Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Smart Grid Energy, la start-up des réseaux intelligents

30/10/2014 | Depuis son centre de « dispatching » à Capbreton, SGE peut délivrer en 10 minutes l'énergie nécessaire à RTE, 24h/24 et 7 j/7 pour éviter tout black-out

SGE

Le dernier bilan prévisionnel du réseau de transport d'électricité (RTE) affirme qu'en cas de grand froid, la France pourrait manquer d'électricité dès l'hiver 2015-2016. Pour palier cette situation, le gestionnaire du réseau table, entre autres, sur le développement de nouvelles capacités d'effacement, consistant à arrêter sur demande la consommation d'industriels notamment, pour soulager le réseau. Une pratique complexe que développe avec succès depuis quelques années Smart Grid Energy depuis son centre de pilotage à Capbreton-Hossegor, y voyant une part du « mix énergétique ».

Quant il a quitté Poweo pour créer son entreprise, Maxime Dauby a eu une bonne intuition, usant de l'expérience accumulée précédemment chez EDF et RTE où ce diplômé de l’Institut National Polytechnique de Grenoble s'assurait du bon équilibre entre production et consommation d'électricité, augmentant ou baissant la production des centrales selon la demande. Son idée quand il monte en 2011, à 31 ans, Smart Grid Energy (SGE) est d'appliquer ce principe de régulation aux industriels (papetiers, sidérurgistes...), en leur demandant de reporter leur consommation en cas de besoin du réseau contre rémunération (contrats de 100.000 à 1 million d'euros selon les sites).
Aujourd'hui, SGE qui a obtenu en 2012 le label Jeune entreprise innovante par le ministère de la Recherche, revendique via ses clients 350 MégaWatts de capacités d'effacement, ce qui équivaut à la consommation d'une ville de 350.000 personnes. Avec en plus 250 MW en gestion de capacité de production décentralisée grâce à une quarantaine de centrales au diesel réparties sur toute la France. Des centrales prêtes à démarrer en seulement 10 minutes via des lignes téléphoniques télécommandées directement par smart phones 24h/24 et 7j/7, quand RTE en fait la demande pour éviter tout risque de black-out électrique.

Bientôt des "Smart machines" chez les particuliers?

SGEAvec ses sept salariés, un chiffre d'affaires d'environ 10 millions d'euros cette année contre 7 en 2013, et une indépendance totale vis-à-vis des grands groupes, la jeune pousse dans le monde des géants de l'énergie s'est peu à peu fait une place de choix. Avec comme objectif, assure Maxime Dauby, de « produire intelligemment, plutôt que toujours plus ».
En janvier dernier, SGE a prouvé son adaptabilité et sa rapidité dans ce milieu très complexe et concurrentiel. A peine la mise en place en décembre 2013 de nouvelles règles expérimentales par RTE, la société landaise a réalisé pour l'industriel Norske Skog Golbey le tout premier effacement de consommation sur le marché de l'énergie (NEBEF) depuis son centre de « dispatching » de Capbreton. Ces effacements, au lieu d'être valorisés sur le seul marché d'ajustement avec RTE comme c'était le cas jusqu'ici, l'ont été alors directement sur le marché de gros de l'électricité, ouvrant de nouvelles perspectives à la filière.
Toujours dans l'innovation, SGE travaille par ailleurs, avec Telecom Bretagne, à des « Smart machines » adaptées aux particuliers, permettant de couper l'électricité seulement quelques minutes sur des réfrigérateurs et d'autres appareils électriques afin de récupérer cette électricité non consommée sur le réseau, tout en rémunérant les consommateurs qui « s'effacent ». Mais pour cela, il leur faut encore trouver une solution à un coût satisfaisant. « On approche », assure Maxime Dauby.

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : SGE/Poullenot

Partager sur Facebook
Vu par vous
3337
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !