18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Usine du futur, ça continue en Aquitaine

09/11/2015 | Une troisième vague de PME et ETI aquitaines se lance dans le bain de l'Usine du Futur... Lancement opérationnel ce 9 novembre dans les Landes.

C'est au siège de Maïsadour que se tenait le lancement opérationnel de l'AMI 3 "Usine du futur"

Le Président de la Région aime à le répéter, « au niveau national, sur les 400 entreprises qui participent au plan "Industrie du futur", porté par le Gouvernement, 200 sont aquitaines ». Et pour cause, l'Aquitaine peut bien se targuer d'être pionnière en la matière, Alain Rousset ayant soufflé l'idée à François Hollande en 2013. Au niveau régional, le lancement en 2014 du programme « Usine du futur », a d'ores et déjà bénéficié à 110 PME et ETI, afin de booster leur performance industrielle. Suite à un 3ème Appel à Manifestation d'Intérêt (AMI), 90 entreprises supplémentaires ont été retenues au printemps, pour pouvoir à leur tour intégrer ce parcours. Ce 9 novembre, avait lieu le lancement opérationnel de cette 3ème vague du programme, au siège landais du groupe coopératif Maïsadour, dont le site Delpeyrat, à Saint-Pierre-Du Mont fait partie des 90 entreprises retenues.

Sélectionnées au printemps dernier, c'est à partir de ce mois de novembre que les choses sérieuses commencent pour les 90 PME et ETI du 3ème AMI « Usine du futur ». En effet, entre novembre et juillet 2016, chacune d'entre elles va entrer dans la première phase du parcours proposé par le programme régional : la phase de pré-diagnostic, financée par la Région. L'objectif étant ici de réaliser un projet de productivité durable pour chacune de ces entreprises, celles-ci vont être soumises dans un premier temps à un pré-diagnostic individuel réalisé par le cabinet Pop (Pilotage Opérationnel de la Performance), basé à Mérignac. « Celui-ci réalisé en 3 ou 4 jours, vient analyser la performance des entreprises du point de vue interne : sur les processus, les flux physiques et d'information, le management, les modes de pilotage, les conditions de travail, les stocks, etc... », explique Frédéric Stoll, directeur de la société.

Nouveau modèle de développementDe ce pré-diagnostic est alors créé, avec le chef d'entreprise, une « matrice de pilotage ». Celle-ci vient établir à partir des objectifs de l'entreprise pour les 2 ou 3 ans à venir, un plan d'actions priorisées sur l'année dans chacun des trois grands enjeux du nouveau modèle de développement que cherche à valoriser le programme Usine du futur : l'organisation industrielle ; les moyens de production et outils numériques ; et enfin, la dimension humaine dans l'entreprise.
Au total, la philosophie de cette première étape du processus, la seule à être 100% financée par des fonds public, est d'améliorer les points de progrès en interne, pour accroître les marges de l'entreprise afin que celle-ci puisse programmer des investissements. Des investissements qui dans un deuxième temps, s'ils visent la performance industrielle, pourront être en partie accompagnés, soit par des dispositifs régionaux, soit par des crédits de l'Etat.

"L'automatisation ne se fait pas au détriment de l'emploi"Pour Eric Monteil, Directeur général de Pernat SMJ, entreprise spécialisée dans le décolletage et l'usinage de précision pour les équipementiers automobiles, qui a intégré le programme en 2014, et qui a donc déjà bénéficié du diagnostic et plan d'action établis par l'agence Pop, la satisfaction est de mise. En effet, un important programme de robotisation a été mis en place dans l'entreprise : « 4 robots ont été installés par l'équipe, un cinquième est attendu fin janvier 2016 et deux autres sont prévus pour un peu plus tard », détaille le Directeur général. « Désormais, un opérateur pilote 5 machines, il est libéré des tâches répétitives et fatigantes de pure manutentionn et est désormais en charge du pilotage, de la maintenance de ses machines, de l'auto-contrôle... En outre, suite au pré-diagnostic nous avons aussi mis en place une action de management visuel et participatif, l'opérateur peut ainsi prendre possession de ces résultats et être davantage impliqué à la réussite de l'entreprise » complète-t-il. Enfin, afin de parer une critique que l'on sent habituelle, il ajoute: « l'automatisation ne se fait pas au détriment de l'emploi, notre gain en compétitivité et en marchés, nous a permis de créer 10 emplois en 2015. Le plus difficile pour nous étant de parvenir à trouver des salariés formés... »

Des actions de management également citées par d'autres entreprises "usine du futur", invitées à témoigner ce lundi, comme une source d'une plus grande efficacité et épanouissement des individus, et comme un facteur souvent important dans l'amélioration des performances, notées par chacun depuis la réalisation de leur diagnostic... De quoi confirmer le propos d'Alain Rousset considérant que "la notion d'Usine du futur, c'est d'abord un problème humain, ça va plus loin que le seul réamanagement des process à travers la robotiation et le numérique".

Coté chiffresQuant aux entreprises sélectionnées, si elles doivent être des PME ou des ETI, ayant entre 20 et 5000 salariés, on note que la moitié de ces 200 entreprises "usine du futur" emploient moins de 50 salariés, et 100 d'entre elles réalisent moins de 10M€ de chiffre d'affaires. Au total, elles emploient 27 500 salariés sur le territoire aquitain et réalisent plus de 5,5 Mds euros de chiffres d'affaires. Elles sont par ailleurs représentatives des divers secteurs industriels aquitains: 19% sont du secteur mécanique hors aéronautique, 18% de l'aéronautique, espace, défense; 14% sont issues de l'agroalimentaire, 10% du bois et papier, 10% du secteur électronique, etc...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
10219
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
de kerdrel | 13/11/2015

Bonjour,
Combien d'emplois se sont créés dans le cadre du programme Usine du futur ? Les entreprises ayant bénéficié du programme sont-elles situées sur la Métropole ou aussi sur des secteurs de ville moyenne comme Libourne ?Cdlt

Solène Méric | 19/11/2015

Bonjour,
Il est en vérité difficile de vous répondre sur un chiffre de création d'emplois, d'autant que la plupart des projets dans les entreprises sont encore en cours. L'objectif premier du programme Usine du futur, est l'amélioration de la performance industrielle, (associée à l'amélioration des conditions de travail des salariés) et donc, à un développement industriel amenant à terme à de meilleurs rendements économiques permettant non seulement des investissements mais aussi sur le principe des créations d'emplois. Mais je n'ai malheureusement pas d'estimations chiffrées à vous livrer. Quant à l'implantation des 90 industries participantes, elles sont présentes un peu partout sur le territoire de la Région, puisque c'est elle qui a lancé le projet. Du côté de Libourne, on peut par exemple citer CEVA santé animale, HYD&AU-Veraflex, basée à Vayres ou encore l'entreprise DMO, basée à Coutras. Cordialement

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !