Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Trop de neige dans les stations de ski dans les Pyrénées !

10/02/2013 | La station de Barèges est fermée depuis ce samedi 9 février. Près de 600 touristes ont été invités à rentrer chez eux face au risque d'avalanche.

A cause de fortes chutes de neige, les pistes n'avaient pas pu être damées à Barèges-Mongie samedi dernier

Le réchauffement climatique a fait perdre près de 15 jours d'enneigement aux Pyrénées ces dernières décennies, selon les données de l'Observatoire pyrénéen du changement climatique. En passant de 3 à 2 mois de jours de neige les stations de ski de moyenne montagne pourraient s'attendre à une diminution d'un quart de leur chiffre d'affaires, prévient l'Observatoire. Cette année, c'est tout l'inverse. Les stations de ski des Pyrénées ont trop de neige et sont contraintes de fermer ou de n'ouvrir que quelques pistes. Reportage au coeur de la station Barèges-Mongie, dans les Hautes-Pyrénées.

Nous sommes samedi 2 février. Même avec des pneus neige sur la voiture, il est difficile d'accéder aux pistes. Sur le bas côté, de nombreux automobilistes s'arrêtent pour mettre des chaînes. Des employés de la station de Barèges-Mongie arrêtent systématiquement toutes les voitures pour s'assurer qu'ils soient équipés. De mémoire de locaux, on n'a pas vu de telles conditions depuis une dizaine d'années. Arrivés sur place, pas une piste n'est damée. Les machines n'ont pas pu passer. Et, la neige va continuer de tomber toute la journée. Résultat, pour les amateurs de snow, c'est un régal. Mickaël, la trentaine, un habitué de la station savoure l'instant. "C'est génial. Je n'ai jamais vu autant de poudreuse fraîche ici". Pour les skieurs les moins techniques, en revanche, les chutes se multiplient et beaucoup déchaussent... Mais, au fur et à mesure de la journée, la grogne monte. "Il y a peine dix pistes ouvertes", peste Emmanuel. En fin de journée, une question est dans tous les esprits : la station sera-t-elle ouverte demain ? "Je ne sais pas", répond une caissière... Le lendemain, dans la file d'attente, la grogne prend de l'ampleur. "J'ai payé 41 euros de forfait pour 4 pistes. Vous me faîtes quoi aujourd'hui ?", demande un skieur à une caissière. Finalement, ce monsieur ne paiera pas son forfait du dimanche. Pour les autres, ce sera tarif réduit à 21 euros. Car, peu de pistes sont ouvertes comme la veille. Autre contrainte, les files d'attente aux télésièges s'allongent... Les stations voisines sont fermées...

Beaucoup d'investissements pour faire face aux aléas météoCette situation n'est malheureusement pas exceptionnelle. Ces dernières semaines, le mauvais temps, le vent violent et surtout les risques avalanche ont contraint plusieurs stations des Pyrénées à fermer plusieurs jours, en totalité, ou de manière partielle leur domaine skiable. Ne serait-ce que ce dimanche 10 février, la station de Barèges est encore entièrement fermée et la Mongie n'a pu ouvrir que 25 sur 40 pistes. Parallèlement, les employés des stations multiplient les heures. Entre le déclenchement d'avalanches et le damage, les équipes de pisteurs et de dameurs sont fortement sollicitées. C'est un comble, mais on s'aperçoit aujourd'hui que les stations des Pyrénées sont bien équipées pour faire face à un faible enneigement. Beaucoup moins contre la surabondance de neige. Quoi qu'il en soit, les conditions météo de ces dernières années mettent à mal l'équilibre économique des stations des Pyrénées, qui doivent multiplier les investissements pour continuer à séduire les passionnés de ski.

 

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
803
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !