient toujours pas à réduire sa dette. Celle-ci, évaluée fin 2005 à 1 763 euros par habitant, est deux fois supérieure à la moyenne nationale. Paradoxalement, Sarlat, ville de 10 000 habitants du Périgord noir, haut lieu touristique, est victime de son succès.

Savez-vous que Sarlat est le troisième site le plus visité en France, après la tour Eiffel et le Mont Saint Michel ? A l'année, Sarlat accueille 1,5 millions de touristes. L'économie de la ville est basée sur le tourisme. Avec ses 65 monuments classés, Sarlat-La-Canéda est la capitale européenne en terme de patrimoine culturel. 75% des emplois à Sarlat sont dans les services (hôtels, restaurants...). Pour autant, malgré ce succès touristique, la célèbre cité médiévale de la Dordogne a ses comptes dans le rouge. La dette, évaluée fin 2005 à 1.763 euros par habitant, soit deux fois supérieure à la moyenne nationale, demeure identique. Une des explications notamment est le surcoût pour cette petite commune de 10 000 habitants, liée à l'accueil des touristes. Ceci implique, entre autres, des charges plus importantes par rapport à la collecte des ordures ménagères, à l'importance de l'équipes de la police municipale... Le recours à des intérimaires, en raison des congés, coûte cher à la collectivité également. En juillet-août, il y a cinq fois plus de déchets et les effectifs municipaux sont multipliés par trois. Pour faire tourner l'office du tourisme, il faut près de 18 personnes. Au total, tous services confondus, le surcoût atteint les 300 000 euros. «Or, à Sarlat, nous ne pouvons pas compter sur les taxes professionnelles comme d'autres grandes villes touristiques, telles Avignon, Aix-en-Provence, pour amortir ce surcoût », souligne Jean-Jacques de Peretti, le maire UMP de Sarlat, élu depuis 1989.

Sarlat, victime de son succès touristique
Autour de la ville, il y a environ 10 000 lits (hôtels, auberges...), mais « nous avons aussi l'afflux des habitants des communes voisines qui viennent voir nos animations », rappelle le maire. « Quand un camping de 1 100 places se déplace, c'est presque une ville qui bouge». Du coup, la pression est forte sur les parkings. Il n'y a aucun transport public à Sarlat et les campings cars ont besoin d'emplacements spécifiques. Or, « un parking de 80 places coûte 100 000 euros », rappelle Jean-Jacques de Peretti. Au total, la cité médiévale possède 15 parkings, dont 3 500 places gratuites et 10% de stationnement payant. « On nous réclame un parking souterrain de 300 places. Mais, pour 3 mois, on ne va pas en faire un, ça coûte 350 000 euros. C'est hors norme pour une ville de 10 000 habitants». Il rappelle, que depuis 1990, 54 millions d'euros ont été investis dans les équipements de la ville, soit, ce qui n'est pas hasard selon lui, la valeur à laquelle est évaluée le patrimoine de Sarlat.

Peu de taxes professionnelles
Dans ses conclusions, la CRC invite la commune à "prendre des mesures de redressement". Le maire, l'UMP Jean-Jacques de Peretti, ancien ministre de l'outre-mer explique que cette situation est à liée à la localisation de Sarlat : « C'est une ville centre qui supporte des équipements collectifs fréquentés par 35% de sa population seulement. Elle est la seule dans un rayon de 60 km à avoir plus de 1 000 habitants. Nous avons un retard dans les coopérations intercommunales ». A cela, il faut ajouter un autre problème. Le levier fiscal est faible : peu de taxes professionnelles et les revenus des Sarladais sont inférieurs à la moyenne nationale. Quelle solution alors ? « Il faut aller vers des EPCI* plus importants, passer de 7 à 20 communes ».En attendant, Sarlat va continuer à creuser son déficit... pour rester un haut lieu touristique.

*établissements publics de coopération intercommunale

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
811
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !