Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Sokoa, un modèle d'entreprise dans l'esprit du Pays basque

03/10/2019 | Fabricant et leader du siège français, l'entreprise hendayaise a participé au développement économique du Pays basque

Sokoa Hendaye

Fondée en avril 1971, à Hendaye par Patxi Noblia, cette entreprise fabricant et leader du siège de bureau est exemplaire dans un Pays basque que sépare la Bidassoa et qui, à l'époque se cherchait au point de vue économique. Au-delà des emplois directs créés en son sein, le groupe a participé depuis toujours au capital et au lancement de plusieurs entreprises. Un apport en fonds propres qui lui a permis d'être à l'origine de la création d'Herrikoa en 1980, afin que sa démarche fasse boule de neige. Aujourd'hui, une quinzaine d'entreprises font partie du groupe qui a ouvert ses portes samedi.

Quand on pénètre dans l'entreprise Sokoa, dans la zone des Joncaux qui flirte avec la Bidassoa, on est frappé par le climat qui règne chez ce fabricant de sièges de bureau, devenu leader dans sa spécialité dans l'hexagone et qui s'est taillé une bien belle réputation bien au-delà. Créée par Patxi Noblia, militant de l'emploi au Pays basque en 1971, Sokoa deviendra plaque tournante de la création d'entreprises en participant à leur capital de part et d'autre de la Bidassoa. "Il est apparu en 1979, le besoin de lancer un outil spécialisé dans l'apport de fonds propres pour des entreprises en Pays basque nord, communiquait à ses actionnaires Patxi Noblia en retraçant l'aventure. Et c'est ainsi qu'est né en 1980  Herrikoa dont Sokoa sera et demeurera le principal actionnaire. 38 ans après, avec 260 salariés dans l'entreprise et plus de 350 avec les filiales en Pays basque, sans compter les 3500 emplois  auxquels Herrikoa aura contribué par ses interventions en Pays basque du nord on peut dire que l'objectif emplois aura été à peu près tenu", rappelait le fondateur auquel a succédé à la présidence du groupe Joseph Bergara.

Aux Joncaux dans 27 000 m2 de site de production et bureaux

"On est sur ce site depuis 1989, rappelle le directeur de l'usine Nicolas Charrier,  sur 18 000 m2, on sort 2 000 sièges par jour et 400 000 sièges par an. A l'entrée de l'usine, dans un bâtiment de 800m2 refait en 2013 où se trouvent des stocks de mousse découpée ou injectée, selon la qualité de confort du siège. Lui succède un quai de réception des marchandises qui reçoit 10 à 12 camions par jour. "On a 4 000m2 ici, 12 mètres de haut, plus de 2000 composants actifs, 4000 emplacements de palettes dont 1000 au sol, que des chariots amènent vers les différents ateliers de production. Soit en gros cinq millions d'euros de stock" ajoute Nicolas. Une organisation qui nous permet de répondre, dans un délai assez court en sept ou dix jours, à toute demande de gamme."

Premiere étape, l'atelier tapisserie. "C'est le tout début de la confection qui compte deux cents modèles de tissus de revêtements différents pour l'assise et le dossier du siège, renseigne le directeur général Jean-Michel Berra. On utilise 200 000 mètres linéaires de tissus par an et on fait un petit peu de cuir, (10 000m2) sur les sièges de direction, entre 10 et 15% de nos volumes. Il y a deux machines de découpe de tissus. La première est arrivée en 2010 pour répondre au volume de fabrication et pallier aux découpes manuelles. Une deuxième en 2014. À l'apparition de cet équipement, on a vu tout de suite un gain d'efficacité et de matière de plus de 15%. La machine va optimiser le morceau à découper dans l'alèse de tissus et ainsi limiter le nombre de chutes".

Dans tous les ateliers l'amélioration des conditions de travail

"À ce gain matière, ajoute Timothée Achéritogaray, directeur général délégué, il y a aussi l'amélioration des conditions de travail des salariés. Le cuir étant une matière vivante puisque c'est une peau de bête, il peut apparaître de légers défauts, des piqûres et là une opératrice va intervenir et positionner les zones à découper en dehors de ces défauts et c'est la grande différence avec le tissu. Ce cuir provient d'Italie ou d'Allemagne. Sur l'ensemble des métiers de la couture, il y a, soit des couturières de métier, soit des personnes qu'on fait monter en compétence parce qu'on identifie des potentiels. Pour les dossiers en cuir, on est proche du métier de tapissier. Il y a des sièges et des dossiers qui dans l'agraphage nécessitent du temps, par exemple jusqu'à 23 minutes pour un dossier en cuir. Mais le bien-être des salariés est l'essentiel du fonctionnement de Sokoa "

Il faut dire que dans l'esprit du projet,  made in basque, un management basé sur un RSE (Responsabilité sociale des entreprises) a été mis en place bien avant la lettre! Ainsi, un plan d'épargne salarial avait-il été mis en place dès 1983 et Sokoa, cela a été souligné samedi, a investi en permanence - et souvent lourdement —, afin de faciliter le travail d'élaboration et de manutention des salariés, tous actionnaires. Un souci sur lequel insiste Thimothée Acheritogaray, et que l'on retrouve "jusqu'au bout de la chaîne". "Avant, notre principale cause d'accident du travail était liée à l'opération d'emballage. L'entreprise a souhaité étudier cette accidentologie et a créé un groupe pluridisciplinaire avec des responsables de la zone du montage et surtout en association avec les opérateurs qui ont fait part de leurs contraintes, des difficultés rencontrées et derrière comment on pouvait les lever. Et c'est ainsi que l'entreprise a procédé dans l'investissement de sa dernière grosse machine, "Ergolan". Chaque jour on fait, ce que l'on appelle des puntua, des points de cinq minutes au cours desquels les opérateurs  avec leurs responsables font remonter une possibilité d'amélioration du quotidien, de la sécurité à l'environnement. On retrouve ce souci dans le taux d'intéressement à l'entreprise qui est égalitaire, du directeur à la secrétaire."
Ce fonctionnement basé sur l'écoute et la motivation a permis au groupe de connaître un développement constant d'une moyenne de 5 à 7% d'augmentation du chiffre d’affaires qui atteignait pour Sokoa 46 millions € en 2018 et vise les 48 millions € en 2019. Un chiffre d'affaires qui a permis, outre les fauteuils de bureaux de développer d'autres produits mobiliers et de s'agrandir. En un mot, Sokoa s'est construit une belle...assise au Pays basque.

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
7204
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !