17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Tribune Libre: LGV, le pari insensé de Réseau Ferré de France

21/02/2010 |

Pays Basque

« Nos prévisions de trafic résultent autant d'un pari et d'un engagement politique en faveur du chemin de fer que d'une analyse raisonnée, en particulier pour le fret » confessait récemment RFF lors du débat public. Le propos est d'autant plus provocant que le dernier "pari" de RFF revient à 1,5 Mds d'euros dans un projet qui infligera une nouvelle balafre au Pays Basque. Est-ce ainsi qu'une entreprise publique (mal)traite l'intérêt général ?

Nous sommes entièrement favorables au projet LGV qui reliera Paris à Bayonne en 3 heures au lieu de 5. Faut-il pourtant ajouter une ligne nouvelle entre Bayonne et Hendaye comme le prétend RFF, arguant d'une saturation inéluctable et prochaine de la ligne existante ? Ce point de vue de RFF n'est ni plausible économiquement, ni honnête intellectuellement.

D'abord, l'augmentation du trafic passager en provenance de Paris peut être largement absorbée par la ligne actuelle qui n'est utilisée qu'à 20% de ses capacités. A ceux qui rêvent d'une ligne Paris - Madrid à grande vitesse, nous répondons que ce n'est ni un besoin ni un marché : pour un temps de trajet supérieur à 3 heures, le train subit de plein fouet la concurrence de l'avion. Enfin tous les essais de TER et de trams effectués jusqu'à présent ont donné des résultats insignifiants : il est clair que le train cadre mal avec la configuration du Pays Basque et la dispersion de son habitat.

Reste le fret et l'autoroute ferroviaire, « locomotives » supposées de la nouvelle ligne, dont RFF nous annonce un déferlement prochain au Pays Basque: une multiplication par 10 du trafic en 10 ans. Ces prévisions deviendront-elles un jour une réalité ? Il est permis d'en douter tant le bilan fret de la SNCF parle en sa défaveur : 5 plans successifs en 9 ans, soit 4 à 5 milliards de subventions versées en pure perte, n'ont jamais permis d'enrayer le déclin du fret en France. Le budget 2010 de la SNCF prévoit 2 600 postes en moins au fret. Pire encore : les prévisions de RFF sont systématiquement surévaluées depuis 25 ans, au point d'être jugées par la Cour des Comptes "fragiles, coûteuses et peu cohérentes".

Où sont alors les « analyses raisonnées » de RFF pour le fret au Pays Basque ? Où sont les analyses détaillées du trafic transfrontalier susceptible de passer du camion au rail ? Où sont les enquêtes sur les motivations des affréteurs de camions intéressés par le fret ? Quelle incidence de la plate-forme logistique de Saragosse coté espagnol? Où en est la coordination avec nos partenaires espagnols ? Un vide saisissant dont Etienne Davignon, coordonateur européen du projet, s'est inquiété dans son dernier rapport.

Le coût de ce projet enfin. Beaucoup pourraient se dire: pourquoi rater une occasion de bâtir une infrastructure financée par d'autres ? Mais qui peut honnêtement penser que la Région Poitou-Charentes ou le département de la Vienne vont verser le moindre sou pour financer la ligne nouvelle Bayonne-Hendaye, dont le coût représente quand même 15.000 euros par foyer du Pays Basque ! Il en va du financement des infrastructures publiques comme celui des copropriétés : les habitants du rez-de-chaussée ne sont pas prêts à payer l'ascenseur dont leurs voisins du 6eme étage ont tant besoin.

Le souci de l'intérêt général n'est pas le monopole des entreprises publiques ni des politiques parisiens, loin s'en faut. Nous l'avons également chevillé au corps. Il n'émergera que d'un dialogue authentique entre les partie-prenantes du dossier et d'une analyse approfondie de la situation. Il n'est plus admissible que le projet de nouvelle ligne dépende d'un "pari" insensé dont les chances de réussite ont été si peu et si mal étudiées. Sur la base de projections réalistes, des alternatives crédibles et ambitieuses existent.

 

Pour le Cercle de Burrunz,

Jacques Saint Martin, ancien Président de la Chambre de Commerce de Bayonne et du Pays Basque.
Jean-Philippe Larramendy, chef d'entreprise, auteur du livre Être Basque Aujourd'hui.

Photo: fredpanassac

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
221
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick LANTRES | 08/03/2010

Etre favorable à une liaison ferroviaire qui mettrait Bayonne à 3h de Paris est sur le fond louable. Mais n?est-ce pas céder au despotisme de la vitesse, n?est-ce pas céder à un coûteux et illusoire impératif qui veut que tous les chemins (de fer) mènent à ?.Paris ?
A-t-on réellement étudié à qui profite ce crime environnemental et humain qu?est le projet de LGV entre Tours et l?Espagne ou vers Toulouse ?
Au simple voyageur, retraité ou non, qui n?aurait comme seule volonté de gagner quelques heures sur un séjour à la Capitale ou à la frontière espagnole ? Les temps ont changé. Toutes les études montrent que la qualité et le confort sont les premières attentes de cette clientèle.
Aux hommes d?affaires ? Depuis quelques années la tendance est à la réduction des frais de déplacement et elle est inéluctable. Accentuée en ceci par les moyens de communications de plus en plus développés et de moins en moins coûteux. Les hommes d?affaires travaillent dans les rames et bientôt ils seront reliés en Wifi (« vive les trajets longs pour travailler tranquillement et se mettre à jour » me disait un jour un de mes voisins de trajet).
Lors d?une réunion, j?avais rencontré un haut responsable de RFF qui avait « lâché » une petite phrase significative : « RFF est là pour construire des nouvelles lignes ».
Voilà la seule et vraie justification de tous des projets de LGV. RFF, véritable Etat dans l?Etat, criblé de dettes, se lance dans un projet pharaonique, démontre par quelques tours de passe-passe que les avantages sont supérieurs aux coûts. Le tour est joué, le projet devient d?Utilité Publique. CQFD !
La preuve a été faite qu?un aménagement de la ligne existante est viable à long terme, à des coûts très largement inférieurs et pour un service amélioré.
Vous connaissez la règle du balancier. Il a été dans le sens de la grande vitesse au détriment du service. Depuis quelques années, et encore plus aujourd?hui crise oblige, il revient vers ce qui fit auparavant le succès du ferroviaire. Un véritable moyen d?aménagement du territoire : le maillage des départements et des régions avec dorénavant le service et le confort dont nos anciens n?ont pas pu profiter.

Patrick Lantrès
Président du Comité TGV Réaction Citoyenne
http://comite.lgv.free.fr/

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !