Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : Le 17 octobre à 8h45, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers organise un forum emploi inversé : les demandeurs d'emploi ont un stand et les entreprises qui sont les visiteurs venant rencontrer les "offreurs de compétences".

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

14/10/19 : La préfète de Région et le préfet maritime de l'Atlantique ont signé aujourd'hui le premier volet du document stratégique de façade maritime Sud-Atlantique, dont ils ont coordonné les travaux. Une 1re dans la gestion des 720 km de littoral.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/10/19 | Corrèze: Les limitations des usages de l'eau perdurent

    Lire

    Depuis le 21/09, la Corrèze a connu des pluies régulières mais avec un déficit de pluviométrie de 30% depuis le début de l’année, "l'indice d'humidité des sols reste à un niveau très bas" indique la préfecture qui précise que les mesures de limitation des usages sont maintenues: vigilance sur le territoire de la Dordogne aval, niveau d’alerte renforcée sur le territoire des bassins de la Vézère aval, la Corrèze aval et l’Auvézère, niveau de crise sur le territoire des bassins de la Dordogne amont, la Xaintrie, la Vienne, la Vézère amont et la Corrèze amont, et enfin interdiction d'irriguer sauf cultures dérogatoires

  • 16/10/19 | Les 9 Pactes territoriaux en Gironde: du concret!

    Lire

    Aménagement de la halte nautique de Blaye (200 000 € d'aides), extension du local communal de l’épicerie sociale et solidaire à les Peintures (4 500 €), travaux et équipement numérique des écoles à Guîtres (66 000 €), réaménagement du centre social de Toulenne (50 000 €), aménagements de sécurité et travaux sur la commune de Villegouge (83 982 €), projet d’écosystème collaboratif visant à accompagner les acteurs locaux vers un tourisme durable en Médoc (18 723 €)... Autant de projets soutenus le 14/10 par les élus départementaux lors de la commission permanente et issus des Pactes territoriaux créés avec les acteurs locaux.

  • 16/10/19 | Le documentaire "L'Engrangeur" en avant-première à Tulle

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de la Corrèze et Tulle Agglo organisent le 17 octobre à 20h30 au Cinéma Véo de Tulle une projection en avant-première de "l'Engrangeur". Suite à la projection de ce documentaire, initié par l’association La Gaillarde, sur Régis Coudert, un éleveur emblématique de Corrèze, un échange avec le public est proposé sur divers thèmes dont les évolutions dans les pratiques d’élevage, le renouvellement des générations ou encore la consommation & l'alimentation. Entrée libre.

  • 16/10/19 | 9 000 visiteurs pour l'inauguration de Traversées/Kimsooja à Poitiers

    Lire

    Plus de 9 000 visiteurs ont fréquenté l'exposition Traversées/Kimsooja lors du week-end inaugural ce samedi 12 et dimanche 13 octobre. Des oeuvres d'art sont éparpillées dans les lieux importants de la ville de Poitiers comme le palais des ducs d'Aquitaine, lieu phare de cet événement. Visites, performances, ateliers, conférences sont au programme de Traversées/Kimsooja jusqu'au 10 janvier. Prochain temps fort, ce samedi 19 octobre avec la compagnie L'Homme debout, départ place Lepetit à 19h30.

  • 15/10/19 | Le tour de France 2020 passera par la Vienne !

    Lire

    20 ans que la Grande boucle n'était pas passée par la Vienne. La 107e édition du Tour de France passera deux jours dans le département. Une première étape le mercredi 8 juillet ralliera Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime) à Poitiers, avec une arrivée avenue Kennedy, 1,5 km de ligne droite. Il s'agit de la plus longue ligne d'arrivée du parcours. Le lendemain, le 9 juillet, les coureurs partiront de Chauvigny pour rallier Sarran en Corrèze.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Sokoa, un modèle d'entreprise dans l'esprit du Pays basque

03/10/2019 | Fabricant et leader du siège français, l'entreprise hendayaise a participé au développement économique du Pays basque

Sokoa Hendaye

Fondée en avril 1971, à Hendaye par Patxi Noblia, cette entreprise fabricant et leader du siège de bureau est exemplaire dans un Pays basque que sépare la Bidassoa et qui, à l'époque se cherchait au point de vue économique. Au-delà des emplois directs créés en son sein, le groupe a participé depuis toujours au capital et au lancement de plusieurs entreprises. Un apport en fonds propres qui lui a permis d'être à l'origine de la création d'Herrikoa en 1980, afin que sa démarche fasse boule de neige. Aujourd'hui, une quinzaine d'entreprises font partie du groupe qui a ouvert ses portes samedi.

Quand on pénètre dans l'entreprise Sokoa, dans la zone des Joncaux qui flirte avec la Bidassoa, on est frappé par le climat qui règne chez ce fabricant de sièges de bureau, devenu leader dans sa spécialité dans l'hexagone et qui s'est taillé une bien belle réputation bien au-delà. Créée par Patxi Noblia, militant de l'emploi au Pays basque en 1971, Sokoa deviendra plaque tournante de la création d'entreprises en participant à leur capital de part et d'autre de la Bidassoa. "Il est apparu en 1979, le besoin de lancer un outil spécialisé dans l'apport de fonds propres pour des entreprises en Pays basque nord, communiquait à ses actionnaires Patxi Noblia en retraçant l'aventure. Et c'est ainsi qu'est né en 1980  Herrikoa dont Sokoa sera et demeurera le principal actionnaire. 38 ans après, avec 260 salariés dans l'entreprise et plus de 350 avec les filiales en Pays basque, sans compter les 3500 emplois  auxquels Herrikoa aura contribué par ses interventions en Pays basque du nord on peut dire que l'objectif emplois aura été à peu près tenu", rappelait le fondateur auquel a succédé à la présidence du groupe Joseph Bergara.

Aux Joncaux dans 27 000 m2 de site de production et bureaux

"On est sur ce site depuis 1989, rappelle le directeur de l'usine Nicolas Charrier,  sur 18 000 m2, on sort 2 000 sièges par jour et 400 000 sièges par an. A l'entrée de l'usine, dans un bâtiment de 800m2 refait en 2013 où se trouvent des stocks de mousse découpée ou injectée, selon la qualité de confort du siège. Lui succède un quai de réception des marchandises qui reçoit 10 à 12 camions par jour. "On a 4 000m2 ici, 12 mètres de haut, plus de 2000 composants actifs, 4000 emplacements de palettes dont 1000 au sol, que des chariots amènent vers les différents ateliers de production. Soit en gros cinq millions d'euros de stock" ajoute Nicolas. Une organisation qui nous permet de répondre, dans un délai assez court en sept ou dix jours, à toute demande de gamme."

Premiere étape, l'atelier tapisserie. "C'est le tout début de la confection qui compte deux cents modèles de tissus de revêtements différents pour l'assise et le dossier du siège, renseigne le directeur général Jean-Michel Berra. On utilise 200 000 mètres linéaires de tissus par an et on fait un petit peu de cuir, (10 000m2) sur les sièges de direction, entre 10 et 15% de nos volumes. Il y a deux machines de découpe de tissus. La première est arrivée en 2010 pour répondre au volume de fabrication et pallier aux découpes manuelles. Une deuxième en 2014. À l'apparition de cet équipement, on a vu tout de suite un gain d'efficacité et de matière de plus de 15%. La machine va optimiser le morceau à découper dans l'alèse de tissus et ainsi limiter le nombre de chutes".

Dans tous les ateliers l'amélioration des conditions de travail

"À ce gain matière, ajoute Timothée Achéritogaray, directeur général délégué, il y a aussi l'amélioration des conditions de travail des salariés. Le cuir étant une matière vivante puisque c'est une peau de bête, il peut apparaître de légers défauts, des piqûres et là une opératrice va intervenir et positionner les zones à découper en dehors de ces défauts et c'est la grande différence avec le tissu. Ce cuir provient d'Italie ou d'Allemagne. Sur l'ensemble des métiers de la couture, il y a, soit des couturières de métier, soit des personnes qu'on fait monter en compétence parce qu'on identifie des potentiels. Pour les dossiers en cuir, on est proche du métier de tapissier. Il y a des sièges et des dossiers qui dans l'agraphage nécessitent du temps, par exemple jusqu'à 23 minutes pour un dossier en cuir. Mais le bien-être des salariés est l'essentiel du fonctionnement de Sokoa "

Il faut dire que dans l'esprit du projet,  made in basque, un management basé sur un RSE (Responsabilité sociale des entreprises) a été mis en place bien avant la lettre! Ainsi, un plan d'épargne salarial avait-il été mis en place dès 1983 et Sokoa, cela a été souligné samedi, a investi en permanence - et souvent lourdement —, afin de faciliter le travail d'élaboration et de manutention des salariés, tous actionnaires. Un souci sur lequel insiste Thimothée Acheritogaray, et que l'on retrouve "jusqu'au bout de la chaîne". "Avant, notre principale cause d'accident du travail était liée à l'opération d'emballage. L'entreprise a souhaité étudier cette accidentologie et a créé un groupe pluridisciplinaire avec des responsables de la zone du montage et surtout en association avec les opérateurs qui ont fait part de leurs contraintes, des difficultés rencontrées et derrière comment on pouvait les lever. Et c'est ainsi que l'entreprise a procédé dans l'investissement de sa dernière grosse machine, "Ergolan". Chaque jour on fait, ce que l'on appelle des puntua, des points de cinq minutes au cours desquels les opérateurs  avec leurs responsables font remonter une possibilité d'amélioration du quotidien, de la sécurité à l'environnement. On retrouve ce souci dans le taux d'intéressement à l'entreprise qui est égalitaire, du directeur à la secrétaire."
Ce fonctionnement basé sur l'écoute et la motivation a permis au groupe de connaître un développement constant d'une moyenne de 5 à 7% d'augmentation du chiffre d’affaires qui atteignait pour Sokoa 46 millions € en 2018 et vise les 48 millions € en 2019. Un chiffre d'affaires qui a permis, outre les fauteuils de bureaux de développer d'autres produits mobiliers et de s'agrandir. En un mot, Sokoa s'est construit une belle...assise au Pays basque.

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
3642
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !