Devenez actionnaire d'aqui.fr

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

20/12/21 : En concertation avec les Maires, la préfète de Gironde rend obligatoire le port du masque dans les centres-villes des communes touristiques d’Arcachon et de Saint-Emilion durant les vacances scolaires de Noël, tous les jours de 12H00 à 19H00.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

  • 20/01/22 | Un laboratoire de transformation des fruits à Assat (64)

    Lire

    Un laboratoire de transformation des fruits du jardin et du verger voit le jour à Assat (Pyrénées-Atlantiques) sur le site du jardin-verger du Conservatoire des Légumes Anciens du Béarn (CLAB) où sont plantés près de 120 arbres fruitiers de variétés anciennes et de terroir et autant de petits fruits. Inauguré ce jeudi 20 janvier, le projet de 38 000 euros est subventionné par l'Etat à hauteur de 30 000 euros dans le cadre du volet transition écologique du plan France Relance. http://clab64.fr

  • 20/01/22 | Brive : L'écrivain Michel Peyramaure fête ses 100 ans à la médiathèque

    Lire

    Le 29 janvier de 11h à 12h, la médiathèque de Brive met à l'honneur l'écrivain du terroir, Michel Peyramaure, qui fêtera ses 100 ans le 30 janvier prochain. L'auteur d'une centaine d'ouvrages reviendra lors de cet échange sur sa vie, son œuvre, son amour pour Brive, où il est né, et l'Histoire. Le public pourra également poser des questions lors de ce moment de partage. Séance de dédicaces la fin de la rencontre. Entrée libre

  • 20/01/22 | Ababor, nouveau salon nautique du Pays Basque du 1er au 3 avril

    Lire

    Ababor, le premier salon nautique de la côte basque est lancé par le Ficoba, le palais des congrès d’Irun, du 1er au 3 avril 2022. A quelques encablures du port de Hendaye, le Ficoba va se transformer en port intérieur. Outre l’exposition de bateaux, tous les secteurs de la navigation et des activités nautiques sont annoncés. Avec des solutions pour naviguer sans acheter un bateau, des alternatives ou des écoles de croisière qui permettent de partir seul. www.ficoba.org/fr/evento/ababor/

  • 19/01/22 | Le cyclisme mis en lumière à Royan

    Lire

    L’opération « Cyclistes, brillez » - organisée par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette, l’association vélo Pays Royannais et la Communauté d’Agglomération Royan Atlantique - se tiendra le jeudi 19 janvier de 14h à 18h, à Royan. Afin de sensibiliser la communauté cycliste à l’importance d’être éclairé pour assurer sa sécurité, plusieurs animations sont prévues dont un atelier de conseil, des quizz et jeux, la mise à disposition de brassards et autocollants réfléchissants, ainsi qu’une parade lumineuse de quelques kilomètres dans la ville, de 18h à 19h30.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Ski dans les Pyrénées : vers une nouvelle donne ?

23/11/2021 | Entre changement climatique, évolution de la clientèle et moindres moyens économiques, la nouvelle Compagnie des Pyrénées pourra-t-elle sauver les domaines skiables ?

Ski alpin dans les Pyrénées - Station de Gourette

Ce n'est pas sans une certaine impatience que les responsables des domaines skiables des Pyrénées attendent le retour des vacanciers après une année blanche gelée par le Covid 19 qui a eu pour conséquence l'immobilisation des remontées mécaniques toute la saison dernière. La saison 2021-2022 s'apprête donc à marquer le retour du ski dans nos montagnes, sous condition de masque voire de pass sanitaire, si le taux d'incidence du virus devait encore grimper. Une nouvelle saison qui s'inscrit aussi pour les stations dans un cadre renouvelé : celui de la Compagnie des Pyrénées, structure interrégionale dédiée à l'accompagnement stratégique et financier des stations de montagnes. Christine Massoure, sa directrice générale fait le point.

Depuis fin octobre les stations pyrénéennes ont une structure interrégionale dédiée à leur accompagnement stratégique et financier : la Compagnie des Pyrénées, avec à sa présidence, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie. Si cette nouvelle « Compagnie », a pour fondations historiques le réseau de stations N'PY, elle réunit en son sein désormais la Région Occitanie, la Région Nouvelle-Aquitaine et les Départements des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées, de l'Ariège, et des Pyrénées-Orientales ainsi que la Banque des Territoires.

L'intérêt d'une telle unité : « avoir une compétence sur l'ensemble de la chaîne des Pyrénées », synthétise Christine Massoure, directrice générale de cette nouvelle structure, qui en réalité s'articule autour de trois sociétés. D'abord, la SAS N'Py Résa qui se maintient et poursuit son offre globale de services commerciaux et de communication auprès des acteurs du tourisme. Marketing, commercialisation, gestion de relation client, administration des ventes ou encore expertise digitale... la marque N'Py dont la vocation est de faire rayonner les stations de montagne pyrénéennes perdure.


Partenariat public privé
Deuxième société mise en place : La Compagnie des Pyrénées Participations. Sa vocation est d'accompagner les sociétés d'exploitation de domaines skiables et de sites touristiques dans leur développement, par le biais de prises de participations au capital. « La volonté des deux régions était de se doter d'un outil pour investir en capital et non par la distribution de subventions au coup par coup au fil des projets. Donc il y a là un réel enjeu de développement de long terme et de cohérence globale de ces développements. Mais il y a aussi un enjeu sur la rentabilité de cette société ; pour avoir des structures qui se tiennent et, en même temps, pouvoir anticiper stratégiquement avec elles sur les défis liés notamment au changement climatique », commente la directrice générale. « Ce type d'intervention par le biais d'un investissement, d'un montage capitalistique, est une vision très nouvelle pour des collectivités », souligne-t-elle.

Enfin, la dernière société venant compléter l'articulation globale de cette nouvelle Compagnie des Pyrénées est La Foncière des Pyrénées, « qui permet un soutien à l'investissement et à l'accompagnement en matière d'immobilier pour conforter l'offre sur les lits chauds ». En d'autres termes, porter des projets de construction ou de requalification permettant la mise en place d'une offre immobilière variée, plus qualitative et mieux adaptée aux nouvelles attentes des publics.

Au total, une Compagbnie des Pyrénées à l'architecture opérationnelle basée sur un partenariat « public-privé » à la fois, simple et complexe, dans laquelle, pour la Nouvelle-Aquitaine, Gourette, La Pierre-Saint-Martin et La Rhune font d'ores et déjà partie puisque ces 3 domaines appartiennent au réseau N'Py de manière historique, précise Christine Massoure. « Pour ce qui est d'Artouste, et de la Mairie de Lannes, le choix d'évolution n'est pas encore fait », note-t-elle. Mais, pour la toute jeune Compagnie des Pyrénées, « la priorité est d'avoir une vision de moyen long terme. Ce qui n'est pas facile », mesure-t-elle.

L'hébergement, renouvelé, diversifié et en adéquation avec les attentes des touristes est un des enjeux importants des stations pyrénéennesL'hébergement, renouvelé, diversifié et en adéquation avec les attentes des touristes est un des enjeux importants des stations pyrénéennes en termes d'attractivité.

 

"Une montagne habitée"
Pour autant en cette (presque) veille de rentrée sur les pistes pyrénéennes _ les premières stations prévoient des ouvertures dès le week-end prochain_ les acteurs de la montage ont quelques éléments rassurants dans leurs manches, que ce soit pour cette saison ou les prochaines. « Les français dans une étude récente, placent les Pyrénées en tête des massifs de montagne, et ici, nous avons une réelle opportunité sur la dimension authentique du séjour à la montagne. Moderniser c'est justement aussi, mettre en avant nos atoûts. Pour ça, pouvoir désormais parler globalement d'une destination « Pyrénées », plutôt que de telle ou telle station ou telle ou telle vallée, est un avantage énorme ».

Autre avantage selon la directrice générale : « Les Pyrénées sont une montagne habitée et dans laquelle on a conservé notre patrimoine. Les Pyrénées ont de la valeur à travers sa population, et les visiteurs n'y échappent pas car dans nos stations, ce sont des Pyrénéens qui les accueillent ». Un recrutement massivement local qui est aussi une épine en moins dans le pied des domaines skiables. « Pourvoir recruter sans trop de difficultés parce que justement on peut recruter localement, c'est une double force. Les choses ne sont par exemple pas les mêmes dans les Alpes où il peut être plus difficile de trouver du personnel », pointe la responsable.


"Poursuivre le ski partout où c'est possible"
Mais c'est bien aussi pour ça que la Compagnie des Pyrénées doit réussir avec les stations, le pari du développement et de la diversification des activités : pour conserver une montagne habitée.

« On l'a bien vu l'an dernier, les domaines skiables étaient fermés. C'est parce qu'ils ont été fortement aidés par les fonds publics qu'ils ont pu passer le cap. Certes, d'autres activités hors ski ont pu être développées par les stations, des choses nouvelles ont été mises en place, mais l'offre client est restée relativement minimale. Or, l'absence de ski a bien montré combien les activités des domaines skiables restent structurantes, appuie-t-elle. Il n'y a pas pour l'instant encore, d'économie de territoire en dehors de ça ». Ce qui ne veut pas dire, loin de là, qu'il faut nier et pour toujours toute ouverture à d'autres activités, à l'inverse. Au regard du changement climatique et de ses conséquences, « anticiper » est même le maître mot de la nouvelle Compagnie des Pyrénées, mais aussi les stations.

Ski de randonnée, balade en raquettes, marche nordique, fat bike, sortie en chiens de traineau, tyrolienne parapente... autant d'activités alternatives au ski alpin possiblesSki de randonnée, balade en raquettes, marche nordique, fat bike, sortie en chiens de traineau, tyrolienne parapente... autant d'activités alternatives au ski alpin mises en avant l'hiver dernier



« Aujourd'hui le réseau N'Py, c'est 1000 salariés. Il faut donc inventer un nouveau modèle pour permettre des activités sur ces territoires et les maintenir vivant. Mais, on ne peut pas imaginer couper le ski du jour au lendemain. D'ailleurs, les acteurs eux-mêmes ne réfutent pas cette évolution », souligne Christine Massoure. « Servir les territoires, ça passe par une vision plus large et par la diversification. C'est à dire qu'il faut créer une offre complémentaire selon les lieux, en typant chacune des offres par un changement qui soit accompagné ».

En pratique, selon elle, il faut d'abord « poursuivre le ski partout où c'est possible en amorçant des investissements permettant de poursuivre une activité au-delà. Nous avons désormais des modèles d'enneigement très fiables prenant en compte les augmentations de température de 1 degré, 2 degrés. On sait précisement les conséquences que ça aura. Tous les investissements sur les stations sont déjà faits en fonction de ça et continueront d'autant plus à l'être. Si on veut voir les choses en positif, « post crise », l'argent public est rare, il faut donc vraiment réfléchir à des modèles durables. On ne peut pas se permettre de se tromper en la matière. Même si ces réflexions ne sont pas nouvelles pour les acteurs du tourisme de montagne, la crise a aussi sans doute accéléré un peu plus cette prise de conscience ».

Et c'est bien là la vocation de la Compagnie des Pyrénées que de donner à cette prise de conscience les moyens de se concrétiser, en inventant rien de moins, et de manière collective, la station de demain. Avec, sans, ou peu de neige.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : N'PY

Partager sur Facebook
Vu par vous
10800
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !