Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

17/01/20 : Ce 17 et 18 janvier, le parc des expositions de Poitiers accueille le Salon du lycéen et de l'étudiant. Durant ces 2 jours, les visiteurs pourront venir à la rencontre des acteurs de la formation et de l’orientation de la Région.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

14/01/20 : Thomas Cazenave, candidat LREM aux élections municipales de mars prochain à Bordeaux, recevra Stanislas Guerini délégué général du parti, le jeudi 16 janvier.

14/01/20 : 6ème édition du Colloque KLAUS, ce samedi 18 janvier de 9h à 13h, au Pavillon de l'écomusée de Marquèze où chercheurs, techniciens du Parc, acteurs de la filière forêt et élus proposeront des échanges et des débats sur le thème de la forêt et de l'eau.

14/01/20 : A Bordeaux, CGT, FSU et Solidaires et les collectifs de lutte girondins appellent à une marche aux flambeaux le mercredi 15 janvier qui débutera par un rassemblement place Stalingrad à 18h30 pour se terminer Place de la Victoire par un Bal populaire.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/01/20 | Un appel à projets pour le port de Bordeaux

    Lire

    Après le plan de réaménagement du port de plaisance dans le bassin numéro 2 au quartier des Bassins à Flot, c'est au tour du bassin numéro 1 d'entamer une "étude d'optimisation et de valorisation". Dans cette perspective, Bordeaux Port Atlantique lance un appel à projet pour l'implantation de "huit nouvelles embarcations à vocation économique et commerciale" d'ici fin 2020. La direction précise que "tous les projets seront étudiés (à l’exception des établissements de nuit et discothèques)". La date limite des contributions est fixée au 16 mars.

  • 17/01/20 | Les médiathèques du Grand Poitiers font revivre Toni Morrison

    Lire

    La nuit de la lecture revient le 18 janvier 2020 dans les médiathèques du Grand Poitiers pour une traversée polyphonique. Cette année, l'événement littéraire propose des expositions, des déambulations sonores, des jeux littéraires, des lectures théâtrales, des concerts de jazz et de swings, des lectures d’histoires pour les enfants, des lectures accompagnées de chants Gospels. Ce programme a été pensé pour rendre hommage au Prix Nobel de la littérature disparue l'an dernier, Toni Morrison.

  • 17/01/20 | Sécheresse: la calamité agricole reconnue pour le plateau de Millevaches (87)

    Lire

    Les agriculteurs possédant des surfaces fourragères touchées par la sécheresse qui s’est abattue juillet dernier sur le plateau de Millevaches dans la Haute-Vienne, sont invités à remplir une demande d’indemnisation sur le site TéléCalam. Toutes les parcelles des 14 communes du plateau inclus dans la zone sinistrée dressée en décembre par Le Comité National de Gestion des Risques en Agriculture sont concernées. La télé déclaration est ouverte du 20 janvier au 18 février 2020. Plus d'informations

  • 17/01/20 | L'UBB lance son équipe de rugby à 7 soutenue par CEVA Santé animale

    Lire

    La nouvelle équipe UBB Ceva Sevens fera partie du championnat de France de rugby à 7 qui sera lancé le 1er février prochain. Ceva Santé animale, premier laboratoire vétérinaire français, est déjà partenaire du club bèglo-bordelais depuis cinq ans. Deux associations seront également mises à l'honneur sur le maillot : Handi'Chiens qui éduque des chiens aidant les personnes handicapés, et l’École de Chiens Guides Grand Sud Ouest Aliénor Bordeaux. Premier match : le 1er février à Paris La Défense Arena face à Pau.

  • 17/01/20 | La Charente-Maritime organise son premier salon de l'emploi de l'hôtellerie de plein air

    Lire

    La fédération de l'hôtellerie de plein air 17 organise son premier salon de l'emploi à Marennes, le 21 janvier de 13h à 17h30 dans la salle polyvalente (entrée libre). Une trentaine de campings de tous niveaux de gammes, municipales ou privés, indépendants, franchisés ou de groupes, seront présents avec 300 postes à pourvoir l'été prochain, dont quelques CDI. Les entreprises cherchent dans tous les domaines de compétences : animation, restauration, réception, comptabilité-gestion, maintenance.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Sealar nouveau délégataire de l’aéroport de Poitiers-Biard

22/10/2019 | Ce vendredi 18 octobre le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard a choisi son délégataire. Sealar sera aux commandes du site pendant douze années.

La délégation de service public de l'aéroport de Poitiers-Biard a été accordée à Sealar. Elle débutera le 1er janvier 2020

Ce vendredi 18 octobre le comité syndical du syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard s’est réuni pour choisir un nouveau délégataire pour la gestion et l’exploitation de l’aéroport de Poitiers-Biard. Parmi les trois candidatures, c’est la société Sealar qui est constituée par le groupement INSFO, CCI Marseille Provence Infrastructures et TPFi qui l’emporte. Un groupement qui contrôle  les aéroports de Brest, Morlaix, Quimper : il est également actionnaire de l’aéroport de Marseille. La délégation de service public commencera au 1er janvier 2020 et durera douze ans. Ce vendredi, les statuts du syndicat mixte ont également été revus depuis la sortie au 31 décembre 2018 de la CCI de la Vienne.

C’est la fin d’un long travail pour Bruno Belin, président du Syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard (SMAPB) et président du département de la Vienne. Un soulagement d’une certaine manière sur ce dossier qui a connu quelques rebondissements. « Après cette réunion du comité syndical et surtout après des mois et semaines de travail, je pense au personnel de l’aéroport : les 101 salariés qui travaillent sur ce site. Nous avions évidemment une obligation de résultat pour arriver à ce qu’il y ait une continuité de service et de l’offre ».

Le comité syndical a choisi Sealar parmi les trois candidatures. (Les deux autres étaient  d’Armys et Edeis Concessions). Vinci Airports, le précédent délégataire avait renoncé à déposer  une offre. « Ce candidat s’est nettement détaché », précise Bruno Belin. C’est donc le groupement INgénierie Service Force Ouest, une émanation de la CCI de Brest (INSFO), la CCI de Marseille Provence, et TPFi, une entreprise spécialisée dans le bâtiment, l’énergie, les infrastructures de transport et l’eau (Portugal), basée à Marseille, qui a fait l'unanimité. Pertinence, cohérence, efficacité, qualité, responsabilité, environnement, coût, efficacité d’organisation ont été analysés au peigne fin par le syndicat. Celui qui répondait au mieux était donc Sealar. « Ce n’est pas n’importe qui. Ils ont déjà de l’expérience », commente Bruno Belin. Il est vrai que ce groupement gère trois aéroports en Bretagne (Brest, Quimper, Morlaix) et est actionnaire de celui de Marseille. Une expérience rassurante pour répondre aux ambitions de l’aéroport de Poitiers-Biard.

Ambition

Le syndicat mixte affiche des objectifs clairs pour l’aéroport. « Il y a une volonté d’inscrire dans le développement de l’aéroport une partie tourisme, mais aussi de maintenir une qualité de l’équipement. Un aéroport H24 qui a la possibilité de recevoir des vols de déroutement en permanence et des vols sanitaires », précise le président du syndicat mixte. Il faudra aussi maintenir et favoriser le développement de la liaison aérienne régulière vers Lyon. De nombreuses entreprises locales utilisent ces vols proposés pour rallier l’est de la France. L’aéroport doit poursuivre une stratégie de diversification des destinations et du portefeuille de compagnies.

Sachant qu’il va falloir également investir sans provoquer trop d’impact sur le budget global de l’aéroport. La remise en état de la piste est devenue aujourd’hui incontournable. Un investissement de l’ordre de 3,5 à 4 millions d’euros. « Il est inclus dans le projet et coûtera moins de 12 euros par passager, assure Bruno Belin. A terme, l’équipement doit répondre à un objectif de qualité de service. » L’aérogare va devoir subir quelques aménagements. Il faudra sans doute réadapter l’aérogare avec le Brexit, mais pas seulement. L’espace aux passagers devrait être plus important et plus accueillant. Un investissement d’un million d’euros est prévu pour ce réaménagement et Sealar devrait en prendre en charge le quart. 

Plus de passagers donc plus de liaisons

Un développement de l’aéroport, cela passe également par l’augmentation du trafic. L’ambition est de passer de 122 504 passagers à 189 800 passagers avec le transit en 2031 et d’ici la fin de la délégation de service public. « Il y a une réflexion de développement sur les lignes de tourisme. Nous ne pourrons avoir un nombre de passagers croissant sans qu’il y ait un certain nombre de lignes en face », remarque Bruno Belin. On ne sait pour le moment à quelles compagnies fera appel le nouveau délégataire de l’aéroport de Poitiers-Biard. Une conférence de presse devrait se dérouler au début du mois de novembre pour en savoir plus et connaître les nouvelles destinations. Même si quelques unes ont filtré dans la presse locale, chez nos confrères de la Nouvelle-République et de Centre-Presse qui affirment que Poitiers sera reliée à Marseille, Milan, Bruxelles et Madrid, en plus de Londres et Lyon. 

La délégation de service public pour Sealar est prévue sur 12 ans. Une durée qui peut faire peur. Mais Bruno Belin l’explique ainsi. « Le temps de l’entreprise est forcément un temps long ». C’est aussi une manière de vouloir mettre en place des relations commerciales stables et de long terme avec les compagnies aériennes. Et bien sûr pour que la participation aux travaux ne se fassent pas trop ressentir sur le prix des billets des passagers. Au bout de six ans, à mi-mandature donc, un rendez-vous est prévu. Une comparaison entre le prévisionnel et ce qui a été réalisé jusqu’alors. S’il est constaté un écart négatif de plus de 25%, sur les 892 000 passagers prévus, le concédant procédera, après un préavis de six mois, à la résiliation unilatérale du contrat. Ce qui ferait un nombre de passagers moyens de 111 500 passagers soit moins qu'actuellement. Un suivi régulier sera assuré avec une présentation du rapport d’activité chaque année devant le département de la Vienne et la communauté urbaine de Grand Poitiers.      

Le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard est composé de 17 délégués issus du département de la Vienne et de la communauté urbaine de Grand PoitiersUn aéroport utile ?

« Je crois qu’il y a une volonté de reconnaître l’utilité de cet aéroport pour Poitiers, Grand Poitiers et le département de la Vienne. Quand on a une ambition, on se donne les moyens de la réaliser. Le département vient de le dire en s’engageant dans les 2/3 pour la pérennité de l’aéroport de Poitiers. Nous avons la volonté politique et la capacité de le faire. Nous assumons ce choix politique pour ce territoire ». Cela signifie que le département de la Vienne remplace la participation de la CCI qui s’est retirée du syndicat mixte au 31 décembre 2018. Le budget global de l’aéroport a légèrement diminué, dépassant alors les 2 millions d’euros contre 2,2 millions jusqu'à présent. La participation du département est de 65% soit environ 1,3 millions d’euros (elle était jusqu’alors de 760 000 euros) et celle de la communauté urbaine de 760 000 euros (un montant qui reste inchangé). Ce sont donc 17 délégués désignés par les membres adhérents qui composent ce syndicat mixte. 11 pour le département de la Vienne et 6 pour la communauté urbaine de Grand Poitiers. « Je félicite ce dialogue que nous avons entre les deux membres du syndicat mixte, indique Anne Gérard, vice-présidente aux Transports de la communauté urbaine de Grand Poitiers. Nous avions une vision partagée pour maintenir l’aéroport, même si il y avait parfois des considérations différentes. Nous nous sommes accordés, c’est une bonne nouvelle pour le territoire. » Effectivement la communauté urbaine se désengage et ne participe plus au financement des lignes aériennes à vocation touristique. 

« C’est vraiment une nouvelle page qui s’écrit pour cet aéroport qui est indispensable à la vie du département et dont l’utilité est démontrée », conclut Bruno Belin. Il le promet, d’ici peu, les habitants de Vienne sauront où ils pourront voyager. Au niveau économique, le rôle de l’aéroport de Poitiers demeure important. Selon un rapport commandé par le département, l’impact des lignes touristiques en import rapporterait 12 millions d’euros au territoire.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5780
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !