Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Total : la course à la puissance avec le supercalculateur de Pau

22/03/2013 | « Pangea », le supercalculateur du groupe pétrolier a été inauguré ce 22 mars à Pau

Yves Louis Darricarrère, président upstream de Total (au centre) à Pau  aux côtés de Marc Blaizot, directeur Exploration (à g.) et de Philippe Malzac, directeur Systèmes information

Il peut effectuer 2,3 millions de milliards d’opérations à la seconde (2,3 Pflops) . «Pangea», le supercalculateur installé par le groupe Total au centre scientifique et technique Jean Feger a été inauguré aujourd’hui à Pau. « En termes de calcul, c’est le neuvième ordinateur le plus puissant du monde, et l’un des premiers sur le plan industriel » s’est réjoui Yves-Louis Darricarrère, le président upstream du groupe pétrolier qui a accueilli à cette occasion le préfet, Lionel Beffre, ainsi que les élus du Béarn.

Réalisé par la société Silicon Graphics International qui est spécialisée dans la simulation haute performance et fournit des équipements à la NASA, Pangea permet aux équipes d’ingénieurs et de géophysiciens de Total de travailler beaucoup plus rapidement. Il est en effet quinze fois plus puissant que l’ordinateur qui l’a précédé.

Un fantastique gain de tempsGrâce à cet équipement, le groupe peut également disposer de données débouchant sur une image plus précise du sous-sol. Donc mieux connaître les sites sur lesquels il est amené à intervenir, et observer plus finement la manière dont les gisements exploités évoluent. « Ce qui nous demandait autrefois trois semaines de calcul a été réduit à trois jours. »
Ce gain de temps ne relève pas du détail lorsque l’on sait que le groupe pétrolier réalise chaque année entre 20 et 25 campagnes sismiques marines et terrestres dans le monde, au lieu d’une dizaine au milieu des années 2000. Ces recherches, qui font appel à des techniques d’ondes acoustiques, sont menées à des profondeurs impressionnantes : « Aujourd’hui, on descend jusqu’à 10 kilomètres sous la surface de la terre » indique Marc Blaizot, directeur. « Les plus grands bassins sédimentaires se situent entre 15 et 17 kilomètres. »

Le souci de la sécuritéSelon Yves-Louis Darricarrère, ces progrès vont accroître de manière importante l’efficacité du travail d’exploration et de production de Total, qui investit plus de 20 milliards de dollars par an dans ces domaines.
Ils présentent également un atout de taille en matière de sécurité. En particulier lorsqu’il s’agit de connaître la pression qui existe dans un gisement, et de maîtriser des risques technologiques majeurs.
« Cet aspect des choses fait l’objet d’une recherche permanente » explique-t-il, en rappelant que « beaucoup d’accidents récents sont liés à des opérations de puits ». Ce qui n’empêche pas Total d’afficher des résultats « exceptionnels » dans une activité à risques. « Le groupe enregistre une moyenne de 1,35 accident par million d’heures travaillé. »

Total ira plus loinUn investissement de 6O millions d’euros sur quatre ans a été nécessaire à Total pour se doter du supercalculateur qui est entré en service le 17 janvier dernier. Installé au cœur d’un centre scientifique et technique qui consomme autant d’électricité qu’une ville de 10 000 habitants, Pangea produit également de l’énergie ! Un système de refroidissement a en effet été installé sur ses processeurs. L’eau qu’il utilise y entre à 25° pour en ressortir à 35°. Ce qui suffit pour assurer le chauffage de l’ensemble du CST Jean Feger, assure-t-on à Pau.
Pour Total, l’aventure des supercalculateurs n’est pas terminée pour autant. Dans un métier où il faut « aller chercher les barils de pétrole dans des environnements de plus en plus complexes et des zones de plus en plus éloignées », le groupe pétrolier indique déjà travailler sur les successeurs de Pangea. « Parce que les techniques ne cessent d’évoluer, et qu’il faut aller toujours plus vite».


Par

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
964
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !