Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/02/20 | La Région investit: Bientôt des alambics charentais thermodynamiques ?

    Lire

    Chalvignac Process Distillation, spécialisée dans la fabrication et l'installation d'alambic pour la production de spiritueux, porte un projet R&D qui s'inscrit dans une démarche environnementale forte et innovante : installer une pompe à chaleur comme moyen de chauffe de ses alambics au lieu du gaz. Ainsi l'entreprise rompt avec l'utilisation d'énergie fossile, diminue sa consommation énergétique, réduit les émissions de gaz à effet de serre du procédé de chauffe de l'alambic et l'empreinte carbone de la filière Cognac. Un projet (et un défi organoleptique...) à 489 000 € soutenu par la Région pour 122 300 €.

  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Un espoir pour la sauvegarde des papeteries de Condat

06/09/2019 | Ce matin, une importante réunion sur l'avenir des papeteries de Condat, plus gros employeur privé de Dordogne avec 530 salariés, s'est tenue à la préfecture.

Une réunion sur l'avenir des papeteries de Condat a eu lieu en présence de la direction et des syndicats

La réunion sur l'avenir des papeteries de Condat a eu lieu ce matin en préfecture de la Dordogne. Préfet, parlementaires, élus, syndicats, direction de l'entreprise, et délégué interministériel aux restructurations d'entreprises y ont participé. Le site périgourdin emploie 530 salariés. Si à l'issue de cette réunion, la perspective d'une fermeture de l'usine s'éloigne, un nouveau projet industriel doit désormais s'écrire pour Condat avec des investissements productifs à la clef. Les syndicats saluent une démarche positive mais veulent des garanties sur les tonnages, les débouchés et le calendrier.

Les responsables syndicaux demandaient depuis six mois la tenue d'une réunion sur l'avenir des papeteries de Condat, situées au Lardin-Saint-Lazare. Annoncée une première fois pour le 28 août, suite à la visite de la secrétaire d'état Agnès Pannier Runacher, une table ronde a finalement eu lieu ce vendredi 6 septembre à la préfecture de la Dordogne. Elle a réuni une quarantaine de personnes, notamment le préfet de la Dordogne Frédéric Perissat, le président du Département Germinal Peiro, les représentants -dirigeants, actionnaires délégués syndicaux,- des Papeteries de Condat, les parlementaires, et les élus du territoire.
Depuis 2013, l'entreprise périgourdine connait des difficultés liées notamment à la crise qu'enregistre le secteur du papier couché. Pour rappel, sur le site, une ligne de fabrication, la 8 est arrêtée. Le groupe Lecta (leader dans la fabrication et la distribution de papiers spéciaux pour étiquettes et emballages souples) a prévu d'investir et de reconvertir cette ligne, parmi les pistes envisagées,  la fabrication de papiers pour étiquettes adhésives. La reconversion de la ligne de production suppose un changement de process industriel et de lourds investissements. En décembre dernier, le gouvernement avait promis une aide d'un montant de 35 millions d'euros, sous la forme d'une aide à la transition énergétique.  Sauf que cette promesse est contrariée par la Commission européenne  : Bruxelles bloque le versement de ces 35 millions d'euros par l'Etat français.  Le sujet est toujours à l'étude. Ce qui a considérablement renforcé l'inquiétude des salariés et des représentants syndicaux. Pendant la tenue de la table ronde, une cinquantaine de salariés étaient réunis devant la préfecture. Le secrétaire général de la FILPAC Patrick Bauret, qui était aux côtés des personnels CGT et FO, résume bien l'enjeu de cette rencontre. "Que vont faire les papeteries de Condat, qui appartiennent au groupe Lecta, pour conserver les 500 emplois de papetiers, donc 1800 emplois induits.  Le groupe Lecta n'a pas de perspective, pas de cap. Même si ce n'est pas dans leur stratégie de fermer des usines mais des fonds vautours pourraient racheter le site périgourdin puis l'abandonner, ce qui serait un séisme social pour tout le bassin d'emploi." 

Devant la préfecture, une cinquantaine de salariés étaient présents  soutenus par les syndicats

Des signes positifs

De l'issue de cette réunion, il ressort l'ensemble des partenaires la volonté de faire avancer le projet industriel du site de Condat, avec l'accompagnement de l'état  et son délégué interministériel et des collectivités locales. En résumé, Lecta, propriétaire des Papeteries de Condat, ne va pas attendre la décision de l'Europe pour reconvertir sa ligne de production n°8 et construire une chaudière biomasse. 

La reconversion de la ligne 8 semble donc actée. Des salariés suivent des formations dans ce sens, avec à la clef des financements de la région Nouvelle-Aquitaine.   Aujourd'hui l'entreprise va bien" estime Marc Glita, le délégué ministériel aux restructurations d'entreprises. "Nous avons une réponse (de l'Europe) qui n'est pas totalement fermée. Mais ce que nous nous disons en la considérant, c'est que ça demanderait un temps très long qui est probablement trop long par rapport aux impératifs industriels de l'entreprise. Il vaut donc mieux explorer d'autres voies plus à même d'aboutir rapidement". Pour sa part, le président Peiro, relève un sentiment d'espoir. "Aujourd'hui on est sur un projet qui doit améliorer la compétivité de l'entreprise avec un accompagnement national et des aides qui sont prévues et sur lesquelles  la Commission européenne ne pourra pas s'y opposer. 
Nous avons voulu rassurer les personnels de Condat" explique Andrea Minguzzi, le président de Lecta. Pour le groupe, investir dans Condat est une partie  importante du futur développement. Nous avons besoin de ces investissements. Andrea Minguzzi, le président de Lecta, demeure silencieux sur les montants, sur l'accompagnement et la hauteur des aides, dont il pourrait bénéficier et sur le calendrier.  La question de l'aide énergétique sur la chaudière viendra dans un second temps, c'est la "deuxième jambe" du projet. Ces nouvelles pistes pourraient mettre à mal trois autres entreprises périgourdines, dont Condat est quasiment leur unique client : elles emploient à elles trois une centaine de salariés en Dordogne.
Du côté des syndicats, Corinne Rey, secrétaire générale de l'Union départementale CGT évoque une démarche positive. "Depuis 2013, nous demandons qu'on évoque en priorité le projet industriel de Condat, avec des questions précises, le tonnage, les débouchés, le calendrier. Pour le moment, nous avons une vision sur la ligne 8 qui doit être reconvertie et la ligne qui fabrique le papier couché en fonction de la demande. Elle ne tourne pas à plein régime. Enfin, on a parlé projet industriel, on sait où l'on va même si nous sommes en attente de garanties. C'est Lecta qui détient les réponses." 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4130
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !