Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/05/20 | Bordeaux : le milieu hospitalier manifeste

    Lire

    Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à la mi-journée ce mardi devant l'hôpital Pellegrin à Bordeaux pour répondre à l'appel d'une intersyndicale (CGT, Sud Santé, FO, CNI) face à la grogne du milieu hospitalier, "envoyé au front sans armes". Leur demande ? Une prime de 1500 euros pour les hospitaliers qui ont travaillé sur le site pendant la crise et une augmentation de 300 euros mensuels pour l'ensemble du personnel. Un second rassemblement doit se tenir le 28 mai à l'hôpital Haut-Lévêque.

  • 26/05/20 | Le Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat n'aura pas lieu

    Lire

    La 69e édition du Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat, prévue du 18 juillet au 3 août, n’aura pas lieu. Dans ce contexte de pandémie et en raison des mesures sanitaires drastiques, les organisateurs ont préféré annuler cette édition, en liaison avec la Mairie, les services culturels du département et de la région. C'est la première fois que le Festival depuis sa création annule une saison. L'équipe du festival donne rendez-vous en 2021 aux dates habituelles avec la programmation de 2020.

  • 26/05/20 | Des vélos à assistance électrique pour les Mérignacais

    Lire

    Afin d'accompagner la période de déconfinement et la transition écologique, la Ville de Mérignac (33) lance, en partenariat avec la Maison du Vélo, un service de prêt expérimental de 49 vélos à assistance électrique pour faciliter les déplacements domicile-travail des habitants. Ce prêt sera de 3 mois maximum, non reconductible. La Ville de Mérignac espère faire évoluer son offre de service à 60 vélos d’ici fin 2020. Le service sera gratuit pendant la période expérimentale, mais une adhésion à la Maison du Vélo de 15 euros sera demandée.

  • 26/05/20 | Covid-19 : des fonds de solidarité débloqués dans le Villeneuvois

    Lire

    Pour soutenir les petites entreprises et associations, la Communauté d’Agglomération du Grand Villeneuvois en partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine et la Banque des Territoires a abondé un fonds de solidarité et de proximité porté par Initiative Lot-et-Garonne. Des prêts à taux 0% d’un montant de 5 000 € à 15 000 € maximum sont accordés aux entreprises impactées par la situation sanitaire, dès maintenant. Les dossiers de demandes doivent être déposés de manière dématérialisée sur le site dédié à cette aide d’urgence : www.fondstpenouvelleaquitaine.fr

  • 26/05/20 | Beynac: Le soutien du député Michel Delpon (LREM) à l’achèvement du chantier

    Lire

    Ce mardi matin, le conseil départemental de la Dordogne publie un communiqué dans lequel le député du Bergeracois, Michel Delpon, déclare son soutien au projet de déviation de Beynac, alors qu'il n'avait jamais pris position à son sujet. "Eu égard aux travaux déjà réalisés, je me prononce à présent publiquement contre la démolition des ouvrages déjà réalisés en raison du gaspillage d’argent public que cela représente. Je souligne par ailleurs l’impact écologique négatif que cela va entraîner."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Sokoa, un modèle d'entreprise dans l'esprit du Pays basque

03/10/2019 | Fabricant et leader du siège français, l'entreprise hendayaise a participé au développement économique du Pays basque

Sokoa Hendaye

Fondée en avril 1971, à Hendaye par Patxi Noblia, cette entreprise fabricant et leader du siège de bureau est exemplaire dans un Pays basque que sépare la Bidassoa et qui, à l'époque se cherchait au point de vue économique. Au-delà des emplois directs créés en son sein, le groupe a participé depuis toujours au capital et au lancement de plusieurs entreprises. Un apport en fonds propres qui lui a permis d'être à l'origine de la création d'Herrikoa en 1980, afin que sa démarche fasse boule de neige. Aujourd'hui, une quinzaine d'entreprises font partie du groupe qui a ouvert ses portes samedi.

Quand on pénètre dans l'entreprise Sokoa, dans la zone des Joncaux qui flirte avec la Bidassoa, on est frappé par le climat qui règne chez ce fabricant de sièges de bureau, devenu leader dans sa spécialité dans l'hexagone et qui s'est taillé une bien belle réputation bien au-delà. Créée par Patxi Noblia, militant de l'emploi au Pays basque en 1971, Sokoa deviendra plaque tournante de la création d'entreprises en participant à leur capital de part et d'autre de la Bidassoa. "Il est apparu en 1979, le besoin de lancer un outil spécialisé dans l'apport de fonds propres pour des entreprises en Pays basque nord, communiquait à ses actionnaires Patxi Noblia en retraçant l'aventure. Et c'est ainsi qu'est né en 1980  Herrikoa dont Sokoa sera et demeurera le principal actionnaire. 38 ans après, avec 260 salariés dans l'entreprise et plus de 350 avec les filiales en Pays basque, sans compter les 3500 emplois  auxquels Herrikoa aura contribué par ses interventions en Pays basque du nord on peut dire que l'objectif emplois aura été à peu près tenu", rappelait le fondateur auquel a succédé à la présidence du groupe Joseph Bergara.

Aux Joncaux dans 27 000 m2 de site de production et bureaux

"On est sur ce site depuis 1989, rappelle le directeur de l'usine Nicolas Charrier,  sur 18 000 m2, on sort 2 000 sièges par jour et 400 000 sièges par an. A l'entrée de l'usine, dans un bâtiment de 800m2 refait en 2013 où se trouvent des stocks de mousse découpée ou injectée, selon la qualité de confort du siège. Lui succède un quai de réception des marchandises qui reçoit 10 à 12 camions par jour. "On a 4 000m2 ici, 12 mètres de haut, plus de 2000 composants actifs, 4000 emplacements de palettes dont 1000 au sol, que des chariots amènent vers les différents ateliers de production. Soit en gros cinq millions d'euros de stock" ajoute Nicolas. Une organisation qui nous permet de répondre, dans un délai assez court en sept ou dix jours, à toute demande de gamme."

Premiere étape, l'atelier tapisserie. "C'est le tout début de la confection qui compte deux cents modèles de tissus de revêtements différents pour l'assise et le dossier du siège, renseigne le directeur général Jean-Michel Berra. On utilise 200 000 mètres linéaires de tissus par an et on fait un petit peu de cuir, (10 000m2) sur les sièges de direction, entre 10 et 15% de nos volumes. Il y a deux machines de découpe de tissus. La première est arrivée en 2010 pour répondre au volume de fabrication et pallier aux découpes manuelles. Une deuxième en 2014. À l'apparition de cet équipement, on a vu tout de suite un gain d'efficacité et de matière de plus de 15%. La machine va optimiser le morceau à découper dans l'alèse de tissus et ainsi limiter le nombre de chutes".

Dans tous les ateliers l'amélioration des conditions de travail

"À ce gain matière, ajoute Timothée Achéritogaray, directeur général délégué, il y a aussi l'amélioration des conditions de travail des salariés. Le cuir étant une matière vivante puisque c'est une peau de bête, il peut apparaître de légers défauts, des piqûres et là une opératrice va intervenir et positionner les zones à découper en dehors de ces défauts et c'est la grande différence avec le tissu. Ce cuir provient d'Italie ou d'Allemagne. Sur l'ensemble des métiers de la couture, il y a, soit des couturières de métier, soit des personnes qu'on fait monter en compétence parce qu'on identifie des potentiels. Pour les dossiers en cuir, on est proche du métier de tapissier. Il y a des sièges et des dossiers qui dans l'agraphage nécessitent du temps, par exemple jusqu'à 23 minutes pour un dossier en cuir. Mais le bien-être des salariés est l'essentiel du fonctionnement de Sokoa "

Il faut dire que dans l'esprit du projet,  made in basque, un management basé sur un RSE (Responsabilité sociale des entreprises) a été mis en place bien avant la lettre! Ainsi, un plan d'épargne salarial avait-il été mis en place dès 1983 et Sokoa, cela a été souligné samedi, a investi en permanence - et souvent lourdement —, afin de faciliter le travail d'élaboration et de manutention des salariés, tous actionnaires. Un souci sur lequel insiste Thimothée Acheritogaray, et que l'on retrouve "jusqu'au bout de la chaîne". "Avant, notre principale cause d'accident du travail était liée à l'opération d'emballage. L'entreprise a souhaité étudier cette accidentologie et a créé un groupe pluridisciplinaire avec des responsables de la zone du montage et surtout en association avec les opérateurs qui ont fait part de leurs contraintes, des difficultés rencontrées et derrière comment on pouvait les lever. Et c'est ainsi que l'entreprise a procédé dans l'investissement de sa dernière grosse machine, "Ergolan". Chaque jour on fait, ce que l'on appelle des puntua, des points de cinq minutes au cours desquels les opérateurs  avec leurs responsables font remonter une possibilité d'amélioration du quotidien, de la sécurité à l'environnement. On retrouve ce souci dans le taux d'intéressement à l'entreprise qui est égalitaire, du directeur à la secrétaire."
Ce fonctionnement basé sur l'écoute et la motivation a permis au groupe de connaître un développement constant d'une moyenne de 5 à 7% d'augmentation du chiffre d’affaires qui atteignait pour Sokoa 46 millions € en 2018 et vise les 48 millions € en 2019. Un chiffre d'affaires qui a permis, outre les fauteuils de bureaux de développer d'autres produits mobiliers et de s'agrandir. En un mot, Sokoa s'est construit une belle...assise au Pays basque.

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
6670
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !