Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/18 | Basque et gascon au côté du français au Pays basque

    Lire

    Vendredi soir, après d'âpres discussions, la Communauté Pays basque, a voté -par vote électronique- "dans le respect du cadre juridique, la reconnaissance officielle du basque et du gascon comme langues de son territoire au côté du français." Le débat a porté sur la territorialité, la place du gascon par rapport au basque. Avec 59,65% des voix,l'amendement pour supprimer le périmètre géographique initialement prévu entre Basque et Gascon a été adopté.le gascon a évité une frontière linguistique au sein du territoire.

  • 25/06/18 | Le festival Sunny Side à La Rochelle du 25 au 28 juin

    Lire

    Le festival international du film documentaire Sunny Side of the dock prend de nouveau ses quartiers à l'espace Encan de La Rochelle pour quatre jours d'échanges entre professionnels de l'audiovisuel. Avec une nouveauté cette année : la journée du mercredi sera dédiée à l'usage du digital dans les collectivités locales, en particulier en terme de communication touristique. Le grand public pourra quant à lui découvrir les vidéos en réalité augmentée de Pixii. Renseignements : www.docmarkets.com

  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Tribune libre: Réponse au président de la Région Aquitaine à propos de la LGV

18/07/2012 | "La réaction épidermique de Mr Rousset aux propos de Jérôme Cahuzac nécessite une mise au point." Tel est le point de vue de Pantxo Tellier au nom de Nivelle-Bidassoa/Cade

TGV en gare d'Agen

En effet, ses déclarations sur le rôle de l’Europe dans le financement sont proprement mensongères. L’Europe ne prévoit pas de financer les lignes à grande vitesse voyageurs, tout au plus financerait-elle 15% du tronçon mixte (marchandises-voyageurs) Dax-la frontière afin d’aider au développement du fret ferroviaire. Sachant que, au Nord de Dax la ligne nouvelle serait exclusivement voyageurs, sa construction serait entièrement à la charge des Aquitains, l’Etat se désengageant.

La réaction épidermique de Mr Rousset aux propos de Jérôme Cahuzac nécessite une mise au point.

En effet, ses déclarations sur le rôle de l’Europe dans le financement sont proprement mensongères. L’Europe ne prévoit pas de financer les lignes à grande vitesse voyageurs, tout au plus financerait-elle 15% du tronçon mixte (marchandises-voyageurs) Dax-la frontière afin d’aider au développement du fret ferroviaire. Sachant que, au Nord de Dax la ligne nouvelle serait exclusivement voyageurs, sa construction serait entièrement à la charge des Aquitains, l’Etat se désengageant. Au Nord de Dax tous les trains de fret emprunteront la ligne existante et au Sud de Dax la majorité des trains de marchandises en provenance ou à destination du réseau conventionnel de la péninsule ibérique ne peuvent emprunter les nouvelles lignes, ni au Sud ni au Nord de la frontière pour des raisons techniques (dévers...). Le nombre de TAGV prévus par RFF sur Bordeaux –Hendaye et l’Espagne est dérisoire (une douzaine).

Affirmer qu’une nouvelle ligne est une obligation est purement mensonger. l’Europe exige d’assurer l’interopérabilité des réseaux afin de garantir la libre circulation des marchandises dans un contexte de libre concurrence entre les opérateurs ferroviaires rôle que la ligne existante peut parfaitement assumer.

Affirmer que les Aquitains ont montré leur accord sur ce projet inutile en destituant Mme Alliot-Marie, c’est du mensonge car c’est l’émergence d’une troisième force politique prônant le changement qui a permis l’élection de Mme Allaux ; laquelle bien que le petit doigt sur la couture du pantalon face à Mr Rousset et « personnellement » favorable, avait tout de même consenti à organiser un référendum puis une consultation sur le sujet. 

Cette attitude est dangereuse pour l’avenir des Aquitains et Mr Rousset n’en est pas à une contradiction près. Il a entraîné la Région dans ce que nous avons dénoncé comme une véritable « arnaque » : le financement de la Tours-Bordeaux.

La solution miracle du PPP qu’il a défendu bec et ongles il n’hésite pas aujourd’hui à la dénoncer en ces termes :« C’est une solution de facilité pour ne pas dire un poison insidieux (…) C’est surtout une fuite en avant aux conséquences imprévisibles en particulier sur le plan financier. Qui peut jurer que la collectivité nationale ne payera pas au final des sommes extravagantes au partenaire privé qui aura réalisé une ligne ferroviaire, un collège, ou déployé des fibres optiques ?(…) Que pèseront demain les collectivités locales et l’Etat si les partenariats public privé se généralisent ? Plus rien. Leur capacité à imaginer et à concevoir des projets publics disparaîtra. Leur compétence à les gérer aussi. Il y aura alors un transfert, une sorte de « privatisation du patrimoine public » (…) Ma méfiance pour les PPP se nourrit d’un autre constat : ils profitent aux grands groupes et non aux PME voire aux entreprises de taille intermédiaire (…) Aujourd’hui, tout se passe comme si l’expansion de nos grandes entreprises ne reposait ni sur le citoyen ni sur le consommateur mais sur l’endettement de l’Etat et des collectivités territoriales à travers le PPP. »

Mais ce n’est pas le seul exemple de sa mégalomanie, l’A65 qu’il a imposé aux Aquitains s’avère être un fiasco retentissant qui retombera sur leurs épaules. Mobiliser l’exécutif sur ce dossier qu’à l’évidence il ne maîtrise pas, est un exemple de gouvernance propre à Mr Rousset.

Nous devons caresser l’espoir que nos élus « aux ordres » seront capables à l’instar de Mr Cahuzac, élu du Lot et Garonne, département farouchement opposé au projet, de mener une réflexion en profondeur et d’emprunter eux aussi le chemin de la sagesse, du pragmatisme en gardant un esprit critique et ce dans l’intérêt du plus grand nombre, sur les projets qui leurs sont soumis et parfois imposés.

Aucun critère objectif ne permet d’affirmer que les voies existantes seront saturées et ce ne sont pas des contraintes budgétaires qui déterminent la pertinence d’un projet mais son utilité et quand on sait que au bout de 30 ans la grande vitesse n’est utilisée que par moins de 8% des usagers du rail (au point que SNCF envisage des TGV low-cost, et pourquoi pas une troisième classe ?), il est plus que temps de remettre en question cette stratégie et arrêter tout de suite ces gaspillages dans des études faussées et dénoncées depuis fort longtemps par la Cour des Comptes, le Conseil économique et social ou les assises du transport .

 

 

Pantxo TELLIER : Nivelle-Bidassoa/CADE

Pantxo TELLIER : Nivelle-Bidassoa/CADE
Par Pantxo TELLIER : Nivelle-Bidassoa/CADE

Crédit Photo : aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2417
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Sidhamo | 14/08/2012

Pour la LGV Tours-Bordeaux, deux tronçons de LGV auraient été largement suffisants pour faire un gain de temps significatif à moindre coût(pour environ un quart du prix): Montmoreau-Ruffec et Vivonne-Jaunay clan (Futuroscope). En dehors de ces deux tronçons la ligne classique est parcourue à 220Km/h par les TGV et l'argument de saturation de la ligne classique ne tient plus la route depuis l'effondrement du transport ferroviaire de marchandises de ces 20 dernières années!!!

Desman | 17/09/2012

Il faut reconnaître qu'il se passe de drôles de choses en Aquitaine. On construit une autoroute inutile (A65) et après y'a plus d'argent pour les TER et LGV... La solution pour re-remplir les caisses ? Transformer la N10 en autoroute payante !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !