Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/11/21 : Bordeaux - Dans le cadre de la quinzaine franco-russe soutenue par Bordeaux Métropole, l'Association des russisants d'Aquitaine organise le 9 décembre, la conférence : "De Lénine à Poutine: le sport, un enjeu politique en URSS et en Russie"+ d'info

29/11/21 : A la suite des annonces gouvernementales concernant la 3ème dose, le centre de vaccination du Parc des expositions de Pau s’adapte dès ce lundi en ouvrant 6 jours/semaine (contre 3 précédemment) permettant de passer de 1500 à 3600 vaccins par semaine.

26/11/21 : Les marchés de Noël reviennent! A Bordeaux (Place Tourny) et à Pau (place Clemenceau et allées d’Aragon) notamment, l'ouverture des chalets et des animations qui les accompagnent insuffle un vent de magie (de Noël) dès ce vendredi 26 novembre en soirée!

26/11/21 : Les 5,6 et 7 août, le Sun ska festival revient (en vrai!) sur le domaine de Nodris en Gironde! La billetterie est ouverte et les premiers noms dévoilés: Ska-P, Tryo, Biga*Ranx, Danakil, Tiken Jah Fakoly ou encore Takana Zion.+ d'info

24/11/21 : Un préfet délégué Ours, Jean-Yves Chiaro a été nommé auprès du préfet coordonnateur du massif des Pyrénées. Sur les sujets ours, il a pour mission de renforcer le dialogue entre tous les acteurs et d'appuyer les préfets de département dans leur action.

22/11/21 : Jean-Pierre Farandou PDG de SNCF, a rencontré vendredi 19 novembre à Bordeaux, Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, et Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole. Sans surprise les 3 présidents ont réaffirmé leur soutien au projet GPSO.

17/11/21 : A Bayonne un groupe de travail a été lancé en vue de l'organisation des Fêtes de Bayonne 2022. A cette occasion les dates des éditions 2022 2023 et 2024 ont été actées: du 27 au 31 juillet 2022, du 26 au 30 juillet 2023, du 24 au 28 juillet 2024

17/11/21 : Les 2 et 3 décembre 2021, le World Impact Summit, le sommet international des solutions pour la planète, revient pour une 4e édition mixant présentiel et digital au Palais de la Bourse à Bordeaux. L'eau en sera la thématique principale+ d'info

09/11/21 : Les élus régionaux se sont réunis en Commission permanente lundi 8 novembre à l'Hôtel de Région à Bordeaux. Au total, 436 délibérations ont été votées et 3 517 subventions attribuées pour un montant total de 878 392 914,59 euros.

03/11/21 : Le Drive fermier Gironde annonce un nouveau et 6ème point de retrait à compter du vendredi 19 novembre de 13h30 à 18h30. Les produits fermiers seront désormais aussi livrés à la Chambre d'Agriculture de la Gironde, 17 cours Xavier Arnozan.

28/10/21 : Rive Droite - La Nuit Verte 2022 se prépare déjà: Geörgette Power, artiste invité de cette 6e Nuit Verte est en résidence à Cenon. Objectif : s’immerger dans le territoire afin de proposer une œuvre in situ, conçue pour l'évènement.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/21 | Tartas se dote d'une unité de bioéthanol

    Lire

    A Tartas dans les Landes, la société Rayonier AM Avébène est l'un des plus importants producteurs mondial de cellulose de spécialités, raffinée à partir de la pâte à bois, et utilisée par les industries pharmaceutiques, alimentaires ou encore de la construction. Souhaitant s'engager dans la transition énergétique, la société va convertir le site en unité de production de biocarburant en construisant sur place une unité de production de bioéthanol de deuxième génération.

  • 30/11/21 | Recyclage des friches : 101 nouveaux projets retenus

    Lire

    Le 19 novembre, les lauréats du deuxième appel à projets pour le recyclage des friches ont été dévoilés. En Nouvelle-Aquitaine, 101 projets ont été retenus. Les projets sélectionnés vont permettre de développer des logements sociaux ainsi que les démarches en matière de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs. En Nouvelle-Aquitaine, l'enveloppe consacrée au recyclage de friches et de fonciers artificialisés s'élève à 29,6 M€. Lors d'un premier appel à projet "fond friches" 66 lauréats avaient été retenus pour une dotation globale de 23 M€.

  • 30/11/21 | Francis Cabrel soutient la calendreta de Pessac !

    Lire

    L'école associative de Pessac La Calandreta de la Dauna propose un enseignement immersif en langue occitane. Afin de promouvoir l'école et la langue occitane, elle a décidé d'organiser une tombola dont un des 14 lots est une guitare offerte par Francis Cabrel, fervent défenseur de la langue. Les billets sont en vente du 1er décembre au 9 janvier et le tirage aura lieu le 15 janvier. Toutes les infos et les billets sont disponibles sur le site de l'école

  • 30/11/21 | Métiers : Une soirée pour découvrir le secteur du digital

    Lire

    Le 8 décembre de 18h à 21h, le Crédit Agricole lance « Youzful // Cafés », des événements inédits pour informer et accompagner les jeunes dans leur orientation professionnelle. Lors de cette soirée en ligne, ils pourront notamment participer à un atelier collaboratif sur les métiers du digital animé par un expert, assister à des conférences et échanger avec des professionnels afin d'affiner leur projet de carrière et savoir si oui ou non ce secteur est fait pour eux. Inscriptions obligatoires avant le 6 décembre : https://job.wiz.bi/mbgkx / carla@wizbii.com / 06 69 67 11 16.

  • 29/11/21 | Bioval cherche à remplacer les additifs dans l'alimentation

    Lire

    Le remplacement des additifs dans la filière agro-alimentaire est un enjeu majeur. En Vienne, le projet Bioval a pour ambition d'apporter de nouvelles solutions à cette problématique en proposant des substituts aux additifs dans les secteurs de l'agro-alimentaire et de la cosmétique. L'objectif est d'étudier les possibilités de valorisation de la biomasse végétale pour l'obtention de nouveaux ingrédients naturels. Ce projet se fera en collaboration avec le centre de recherche technologique Agir, basé en Gironde.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Sommet aéronautique et spatial : "nous sommes les premiers de la classe sur l'engagement environnemental"

19/10/2021 | Le premier sommet de l'aéronautique et du spatial Bordeaux Métropole a réuni de très nombreux acteurs du secteur, particulièrement satisfaits de cet évènement anti "aérobashing"

Premier sommet aéronautique et spatial Bordeaux Métropole 18 octobre 2021

Ce lundi 18 octobre la CCI Bordeaux Gironde, en partenariat avec Bordeaux Métropole et le journal La Tribune, accueillait dans ses locaux de la place de la Bourse à Bordeaux, le premier Sommet aéronautique et spatial Bordeaux Métropole. Avec pour thème de débat, « L’aviation acteur majeur de la transition écologique et du dynamisme territorial », la journée a réuni au fil de nombreuses tables rondes, les principaux dirigeants des entreprises du secteur aéronautique et spatial ainsi que de nombreux décideurs politiques, chercheurs, investisseurs et entrepreneurs du secteur. Un événement, avec pour ambition de mener une réflexion prospective et de promouvoir les actions permettant de relever le défi environnemental de la filière aéronautique, et son objectif de neutralité carbone à 2050.

Si c'est en coproduction avec Bordeaux Métropole qu'était organisé ce Sommet aéronautique et spatial, le premier du genre, ce n'est pas vraiment un hasard : la filière est en effet une filière phare de la métropole bordelaise, et au-delà du grand Sud-Ouest. Précisément sur le territoire de Bordeaux Métropole, comme le rappelait en introduction son président Alain Anziani, « la filière est portée par 300 entreprises et 20 000 emplois directs ». Pour un chiffre d’affaires de 2 milliards d'euros. Parmi ces entreprises, sept grands groupes Dassault Aviation, Thales, Safran, Daher, Sabena Technics, Stelia Aérospace et Airbus Defence and Space ainsi qu’une centaine de sous-traitants et des structures militaires spécialisées notamment dans la maintenance aéronautique.

« Le transport aérien, c'est 2% à 3% des émissions de CO2 »
Un président de Bordeaux Métropole qui dans son intervention révélait aussi un des mots d'ordre, pour ne pas dire l'ambition de cette journée d'échange, « montrer qu'en matière d'engagement environnemental, le secteur aérospatial n'est pas le dernier de la classe, bien au contraire, l'aviation est plutôt le premier de la classe, les efforts sont posés depuis longtemps » lâche-t-il précisant être « très agacé par l'aérobashing ».

Un aérobashing en effet dénoncé tout au long de cette journée exclusivement composée d'acteurs de la filière, et partenaires financiers et politiques, faut-il préciser. En soutien de cet agacement généralisé, un chiffre a, à plusieurs reprises été mis en avant par les intervenants de tout bord. « Le transport aérien, c'est 2% à 3% des émissions de CO2 », un premier malentendu entre aérospatial et grand public pointé par Paul Chiambaretto, Directeur de la Chaire Pégase, seule chaire française consacrée à l'économie et au management du transport aérien et de l'aérospatial. Il souligne en effet que « 90% des français surestiment cette part du transport aérien à plus de 10% des émissions de GES ». Problème de communication, de cibles, de compréhension... si les raisons de la discorde peuvent trouver plusieurs sources d'explication, il n'empêche que la volonté affichée par les acteurs ce lundi, n'est pas pour autant de se contenter de la réalité de ce chiffre. 

Nécessité, utilité et responsabilité
« Le défi environnemental est énorme, et il se fera grâce à l'innovation », reconnaît volontiers, Bruno Darboux, nouveau président d'Aérospace Valley. Un défi « énorme » et nécessaire soulignent par exemple Hervé Gilibert CTO d'Ariane Group Airbus, ou Anne Bondiou-Clergerie, Directrice R&D, Espace et Environnement au GIFAS. Un responsabilité nécessaire, à la fois parce que l'aéronautique, et notamment le spatial, est « le premier point de vue pour observer la planète et les conséquences des changements climatiques. C'est le spatial, qui les a fait connaître au monde et qui permet d'en livrer l'analyse en continu grâce aux observations satellites ». Nécéssaire aussi, pointe Paul Chiambarretto d'un point de vue purement économique : « le poste carburant est le premier poste de dépenses pour les compagnies aériennes low cost et le second pour les compagnies classiques ».

Ce que ne contredit pas Nathalie Stubler, PDG de Transavia France, tout en rappelant les efforts déjà fournis par les compagnies aériennes en la matière dans un mouvement qui va de l'avant. « La neutralité du secteur en 2050 peut paraître loin pour le grand public, mais il faut l'éclairer sur la temporalité, et mettre un certain nombre de jalons avant cette date. Les nouveaux avions qui existent déjà sur le marché permettent de réduire d'environ 15% les émissions, peu à peu des carburants alternatifs vont aussi permettre d'émettre moins de GES, et un certain nombre d'opérations que ce soit au niveau du pilotage, des routes choisies, des opérations au sol, assurent là aussi des réductions de 3 à 5% de nos émissions. Tout cela n'est pas négligeable du tout, et nous permet d'assurer notre activité qui est, je le rappelle, utile. Pour un pays comme la Grèce par exemple, l'aviation permet d'assurer près du quart de son PIB par le tourisme, et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres ».

A ces efforts opérationnels de « responsabilité » des transporteurs, la recherche et l'industrie ont déjà fait preuve de nombreuses innovations rappellent les intervenants qui se succèdent en tribune : matériaux, formes des avions, carburant, mode de propulsion...

 

"Il faut démontrer qu'on avance"

Sur ce sujet notamment, l'avion électrique ou encore à hydrogène sont deux des thématiques emblématiques de l'aéronautique de demain… et déjà d'aujourd'hui. Ce même jour en effet, un avion hybride électrique de la société Voltaero survolait le Parc des expositions de Bordeaux dans le cadre du Salon Electric Road. 3h30 d'autonomie pour une capacité de 4 à 9 places... Côté petits porteurs, « des avions électriques volent déjà dans nos clubs », a-t-on pu aussi entendre au cours de la journée.

Sur la conception de l'avion hydrogène, Hervé Gilibert témoignait quant à lui des liens étroits créés entre Ariane Groupe et les constructeurs. « Avec les équipes d'Airbus et de Safran nous avons mis en place une démarche progressive autour de la motorisation à hydrogène, avec des démonstrateurs qui arriveront dès l'année prochaine. De démonstrateurs en démonstrateurs, il y aura une étape très dès 2025, pour avoir les premiers avions régionaux volants autour de 2030, ayant été certifiés. Nous allons par notre expérience aider l'aéronautique à apprendre dans un domaine que nous connaissons depuis 40 ans, pour valider cette étape extraordinaire d'un premier vol totalement propre du point de vue carburation. Chacune des étapes sera fondamentale pour contribuer à changer notre image et contrer le bashing dont nous sommes victimes ».

Des marches à franchir
Une démonstration de l'innovation en marche, pour laquelle plaide aussi Bruno Darboux : « Il faut démontrer qu'on avance dans ce domaine, il faut plein d'autres exemples comme ça. Il y a plein de solutions à développer. Il faut vraiment faire feu de tout bois sur les innovations, certaines vont échouer, mais d'autres vont nous permettre d'y arriver ». Mais si aucun des intervenants ne mettait en doute ni la capacité ni la volonté de l'aéronautique à innover et trouver les solutions de demain, plusieurs marches, autres que technologiques, sont aussi à franchir et ont été mises en avant : marche financière, la disponibilité futures des énergies bas carbones et la capacité flécher ces énergies vers l'aviation quand la question de l'énergie décarbonnée dépasse en réalité largement le seul secteur aéronautique.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Capture d'écran Youtube

Partager sur Facebook
Vu par vous
6114
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !