20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/05/22 | 124 000 € d'aides régionales pour les projets de Parsejoux-Valade

    Lire

    L'entreprise corrézienne Parsejoux-Valade a pour objectif de développer son activité principale la palette légère en petite série à destination de l'industrie. La société a investi dans une ligne de clouage pour plateaux de palettes équipé d'un robot anthropomorphique 6 axes, une machine de découpe pour dés de palettes, et une extension immobilière afin d'installer un séchoir à bois. La nouvelle ligne de clouage permettra en outre une baisse de 40% de la consommation énergétique vis-à-vis d'une ligne de clouage hydraulique classique. 4 créations d'emploi sont envisagés.

  • 20/05/22 | Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions se développe à Parthenay

    Lire

    La société Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions, acteur majeur international sur le marché des pièces de structures, de moteurs, d'équipements aéronautiques et de transformation des métaux, est spécialisée à Parthenay dans l'usinage et la finition des produits complexes. Pour son site deux-sévriens, elle souhaite augmenter la compétitivité, améliorer l'agilité notamment. Pour ce faire, elle va intégrer les outils de l'usine 4.0 et la transformation numérique à sa production.

  • 20/05/22 | L'agglomération d'Agen agit pour la gestion des biodéchets

    Lire

    L'agglomération d'Agen a construit, dans le cadre d'un travail collectif, un nouveau service public de valorisation des déchets de demain, le projet Tribio. Le projet vise à proposer à l'ensemble des habitants de l'agglomération des solutions de gestion de proximité des biodéchets et des déchets verts. À terme, l'objectif est de sortir des ordures ménagères résiduelles 3 500 tonnes et de réduire la quantité de déchets verts gérées par l'agglomération de 2 000 tonnes.

  • 19/05/22 | Danse Azur intègre le programme « Usine du Futur »

    Lire

    En Haute-Vienne, la société Danse Azur est reconnue pour son niveau de technicité de ses chaussons de danse. Elle a créé en 2020 une filiale aux Etats-Unis afin de poursuivre son développement. Pour continuer sa croissance, Danse Azur vient d'intégrer le programme du Conseil régional « Usine du Futur » pour l'aider à identifier des leviers d'actions, à augmenter ses capacités de production, sa maîtrise des coûts et le développement plus écologique de ses produits.

  • 19/05/22 | MethaBruant ou la méthanisation agricole en injection

    Lire

    A Roumegoux en Charente-Maritime, l'EARL Du Bruant a initié le projet MethaBruant qui est un projet de méthanisation agricole en injection. En plus de mieux traiter et valoriser les effluents, MethaBruant va apporter des compléments de revenus aux agriculteurs et faciliter l'installation d'un nouvel employé. Le lycée agricole de Saintes a décidé de participer à ce projet en fournissant les effluents d'élevage.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Sealar nouveau délégataire de l’aéroport de Poitiers-Biard

22/10/2019 | Ce vendredi 18 octobre le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard a choisi son délégataire. Sealar sera aux commandes du site pendant douze années.

1

Ce vendredi 18 octobre le comité syndical du syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard s’est réuni pour choisir un nouveau délégataire pour la gestion et l’exploitation de l’aéroport de Poitiers-Biard. Parmi les trois candidatures, c’est la société Sealar qui est constituée par le groupement INSFO, CCI Marseille Provence Infrastructures et TPFi qui l’emporte. Un groupement qui contrôle  les aéroports de Brest, Morlaix, Quimper : il est également actionnaire de l’aéroport de Marseille. La délégation de service public commencera au 1er janvier 2020 et durera douze ans. Ce vendredi, les statuts du syndicat mixte ont également été revus depuis la sortie au 31 décembre 2018 de la CCI de la Vienne.

C’est la fin d’un long travail pour Bruno Belin, président du Syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard (SMAPB) et président du département de la Vienne. Un soulagement d’une certaine manière sur ce dossier qui a connu quelques rebondissements. « Après cette réunion du comité syndical et surtout après des mois et semaines de travail, je pense au personnel de l’aéroport : les 101 salariés qui travaillent sur ce site. Nous avions évidemment une obligation de résultat pour arriver à ce qu’il y ait une continuité de service et de l’offre ».

Le comité syndical a choisi Sealar parmi les trois candidatures. (Les deux autres étaient  d’Armys et Edeis Concessions). Vinci Airports, le précédent délégataire avait renoncé à déposer  une offre. « Ce candidat s’est nettement détaché », précise Bruno Belin. C’est donc le groupement INgénierie Service Force Ouest, une émanation de la CCI de Brest (INSFO), la CCI de Marseille Provence, et TPFi, une entreprise spécialisée dans le bâtiment, l’énergie, les infrastructures de transport et l’eau (Portugal), basée à Marseille, qui a fait l'unanimité. Pertinence, cohérence, efficacité, qualité, responsabilité, environnement, coût, efficacité d’organisation ont été analysés au peigne fin par le syndicat. Celui qui répondait au mieux était donc Sealar. « Ce n’est pas n’importe qui. Ils ont déjà de l’expérience », commente Bruno Belin. Il est vrai que ce groupement gère trois aéroports en Bretagne (Brest, Quimper, Morlaix) et est actionnaire de celui de Marseille. Une expérience rassurante pour répondre aux ambitions de l’aéroport de Poitiers-Biard.

Ambition

Le syndicat mixte affiche des objectifs clairs pour l’aéroport. « Il y a une volonté d’inscrire dans le développement de l’aéroport une partie tourisme, mais aussi de maintenir une qualité de l’équipement. Un aéroport H24 qui a la possibilité de recevoir des vols de déroutement en permanence et des vols sanitaires », précise le président du syndicat mixte. Il faudra aussi maintenir et favoriser le développement de la liaison aérienne régulière vers Lyon. De nombreuses entreprises locales utilisent ces vols proposés pour rallier l’est de la France. L’aéroport doit poursuivre une stratégie de diversification des destinations et du portefeuille de compagnies.

Sachant qu’il va falloir également investir sans provoquer trop d’impact sur le budget global de l’aéroport. La remise en état de la piste est devenue aujourd’hui incontournable. Un investissement de l’ordre de 3,5 à 4 millions d’euros. « Il est inclus dans le projet et coûtera moins de 12 euros par passager, assure Bruno Belin. A terme, l’équipement doit répondre à un objectif de qualité de service. » L’aérogare va devoir subir quelques aménagements. Il faudra sans doute réadapter l’aérogare avec le Brexit, mais pas seulement. L’espace aux passagers devrait être plus important et plus accueillant. Un investissement d’un million d’euros est prévu pour ce réaménagement et Sealar devrait en prendre en charge le quart. 

Plus de passagers donc plus de liaisons

Un développement de l’aéroport, cela passe également par l’augmentation du trafic. L’ambition est de passer de 122 504 passagers à 189 800 passagers avec le transit en 2031 et d’ici la fin de la délégation de service public. « Il y a une réflexion de développement sur les lignes de tourisme. Nous ne pourrons avoir un nombre de passagers croissant sans qu’il y ait un certain nombre de lignes en face », remarque Bruno Belin. On ne sait pour le moment à quelles compagnies fera appel le nouveau délégataire de l’aéroport de Poitiers-Biard. Une conférence de presse devrait se dérouler au début du mois de novembre pour en savoir plus et connaître les nouvelles destinations. Même si quelques unes ont filtré dans la presse locale, chez nos confrères de la Nouvelle-République et de Centre-Presse qui affirment que Poitiers sera reliée à Marseille, Milan, Bruxelles et Madrid, en plus de Londres et Lyon. 

La délégation de service public pour Sealar est prévue sur 12 ans. Une durée qui peut faire peur. Mais Bruno Belin l’explique ainsi. « Le temps de l’entreprise est forcément un temps long ». C’est aussi une manière de vouloir mettre en place des relations commerciales stables et de long terme avec les compagnies aériennes. Et bien sûr pour que la participation aux travaux ne se fassent pas trop ressentir sur le prix des billets des passagers. Au bout de six ans, à mi-mandature donc, un rendez-vous est prévu. Une comparaison entre le prévisionnel et ce qui a été réalisé jusqu’alors. S’il est constaté un écart négatif de plus de 25%, sur les 892 000 passagers prévus, le concédant procédera, après un préavis de six mois, à la résiliation unilatérale du contrat. Ce qui ferait un nombre de passagers moyens de 111 500 passagers soit moins qu'actuellement. Un suivi régulier sera assuré avec une présentation du rapport d’activité chaque année devant le département de la Vienne et la communauté urbaine de Grand Poitiers.      

Le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard est composé de 17 délégués issus du département de la Vienne et de la communauté urbaine de Grand PoitiersUn aéroport utile ?

« Je crois qu’il y a une volonté de reconnaître l’utilité de cet aéroport pour Poitiers, Grand Poitiers et le département de la Vienne. Quand on a une ambition, on se donne les moyens de la réaliser. Le département vient de le dire en s’engageant dans les 2/3 pour la pérennité de l’aéroport de Poitiers. Nous avons la volonté politique et la capacité de le faire. Nous assumons ce choix politique pour ce territoire ». Cela signifie que le département de la Vienne remplace la participation de la CCI qui s’est retirée du syndicat mixte au 31 décembre 2018. Le budget global de l’aéroport a légèrement diminué, dépassant alors les 2 millions d’euros contre 2,2 millions jusqu'à présent. La participation du département est de 65% soit environ 1,3 millions d’euros (elle était jusqu’alors de 760 000 euros) et celle de la communauté urbaine de 760 000 euros (un montant qui reste inchangé). Ce sont donc 17 délégués désignés par les membres adhérents qui composent ce syndicat mixte. 11 pour le département de la Vienne et 6 pour la communauté urbaine de Grand Poitiers. « Je félicite ce dialogue que nous avons entre les deux membres du syndicat mixte, indique Anne Gérard, vice-présidente aux Transports de la communauté urbaine de Grand Poitiers. Nous avions une vision partagée pour maintenir l’aéroport, même si il y avait parfois des considérations différentes. Nous nous sommes accordés, c’est une bonne nouvelle pour le territoire. » Effectivement la communauté urbaine se désengage et ne participe plus au financement des lignes aériennes à vocation touristique. 

« C’est vraiment une nouvelle page qui s’écrit pour cet aéroport qui est indispensable à la vie du département et dont l’utilité est démontrée », conclut Bruno Belin. Il le promet, d’ici peu, les habitants de Vienne sauront où ils pourront voyager. Au niveau économique, le rôle de l’aéroport de Poitiers demeure important. Selon un rapport commandé par le département, l’impact des lignes touristiques en import rapporterait 12 millions d’euros au territoire.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9909
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Visite de la Halle technologique de l'IUT Pays de l'Adour à l'occasion de son inauguration Economie | 06/05/2022

Très haut débit : Une nouvelle pépite technologique à l'IUT de Mont-de-Marsan

Danielle Sancier, déléguée régionale Apec Nouvelle-Aquitaine. Economie | 06/05/2022

Recrutement des cadres: entre sortie de crise et impacts de la guerre en Ukraine

Gaetan Longeon forme Amandine dans le cadre de Ma Cycloentreprise. Economie | 22/04/2022

Ma Cycloentreprise : En selle pour enrayer la pollution

Ces objets sont réalisés à partir de bois de récupération. Economie | 13/04/2022

Les Amis de la Dronne réinsèrent des publics éloignés de l’emploi en recyclant des bois de récupération

Image d'illustration - Rail voie ferrée - jonction Economie | 12/04/2022

Le pari de la ligne Bordeaux-Lyon se complique pour Railcoop

Florent Mouriéras (à gauche) directeur de Catalent Biologics a fait découvrir les nouvelles installations à Françoise Jeanson, vice-présidente de la Région. Economie | 11/04/2022

Limoges : Catalent Biologics inaugure sa nouvelle unité de production avec le soutien de la Région

L'entrepreneur québécois d'Optima Aéro, Toby Gauld et la directrice générale en France, Céline Marchal, s'installent au Pays basque pour recycler des pièces d'hélicoptères Economie | 06/04/2022

Le reconditionnement des pièces d'hélicoptères se pose au Pays basque

Le Multiple accueille quatre acteurs de l'économie sociale et solidaire à Périgueux, soit 7 salariés Economie | 04/04/2022

A Périgueux, le Multiple au service de l'économie sociale et solidaire

Colette Langlade, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine et Mali Maciag créatrice de la marque ''Cousu français'' à Pau Economie | 04/04/2022

Entreprises : Une Quinzaine de la création cousue main pour les porteurs de projet

Ils étaient près de 200 en début de semaine à l'hippodrome de Pau, pour participer au lancement du cluster Pyrénées Hydrogène. Economie | 30/03/2022

Neutralité carbone et autonomie énergétique : Béarn et Bigorre font le pari de l'hydrogène

le poulailler une Economie | 30/03/2022

Le Poulailler, nouveau tiers-lieu médocain et extension de la Cocotte minute a ouvert à Lesparre

Pendant trois jours, Nontron renoue avec des échanges autour des métiers d'art, du 1au 3 avril Economie | 29/03/2022

Les Métiers d'arts invitent à la découverte des gestes et des matières à Nontron (24)

Les ports de La Rochelle et de Brest utilisent le Geneseas et douze de plus seront en service cette année Economie | 23/03/2022

Haute-Vienne : Geneseas le premier robot solaire et connecté qui dépollue les ports

Les métiers de l'embouteillage font partie des métiers à découvrir dans le cadre de La Quinzaine des métiers de la vigne et du vin du 21 mars au 1er avril 2022 Economie | 21/03/2022

En Gironde, la filière viti-vinicole recrute

Les sept heureux patrons des startups lauréates de l’incubateur TiPi 535 Economie | 21/03/2022

TiPi 535, l’incubateur au plus près des start-ups du tourisme