Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

16/10/20 : Le marché de Noël de Bordeaux, organisé sur les Allées de Tourny, a été annulé. D'après l'association de commerçants la Ronde des Quartiers, « les conditions sanitaires, comme une jauge à 1000 personnes rendent l'organisation trop incertaine ».

15/10/20 : Le conseil d'administration de l'agence d'urbanisme Bordeaux Aquitaine (a'urba), a élu son nouveau bureau ce 15 octobre. Succédant à Véronique Ferreira, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux et 1er vice-président de Bordeaux Métropole a été élu président.

14/10/20 : La maire de Poitiers, Léonore Moncond'huy, a été élue le 13 octobre dernier Vice-Présidente de Cités Unies France.

14/10/20 : Des travaux sont prévus sur le pont d’Aquitaine et ses abords dans la nuit du 14 au 15 et du 15 au 16/10. Ils engendrent la fermeture, dans les deux sens de circulation sur la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 et 4.

13/10/20 : La Préfecture de Gironde a décidé de lever les mesures de restrictions d'eau sur l'ensemble du Département. « Les récents épisodes de pluie ont permis d'améliorer significativement le débit des cours d'eau », ajoute la Préfecture.

07/10/20 : Charente-Maritime : la commune de Saint-Pierre d'Oléron est lauréate pour être un centre de préparation des Jeux olympiques 2024 dans six disciplines: handball, badminton, judo, taekwondo, taekwondo para-olympique et BMX Race.

06/10/20 : La foire aux livres de Brive, qui devait se tenir les 6,7 et 8 novembre sous une forme réduite, n'aura finalement pas lieu cette année, a annoncé la mairie ce mardi. La prochaine édition est programmée les 5,6 et 7 novembre 2021.

06/10/20 : Charente-Maritime : à l'aéroport de La Rochelle, la ligne La Rochelle – Lyon est, depuis hier, de nouveau desservie 2 fois par jour les lundis et vendredis, au départ de La Rochelle à 6h00 et 17h10.

05/10/20 : L'Arena Futuroscope et le CREPS de Poitiers ont été retenus par le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 pour pour devenir Centre de Préparation aux Jeux pour des équipes de basket-ball, hand-ball et volley-ball.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/10/20 | Covid: le préfet des Pyrénées-Atlantiques resserre les boulons

    Lire

    Devant l'évolution de l'épidémie dans les PA, le préfet Eric Spitz a annoncé de nouvelles mesures Dès jeudi : • Les bars fermeront à 22h00 dans l’ensemble du département. Les restaurants pourront donc rester ouverts après 22 h, mais devront cesser leur activité de bar (en dehors d’un repas) après 22h00. l’heure de fermeture des restaurants est fixée à 23h30. Dans les restaurants et les bars, les personnes accueillies devront désormais renseigner sur un registre leurs noms et prénoms ainsi que des informations permettant de les contacter.

  • 20/10/20 | Hervé de Talthouët-Roy, nouveau président du département des Deux-Sèvres

    Lire

    Ce 19 octobre 2020, Hervé de Talthouët-Roy a été élu par les conseillers départementaux nouveau président des Deux-Sèvres. Seul candidat pour succéder à Gilbert Favreau, élu sénateur des Deux-Sèvres le 27 septembre dernier, l'élu du canton de La Gâtine a recueilli 22 voix sur 34 votants (11 blancs et 1 nul). Conseiller départemental depuis 1994, l'élu sera un président de transition. Il n'envisage pas de se représenter aux élections départementales prévues normalement en mars 2021.

  • 20/10/20 | Pau rend hommage à Samuel Paty mercredi

    Lire

    La Mairie de Pau organise mercredi 21 octobre à 19h, devant l'Hôtel de Ville, un hommage en mémoire de Samuel Paty, enseignant d’histoire-géographie, assassiné. L’hommage national rendu au même moment à la Sorbonne sera retransmis sur un écran géant. En conséquence, dès 18h30 et jusqu’à la fin de la cérémonie, l’accès au centre-ville par l’ouest sera dévié depuis la Place Gramont par la Place de Verdun. Les voitures venant de l’est pourront emprunter le boulevard des Pyrénées et descendre via la rue Bordenave d’Abère. Le stationnement sera interdit rue Henri IV, entre Adoue et Place Royale entre 17h30 et 21h00.

  • 20/10/20 | Charente-Maritime : appel à candidature pour 11 carrelets

    Lire

    La préfecture lance l’attribution prochaine de 11 emplacements de pontons de pêche au carrelet, répartis sur les communes de Marsilly, Saint-Laurent-de-la-Prée, Fouras, Saint-Nazaire-sur-Charente, Saint-Palais-sur-Mer et Saint-Pierre-d’Oléron. Les fiches descriptives des emplacements et la procédure de candidature seront affichées pendant un mois, du vendredi 16 octobre au mercredi 18 novembre inclus, dans les mairies concernées et téléchargeables sur le site internet de la préfecture.

  • 20/10/20 | Charente-Maritime : une journée pour devenir "aidant du numérique"

    Lire

    Le Département 17, l'agglo et la Ville de La Rochelle, SOLURIS, Net SOLIDAIRE et HUBIK organisent un évènement "Numérique En Commun[s]" jeudi 22 et vendredi 23 octobre, à la Maison du département à La Rochelle. Objectif : mobiliser les acteurs de la médiation numérique du territoire (professionnels ou non) et garantir la qualité de leur accompagnement. Ce NEC Atlantique s'adresse à ceux qui sont déjà aidants numériques, ou souhaitent le devenir. Contact: numeriqueinclusif@charente-maritime.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Startups : "Comerso", bilan de parcours

22/05/2019 | "Comerso" était présent à Paris lors du Salon Vivatech du 16 au 18 mai derniers. Où en est l'entreprise, trois ans après sa dernière rencontre avec Aqui! ?

François Vallée, directeur marketing chez Comerso

Aqui! en parlait déjà en 2016, l’entreprise Comerso travaille depuis 2013 dans la lutte contre le gaspillage. A l’occasion du Salon Vivatech 2019, Comerso fait partie des exposants invités sur le stand Village by CA, un réseau mettant en relation startups et grandes entreprises. Si le champ d’action initial de Comerso concerne la redistribution de denrées alimentaires, François Vallée, Directeur Marketing de Comerso, nous explique que la jeune entreprise se développe et élargit quelque peu son secteur d’activité, toujours centré sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

@qui! : Depuis 6 ans vous êtes sur le créneau de la solidarité. Comerso continue donc sans changer de modèle ?

François Vallée : La ligne directrice ne change pas, mais les solutions se sont grandement étendues. Au départ nous étions sur le gaspillage alimentaire, nous nous sommes juste décalés sur la ligne du gaspillage global. Par exemple, un peu plus tôt, une grande marque de vêtements était présente sur notre stand, et demain nous sommes capables de leur adresser des solutions pour pallier le gaspillage qui touche également le monde du textile. Il y a encore énormément de choses à faire sur le gaspillage alimentaire, la problématique est loin d'être réglée. A côté de ça, nous avons aussi la volonté d'avancer sur d'autres secteurs, le textile en fait partie. La loi d'économie circulaire fait partie de textes qui vont nous aider à nous développer.

@qui! : La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) prend de plus en plus de place en ce moment, comparé à votre lancement en 2013, comment l'expliquez-vous ?

FV : La RSE devient plus importante au sein des entreprises parce que selon elles c'est un vecteur d'amélioration économique. Nous le constatons : les boîtes avec qui nous travaillons, il ne faut pas se voiler la face, elles se disent 'je vais travailler ma RSE pour des questions sociales, environnementales, mais aussi pour des questions économiques. Si ce lien-là, n'est pas fait, les choses n'avancent pas. Quand une entreprise dit 'la RSE c'est pour les hippies', vous vous doutez bien que ça ne bouge pas à la même vitesse.

@qui! : La marge de manœuvre n'est-elle pas d'autant plus grande tant que l'État ne s'intéresse pas au RSE plus en profondeur ?

FV : C'est toujours un peu facile de dire que l'État ne fait pas suffisamment. Pourtant, quand on regarde à l'échelle mondiale la loi Garot [11 février 2016, ndlr] sur le gaspillage et demain la loi sur l'économie circulaire, la France est le seul pays au monde à se doter d'un cadre légal aussi puissant. C'est déjà énorme, mais en même temps on peut toujours aller plus loin.

@qui! : Vous existez depuis 6 ans, ce qui est rare pour une startup : combien s'effondrent pour une qui tient... à quoi est-ce dû selon vous ?

FV : Une raison : nous avons trouvé notre modèle économique. Nos fondateurs sont partis avec une envie, et une mission : remédier au gaspillage. En même temps, ils se sont dit 'si nous voulons durer, on doit avoir un modèle économique robuste'. Notre business modèle, c'est la location d'outils numériques. Comme quand vous louez votre téléphone. Nous nous rémunérons également à l'occasion des dons aux associations : quand une entreprise fait un don, elle va récupérer une économie, et c'est sur cette économie que nous nous rémunérons. Nous avons plusieurs sources de revenu, et l'autre avantage que nous avons c'est que nous ne sommes pas très nombreux. Pour l'heure nous continuons de nous développer. Nous commençons également à regarder un peu vers l'international, que ce soit l'Europe ou plus loin. Récemment, nos fondateurs sont partis aux États-Unis pour tâter le terrain, dans la mesure où nous pensons avoir des solutions applicables

@qui! : N'est-ce pas quand même un peu paradoxal de lier numérique et environnement ? Prenez par exemple l'impact des serveurs internet sous-marins sur ce qui les entoure, même si vous servez la cause de l'environnement, parallèlement vous polluez un peu...

FV :  Sur le constat je rejoins votre question. Nous, humains, ne sommes pas bien avancés dans les mentalités sur cet aspect là. Il va falloir se donner des règles de bonne conduite sur le numérique. Par exemple, par le passé on imprimait nos feuilles de papier, aujourd'hui on est de l'autre côté en se demandant à chaque fois "ai-je besoin d'imprimer ?", demain sur l'utilisation du numérique ce sera la même chose. C'est un concept encore trop immature. Il faut que les géants prennent conscience que l'utilisation du numérique a un impact sur l'environnement. Pour nous, chez Comerso, c'est la balance : l'impact du gaspillage alimentaire ou global est absolument catastrophique. En comparant avec notre utilisation des nouvelles technologies, quel est le bilan au fond ? C'est une question qu'il faudra nous poser dans les mois ou années à venir.

 

Pour en savoir plus sur Comerso, vous pouvez lire l'article paru sur Aqui! en octobre 2016.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3809
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !